Un avion de 60 tonnes s'est posé sur un porte-avions

Proposé par
le

L'avion de transport militaire quadri-propulseur C-130 Hercules de Lockheed possède un record insolite. Il s'agit de l'appareil le plus lourd à s’être posé sur un porte avion (21 fois en 1963) avec une configuration atteignant 60 tonnes, le tout sans filin pour le stopper ni catapulte pour le lancer.

Malgré la réussite des tests, la Navy ne donna pas suite au programme au vu des risques importants de collision.


Commentaires préférés (3)

A savoir :
Les avions à réaction qui se posent sur un porte-avion, comme le Rafale, pèsent tout de même environ 20 tonnes.

Le C-130 est un avion à hélices, sa vitesse maximale est d'environ 550 km/h, tandis qu'un Rafale peut voler à plus de 2200 km/h.
La voilure de ces deux avions est adaptée à leur vitesse, ce qui veut dire qu'elle offre les performances maximales à haute vitesse/vitesse de croisière.
Par contre, la vitesse minimale/vitesse de décrochage de ces avions dépend également du profil de leurs ailes/de la surface alaire.

Donc le C-130 peut se permettre de voler à une vitesse beaucoup plus faible qu'un avion de chasse comme le Rafale. Par conséquent, ses distances d'atterrissage et de décollage sont plus courtes, et compensent la masse plus importante de l'appareil.

De manière générale, les avions à hélice volent beaucoup moins vite que les avions à réaction, on des ailes droites là où les avions à réaction on des ailes delta et se posent/décollent sur des distances beaucoup plus courtes.

Certains avions de plaisance/ULM biplaces peuvent même se permettre de décoller et atterrir sur une piste pas plus grande que leur propre longueur !
www.youtube.com/watch?v=OjWl7iTmY4w

Le choix de cet appareil pour les tests n’était pas anodin.
Le C-130 est l'un des appareils de transport miliaire qui nécessite le moins de distance pour décoller et atterrir.
Cela lui permet d’accéder à des zones difficiles, sur des terrains à peine préparés (non bitumé).
Dans sa configuration la plus légère lors des essais (42t environ) le C-130 n'a eut besoin que 89 mètres pour s’arrêter.

Le premier vol d'Hercules date de 1954 et il est toujours en service actif 67 ans plus tard (modernisé plusieurs fois).

a écrit : C'est impressionnant, certes, mais le vent de face y est pour beaucoup non ?

À ce jeu là, un vent suffisament puissant et constant permettrait de faire décoller n'importe quel avion sur une distance aussi courte qu'on le voudrait, non ?
Un porte avion se met toujours face au vent pour faire décoller/atterrir des avions.
D'ailleurs, un Rafale ne peut pas décoller sur le Charles-de-Gaule à l'arrêt. Le navire, en conditions normales, doit naviguer à sa vitesse de croisière (30km/h) face à un vent d'au moins 10km/h. S'il n'y a pas de vent, le CdG peut faire une pointe à 50km/h.

La catapulte à vapeur propulse un Rafale à 250 km/h + 10km/h de vent + 30km/h de vitesse : on arrive à la vitesse de décollage d'un Rafale : 290km/h.

Dans le cas de l'ULM sur ma vidéo, il y a effectivement du vent (on l'entend bien) mais pas tant que ça : un des deux ULM au second plan n'est pas stationné face au vent (comme on doit le faire, pour éviter un retournement de l'appareil) et les ailes de ces deux mêmes appareils ne ballottent pas (même quand on attache les ailes au sol, on laisse toujours un peut de mou pour éviter les contraintes inutiles. Ici, on voit que ces avions de bougent pas d'un poil).

J'estime qu'il y a un vent d'environ 40km/h, pas plus. Il faut savoir que la vitesse de décrochage de ce genre d'appareils est très faible, souvent inférieure à 60km/h. Je pense que je pourrais courir plus vite que l'avion juste avant qu'il touche le sol.

