Houdini a protégé un tour en en faisant une pièce de théâtre

Proposé par
le
dans

Houdini eut l'idée de génie de protéger un de ses tours de magie sans devoir le breveter (et donc sans devoir expliquer comment le tour fonctionnait). Il créa une pièce de théâtre d'un acte présentée devant un public d'une personne, tour protégé par son droit d'auteur sur la pièce. Il s'agissait du tour de magie "La torture chinoise du caisson d'eau", où il s'échappait d'une caisse remplie d'eau, attaché par les pieds à l'envers.


Commentaires préférés (3)

Commentaire supprimé y a t'il d'autres moyens trouvé de facon ingénieuse pour protéger une oeuvre ?

J'avais entendu que protéger un roman ou une musique (ou autre en fait) en s'envoyant une copie par lettre recommandé ne faisait pas foi. Qu'en est il ?

Si dans une guerre, tout peu valoir, même la magie (ou illusion d'optique) trouve sa place.

Jasper Maskelyne était un magicien Britannique, qui travaillait à Londres.
De par la Seconde Guerre Mondiale, puis les bombardements de la capitale, il perdit son travail.
Il s'enrola comme volontaire dans les Forces Armées Britanniques, mais ses talents de magiciens se cantonneront à donner des spectacles à ses compagnons.
Ultérieurement envoyé en Égypte, c'est dans ce pays en proie aux offensives de l'Africakorps de Rommel, qu'il pu montrer ses capacités de magicien, en cachant la ville d'Alexandrie des avions Allemands.
Il fit également usage de bien d'autres subterfuges, qui seront également utilisés ultérieurement dans les préparations du Débarquement de Normandie, et principalement de faire croire aux Nazis, que celui-ci aurait lieu dans le Pas-de-Calais.

Mais le plus grand succès de Jasper Maskelyne fut celui de protéger le Canal de Suez.
L'équipe de Maskelyne (appelé le Magic gang) transforma des projecteurs de DCA, pour les équiper de miroirs stromboscopiques giratoires, créant une véritable tempête de lumière de plusieurs kilomètres de diamètre.
Pointés vers les pilotes ennemis, ces cônes de lumière aveuglaient les pilotes, les obligeant au mieux à se dévier, ou au pire à chercher d'atterrir d'urgence, voire de se crasher.
À l'heure actuelle, tous les détails de l'illusion d'optique ne sont pas publiquement connus, car son invention est protégée par le Secret Défense, jusqu'en 2046.
en.m.wikipedia.org/wiki/Jasper_Maskelyne
en.m.wikipedia.org/wiki/Operation_Bertram

Maskelyne prétendait pouvoir faire apparaître des canons là où ils n'existaient pas, effectuer des tirs fantômes capables de traverser les mers... Et même de projeter une image dans le ciel, d'un Adolphe Hitler "assis sur le trône" de son WC.

a écrit : y a t'il d'autres moyens trouvé de facon ingénieuse pour protéger une oeuvre ?

J'avais entendu que protéger un roman ou une musique (ou autre en fait) en s'envoyant une copie par lettre recommandé ne faisait pas foi. Qu'en est il ?
En France, on utilise l'enveloppe Soleau pour certifier que l'on est l'auteur d'une oeuvre. On dépose dans une enveloppe, l'oeuvre auprès de l'Institut national de la propriété industrielle (INPI) et cela pourra prouver son antériorité en cas de litige. En plus c'est pas cher du tout : 15 € pour une durée de 5 ans, renouvelable une fois.

Cela permet surtout de dater l’œuvre mais ça n'a pas d'autre valeur juridique et cela ne confère pas du tout un titre de propriété intellectuelle. En cas de litige, il faudra quand même prouver que l'on est bien l'auteur de la musique ou du roman. Cela aide tout de même beaucoup.


Tous les commentaires (18)

Commentaire supprimé y a t'il d'autres moyens trouvé de facon ingénieuse pour protéger une oeuvre ?

J'avais entendu que protéger un roman ou une musique (ou autre en fait) en s'envoyant une copie par lettre recommandé ne faisait pas foi. Qu'en est il ?

a écrit : y a t'il d'autres moyens trouvé de facon ingénieuse pour protéger une oeuvre ?

