Comment se fabrique le monoï ?

Proposé par
le

Le véritable monoï est préparé avec de l'huile d'amande de coco râpée et des fleurs de tiaré séchées au soleil. Pour accélérer la macération des fleurs dans l'huile, les Polynésiennes y ajoutent de la cervelle de crabe de cocotier, de la tête de crevette ou de l'abdomen de bernard-l'hermite.

Il faut râper environ 10 noix de coco pour obtenir un litre de coprah, l'huile de coco, et faire fermenter une dizaine de fleurs de tiaré pendant au minimum 10 jours pour finalement obtenir un litre de Monoï. Après la fermentation, celui-ci est décanté puis filtré pour enlever les impuretés.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Je suis sorti avec une fille qui prenait des bains d'huile de Monoï. J'en suis aujourd'hui totalement allergique. ;-)

Le fait d'accélérer la macération par des organes de crustacés rend tout de suite le produit moins glamour. Ce procédé a-t-il une conséquence sur son parfum ?
Oui tu peux sentir un peu le coraya :p

a écrit : Au centre d'une noix de coco se trouve une amande (ou albumen) destinée à la consommation ou à la fabrication d'huile.
Lorsque l'albumen est séché au Soleil, on parle de coprah. L'huile d'amande de noix de coco destinée à faire du monoï est finalement de l'huile de coprah.

fr.wikipedia.org/wiki/Noix_de_coco
L'amande ne se trouve pas au centre mais tout autour de la face interne de la noix, en couche plus ou moins épaisse. On l'appelle quand même plus couramment la chair : c'est ce qui est blanc à l'intérieur de la noix de coco. Au centre il y a de l'eau : l'eau de coco, qu'on peut boire avec une paille en faisant un trou dans la noix ! Et contrairement à ce que croient beaucoup de gens, la noix telle qu'on la trouve dans le commerce, ne pousse pas comme ça sur l'arbre : elle est recouverte d'une bourre de fibres (qui servent à faire les tapis-brosse) et une peau très dure qui peut être verte ou jaune-orangé selon l'espèce et la maturité. Le fruit complet s'appelle tout simplement un coco, et la noix se trouve à l'intérieur, comme la noix du noyer dans sa bogue. Pour obtenir un maximum de chair, il vaut mieux attendre que la noix commence à sécher et que la peau devienne grise car la chair s'épaissit avec le temps : on trouve seulement une petite couche mince et transparente dans une noix jeune, et la chair peut atteindre 2 cm d'épaisseur environ et être très dure dans une noix vieille. Quand on râpe et presse la chair (également appelée amande ou albumen, c'est ce qui est blanc) on obtient le lait de coco. Et en chauffant ce lait, il se décompose et on peut récupérer l'huile qui flotte à la surface.

Posté le

android

(69)

Répondre

a écrit : Je pensais comme toi, mais le lien de @Tyb nous montre un truc que je ne connaissais pas : une découpe de coco avec une grosse "boule" blanche qui remplace l'eau... On voit bien la pulpe dure dont tu parles, la coque, et cette "boule" au milieu. Il semblerait que ce soit quand elle est très mûre et qu'elle germe. Et que ce serait ça "l'amande"... jmcmb Afficher tout Cette boule dont tu parles apparaît en effet quand le coco germe et c'est tout simplement le germe. Il n'est pas blanc, contrairement à la chair, mais jaune clair. Il est comestible et a un goût différent de (plus fade que) la chair. Ce qu'on peut appeler l'amande c'est la chair, qui est présente dans la noix, germée ou non, comme dans tout noyau ou noix et qui est d'un blanc immaculé dans le cas de la noix de coco. Le germe se développe à partir de la "bouche" (l'une des trois marques qu'on trouve à une extrémité de la noix, et qui est un peu différente des deux autres qu'on appelle les "yeux" car ils sont surmontés de marques qui ressemblent à des sourcils quand on tourne la noix dans le bon sens pour que ça ressemble à un visage !) : au fur et à mesure que la jeune pousse sort du coco (par la bouche de la noix), le germe se développe à l'intérieur jusqu'à occuper tout l'espace. Il faut ramasser des cocos dans la nature pour observer le germe, car il n'y en a pas quand on achète des noix de coco dans le commerce.


