Mieux vaut ne pas voler avec Leul Abate

Proposé par
le

Leul Abate est un pilote de ligne chez Ethiopian Airlines qu'il vaut mieux éviter d'avoir sur son vol. En effet, il était pilote lors d'une prise d'otage le 12 avril 1992 où il dut atterrir en urgence à Nairobi. Un autre cas se produisit le 17 mars 1995 en Suède. Enfin, il était le pilote du vol 961 le 23 novembre 1996 qui dut amerrir en catastrophe au large des Comores et fit 125 morts.


Commentaires préférés (3)

Du coup c’est je préfèrerai voler avec Mr Bean !

Ça m’étonne qu’après avoir piloter un avion ayant fait 125 morts le pilote à pu continuer à exercer son métier. Que ce soit de sa faute ou non, il doit y avoir un traumatisme après un tel accident.

a écrit : Ça m’étonne qu’après avoir piloter un avion ayant fait 125 morts le pilote à pu continuer à exercer son métier. Que ce soit de sa faute ou non, il doit y avoir un traumatisme après un tel accident. Les détournements et crashs ont du le toucher c'est sur, mais du point de vue legislation/sécurité aérienne, ce pilote est un as.

Il a géré des situations critiques avec brio et a réussi a sauver beaucoup de personnes, meme lors de ce crash, il est parvenu a tromper les pirates en se rapprochant des cotes et a réussi un amerissage à +-300 km/h, ce n'est pas a la portée du premier venu, surtout sous la pression de pirates et à priori pendant une bagarre, sans hydrolique, sans moteurs, bref, c'est un champion.

Il n'a pas à culpabiliser, au même titre que des pompiers qui ne peuvent sauver tout le monde, il a fait son maximum ;)


Tous les commentaires (34)

Du coup c’est je préfèrerai voler avec Mr Bean !

a écrit : Du coup c’est je préfèrerai voler avec Mr Bean ! Gna ? Quèsaco ?

Ça m’étonne qu’après avoir piloter un avion ayant fait 125 morts le pilote à pu continuer à exercer son métier. Que ce soit de sa faute ou non, il doit y avoir un traumatisme après un tel accident.

Cela reste moins pire que de voyager avec Tom Hanks.

a écrit : Ça m’étonne qu’après avoir piloter un avion ayant fait 125 morts le pilote à pu continuer à exercer son métier. Que ce soit de sa faute ou non, il doit y avoir un traumatisme après un tel accident. Seul Leul a pu vivre tout cela sans que ça ne l’abatte.

a écrit : Ça m’étonne qu’après avoir piloter un avion ayant fait 125 morts le pilote à pu continuer à exercer son métier. Que ce soit de sa faute ou non, il doit y avoir un traumatisme après un tel accident. Les détournements et crashs ont du le toucher c'est sur, mais du point de vue legislation/sécurité aérienne, ce pilote est un as.

Il a géré des situations critiques avec brio et a réussi a sauver beaucoup de personnes, meme lors de ce crash, il est parvenu a tromper les pirates en se rapprochant des cotes et a réussi un amerissage à +-300 km/h, ce n'est pas a la portée du premier venu, surtout sous la pression de pirates et à priori pendant une bagarre, sans hydrolique, sans moteurs, bref, c'est un champion.

Il n'a pas à culpabiliser, au même titre que des pompiers qui ne peuvent sauver tout le monde, il a fait son maximum ;)

Ce pilote a très bien géré la situation, lors de l'atterrissage aux larges des Comores, les pirates de l'air voulurent se rendre en Australie, l'avion n'ayant pas assez de carburant disponible pour le faire, il a dû atterrir d'urgence, sans son sang froid ça aurait sûrement finit plus mal.

Posté le

android

(18)

Répondre

a écrit : Les détournements et crashs ont du le toucher c'est sur, mais du point de vue legislation/sécurité aérienne, ce pilote est un as.

Il a géré des situations critiques avec brio et a réussi a sauver beaucoup de personnes, meme lors de ce crash, il est parvenu a tromper les pirates en se rapprochant des
cotes et a réussi un amerissage à +-300 km/h, ce n'est pas a la portée du premier venu, surtout sous la pression de pirates et à priori pendant une bagarre, sans hydrolique, sans moteurs, bref, c'est un champion.