J'avais entendu que protéger un roman ou une musique (ou autre en fait) en s'envoyant une copie par lettre recommandé ne faisait pas foi. Qu'en est il ?
J'ai également entendu qu'une lettre ou paquet en recommandé protège l'auteur, MAIS que le destinataire ne doit surtout pas ouvrir le courrier... Sous peine de nullité.
Sinon, ici en Espagne, nous avons le Burofax, qui certifie de forme tout à fait légale devant les Tribunaux, tout autant le recommandé en soi, mais également - et surtout ! - son contenu.
Somme toute, le destinataire peut alléguer dans un procès, pour sa défense, que le recommandé ne comportait qu'une feuille blanche...

Si dans une guerre, tout peu valoir, même la magie (ou illusion d'optique) trouve sa place.

Jasper Maskelyne était un magicien Britannique, qui travaillait à Londres.
De par la Seconde Guerre Mondiale, puis les bombardements de la capitale, il perdit son travail.
Il s'enrola comme volontaire dans les Forces Armées Britanniques, mais ses talents de magiciens se cantonneront à donner des spectacles à ses compagnons.
Ultérieurement envoyé en Égypte, c'est dans ce pays en proie aux offensives de l'Africakorps de Rommel, qu'il pu montrer ses capacités de magicien, en cachant la ville d'Alexandrie des avions Allemands.
Il fit également usage de bien d'autres subterfuges, qui seront également utilisés ultérieurement dans les préparations du Débarquement de Normandie, et principalement de faire croire aux Nazis, que celui-ci aurait lieu dans le Pas-de-Calais.

Mais le plus grand succès de Jasper Maskelyne fut celui de protéger le Canal de Suez.
L'équipe de Maskelyne (appelé le Magic gang) transforma des projecteurs de DCA, pour les équiper de miroirs stromboscopiques giratoires, créant une véritable tempête de lumière de plusieurs kilomètres de diamètre.
Pointés vers les pilotes ennemis, ces cônes de lumière aveuglaient les pilotes, les obligeant au mieux à se dévier, ou au pire à chercher d'atterrir d'urgence, voire de se crasher.
À l'heure actuelle, tous les détails de l'illusion d'optique ne sont pas publiquement connus, car son invention est protégée par le Secret Défense, jusqu'en 2046.
en.m.wikipedia.org/wiki/Jasper_Maskelyne
en.m.wikipedia.org/wiki/Operation_Bertram

Maskelyne prétendait pouvoir faire apparaître des canons là où ils n'existaient pas, effectuer des tirs fantômes capables de traverser les mers... Et même de projeter une image dans le ciel, d'un Adolphe Hitler "assis sur le trône" de son WC.

a écrit : y a t'il d'autres moyens trouvé de facon ingénieuse pour protéger une oeuvre ?

J'avais entendu que protéger un roman ou une musique (ou autre en fait) en s'envoyant une copie par lettre recommandé ne faisait pas foi. Qu'en est il ?
En France, on utilise l'enveloppe Soleau pour certifier que l'on est l'auteur d'une oeuvre. On dépose dans une enveloppe, l'oeuvre auprès de l'Institut national de la propriété industrielle (INPI) et cela pourra prouver son antériorité en cas de litige. En plus c'est pas cher du tout : 15 € pour une durée de 5 ans, renouvelable une fois.

Cela permet surtout de dater l’œuvre mais ça n'a pas d'autre valeur juridique et cela ne confère pas du tout un titre de propriété intellectuelle. En cas de litige, il faudra quand même prouver que l'on est bien l'auteur de la musique ou du roman. Cela aide tout de même beaucoup.

a écrit : Je ne savais pas du tout qu'un tour de magie n'était pas protégé par la propriété intellectuel.
D'autres explications ici :
desdroitsdesauteurs.fr/2012/01/la-protection-des-tours-de-magie/
Un tour de magie c'est comme une recette. Si tu ne divulgues pas les ingrédients et les étapes de ta recette, impossible de la déposer.
Raison pour laquelle Coca-Cola n'a jamais breveté sa recette, afin de ne pas la divulguer à un tiers. Elle n'est connu que de quelques employés. Si il y a une fuite un jour, on saura d'où elle vient.

a écrit : y a t'il d'autres moyens trouvé de facon ingénieuse pour protéger une oeuvre ?

J'avais entendu que protéger un roman ou une musique (ou autre en fait) en s'envoyant une copie par lettre recommandé ne faisait pas foi. Qu'en est il ?
C'est vrai, il suffit de s'envoyer une lettre en recommandé avec AR à soi-même, avec le manuscrit à l'intérieur. On n'ouvre pas la lettre bien entendu, sauf en cas de litige.