Tous les commentaires (20)

Huile d’amande de noix de coco ?

a écrit : Huile d’amande de noix de coco ? Au centre d'une noix de coco se trouve une amande (ou albumen) destinée à la consommation ou à la fabrication d'huile.
Lorsque l'albumen est séché au Soleil, on parle de coprah. L'huile d'amande de noix de coco destinée à faire du monoï est finalement de l'huile de coprah.

fr.wikipedia.org/wiki/Noix_de_coco

Je suis sorti avec une fille qui prenait des bains d'huile de Monoï. J'en suis aujourd'hui totalement allergique. ;-)

Le fait d'accélérer la macération par des organes de crustacés rend tout de suite le produit moins glamour. Ce procédé a-t-il une conséquence sur son parfum ?

a écrit : Je suis sorti avec une fille qui prenait des bains d'huile de Monoï. J'en suis aujourd'hui totalement allergique. ;-)

Le fait d'accélérer la macération par des organes de crustacés rend tout de suite le produit moins glamour. Ce procédé a-t-il une conséquence sur son parfum ?
Oui tu peux sentir un peu le coraya :p

a écrit : Au centre d'une noix de coco se trouve une amande (ou albumen) destinée à la consommation ou à la fabrication d'huile.
Lorsque l'albumen est séché au Soleil, on parle de coprah. L'huile d'amande de noix de coco destinée à faire du monoï est finalement de l'huile de coprah.

fr.wikipedia.org/wiki/Noix_de_coco
L'amande ne se trouve pas au centre mais tout autour de la face interne de la noix, en couche plus ou moins épaisse. On l'appelle quand même plus couramment la chair : c'est ce qui est blanc à l'intérieur de la noix de coco. Au centre il y a de l'eau : l'eau de coco, qu'on peut boire avec une paille en faisant un trou dans la noix ! Et contrairement à ce que croient beaucoup de gens, la noix telle qu'on la trouve dans le commerce, ne pousse pas comme ça sur l'arbre : elle est recouverte d'une bourre de fibres (qui servent à faire les tapis-brosse) et une peau très dure qui peut être verte ou jaune-orangé selon l'espèce et la maturité. Le fruit complet s'appelle tout simplement un coco, et la noix se trouve à l'intérieur, comme la noix du noyer dans sa bogue. Pour obtenir un maximum de chair, il vaut mieux attendre que la noix commence à sécher et que la peau devienne grise car la chair s'épaissit avec le temps : on trouve seulement une petite couche mince et transparente dans une noix jeune, et la chair peut atteindre 2 cm d'épaisseur environ et être très dure dans une noix vieille. Quand on râpe et presse la chair (également appelée amande ou albumen, c'est ce qui est blanc) on obtient le lait de coco. Et en chauffant ce lait, il se décompose et on peut récupérer l'huile qui flotte à la surface.

Posté le

android

(69)

Répondre

Ça m’étonne pas qu'il utilise de la cervelle. Le tannage amérindien le fait aussi pour assouplir les peaux.

a écrit : L'amande ne se trouve pas au centre mais tout autour de la face interne de la noix, en couche plus ou moins épaisse. On l'appelle quand même plus couramment la chair : c'est ce qui est blanc à l'intérieur de la noix de coco. Au centre il y a de l'eau : l'eau de coco, qu'on peut boire avec une paille en faisant un trou dans la noix ! Et contrairement à ce que croient beaucoup de gens, la noix telle qu'on la trouve dans le commerce, ne pousse pas comme ça sur l'arbre : elle est recouverte d'une bourre de fibres (qui servent à faire les tapis-brosse) et une peau très dure qui peut être verte ou jaune-orangé selon l'espèce et la maturité. Le fruit complet s'appelle tout simplement un coco, et la noix se trouve à l'intérieur, comme la noix du noyer dans sa bogue. Pour obtenir un maximum de chair, il vaut mieux attendre que la noix commence à sécher et que la peau devienne grise car la chair s'épaissit avec le temps : on trouve seulement une petite couche mince et transparente dans une noix jeune, et la chair peut atteindre 2 cm d'épaisseur environ et être très dure dans une noix vieille. Quand on râpe et presse la chair (également appelée amande ou albumen, c'est ce qui est blanc) on obtient le lait de coco. Et en chauffant ce lait, il se décompose et on peut récupérer l'huile qui flotte à la surface. Afficher tout Je pensais comme toi, mais le lien de @Tyb nous montre un truc que je ne connaissais pas : une découpe de coco avec une grosse "boule" blanche qui remplace l'eau... On voit bien la pulpe dure dont tu parles, la coque, et cette "boule" au milieu. Il semblerait que ce soit quand elle est très mûre et qu'elle germe. Et que ce serait ça "l'amande"... jmcmb

