Les hommes marocains se tiennent la main et ça ne dit rien de leur orientation sexuelle

Proposé par
le

Commentaires préférés (3)

Dans la société Coréenne traditionnelle, cette coutume était également présente.

Posté le

android

(60)

Répondre

L'homosexualité est toujours un sujet délicat à traiter. Qu'importe la véracité ou la pertinence du message porté rien de constructif n'en ressortira si l'auditeur n'est pas réceptif.
Si je prends trois pays qui admettent culturellement les rapprochements physiques entre hommes non homosexuels nous avons l'Inde, le Maroc et anciennement la Russie (avec le traditionnel baiser à la russe).
En inde, au bureau, il arrive très souvent que des collègues se prennent par l'épaule pour s'expliquer quelque chose devant un écran. Dans la rue, beaucoup se prennent la main ou sont bras dessus-dessous.

Ce qui est amusant de constater c'est que ces pays sont également les moins tolérants en matière d'homosexualité : Au Maroc, l'homosexualité est puni de 3 ans de prison maximum et d'une amende. En inde c'était également le cas jusqu'au 6 septembre 2018 ou l'homosexualité a été dépénalisé (mais elle reste largement tabou). En Russie l'homosexualité a été dépénalisé en 93.

C'est comme si il existait une corrélation entre la fin des sanctions contre les populations homosexuels et la fin des contacts physiques entre les personnes non homosexuels. On ne peut pas faire de généralités bien sûr, surtout en se basant sur uniquement 3 pays.

Connaissez vous des lieux ou les comportements homosexuels sont admis dans une société et qu'on continue à voir des contacts non amoureux entre personne du même sexe?

a écrit : La formulation plus que maladroite et son ton catégorique dans "Ils ne sont pas homosexuels." pourraient être évités non ?
Je sais pas, plutôt quelque chose comme "Ça ne témoigne pas culturellement d'un attachement amoureux, c'est simplement une marque d'amitié de respect ou de protection." ?
« Ça ne témoigne pas culturellement d’un attachement amoureux » formule pimpante pour dire « ils ne sont pas homosexuel ». Aller à l’essentiel c’est pas mal aussi parfois. Perso je vois pas ce qu’il y a de choquant dans cette formulation, homosexuel n’est pas un gros mot!


Tous les commentaires (73)

Anecdote dont on se passerait bien de ce genre de formulations! Au risque de soulever une discussion qui s’avérera stérile à la fin, je ne vois pas pourquoi on précise “ne sont pas homosexuels”! C’est comme si ailleurs dans le monde on s’offusquait que l’on se fasse la bise dans nos contrées...
Et ce n’est pas qu’au Maroc, dans d’autres endroits (en Afrique, en Asie mais aussi en Europe) la chose est courante...
Enfin, commentaire inutile de ma part aussi...

Autre pays, autres mœurs.
Il peut, par exemple, être perçu comme offensant dans certains pays le signe du pouce levé vers le haut pour faire de l'auto-stop.

Posté le

android

(17)

Répondre

Dans la société Coréenne traditionnelle, cette coutume était également présente.

Posté le

android

(60)

Répondre

L'avantage pour les gays c'est qu'ils passent inaperçus.

Posté le

android

(15)

Répondre

La formulation plus que maladroite et son ton catégorique dans "Ils ne sont pas homosexuels." pourraient être évités non ?
Je sais pas, plutôt quelque chose comme "Ça ne témoigne pas culturellement d'un attachement amoureux, c'est simplement une marque d'amitié de respect ou de protection." ?

Il existe en Préfectures des commissions qui vont déterminer en dernier recours si un étranger peut, ou non, obtenir des autorisations de rester sur le territoire. Ces commissions se réunissent deux à trois fois par an pour des dossiers qui n'ont pas passé les "affres" de l'administration et doivent être refoulés. Composées de Maires, personnalités associatives, administratifs de la Pref, c'est la dernière chance des demandeurs de pouvoir rester en france, sinon c'est "avion-retour au pays d'origine"...
Les raisons invoquées par les demandeurs, qui sont présents aux réunions, parfois avec un avocat, sont diverses : guerre au pays d'origine, viols familiaux récurrents, j'en passe... Des dossiers qui n'ont pas leurs "cases" dans les formulaires administratifs, et souvent terribles...
Concernant le Maroc, l'immense majorité de ces dossiers traite de l'homosexualité des demandeurs, très réprimée moralement, à tel point que c'est une raison forte de permettre de rester en france... Un peu HS, désolé, mais pas forcément inintéressant :)

J’avais un ami péruvien qui me disait qu’au Pérou on s’embrassait sur la bouche dans la famille pour dire bonjour, au revoir...
À vérifier.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : J’avais un ami péruvien qui me disait qu’au Pérou on s’embrassait sur la bouche dans la famille pour dire bonjour, au revoir...
À vérifier.
Ça se faisait aussi aux états-unis entre hommes et femmes selon le degré d'amitié et pas seulement en famille.

En urss également on s'embrassait sur la bouche entre hommes.

Posté le

android

(7)

Répondre

D’ailleurs, dans de nombreux pays, on se fait la bise entre hommes, ce qui est assez rare en France.

