Le runner's trot n'est pas très agréable

Proposé par
le
dans

En athlétisme, le runner's trot désigne la courante du coureur : une diarrhée irrépressible qui intervient au bout d'une demi-heure. Affectant une personne sur deux, elle embarrasse même les plus grands champions lors de compétitions officielles comme pour le français Diniz en 2016 ou la britannique Paula Radcliffe en 2005.


Commentaires préférés (3)

En lisant l'anecdote j'ai l'impression qu'un coureur sur 2 serait affecté pour des courses de plus d'une demi heure ?
Dans mon milieu je connais énormément de gens qui font du footing (voir très gros footing) + certains qui font des semi, triathlon etc,... Aucun d'eux n'a jamais eu ça (ou n'en a pas parlé en tout cas).

Le sport ça m'a toujours fait ch#er, je confirme l'anecdote

a écrit : En lisant l'anecdote j'ai l'impression qu'un coureur sur 2 serait affecté pour des courses de plus d'une demi heure ?
Dans mon milieu je connais énormément de gens qui font du footing (voir très gros footing) + certains qui font des semi, triathlon etc,... Aucun d'eux n'a jamais eu ça (ou n'en a pas parlé en tout cas).
Je ne peux pas confirmer ou infirmer la stat mais je peux te dire que j'en connais plus d'un qui ont ce problème. Et malheureusement j'en fais parti. Ça ne m'empêche pas de faire du sport à un bon niveau mais à chaque fois que je fais un effort vraiment violent et prolongé je dois faire avec cette envie d'aller ch*er . Et malheureusement je ne connais pas de remède sinon s'entraîner pour être dans le rouge moins rapidement et ainsi repousser cette limite un peu plus loin dans l'effort.

Peut être qu'effectivement les gens concernés n'en parlent pas tous.

Posté le

android

(71)

Répondre


Tous les commentaires (35)

Une personne sur deux au bout d'une demi-heure......

Posté le

android

(7)

Répondre

En lisant l'anecdote j'ai l'impression qu'un coureur sur 2 serait affecté pour des courses de plus d'une demi heure ?
Dans mon milieu je connais énormément de gens qui font du footing (voir très gros footing) + certains qui font des semi, triathlon etc,... Aucun d'eux n'a jamais eu ça (ou n'en a pas parlé en tout cas).

Le sport ça m'a toujours fait ch#er, je confirme l'anecdote

a écrit : En lisant l'anecdote j'ai l'impression qu'un coureur sur 2 serait affecté pour des courses de plus d'une demi heure ?
Dans mon milieu je connais énormément de gens qui font du footing (voir très gros footing) + certains qui font des semi, triathlon etc,... Aucun d'eux n'a jamais eu ça (ou n'en a pas parlé en tout cas).
Je ne peux pas confirmer ou infirmer la stat mais je peux te dire que j'en connais plus d'un qui ont ce problème. Et malheureusement j'en fais parti. Ça ne m'empêche pas de faire du sport à un bon niveau mais à chaque fois que je fais un effort vraiment violent et prolongé je dois faire avec cette envie d'aller ch*er . Et malheureusement je ne connais pas de remède sinon s'entraîner pour être dans le rouge moins rapidement et ainsi repousser cette limite un peu plus loin dans l'effort.

Peut être qu'effectivement les gens concernés n'en parlent pas tous.

Posté le

android

(71)

Répondre

Merci pour ce moment de bonheur avant d'aller manger ><

il faut créer des shorts spécial-athlétisme, en caoutchouc, avec du flottant au niveau des fesses pour recueillir la diarrhée.

a écrit : En lisant l'anecdote j'ai l'impression qu'un coureur sur 2 serait affecté pour des courses de plus d'une demi heure ?
Dans mon milieu je connais énormément de gens qui font du footing (voir très gros footing) + certains qui font des semi, triathlon etc,... Aucun d'eux n'a jamais eu ça (ou n'en a pas parlé en tout cas).
Attention tu vas t attirer les foudres ici. Si c’est dit c est vrai... passons le mauvais esprit de certains dont j ai fait l objet.

Je trouve également l anecdote très surprenante surtout qu’on ne trouve que des articles de presse mais aucune étude scientifique. Les articles disent tous « de nombreuses études disent que » mais aucune n est citée.