Tu as raison, un vent suffisamment puissant permet de faire décoller n'importe quel avion. Dans la pratique, au dessus d'une certaine vitesse, les avions restent cloués au sol pour plusieurs raisons :
Le vent ne souffle jamais à une vitesse constante, jamais exactement dans la même direction, et la piste n'est pas toujours parfaitement orientée (ce dernier cas est surtout vrai dans le domaine des ULM, ou c'est la forme du champ qui sert de piste atterrissage qui prime sur son orientation).


Tous les commentaires (22)

A savoir :
Les avions à réaction qui se posent sur un porte-avion, comme le Rafale, pèsent tout de même environ 20 tonnes.

Le C-130 est un avion à hélices, sa vitesse maximale est d'environ 550 km/h, tandis qu'un Rafale peut voler à plus de 2200 km/h.
La voilure de ces deux avions est adaptée à leur vitesse, ce qui veut dire qu'elle offre les performances maximales à haute vitesse/vitesse de croisière.
Par contre, la vitesse minimale/vitesse de décrochage de ces avions dépend également du profil de leurs ailes/de la surface alaire.

Donc le C-130 peut se permettre de voler à une vitesse beaucoup plus faible qu'un avion de chasse comme le Rafale. Par conséquent, ses distances d'atterrissage et de décollage sont plus courtes, et compensent la masse plus importante de l'appareil.

De manière générale, les avions à hélice volent beaucoup moins vite que les avions à réaction, on des ailes droites là où les avions à réaction on des ailes delta et se posent/décollent sur des distances beaucoup plus courtes.

Certains avions de plaisance/ULM biplaces peuvent même se permettre de décoller et atterrir sur une piste pas plus grande que leur propre longueur !
www.youtube.com/watch?v=OjWl7iTmY4w

Le choix de cet appareil pour les tests n’était pas anodin.
Le C-130 est l'un des appareils de transport miliaire qui nécessite le moins de distance pour décoller et atterrir.
Cela lui permet d’accéder à des zones difficiles, sur des terrains à peine préparés (non bitumé).
Dans sa configuration la plus légère lors des essais (42t environ) le C-130 n'a eut besoin que 89 mètres pour s’arrêter.

Le premier vol d'Hercules date de 1954 et il est toujours en service actif 67 ans plus tard (modernisé plusieurs fois).

a écrit : A savoir :
Les avions à réaction qui se posent sur un porte-avion, comme le Rafale, pèsent tout de même environ 20 tonnes.

Le C-130 est un avion à hélices, sa vitesse maximale est d'environ 550 km/h, tandis qu'un Rafale peut voler à plus de 2200 km/h.
La voilure de ces deux avions est
adaptée à leur vitesse, ce qui veut dire qu'elle offre les performances maximales à haute vitesse/vitesse de croisière.
Par contre, la vitesse minimale/vitesse de décrochage de ces avions dépend également du profil de leurs ailes/de la surface alaire.

Donc le C-130 peut se permettre de voler à une vitesse beaucoup plus faible qu'un avion de chasse comme le Rafale. Par conséquent, ses distances d'atterrissage et de décollage sont plus courtes, et compensent la masse plus importante de l'appareil.

De manière générale, les avions à hélice volent beaucoup moins vite que les avions à réaction, on des ailes droites là où les avions à réaction on des ailes delta et se posent/décollent sur des distances beaucoup plus courtes.

Certains avions de plaisance/ULM biplaces peuvent même se permettre de décoller et atterrir sur une piste pas plus grande que leur propre longueur !
www.youtube.com/watch?v=OjWl7iTmY4w
Afficher tout
C'est impressionnant, certes, mais le vent de face y est pour beaucoup non ?

À ce jeu là, un vent suffisament puissant et constant permettrait de faire décoller n'importe quel avion sur une distance aussi courte qu'on le voudrait, non ?

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : C'est impressionnant, certes, mais le vent de face y est pour beaucoup non ?