Je l'avais appris de la bouche d'un avocat spécialisé dans la propriété intellectuelle, lors d'une formation sur la contrefaçon.

a écrit : y a t'il d'autres moyens trouvé de facon ingénieuse pour protéger une oeuvre ?

J'avais entendu que protéger un roman ou une musique (ou autre en fait) en s'envoyant une copie par lettre recommandé ne faisait pas foi. Qu'en est il ?
Raté leolio, il fallait écrire a-t-il et non a t’il (et également mettre un s à trouvé)... on ne peut pas toujours être au top...

a écrit : C'est vrai, il suffit de s'envoyer une lettre en recommandé avec AR à soi-même, avec le manuscrit à l'intérieur. On n'ouvre pas la lettre bien entendu, sauf en cas de litige.

Je l'avais appris de la bouche d'un avocat spécialisé dans la propriété intellectuelle, lors d'une formation sur la contrefaçon.
Je me suis mal exprimé, si, si. Cet acte a valeur légale.

a écrit : Raté leolio, il fallait écrire a-t-il et non a t’il (et également mettre un s à trouvé)... on ne peut pas toujours être au top... Pendant que tu y es: tu as oublié de mentionner l'absence du E dans l'O de œuvre (et non pas "oeuvre").

a écrit : Raté leolio, il fallait écrire a-t-il et non a t’il (et également mettre un s à trouvé)... on ne peut pas toujours être au top... Je crois que sa réponse était gentille et dite sur le ton de la plaisanterie... Une boutade quoi. Si on part dans le jeu de "t'as mis un tiret au lieu d'une virgule" on est pas sorti du sable...et surtout ça n a aucun intérêt pour qui que se soit.

En prestidigitation, les tours ne sont généralement pas protégés par des brevets, car cela représenterait un investissement financier trop important pour le créateur. En plus ça impliquerai une divulgation du secret. Cela peut avoir lieu lorsque le secret est tellement ingénieux et complexe que le tour n'en devient que plus intéressant. C'est le cas de l'illusion avec laquelle David Copperfield s'envolait sur scène dans les années 80, brevetée et librement accessible, ou encore l'illusion du "lean" de Michael Jackson lors de la danse sur Smooth Criminal.

Cependant, si ce n'est pas l'ingénierie que l'on souhaite protéger, mais la mise en scène et l'effet, afin qu'un autre magicien ne reproduise pas le même numéro, la propriété intellectuelle s'applique par simple preuve de paternité, par exemple par l'envoi d'une lettre scellée renfermant sa description. Le mieux est de faire horodater un dépôt auprès d'un huissier. Dans le milieu des magiciens, très secret évidemment, c'est un respect implicite qui est censé empêcher des copies ou plagiat, mais certaines entreprises chinoises ne semblent pas du même avis...

Il faut savoir que les jeux de société ne sont pas protégés par le droit d'auteur, mais les éléments artistiques qui le composent oui, de la même façon que les tours de magie. Cela rejoint le fait de ne pas pouvoir protéger un concept, comme vendre des glaces sur la plage, mais on peut protéger la recette des glaces, l'infographie de l'emballage, le slogan, la musique de la pub, etc.

a écrit : En prestidigitation, les tours ne sont généralement pas protégés par des brevets, car cela représenterait un investissement financier trop important pour le créateur. En plus ça impliquerai une divulgation du secret. Cela peut avoir lieu lorsque le secret est tellement ingénieux et complexe que le tour n'en devient que plus intéressant. C'est le cas de l'illusion avec laquelle David Copperfield s'envolait sur scène dans les années 80, brevetée et librement accessible, ou encore l'illusion du "lean" de Michael Jackson lors de la danse sur Smooth Criminal.

Cependant, si ce n'est pas l'ingénierie que l'on souhaite protéger, mais la mise en scène et l'effet, afin qu'un autre magicien ne reproduise pas le même numéro, la propriété intellectuelle s'applique par simple preuve de paternité, par exemple par l'envoi d'une lettre scellée renfermant sa description. Le mieux est de faire horodater un dépôt auprès d'un huissier. Dans le milieu des magiciens, très secret évidemment, c'est un respect implicite qui est censé empêcher des copies ou plagiat, mais certaines entreprises chinoises ne semblent pas du même avis...