Posté le

android

(1)

Répondre

Du reste, certains sont peut-être homosexuels. Car oui, les homosexuels peuvent aussi être amis avec des hommes. Même au Maroc (pour continuer dans la veine des sous-entendus un peu stéréotypés).

J'ai vu passer cette anecdote en modération, personnellement je me suis dit que si elle passait telle quelle, ça mériterait quelques commentaires...

Posté le

android

(0)

Répondre

C'est comme la bise, au Maghreb c'est bizarre entre connaissances de sexe opposé mais normal entre connaissances de même sexe, chez nous c'est l'inverse.

Posté le

android

(11)

Répondre

On se tient le petit doigt mais NO HOMO hein haha

C'est pas gay si on se regarde pas dans les yeux

Posté le

android

(2)

Répondre

L'homosexualité est toujours un sujet délicat à traiter. Qu'importe la véracité ou la pertinence du message porté rien de constructif n'en ressortira si l'auditeur n'est pas réceptif.
Si je prends trois pays qui admettent culturellement les rapprochements physiques entre hommes non homosexuels nous avons l'Inde, le Maroc et anciennement la Russie (avec le traditionnel baiser à la russe).
En inde, au bureau, il arrive très souvent que des collègues se prennent par l'épaule pour s'expliquer quelque chose devant un écran. Dans la rue, beaucoup se prennent la main ou sont bras dessus-dessous.

Ce qui est amusant de constater c'est que ces pays sont également les moins tolérants en matière d'homosexualité : Au Maroc, l'homosexualité est puni de 3 ans de prison maximum et d'une amende. En inde c'était également le cas jusqu'au 6 septembre 2018 ou l'homosexualité a été dépénalisé (mais elle reste largement tabou). En Russie l'homosexualité a été dépénalisé en 93.

C'est comme si il existait une corrélation entre la fin des sanctions contre les populations homosexuels et la fin des contacts physiques entre les personnes non homosexuels. On ne peut pas faire de généralités bien sûr, surtout en se basant sur uniquement 3 pays.

Connaissez vous des lieux ou les comportements homosexuels sont admis dans une société et qu'on continue à voir des contacts non amoureux entre personne du même sexe?

Imaginons une anecdote qui parle de la culture au Maroc. Quelqu'un arrive derrière dans les commentaires et ajoute comme info mot pour pour mot ce que dit cette anecdote, il se ferait modérer pour non respect de la charte des commentaires. SCMB en mode "Fais ce que je dis, pas ce que je fais".

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : La formulation plus que maladroite et son ton catégorique dans "Ils ne sont pas homosexuels." pourraient être évités non ?
Je sais pas, plutôt quelque chose comme "Ça ne témoigne pas culturellement d'un attachement amoureux, c'est simplement une marque d'amitié de respect ou de protection." ?
« Ça ne témoigne pas culturellement d’un attachement amoureux » formule pimpante pour dire « ils ne sont pas homosexuel ». Aller à l’essentiel c’est pas mal aussi parfois. Perso je vois pas ce qu’il y a de choquant dans cette formulation, homosexuel n’est pas un gros mot!

a écrit : La formulation plus que maladroite et son ton catégorique dans "Ils ne sont pas homosexuels." pourraient être évités non ?
Je sais pas, plutôt quelque chose comme "Ça ne témoigne pas culturellement d'un attachement amoureux, c'est simplement une marque d'amitié de respect ou de protection." ?
Je ne suis pas trop d'accord. C'est le terme à utiliser, surtout quand l'anecdote doit être courte. Un attachement amoureux entre deux personnes du même sexe EST de l'homosexualité.

Ne plus arriver à nommer les choses pour ce qu'elles sont est un premier pas vers la déformation d'information. La formulation de l'anecdote me choque plus dans un autre sens. Le fait de dire que ces gens ne sont PAS homosexuels MEME si ils se tiennent par la main fait penser à une remarque de collégien "HA NAN LES MAROCAINS ILS SONT PAS GAYS PARCEQU'ILS SE TIENNENT PAR LA MAIN C'EST CULTUREL" Je rappelle encore que l'homosexualité est sanctionnée sévèrement au Maroc.

Peut être qu'il aurait été plus judicieux de tourner l'anecdote dans la manière suivante :
"Au Maroc, les hommes marchent parfois dans la rue en se tenant par les mains ou par les petits doigts sans être forcement homosexuels. Cela peut être simplement culturel, une marque d'amitié de respect ou de protection."

a écrit : « Ça ne témoigne pas culturellement d’un attachement amoureux » formule pimpante pour dire « ils ne sont pas homosexuel ». Aller à l’essentiel c’est pas mal aussi parfois. Perso je vois pas ce qu’il y a de choquant dans cette formulation, homosexuel n’est pas un gros mot! Ce qui me dérange c'est surtout le ton catégorique et généralisant, avec une seule phrase posée comme ça avec un point avant et après.
"Au Maroc, les hommes marchent parfois dans la rue en se tenant par les mains ou par les petits doigts, mais ils ne sont pas nécessairement homosexuels" si tu préfères. Là par implicite ça tend à nier purement et simplement l'existence de l'homosexualité dans la société marocaine, ce qui me désole.

Je travail très souvent au Maroc, je n’est jamais vus ça dans la rue.
Je pense que ce comportement est assez rare.