Ferdinandea est une île éphémère

Proposé par
le

Située en mer de Sicile, l'île de Ferdinandea n'émerge qu'à la faveur de l'éruption du volcan sous-marin Empédocle. Ses dernières apparitions datent de 1701, 1831 et 1863. En 1831, elle émergea pendant plusieurs mois, atteignant environ 5 km de circonférence et 65 mètres d'altitude.


Commentaires préférés (3)

Elle fut au centre d'une crise diplomatique lors de la dernière éruption de 1831.

Un mois seulement après la formation de l'île temporaire, un amiral britannique plante l'Union Jack et proclame l'île comme partie intégrante de l'Empire Britannique. En réaction, le roi de Naples Ferdinand II (dont l'île porte le nom), ordonne à ses troupes d'aller retirer le drapeau et d'implanter le leur, quinze jours plus tard.
En septembre, deux mois plus tard, la France pointe le bout de son nez et décide d'aller y planter le drapeau tricolore. Les Espagnols s'y intéressent de très près également.

L'archipel est situé en plein entre le royaume des Deux-Siciles de l'époque, mais aussi non loin de Malte (britannique) et de l'Algérie (colonie française). Finalement, la fin de l'éruption du volcan mettra un coup d'arrêt à ces tensions territoriales, puisque complètement érodée par les vagues, l'île disparaîtra sous les flots en janvier 1832.
Un beau pied de nez de la nature face à la démesure territoriale de l'Homme !

A savoir également qu'il existe des dizaines de points d'îles éphémères dans le monde (USA, Japon, Açores etc). Une petite île était apparue il y a trois ans sur la côte nord-américaine. Composée de sable, elle a disparue très rapidement.

Posté le

android

(221)

Répondre

a écrit : Elle fut au centre d'une crise diplomatique lors de la dernière éruption de 1831.

Un mois seulement après la formation de l'île temporaire, un amiral britannique plante l'Union Jack et proclame l'île comme partie intégrante de l'Empire Britannique. En réaction, le roi de Naples Fe
rdinand II (dont l'île porte le nom), ordonne à ses troupes d'aller retirer le drapeau et d'implanter le leur, quinze jours plus tard.
En septembre, deux mois plus tard, la France pointe le bout de son nez et décide d'aller y planter le drapeau tricolore. Les Espagnols s'y intéressent de très près également.

L'archipel est situé en plein entre le royaume des Deux-Siciles de l'époque, mais aussi non loin de Malte (britannique) et de l'Algérie (colonie française). Finalement, la fin de l'éruption du volcan mettra un coup d'arrêt à ces tensions territoriales, puisque complètement érodée par les vagues, l'île disparaîtra sous les flots en janvier 1832.
Un beau pied de nez de la nature face à la démesure territoriale de l'Homme !

A savoir également qu'il existe des dizaines de points d'îles éphémères dans le monde (USA, Japon, Açores etc). Une petite île était apparue il y a trois ans sur la côte nord-américaine. Composée de sable, elle a disparue très rapidement.
Afficher tout
Votre commentaire est aussi intéressant que l'anecdote ;) lorsque un post n'est pas terrible, il faut le dire mais quand c'est bien, il faut aussi le faire remarquer.
Signé : le bisounours :)

Posté le

android

(103)

Répondre

a écrit : Ça me fascine comment une île tout en pierre de 1,5 km de diamètre et de 65 m de hauteur disparaît en un an à cause de l’érosion. C'était pas de la pierre au sens "gros bloc" qu’aurait pu former une coulée de lave mais plutôt un gros tas de cendres, de graviers et de rochers basaltiques, aucune chance face à la mer! ^^


Tous les commentaires (10)

Elle fut au centre d'une crise diplomatique lors de la dernière éruption de 1831.

Un mois seulement après la formation de l'île temporaire, un amiral britannique plante l'Union Jack et proclame l'île comme partie intégrante de l'Empire Britannique. En réaction, le roi de Naples Ferdinand II (dont l'île porte le nom), ordonne à ses troupes d'aller retirer le drapeau et d'implanter le leur, quinze jours plus tard.
En septembre, deux mois plus tard, la France pointe le bout de son nez et décide d'aller y planter le drapeau tricolore. Les Espagnols s'y intéressent de très près également.