Il n'a pas à culpabiliser, au même titre que des pompiers qui ne peuvent sauver tout le monde, il a fait son maximum ;)
Afficher tout
Je suis d'accord avec vous, j'ai lu un article il y'a quelques années de cela qui parlait de l'atterrissage aux larges des Comores, et j'ai voile en savoir plus, alors j'ai recherché d'autres articles qui en parlait. C'est vrai qu'il y eu de nombreux passagers à bord qui ont perdus la vie, c'est dommage, mais cela n'enlève rien au sang froid et au courage dont a fait preuve le pilote pour faire face a une situation compliquée.
Mon pays la Côte d'Ivoire avait un ressortissant à bord de l'avion qui comme 124 autres passagers a perdu la vie, le pilote a été honoré par une fondation internationale de pilotes

Posté le

android

(19)

Répondre

a écrit : Ça m’étonne qu’après avoir piloter un avion ayant fait 125 morts le pilote à pu continuer à exercer son métier. Que ce soit de sa faute ou non, il doit y avoir un traumatisme après un tel accident. Je ne suis pas d'accord avec vous, sans les bons choix et le sang froid dont a fait preuve le pilote le bilan en vies humaines aurait certainement été plus lourd.
Le pilote fut honoré par la flight safety fondation.
Je tiens également a souligner le grand rôle joué par les habitants de l'île et les touristes (dont faisaient partie des médecins français alors en vacances sur l'île) qui sont venus en aide aux survivants.

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : Gna ? Quèsaco ? C'est le sujet d'une anecdote d'il y a quelques jours. Faut suivre un peu :D

Posté le

android

(3)

Répondre

"qu'il vaut mieux éviter d'avoir sur son vol"... au contraire, il faut essayer de l'avoir
- la probabilité d'avoir un incident est déjà faible
- deux incidents, c'est hautement improbables
- alors 3, quasiment aucune chance ! c'est ce pilote qu'il faut choisir :)

a écrit : Les détournements et crashs ont du le toucher c'est sur, mais du point de vue legislation/sécurité aérienne, ce pilote est un as.

Il a géré des situations critiques avec brio et a réussi a sauver beaucoup de personnes, meme lors de ce crash, il est parvenu a tromper les pirates en se rapprochant des
cotes et a réussi un amerissage à +-300 km/h, ce n'est pas a la portée du premier venu, surtout sous la pression de pirates et à priori pendant une bagarre, sans hydrolique, sans moteurs, bref, c'est un champion.

Il n'a pas à culpabiliser, au même titre que des pompiers qui ne peuvent sauver tout le monde, il a fait son maximum ;)
Afficher tout
De plus, il est à noter que les résultats des enquêtes démontrèrent que parmi les 125 décès du crash en mer aux Comores, un grand nombre l'a été par noyade et non pas en raison du crash en lui-même, de nombreux passagers ayant gonflé leur gilet de sauvetage dans la cabine, les piégeant de ce fait dans la carlingue.

Petite info de navigant : le gilet se gonfle en tirant la poignée, ce qui percute la cartouche de CO2 qui va gonfler le gilet. Le tube au niveau du torse permet lui de gonfler à la bouche si besoin, mais aussi de dégonfler en appuyant sur l'embouchure du tube.

Posté le

android

(23)

Répondre

a écrit : Seul Leul a pu vivre tout cela sans que ça ne l’abatte. Nous pendrais-tu pour des abates ? Leul

a écrit : De plus, il est à noter que les résultats des enquêtes démontrèrent que parmi les 125 décès du crash en mer aux Comores, un grand nombre l'a été par noyade et non pas en raison du crash en lui-même, de nombreux passagers ayant gonflé leur gilet de sauvetage dans la cabine, les piégeant de ce fait dans la carlingue.

Petite info de navigant : le gilet se gonfle en tirant la poignée, ce qui percute la cartouche de CO2 qui va gonfler le gilet. Le tube au niveau du torse permet lui de gonfler à la bouche si besoin, mais aussi de dégonfler en appuyant sur l'embouchure du tube.
Afficher tout
C’est rarement souligné pendant les consignes de sécurité, mais effectivement il est capital de ne _pas_ gonfler son gilet tant qu’on n’est pas sorti de l’avion. Sinon quand l’avion se remplit d’eau on se retrouve piégé et on ne peut plus sortir. C’est ce qui est arrivé à la plupart des victimes de cette catastrophe.

Au moins, ça prouve que le gars sait gérer les situations de crise...

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : C’est rarement souligné pendant les consignes de sécurité, mais effectivement il est capital de ne _pas_ gonfler son gilet tant qu’on n’est pas sorti de l’avion. Sinon quand l’avion se remplit d’eau on se retrouve piégé et on ne peut plus sortir. C’est ce qui est arrivé à la plupart des victimes de cette catastrophe. C'est, au contraire, systématiquement précisé dans la présentation des consignes de sécurité. Les présentations de sécurité ne sont pas une improvisation qui dépend de l'humeur du personnel, elles suivent un script précis, validé par les organismes de sécurité aérienne, que ce soit sous forme de vidéo enregistrée ou interprété en direct par le personnel, et préciser qu'il faut attendre d'être à l'extérieur de l'appareil pour gonfler son gilet en fait partie, mais si les gens n'écoutent pas les consignes, on aura beau le répéter 10 fois ça ne changera rien, et il y aura toujours des gens pour gonfler leur gilet à l'intérieur de l'avion et pour prétendre sur SCMB que c'est rarement souligné.

a écrit : Du coup c’est je préfèrerai voler avec Mr Bean ! Tu connais pas Mr. Bean ? XD

Posté le

android

(2)

Répondre