À ce jeu là, un vent suffisament puissant et constant permettrait de faire décoller n'importe quel avion sur une distance aussi courte qu'on le voudrait, non ?
Un porte avion se met toujours face au vent pour faire décoller/atterrir des avions.
D'ailleurs, un Rafale ne peut pas décoller sur le Charles-de-Gaule à l'arrêt. Le navire, en conditions normales, doit naviguer à sa vitesse de croisière (30km/h) face à un vent d'au moins 10km/h. S'il n'y a pas de vent, le CdG peut faire une pointe à 50km/h.

La catapulte à vapeur propulse un Rafale à 250 km/h + 10km/h de vent + 30km/h de vitesse : on arrive à la vitesse de décollage d'un Rafale : 290km/h.

Dans le cas de l'ULM sur ma vidéo, il y a effectivement du vent (on l'entend bien) mais pas tant que ça : un des deux ULM au second plan n'est pas stationné face au vent (comme on doit le faire, pour éviter un retournement de l'appareil) et les ailes de ces deux mêmes appareils ne ballottent pas (même quand on attache les ailes au sol, on laisse toujours un peut de mou pour éviter les contraintes inutiles. Ici, on voit que ces avions de bougent pas d'un poil).

J'estime qu'il y a un vent d'environ 40km/h, pas plus. Il faut savoir que la vitesse de décrochage de ce genre d'appareils est très faible, souvent inférieure à 60km/h. Je pense que je pourrais courir plus vite que l'avion juste avant qu'il touche le sol.

Tu as raison, un vent suffisamment puissant permet de faire décoller n'importe quel avion. Dans la pratique, au dessus d'une certaine vitesse, les avions restent cloués au sol pour plusieurs raisons :
Le vent ne souffle jamais à une vitesse constante, jamais exactement dans la même direction, et la piste n'est pas toujours parfaitement orientée (ce dernier cas est surtout vrai dans le domaine des ULM, ou c'est la forme du champ qui sert de piste atterrissage qui prime sur son orientation).

a écrit : Le choix de cet appareil pour les tests n’était pas anodin.
Le C-130 est l'un des appareils de transport miliaire qui nécessite le moins de distance pour décoller et atterrir.
Cela lui permet d’accéder à des zones difficiles, sur des terrains à peine préparés (non bitumé).
Dans sa configurati
on la plus légère lors des essais (42t environ) le C-130 n'a eut besoin que 89 mètres pour s’arrêter.

Le premier vol d'Hercules date de 1954 et il est toujours en service actif 67 ans plus tard (modernisé plusieurs fois).
Afficher tout
Heu ... on n'est pas encore en 2021... ;-)

Posté le

android

(0)

Répondre

J'aurais jamais cru ça possible, il est énorme cet avion... Par contre, pour décoller, c'est déjà moins évident! ^^

La version du F35, le F35- C, a été spécialement dessinée pour les porte-avions. Avec une voilure plus grande, il est apte à un contrôle plus aisé à moyenne et basse altitude, facilitant donc ses atterrissages et décollages depuis un ponton.

Quand j'entends parler de "porte avions", je ne peux pas les dissocier du projet (fou?) Britannique, d'en construire un en pykrete (mélange de glace et de sciure de bois), durant la Seconde Guerre Mondiale.
Il y eut une anecdote de SCMB publiée en juin 2010 sur le sujet.
Une page wikipédia lui est consacrée. Rechercher HMS Habbakuk.

Puisqu’on est dans le thème,
Le Rafale M est le seul avion non américain autorisé à opérer depuis un porte avion de la Navy et inversement pour le Charles de Gaulle :)

a écrit : J'aurais jamais cru ça possible, il est énorme cet avion... Par contre, pour décoller, c'est déjà moins évident! ^^ Le C130 a même été modifié, en lui ajoutant quelques fusées (« jato »), afin de lui permettre d’atterrir et de décoller dans ... un stade !
Le but était de secourir les otages américains en Iran (actualité quand tu nous tient) mais le plan, fort bien nommé « Incredible Sport », n’a jamais été mis en action.
Les fusées sont encore régulièrement utilisées pour les C-130 équipés de ski afin d’opérer sur la banquise.

