Le navigateur qui ne s'arrêta pas au bout de la course

Proposé par
le
dans

Alors qu'il s'apprêtait à remporter le premier tour du monde à la voile en solitaire et sans escale en 1968, Bernard Moitessier continua pour dix mois de navigation ! Il signala son abandon en catapultant sur le pont d'un cargo, à l'aide d'un lance-pierre, ce message : « Je continue sans escale vers les îles du Pacifique, parce que je suis heureux en mer, et peut-être aussi pour sauver mon âme. »


Tous les commentaires (39)

a écrit : Quelqu'un lui a quand même apporté de quoi survivre? Oui une canne à pêche

Posté le

iphone

(7)

Répondre

il y a même une petite exposition sur lui a la Rochelle dans un bateau qui se visite...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Quelqu'un lui a quand même apporté de quoi survivre? Il a du pêcher.
Par contre,
je sais pas comment il a fait pour boire...

Posté le

iphone

(0)

Répondre

Il avait simplement un gros stock de nourriture pour survivre !!

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Il a du pêcher.
Par contre,
je sais pas comment il a fait pour boire...
Il y a eu une précédente anecdote qui disait que l'on peut survivre en mer sans problèmes majeurs et que c'est la solitude qui nous affaiblit.

Posté le

android

(1)

Répondre

Comment ça on peut survivre juste en pêchant? C'est vrai? ^^ (oui j'en ai vraiment aucune idée) même si ils ont des stocks, ça tient pas dix mois, si?

Posté le

android

(0)

Répondre

belle anecdote..mais vraiment....; on avait encore des esclaves en 1968 ??!!

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Belle anecdote qui nous montrera encore que le bonheur ne réside pas dans l'argent ou autre ( l'argent contribue juste au bonheur ) Oui c'est beau, mais il lui en a quand même fallu pour acheter un bateau pouvant supporter ce type de navigation, ça coûte un bras...
comme quoi, on peut vivre de passion et d'eau salé :)

Posté le

iphone

(0)

Répondre

le courage et l audace de faire ce que l on a tous souhaité faire au moins une fois dans notre vie...
LA LIBERTE...
belle histoire

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Joyeuse quand on la lit comme ça de prime abord, car il abandonne le titre, la gloire et l'argent pour le plaisir de la navigation, mais cette course n'aura, en réalité, pas été qu'une partie de plaisir... Lisez les sources, vous comprendrez que sur les 9 concurrents engagés au départ, il n'y en a pas eu beaucoup à l'arrivée (entre folies et suicides) ! Afficher tout La gloire et l'argent ne font pas le bonheur il y contribue mais si il était heureux comme sa.

Posté le

android

(1)

Répondre

" C'est pas l'homme qui prend la mer c'est la mer qui prend l'homme " Renaud
Il a pas tort :D

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : belle anecdote..mais vraiment....; on avait encore des esclaves en 1968 ??!! Dis moi que c'est une blague...

Posté le

android

(3)

Répondre