L'archipel est situé en plein entre le royaume des Deux-Siciles de l'époque, mais aussi non loin de Malte (britannique) et de l'Algérie (colonie française). Finalement, la fin de l'éruption du volcan mettra un coup d'arrêt à ces tensions territoriales, puisque complètement érodée par les vagues, l'île disparaîtra sous les flots en janvier 1832.
Un beau pied de nez de la nature face à la démesure territoriale de l'Homme !

A savoir également qu'il existe des dizaines de points d'îles éphémères dans le monde (USA, Japon, Açores etc). Une petite île était apparue il y a trois ans sur la côte nord-américaine. Composée de sable, elle a disparue très rapidement.

Posté le

android

(221)

Répondre

Ça me fascine comment une île tout en pierre de 1,5 km de diamètre et de 65 m de hauteur disparaît en un an à cause de l’érosion.

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Elle fut au centre d'une crise diplomatique lors de la dernière éruption de 1831.

Un mois seulement après la formation de l'île temporaire, un amiral britannique plante l'Union Jack et proclame l'île comme partie intégrante de l'Empire Britannique. En réaction, le roi de Naples Fe
rdinand II (dont l'île porte le nom), ordonne à ses troupes d'aller retirer le drapeau et d'implanter le leur, quinze jours plus tard.
En septembre, deux mois plus tard, la France pointe le bout de son nez et décide d'aller y planter le drapeau tricolore. Les Espagnols s'y intéressent de très près également.

L'archipel est situé en plein entre le royaume des Deux-Siciles de l'époque, mais aussi non loin de Malte (britannique) et de l'Algérie (colonie française). Finalement, la fin de l'éruption du volcan mettra un coup d'arrêt à ces tensions territoriales, puisque complètement érodée par les vagues, l'île disparaîtra sous les flots en janvier 1832.
Un beau pied de nez de la nature face à la démesure territoriale de l'Homme !

A savoir également qu'il existe des dizaines de points d'îles éphémères dans le monde (USA, Japon, Açores etc). Une petite île était apparue il y a trois ans sur la côte nord-américaine. Composée de sable, elle a disparue très rapidement.
Afficher tout
Votre commentaire est aussi intéressant que l'anecdote ;) lorsque un post n'est pas terrible, il faut le dire mais quand c'est bien, il faut aussi le faire remarquer.
Signé : le bisounours :)

Posté le

android

(103)

Répondre

a écrit : Ça me fascine comment une île tout en pierre de 1,5 km de diamètre et de 65 m de hauteur disparaît en un an à cause de l’érosion. C'était pas de la pierre au sens "gros bloc" qu’aurait pu former une coulée de lave mais plutôt un gros tas de cendres, de graviers et de rochers basaltiques, aucune chance face à la mer! ^^

Entre 1963 et 1967, une éruption volcanique fit naître l'ile de Surtsey, au Sud de l'Islande.
Déclarée réserve naturelle, la nouvelle île sert aujourd'hui de lieu d'étude pour les biologistes du monde entier, pour comprendre comment une terre vierge est peu à peu occupée par les plantes et animaux.

Toujours au Sud... Mais du Japon, cette fois, se trouve l'île d'Okinotori, et dont le "point culminant" n'est en réalité que trois rochers émergeant de moins d'un mètre à haute mer, sur une superficie de quelques mètres carrés.
Le statut d'ile est fondamental pour les Autorités Japonaises, car en Droit international, ceci permet à Tokyo de pouvoir déclarer les 430 000 kilomètres carrés à la ronde, comme ZEE ( zone Économique Exclusive), et donc de se réserver les droits de pêche.
Afin de parer à toute éventualité de destruction (volontaire ou involontaire) de ces îlots naturels, le gouvernement Japonais a fait construire dans les années 80, d'imposantes infrastructures en béton, pour les protéger.

Les Îles Spratleys, sont un archipel du Sud de la Mer de Chine. Il est disputé par, ....pas moins de 6 pays ! La Chine, le Vietnam, Taiwan, la Malaisie, les Philippines et le Sultanat de Brunei.
Les îles Paracels, un peu plus au Nord, sont dans une situation semblable.
Cette attention pour ces bouts de territoires sont purement économiques, car les eaux sont poissonneuses et des gisements de pétrole et de gaz existent.
Les Instances Internationales ont toutes les peines du monde à arriver a des compromis entre parties adverses.
Afin d'obtenir gain de cause et imposer "sa vérité", la Chine y construit des îles artificielles, qu'elle déclarera souveraines dans le futur.... Puis anexionera ultérieurement les îles naturelles se trouvant au sein des délimitations d'eaux territoriales et de ZEE.