Il faut savoir que les jeux de société ne sont pas protégés par le droit d'auteur, mais les éléments artistiques qui le composent oui, de la même façon que les tours de magie. Cela rejoint le fait de ne pas pouvoir protéger un concept, comme vendre des glaces sur la plage, mais on peut protéger la recette des glaces, l'infographie de l'emballage, le slogan, la musique de la pub, etc.
Afficher tout
C'est bien compliqué tout ça et je comprends la démarche d'Houdini.

Je voudrais juste rebondir sur le fait de s'envoyer un recommandé à soi-même, ca peut être utilisé dans un tribunal, tout simplement parce que le cachet de La Poste fait foi, la garantie de l'inviolabilité du courrier, le serment des postiers, ce n'est pas vraiment légal mais vu que l'entreprise garantit sous serment c'est un outil qui peut fonctionner dans un tribunal.

-Jurez vous de dire la vérité, rien que la vérité et toute la vérité? Posez votre main sur cette boîte-aux-lettres

Je dis ça en rigolant, mais en vrai...

a écrit : En prestidigitation, les tours ne sont généralement pas protégés par des brevets, car cela représenterait un investissement financier trop important pour le créateur. En plus ça impliquerai une divulgation du secret. Cela peut avoir lieu lorsque le secret est tellement ingénieux et complexe que le tour n'en devient que plus intéressant. C'est le cas de l'illusion avec laquelle David Copperfield s'envolait sur scène dans les années 80, brevetée et librement accessible, ou encore l'illusion du "lean" de Michael Jackson lors de la danse sur Smooth Criminal.

Cependant, si ce n'est pas l'ingénierie que l'on souhaite protéger, mais la mise en scène et l'effet, afin qu'un autre magicien ne reproduise pas le même numéro, la propriété intellectuelle s'applique par simple preuve de paternité, par exemple par l'envoi d'une lettre scellée renfermant sa description. Le mieux est de faire horodater un dépôt auprès d'un huissier. Dans le milieu des magiciens, très secret évidemment, c'est un respect implicite qui est censé empêcher des copies ou plagiat, mais certaines entreprises chinoises ne semblent pas du même avis...

Il faut savoir que les jeux de société ne sont pas protégés par le droit d'auteur, mais les éléments artistiques qui le composent oui, de la même façon que les tours de magie. Cela rejoint le fait de ne pas pouvoir protéger un concept, comme vendre des glaces sur la plage, mais on peut protéger la recette des glaces, l'infographie de l'emballage, le slogan, la musique de la pub, etc.
Afficher tout
Les jeux de société et notamment les règles d'un jeu sont bel et bien protégés par le droit d'auteur à condition, comme pour toute autre création, de constituer une production originale (au sens d'unique).

a écrit : Les jeux de société et notamment les règles d'un jeu sont bel et bien protégés par le droit d'auteur à condition, comme pour toute autre création, de constituer une production originale (au sens d'unique). Et le Kamoulox, c'est officiellement protégé?

En vrai, tu a raison, il n'y a que la société Parker Brothers qui a le droit de fabriquer des Monopoly® et SURTOUT de les vendre, parce que moi, j'ai un peu changé les règles:
Si je fais un double six, je peux aller sur la case que je veux. Un peu de chance quoi! ^^

Quand j'étais gosse, on jouait encore aux billes, je passais mon temps à inventer des nouvelles règles que le premier qui la disait était de facto acceptée dans la partie (héhé)
Le droit de tournette: Droit de changer de position de tir a condition de rester à la même distance (bonjour la triche)
le droit de changer un callot contre un certain nombre de billes avant de tirer, au cas ou...
le droit de se rétracter d'une partie ... bon la c'est foutu, j'abandonne^^
le droit de pondre des nouvelles règles quand ca m'arrange... c'était le bordel à la récré mais c'était rigolo ^^

a écrit : Les jeux de société et notamment les règles d'un jeu sont bel et bien protégés par le droit d'auteur à condition, comme pour toute autre création, de constituer une production originale (au sens d'unique). Ce que je voulais dire c'est que l'on ne peut pas breveter une idée comme la règle d'un jeu, voir le site de l'inpi : www.inpi.fr/fr/comprendre-la-propriete-intellectuelle/le-brevet/ce-qui-est-brevetable-ou-pas

a écrit : Ce Houdini, c’est un Jawa ? Ok je sors ! Systématiquement quand je vois ce passage j'y pense ;)