Un autre article (qui n est pas une preuve absolue) est moins catégorique www.jogging-international.net/sante-forme/article/16319-troubles-digestifs-c-est-tres-courant-2
Il ne parle pas de diarrhée mais de problèmes gastriques ce qui est plus neutre comme approche mais surtout il vise les efforts de longue durée et la fourchette de sportifs touchés va de 30 à 65%.
Ayant également pratiqué le sport à niveau national sur des épreuves d environ une heure je n ai rencontré personne ayant ce désagrément : diarrhée en plein effort. Des problèmes gastriques ça peut arriver plus fréquemment mais de la simple crampe à la diarrhée ou aux saignements le panel est vaste.

a écrit : Attention tu vas t attirer les foudres ici. Si c’est dit c est vrai... passons le mauvais esprit de certains dont j ai fait l objet.

Je trouve également l anecdote très surprenante surtout qu’on ne trouve que des articles de presse mais aucune étude scientifique. Les articles disent tous « de nombreuses é
tudes disent que » mais aucune n est citée.

Un autre article (qui n est pas une preuve absolue) est moins catégorique www.jogging-international.net/sante-forme/article/16319-troubles-digestifs-c-est-tres-courant-2
Il ne parle pas de diarrhée mais de problèmes gastriques ce qui est plus neutre comme approche mais surtout il vise les efforts de longue durée et la fourchette de sportifs touchés va de 30 à 65%.
Ayant également pratiqué le sport à niveau national sur des épreuves d environ une heure je n ai rencontré personne ayant ce désagrément : diarrhée en plein effort. Des problèmes gastriques ça peut arriver plus fréquemment mais de la simple crampe à la diarrhée ou aux saignements le panel est vaste.
Afficher tout
Effectivement avoir envie de chier c'est fréquent. Mais l'anecdote parle bien de "diarrhée irrépressible" ce qui a mon avis ne touche pas autant de gens. Ton avis semble être bien plus mesuré et juste que cette anecdote...

a écrit : il faut créer des shorts spécial-athlétisme, en caoutchouc, avec du flottant au niveau des fesses pour recueillir la diarrhée. On appelle ça un sarouel. Ou un baggy, ça dépend..

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : Je ne peux pas confirmer ou infirmer la stat mais je peux te dire que j'en connais plus d'un qui ont ce problème. Et malheureusement j'en fais parti. Ça ne m'empêche pas de faire du sport à un bon niveau mais à chaque fois que je fais un effort vraiment violent et prolongé je dois faire avec cette envie d'aller ch*er . Et malheureusement je ne connais pas de remède sinon s'entraîner pour être dans le rouge moins rapidement et ainsi repousser cette limite un peu plus loin dans l'effort.

Peut être qu'effectivement les gens concernés n'en parlent pas tous.
Afficher tout
Le sujet n'est pas d'avoir envie de ch*** mais d'avoir une "diarrhée irrépressible". Donc ta phrase "je dois faire avec" est hors sujet, irrépressible c'est soit tu t'arrêtes pour poser ta diarrhée soit tu t’arrêtes pas et tu salis tes souliers...
Faut pas me dire que ça se produit chez 1 coureurs sur 2...

Je pensais que les sportifs, avant de faire n'importe quel sport, mangeaient du riz pour je ne sais quel apport nutritionnel. Mais je sais que le riz est bon contre la diarrhée. Ma question est: est-ce que cette diarrhée irrépressible est dûe à l'effort ou un problème de transit (ou les deux sont liés)?

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Le sujet n'est pas d'avoir envie de ch*** mais d'avoir une "diarrhée irrépressible". Donc ta phrase "je dois faire avec" est hors sujet, irrépressible c'est soit tu t'arrêtes pour poser ta diarrhée soit tu t’arrêtes pas et tu salis tes souliers...
Faut pas me dire que ça se produit chez 1 coureurs sur 2...
Je ralentis tout simplement le rythme avant de me chier dessus en fait. Pourquoi ce ton désagreable ? Si je devais continuer l'effort je dépasserais le stade où ça devient " irrépressible".
Plutôt que d'être désagréable tu pourrais essayer de réfléchir et te dire que peut être ça ne devient pas irrépressible tout d'un coup sans aucun signe précurseurs. Et que non ma phrase n'est pas hors sujet tu ne l'as peut être juste pas comprise.