Posté le

android

(32)

Répondre

a écrit : Entre 1963 et 1967, une éruption volcanique fit naître l'ile de Surtsey, au Sud de l'Islande.
Déclarée réserve naturelle, la nouvelle île sert aujourd'hui de lieu d'étude pour les biologistes du monde entier, pour comprendre comment une terre vierge est peu à peu occupée par les plantes et a
nimaux.

Toujours au Sud... Mais du Japon, cette fois, se trouve l'île d'Okinotori, et dont le "point culminant" n'est en réalité que trois rochers émergeant de moins d'un mètre à haute mer, sur une superficie de quelques mètres carrés.
Le statut d'ile est fondamental pour les Autorités Japonaises, car en Droit international, ceci permet à Tokyo de pouvoir déclarer les 430 000 kilomètres carrés à la ronde, comme ZEE ( zone Économique Exclusive), et donc de se réserver les droits de pêche.
Afin de parer à toute éventualité de destruction (volontaire ou involontaire) de ces îlots naturels, le gouvernement Japonais a fait construire dans les années 80, d'imposantes infrastructures en béton, pour les protéger.

Les Îles Spratleys, sont un archipel du Sud de la Mer de Chine. Il est disputé par, ....pas moins de 6 pays ! La Chine, le Vietnam, Taiwan, la Malaisie, les Philippines et le Sultanat de Brunei.
Les îles Paracels, un peu plus au Nord, sont dans une situation semblable.
Cette attention pour ces bouts de territoires sont purement économiques, car les eaux sont poissonneuses et des gisements de pétrole et de gaz existent.
Les Instances Internationales ont toutes les peines du monde à arriver a des compromis entre parties adverses.
Afin d'obtenir gain de cause et imposer "sa vérité", la Chine y construit des îles artificielles, qu'elle déclarera souveraines dans le futur.... Puis anexionera ultérieurement les îles naturelles se trouvant au sein des délimitations d'eaux territoriales et de ZEE.
Afficher tout
Les Nations Unies ont décrêté une "règle" pour la nationalité d'une île. Déjà, il faut que ce soit bien une île :) La définition est que c'est un bout de terre entouré par l'eau, émergeant même à marée haute, et faisant partie d'un plateau continental... Le pays de ce plateau continental est alors "propriétaire".
S'il n'y a pas de plateau continental, c'est un "rocher". Les Nations n'ont pas, je crois, déterminé la nationalité d'un rocher.

a écrit : Elle fut au centre d'une crise diplomatique lors de la dernière éruption de 1831.

Un mois seulement après la formation de l'île temporaire, un amiral britannique plante l'Union Jack et proclame l'île comme partie intégrante de l'Empire Britannique. En réaction, le roi de Naples Fe
rdinand II (dont l'île porte le nom), ordonne à ses troupes d'aller retirer le drapeau et d'implanter le leur, quinze jours plus tard.
En septembre, deux mois plus tard, la France pointe le bout de son nez et décide d'aller y planter le drapeau tricolore. Les Espagnols s'y intéressent de très près également.

L'archipel est situé en plein entre le royaume des Deux-Siciles de l'époque, mais aussi non loin de Malte (britannique) et de l'Algérie (colonie française). Finalement, la fin de l'éruption du volcan mettra un coup d'arrêt à ces tensions territoriales, puisque complètement érodée par les vagues, l'île disparaîtra sous les flots en janvier 1832.
Un beau pied de nez de la nature face à la démesure territoriale de l'Homme !

A savoir également qu'il existe des dizaines de points d'îles éphémères dans le monde (USA, Japon, Açores etc). Une petite île était apparue il y a trois ans sur la côte nord-américaine. Composée de sable, elle a disparue très rapidement.
Afficher tout
Pour ceux qui se demandent pourquoi les pays se chamaillent voire se font la guerre pour des petits bouts de terre, c’est assez simple : contrôler une île, quelle qu’elle soit, donne accès à tout le territoire maritime alentour. C’est encore le cas de nos jours avec la ZEE (Zone Économique Exclusive) qui donne la propriété aux eaux environnantes, 300km autour des côtes. Certaines petites îles insignifiantes deviennent alors très attrayantes, notamment lorsque les eaux abritent des hydrocarbures ou autres ressources clés.