a écrit : Je pensais comme toi, mais le lien de @Tyb nous montre un truc que je ne connaissais pas : une découpe de coco avec une grosse "boule" blanche qui remplace l'eau... On voit bien la pulpe dure dont tu parles, la coque, et cette "boule" au milieu. Il semblerait que ce soit quand elle est très mûre et qu'elle germe. Et que ce serait ça "l'amande"... jmcmb Afficher tout Cette boule dont tu parles apparaît en effet quand le coco germe et c'est tout simplement le germe. Il n'est pas blanc, contrairement à la chair, mais jaune clair. Il est comestible et a un goût différent de (plus fade que) la chair. Ce qu'on peut appeler l'amande c'est la chair, qui est présente dans la noix, germée ou non, comme dans tout noyau ou noix et qui est d'un blanc immaculé dans le cas de la noix de coco. Le germe se développe à partir de la "bouche" (l'une des trois marques qu'on trouve à une extrémité de la noix, et qui est un peu différente des deux autres qu'on appelle les "yeux" car ils sont surmontés de marques qui ressemblent à des sourcils quand on tourne la noix dans le bon sens pour que ça ressemble à un visage !) : au fur et à mesure que la jeune pousse sort du coco (par la bouche de la noix), le germe se développe à l'intérieur jusqu'à occuper tout l'espace. Il faut ramasser des cocos dans la nature pour observer le germe, car il n'y en a pas quand on achète des noix de coco dans le commerce.

a écrit : Cette boule dont tu parles apparaît en effet quand le coco germe et c'est tout simplement le germe. Il n'est pas blanc, contrairement à la chair, mais jaune clair. Il est comestible et a un goût différent de (plus fade que) la chair. Ce qu'on peut appeler l'amande c'est la chair, qui est présente dans la noix, germée ou non, comme dans tout noyau ou noix et qui est d'un blanc immaculé dans le cas de la noix de coco. Le germe se développe à partir de la "bouche" (l'une des trois marques qu'on trouve à une extrémité de la noix, et qui est un peu différente des deux autres qu'on appelle les "yeux" car ils sont surmontés de marques qui ressemblent à des sourcils quand on tourne la noix dans le bon sens pour que ça ressemble à un visage !) : au fur et à mesure que la jeune pousse sort du coco (par la bouche de la noix), le germe se développe à l'intérieur jusqu'à occuper tout l'espace. Il faut ramasser des cocos dans la nature pour observer le germe, car il n'y en a pas quand on achète des noix de coco dans le commerce. Afficher tout Es ce que ça peut se manger, une noix de coco germée entière (sans le "bois^^) ?

J'adore ça mais j'imagine une graine géante germée creuse farcie cuite au four ...

Autre question, es ce que la noix de coco serait la plus grosse graine au monde? (d'après wiki, oui)

a écrit : Es ce que ça peut se manger, une noix de coco germée entière (sans le "bois^^) ?

J'adore ça mais j'imagine une graine géante germée creuse farcie cuite au four ...

Autre question, es ce que la noix de coco serait la plus grosse graine au monde? (d'après wiki, oui)
En tout cas le crabe ouvre boite qui sait l'ouvrir : Oui. C'est un mastodonte.

a écrit : Es ce que ça peut se manger, une noix de coco germée entière (sans le "bois^^) ?