Quant à la statistique d'1 personne sur 2 je ne peux pas ni la confirmer ni l'infirmer mais toi, qui n'a jamais entendu parler de ce pb, encore moins a priori .

Posté le

android

(17)

Répondre

a écrit : Je pensais que les sportifs, avant de faire n'importe quel sport, mangeaient du riz pour je ne sais quel apport nutritionnel. Mais je sais que le riz est bon contre la diarrhée. Ma question est: est-ce que cette diarrhée irrépressible est dûe à l'effort ou un problème de transit (ou les deux sont liés)? je vais probablement m'avancer mais c'est peut être simplement un réflexe.

Il m'arrive régulièrement d'attraper des animaux sauvages (en général des trucs que me rapportent mes chats) et le stress, plus l'effort violent qu'ils font pour tenter de s'échapper pendant que je regarde s'ils sont blessés, ben, souvent, ils me ch...ent dans les mains, et pas qu'un peu! ^^

A haut niveau sportif, un effort violent, très intense et prolongé, ajouté au stress de l'échec, pt'êt que ça expliquerait certaines choses, mais je ne fais que supposer.

Ça parle d'un sportif sur deux mais les deux exemples cités sont un athlète en 2016 et l'autre en 2005.

Posté le

android

(6)

Répondre

Un peu comme les femmes qui accouche. Quand t’es dans un effort Olympique....

C'est pour cela que ça se nomme la courante!? ;-) Sinon il y a d'autres activités sportives où l'on se retrouve dans la mouscaille?

Et quelles épreuves d'athlétisme durent plus d'une demie heure ? (question sérieuse, je les ai pas toutes en tête)

Au 10 000 m les pros font environ 30min je crois donc nickel ils peuvent aller poser leur pêche après la course.

Est-ce que la moitié des marathoniens s'arrête aux chiottes après 30 min de course ? Je crois pas non plus, après j'ai jamais couru de marathon donc je me trompe peut-être.

Les joueurs de foot qui courent modérément pendant 45 min n'ont pas ce problème non plus...

Bref l'anecdote me semble un peu tirée par les cheveux, il doit sûrement falloir un effort très intense et prolongé pour que la diarrhée se présente, sinon ça paraît très exagéré.

Posté le

android

(6)

Répondre

Effectivement l'anecdote est ambiguë. Au bout d'une demi heure, est un seuil bas : Ça peut être 1h et plus. Les gens qui ont un syndrome de l’intestin irritable y sont plus vulnérables (20% de la population). C'est probablement un phénomène mécanique dû aux impactes de courses et donc le style du coureur va jouer (course heurtée et longueur de foulée). 1 personne sur 2 potentiellement . C'est pas systématique. Ensuite il y a pas mal de coureurs qui courent avec du papier ou qu'on voit sortir d’un bois ou d'un champs après s’être soulagés.

Lors du tour de France, on entend souvent que certains cyclistes ont des problèmes gastriques.
Je me demande si ce n’est pas dû à ce phénomène

a écrit : Et quelles épreuves d'athlétisme durent plus d'une demie heure ? (question sérieuse, je les ai pas toutes en tête)

Au 10 000 m les pros font environ 30min je crois donc nickel ils peuvent aller poser leur pêche après la course.

Est-ce que la moitié des marathoniens s'arrête aux
chiottes après 30 min de course ? Je crois pas non plus, après j'ai jamais couru de marathon donc je me trompe peut-être.

Les joueurs de foot qui courent modérément pendant 45 min n'ont pas ce problème non plus...

Bref l'anecdote me semble un peu tirée par les cheveux, il doit sûrement falloir un effort très intense et prolongé pour que la diarrhée se présente, sinon ça paraît très exagéré.
Afficher tout
le marathon ce n'est pas un effort violent, c'est le contraire, de l'endurance, en petites foulées, longtemps.

Les joueurs de foot ne courent pas à font pendant 30 minutes, ils sprintent pour chopper la balle mais la plupart du temps, ils marchent et observent le jeu en attendant une action possible.

l'anecdote parle d'un effort violent pendant 30 minutes, être au max, à fond, pendant tout ce temps.
Les cyclistes peut être? et encore, les cyclistes fonctionnent le plus souvent comme des oies sauvages en peloton, non, il reste que l'athlétisme!