a écrit : Les Nations Unies ont décrêté une "règle" pour la nationalité d'une île. Déjà, il faut que ce soit bien une île :) La définition est que c'est un bout de terre entouré par l'eau, émergeant même à marée haute, et faisant partie d'un plateau continental... Le pays de ce plateau continental est alors "propriétaire".
S'il n'y a pas de plateau continental, c'est un "rocher". Les Nations n'ont pas, je crois, déterminé la nationalité d'un rocher.
Afficher tout
J'ai écrit "île", en référence à Okinotori, car c'est le statut que lui confère les Autorités Japonaises, même si ceci est différent de la définition donnée par la ONU.
En effet, les Institutions Internationales, en matière de Droit Maritime, font même la différence entre "île" et "îlot", considérant que la première doit être habitable, pour pouvoir prétendre à cette définition.
Or, qu'entend-on par "habitable" ?....
Par exemple, dans le cas des Archipels de la Mer de Chine, la R.P. de Chine a construit des phares et des casernes sur ses îles artificielles, ...pour leur donner un statut en accord aux définitions.
Il faut de plus prendre en compte que dans le cas des disputes de la Mer de Chine, le géant Asiatique commence à imposer sa volonté - et le fera encore plus à l'avenir ! - fusse au mépris du Droit International, ou en l'adaptant à sa faveur. La "loi du pot de terre contre le pot de fer"...
Si de plus il y a des intérêts d'ordre énergétiques, alors les choses se compliquent encore plus...
Il suffit de voir les embroglios entre les pays riverains de la Méditerranée Orientale, ( dont plusieurs ne se reconnaissent pas) pour départager les limites des "eaux territoriales" et ZEE, dans une zone qui semble regorger de gisements de gaz et (possiblement) de pétrole.

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : C'était pas de la pierre au sens "gros bloc" qu’aurait pu former une coulée de lave mais plutôt un gros tas de cendres, de graviers et de rochers basaltiques, aucune chance face à la mer! ^^ Selon les conditions de l'éruption, ceci peut même devenir un véritable tapis de pierres ponces.
Ceci fut, par exemple le cas à l'été 2019, dans les Îles Polinésiennes de l'Archipel des Tonga.
youtu.be/e2SnMJ7IlYY
Un tapis de 150 kilomètres carrés !

Ou encore ici, sur un lac de Patagonie.
youtu.be/SlYA9ZA-D9E

La densité de la pierre ponce est inférieure à l'eau : 910 grammes au litre.

Posté le

android

(12)

Répondre

a écrit : J'ai écrit "île", en référence à Okinotori, car c'est le statut que lui confère les Autorités Japonaises, même si ceci est différent de la définition donnée par la ONU.
En effet, les Institutions Internationales, en matière de Droit Maritime, font même la différence entre "île" et
"îlot", considérant que la première doit être habitable, pour pouvoir prétendre à cette définition.
Or, qu'entend-on par "habitable" ?....
Par exemple, dans le cas des Archipels de la Mer de Chine, la R.P. de Chine a construit des phares et des casernes sur ses îles artificielles, ...pour leur donner un statut en accord aux définitions.
Il faut de plus prendre en compte que dans le cas des disputes de la Mer de Chine, le géant Asiatique commence à imposer sa volonté - et le fera encore plus à l'avenir ! - fusse au mépris du Droit International, ou en l'adaptant à sa faveur. La "loi du pot de terre contre le pot de fer"...
Si de plus il y a des intérêts d'ordre énergétiques, alors les choses se compliquent encore plus...
Il suffit de voir les embroglios entre les pays riverains de la Méditerranée Orientale, ( dont plusieurs ne se reconnaissent pas) pour départager les limites des "eaux territoriales" et ZEE, dans une zone qui semble regorger de gisements de gaz et (possiblement) de pétrole.
Afficher tout
On risque d'avoir le même problème quand on colonisera l'espace (si on s'en donne les moyens)
-Ce territoire fait partie de la fédération Martienne!
-Quoi? Mais ce gravillon n'est même pas assez grand pour y planter un drapeau!
-Si, prenez cette loupe, vous verrez, y'a un drapeau!

Pour mettre fin à tout ça, faudrait peut être geler la colonisation de nouvelles terres, parce que si il suffit de balancer quelques bennes de gravats sur un récif pour créer une ile, on est pas sortis du sable... Cette législation internationale est obsolète!!!