J'adore ça mais j'imagine une graine géante germée creuse farcie cuite au four ...

Autre question, es ce que la noix de coco serait la plus grosse graine au monde? (d'après wiki, oui)
Oui, comme je le disais : le germe est comestible, et le reste reste comestible que la noix soit germée ou non, donc tout ce qui est à l'intérieur de la noix est comestible. Je n'aime pas trop le goût du germe ; il a peut-être d'autres intérêts (d'un point de vue diététique, comme le germe de blé ?) mais je n'ai pas étudié cette question.

a écrit : Oui, comme je le disais : le germe est comestible, et le reste reste comestible que la noix soit germée ou non, donc tout ce qui est à l'intérieur de la noix est comestible. Je n'aime pas trop le goût du germe ; il a peut-être d'autres intérêts (d'un point de vue diététique, comme le germe de blé ?) mais je n'ai pas étudié cette question. Afficher tout je sens que je vais tenter quelques expériences culinaires.

Dernière question, comment faire germer une noix de coco?(je vis en france, elles sont importées, donc... c'est une vraie question

Est ce que quelqu’un sait pourquoi cette huile préparée est plus « réputée » pour le bronzage ?

Est ce que la fleur utilisée apporte un effet ?, l’huile en elle même ?

Ou est-ce tout simplement le côté exotique du produit qui a eu un effet sur sa réputation ?

a écrit : je sens que je vais tenter quelques expériences culinaires.

Dernière question, comment faire germer une noix de coco?(je vis en france, elles sont importées, donc... c'est une vraie question
Tu peux essayer de mettre dans la terre humide et au chaud, quelques noix de coco achetées dans le commerce : avec un peu de chance il y en a bien une qui va germer ! Les cocos et même la noix seule germent facilement mais ça va te coûter cher en chauffage car il lui faut un climat tropical ! Et il vaut mieux essayer avec plusieurs noix achetées à différents endroits pour avoir plus de chances qu'il y en ait au moins une qui n'ait pas trop souffert du transport. www.aujardin.info/fiches/faire-germer-noix-coco.php J'ai cherché par curiosité "germe de coco propriétés" et j'ai trouvé qu'on lui prête beaucoup de vertus : www.comment-economiser.fr/10-bienfaits-embryon-noix-coco-sur-la-sante.html

a écrit : L'amande ne se trouve pas au centre mais tout autour de la face interne de la noix, en couche plus ou moins épaisse. On l'appelle quand même plus couramment la chair : c'est ce qui est blanc à l'intérieur de la noix de coco. Au centre il y a de l'eau : l'eau de coco, qu'on peut boire avec une paille en faisant un trou dans la noix ! Et contrairement à ce que croient beaucoup de gens, la noix telle qu'on la trouve dans le commerce, ne pousse pas comme ça sur l'arbre : elle est recouverte d'une bourre de fibres (qui servent à faire les tapis-brosse) et une peau très dure qui peut être verte ou jaune-orangé selon l'espèce et la maturité. Le fruit complet s'appelle tout simplement un coco, et la noix se trouve à l'intérieur, comme la noix du noyer dans sa bogue. Pour obtenir un maximum de chair, il vaut mieux attendre que la noix commence à sécher et que la peau devienne grise car la chair s'épaissit avec le temps : on trouve seulement une petite couche mince et transparente dans une noix jeune, et la chair peut atteindre 2 cm d'épaisseur environ et être très dure dans une noix vieille. Quand on râpe et presse la chair (également appelée amande ou albumen, c'est ce qui est blanc) on obtient le lait de coco. Et en chauffant ce lait, il se décompose et on peut récupérer l'huile qui flotte à la surface. Afficher tout Aussi intéressant que l’anecdote merci !

a écrit : Est ce que quelqu’un sait pourquoi cette huile préparée est plus « réputée » pour le bronzage ?

Est ce que la fleur utilisée apporte un effet ?, l’huile en elle même ?