a écrit : Le C130 a même été modifié, en lui ajoutant quelques fusées (« jato »), afin de lui permettre d’atterrir et de décoller dans ... un stade !
Le but était de secourir les otages américains en Iran (actualité quand tu nous tient) mais le plan, fort bien nommé « Incredible Sport », n’a jamais été mis en action.
Les fusées sont encore régulièrement utilisées pour les C-130 équipés de ski afin d’opérer sur la banquise. Afficher tout
Ce plan sera remplacé par le plan Eagle claw, qui sera un échec, du à une tempête de sable.
L' Hercules C130 s'écrasera, choquant avec un des huit hélicoptères l'accompagnant. Trois autres seront également perdus.

A cette époque, les tensions étaient à son comble. Il ne se passait pas un jour, sans que l'Iran ne fasse l'ouverture des JT.

a écrit : Le choix de cet appareil pour les tests n’était pas anodin.
Le C-130 est l'un des appareils de transport miliaire qui nécessite le moins de distance pour décoller et atterrir.
Cela lui permet d’accéder à des zones difficiles, sur des terrains à peine préparés (non bitumé).
Dans sa configurati
on la plus légère lors des essais (42t environ) le C-130 n'a eut besoin que 89 mètres pour s’arrêter.

Le premier vol d'Hercules date de 1954 et il est toujours en service actif 67 ans plus tard (modernisé plusieurs fois).
Afficher tout
Le B-52 fait encore mieux en matière de longévité !

a écrit : La version du F35, le F35- C, a été spécialement dessinée pour les porte-avions. Avec une voilure plus grande, il est apte à un contrôle plus aisé à moyenne et basse altitude, facilitant donc ses atterrissages et décollages depuis un ponton.

Quand j'entends parler de "porte avions", je n
e peux pas les dissocier du projet (fou?) Britannique, d'en construire un en pykrete (mélange de glace et de sciure de bois), durant la Seconde Guerre Mondiale.
Il y eut une anecdote de SCMB publiée en juin 2010 sur le sujet.
Une page wikipédia lui est consacrée. Rechercher HMS Habbakuk.
Afficher tout
Un porte-avions "jetable", j'en ai entendu parler. C'était pas si idiot, pas cher à construire et à échouer pour en faire une piste au plus près des combats du débarquement durant les premiers jours! Au lieu de ça, ils ont conçu un port en kit jetable, enfin, deux, heureusement parce qu'il y en a un qui a coulé...

a écrit : Le B-52 fait encore mieux en matière de longévité ! Le B52 est plus un bombardier qu'un avion de transport, mais je reconnais que son service est long et il n'est pas encore remplaçable par un nouvel appareil bien que les U.S y travaillent. Le B52 a encore de beaux jours de service devant lui.

Sinon en matière de longévité, et ceux bien que les pièces détachées ne soient plus fabriquées, le DC3 l'emporte haut la main, il y a encore des lignes régulières effectuées avec cette cage à poules! Presque 90 ans d'exploitation, quand même, que dans le civil aujourd'hui, mais il vole encore!...

C’est un porte-avions (qui s’écrit avec - et s car il y a, en général, plusieurs avions...).

a écrit : Un porte avion se met toujours face au vent pour faire décoller/atterrir des avions.
D'ailleurs, un Rafale ne peut pas décoller sur le Charles-de-Gaule à l'arrêt. Le navire, en conditions normales, doit naviguer à sa vitesse de croisière (30km/h) face à un vent d'au moins 10km/h. S'il n'
y a pas de vent, le CdG peut faire une pointe à 50km/h.

La catapulte à vapeur propulse un Rafale à 250 km/h + 10km/h de vent + 30km/h de vitesse : on arrive à la vitesse de décollage d'un Rafale : 290km/h.

Dans le cas de l'ULM sur ma vidéo, il y a effectivement du vent (on l'entend bien) mais pas tant que ça : un des deux ULM au second plan n'est pas stationné face au vent (comme on doit le faire, pour éviter un retournement de l'appareil) et les ailes de ces deux mêmes appareils ne ballottent pas (même quand on attache les ailes au sol, on laisse toujours un peut de mou pour éviter les contraintes inutiles. Ici, on voit que ces avions de bougent pas d'un poil).