Ou est-ce tout simplement le côté exotique du produit qui a eu un effet sur sa réputation ?
Le Monoï n'est pas utilisé comme huile de bronzage par les Polynésiens, car c'est une huile, et cela crame la peau.
Le Monoï est utilisé pour hydrater la peau et la chevelure des Polynésiens, mais il peut aussi être utilisé pour protéger le corps du froid.
Il existe plusieurs des Monoï avec des senteurs différentes : fleurs de frangipanier, coco, vanille, tiaré, ananas, ylang-ylang, citron elle (répulsif naturel contre les moustiques)...

a écrit : L'amande ne se trouve pas au centre mais tout autour de la face interne de la noix, en couche plus ou moins épaisse. On l'appelle quand même plus couramment la chair : c'est ce qui est blanc à l'intérieur de la noix de coco. Au centre il y a de l'eau : l'eau de coco, qu'on peut boire avec une paille en faisant un trou dans la noix ! Et contrairement à ce que croient beaucoup de gens, la noix telle qu'on la trouve dans le commerce, ne pousse pas comme ça sur l'arbre : elle est recouverte d'une bourre de fibres (qui servent à faire les tapis-brosse) et une peau très dure qui peut être verte ou jaune-orangé selon l'espèce et la maturité. Le fruit complet s'appelle tout simplement un coco, et la noix se trouve à l'intérieur, comme la noix du noyer dans sa bogue. Pour obtenir un maximum de chair, il vaut mieux attendre que la noix commence à sécher et que la peau devienne grise car la chair s'épaissit avec le temps : on trouve seulement une petite couche mince et transparente dans une noix jeune, et la chair peut atteindre 2 cm d'épaisseur environ et être très dure dans une noix vieille. Quand on râpe et presse la chair (également appelée amande ou albumen, c'est ce qui est blanc) on obtient le lait de coco. Et en chauffant ce lait, il se décompose et on peut récupérer l'huile qui flotte à la surface. Afficher tout Vraiment très intéressant! Merci

Si je peux te corriger juste sur un léger détail; la coque de la noix (du noyer) s'appelle le brou, la bogue est pour le marron ou la châtaigne ;)

a écrit : Le Monoï n'est pas utilisé comme huile de bronzage par les Polynésiens, car c'est une huile, et cela crame la peau.
Le Monoï est utilisé pour hydrater la peau et la chevelure des Polynésiens, mais il peut aussi être utilisé pour protéger le corps du froid.
Il existe plusieurs des Monoï avec de
s senteurs différentes : fleurs de frangipanier, coco, vanille, tiaré, ananas, ylang-ylang, citron elle (répulsif naturel contre les moustiques)... Afficher tout
Merci pour cette précision et ce complément.
Ça protège aussi du froid :) JMCMB

a écrit : Le Monoï n'est pas utilisé comme huile de bronzage par les Polynésiens, car c'est une huile, et cela crame la peau.
Le Monoï est utilisé pour hydrater la peau et la chevelure des Polynésiens, mais il peut aussi être utilisé pour protéger le corps du froid.
Il existe plusieurs des Monoï avec de
s senteurs différentes : fleurs de frangipanier, coco, vanille, tiaré, ananas, ylang-ylang, citron elle (répulsif naturel contre les moustiques)... Afficher tout
Donc le monoï c'est utilisé comme une base pour d'autres produits qui eux ont une utilité spécifique contrairement à l'industrie qui nous vend ça comme un principe actif rare et spécial? Ca m'étonne pas.

Okay. Bon a savoir, merci :)

P.S perso pour mes tifs de 50cm j'ai rien trouvé de mieux que l'huile d'olive pour démêler et faire briller, mais ça sent un peu la friture, j'vais p'têt essayer le monoï! ^^

a écrit : Vraiment très intéressant! Merci

Si je peux te corriger juste sur un léger détail; la coque de la noix (du noyer) s'appelle le brou, la bogue est pour le marron ou la châtaigne ;)
En effet, merci pour l'info, JMCMB, je croyais que le brou désignait seulement la teinture qu'on en extrait alors que la coque elle-même s'appelle aussi brou.