J'estime qu'il y a un vent d'environ 40km/h, pas plus. Il faut savoir que la vitesse de décrochage de ce genre d'appareils est très faible, souvent inférieure à 60km/h. Je pense que je pourrais courir plus vite que l'avion juste avant qu'il touche le sol.

Tu as raison, un vent suffisamment puissant permet de faire décoller n'importe quel avion. Dans la pratique, au dessus d'une certaine vitesse, les avions restent cloués au sol pour plusieurs raisons :
Le vent ne souffle jamais à une vitesse constante, jamais exactement dans la même direction, et la piste n'est pas toujours parfaitement orientée (ce dernier cas est surtout vrai dans le domaine des ULM, ou c'est la forme du champ qui sert de piste atterrissage qui prime sur son orientation).
Afficher tout
Sur la vidéo de ton commentaire précédant, il ne s'agit pas d'un ULM mais d'un avion (Piper PA-18 Super Cub).
Ces avions dit STOL (Short Take-Off and Landing) sont très souvent modifiés pour pouvoir se poser et décoller très court. Un Super-Cub d'origine aura ces distances plus élevées.
Par exemple, des constructeurs comme Cubcrafters ou encore Alaska Airframes se basent sur le modèle du PA-18 afin de proposer des avions encore plus STOL aux options diverses.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Sur la vidéo de ton commentaire précédant, il ne s'agit pas d'un ULM mais d'un avion (Piper PA-18 Super Cub).
Ces avions dit STOL (Short Take-Off and Landing) sont très souvent modifiés pour pouvoir se poser et décoller très court. Un Super-Cub d'origine aura ces distances plus élevées.
Par exemple, des constructeurs comme Cubcrafters ou encore Alaska Airframes se basent sur le modèle du PA-18 afin de proposer des avions encore plus STOL aux options diverses. Afficher tout
Effectivement, je me suis emmêlé les pinceaux. J'ai beaucoup volé sur un Piper Cub qui lui, est bien dans la catégorie ULM.

a écrit : Effectivement, je me suis emmêlé les pinceaux. J'ai beaucoup volé sur un Piper Cub qui lui, est bien dans la catégorie ULM. Désolé, mais un Piper Cub, donc un J-3 (qu'importe le Piper en fait) n'est pas un ULM.
Un moyen rapide de faire la différence entre les différentes classes d'aéronefs: son immatriculation. Et je doute que tu aies volé sur un Piper immatriculé F-J....
Il existe des répliques qui ressemblent énormément en effet.
Le Cub ne peut pas être classé ULM car il a une masse max au décollage supérieure à 450 kg et n'est pas prévu pour être équipé d'un parachute.
Et même si la réglementation tend à augmenter la masse max d'un ULM, les mœurs feront qu'un J-3 ne sera jamais immatriculé en F-J... Va dire à un ancien qui a appris à piloter sur un J-3 qu'en fait il a fait de l'ULM !!!

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Désolé, mais un Piper Cub, donc un J-3 (qu'importe le Piper en fait) n'est pas un ULM.
Un moyen rapide de faire la différence entre les différentes classes d'aéronefs: son immatriculation. Et je doute que tu aies volé sur un Piper immatriculé F-J....
Il existe des répliques qui ressemblent é
normément en effet.
Le Cub ne peut pas être classé ULM car il a une masse max au décollage supérieure à 450 kg et n'est pas prévu pour être équipé d'un parachute.
Et même si la réglementation tend à augmenter la masse max d'un ULM, les mœurs feront qu'un J-3 ne sera jamais immatriculé en F-J... Va dire à un ancien qui a appris à piloter sur un J-3 qu'en fait il a fait de l'ULM !!!
Afficher tout
Je suis très surpris par mes souvenirs, j'étais persuadé que c'était un Piper Cub mais c'était en fait un Avid Flyer jaune vif, d'où la confusion !