Le code pénal prévoit des exceptions à la cruauté envers les animaux

Proposé par
le

L'article 521-1 du code pénal français réprime la cruauté envers les animaux. Mais il existe des exceptions à cette loi, quand "une tradition locale ininterrompue peut être invoquée". C'est ainsi que sont autorisées les corridas (Sud de la France) mais aussi les combats à mort entre coqs (Nord et Antilles).


Commentaires préférés (3)

Au vu de la thématique "légèrement" sensible, je vous prierai de bien vouloir rester courtois en commentaires car j'aimerai passer un week-end serein et reposant et non devoir intervenir dans un remake de combat de MMA !
Merci à tous :)

Je me suis toujours demandé:
Quel est la définition d'un animal évoqué dans l'article 521-1 ?

Par exemple, si j'organise des combats à morts entre araignées ou entre mante religieuse dans mon salon ou que je ne m'embête pas à enlever les escargots quand je passe la tondeuse ou que je mette des tapettes à souris dans ma cave, s'agit-il de cruauté animale aux yeux de la loi ?

En soit je trouve que du point de vu du législateur qui arbitre entre fana de la tauromachie (qui sont pour la plupart non pas des barbares assoiffés de sang mais des personnes voulant faire vivre une tradition) et défenseur des animaux (qui sont pour la plupart non pas des hystériques se croyant meilleurs que tout le monde mais des personnes qui ne supportent pas de voir la souffrance quelle qu'elle soit) cette loi est très bien pensée et permet un bon compromis.
-D'un coté ça laisse les personnes qui veulent continuer à pratiquer leur tradition le faire dans leur coin
-De l'autre ça empêche que ces traditions se répandent et deviennent des phénomènes autre que locaux et traditionnel
-De plus ça indique clairement que si la tradition meurt demain, les futurs locaux ne pourront pas la faire revivre

Donc ça admet le bien fondé de la lutte contre la cruauté animale tout en admettant le caractère particulier de tradition ancestrale, tout en condamnant irrémédiablement à l'oubli ces pratiques à la seconde où plus personne ne s'y intéressera, ce qui arrivera tôt ou tard.

"Un bon compromis laisse toujours les deux partis mécontent"
fuust secouchermointbêteur, Octobre 2019


Tous les commentaires (120)

Au vu de la thématique "légèrement" sensible, je vous prierai de bien vouloir rester courtois en commentaires car j'aimerai passer un week-end serein et reposant et non devoir intervenir dans un remake de combat de MMA !
Merci à tous :)

Ah la loi et toutes ses failles... Sans parler des lois qui n'ont jamais étaient mise à jour !
Je serais curieuse de savoir combien de "faille" de ce genre on peut trouver rien que dans la loi française ?

Posté le

android

(0)

Répondre

Puisque nos ancêtres étaient des cons, continuons et nous aussi soyons cons. Vive les traditions.

Je me suis toujours demandé:
Quel est la définition d'un animal évoqué dans l'article 521-1 ?

Par exemple, si j'organise des combats à morts entre araignées ou entre mante religieuse dans mon salon ou que je ne m'embête pas à enlever les escargots quand je passe la tondeuse ou que je mette des tapettes à souris dans ma cave, s'agit-il de cruauté animale aux yeux de la loi ?

a écrit : Je me suis toujours demandé:
Quel est la définition d'un animal évoqué dans l'article 521-1 ?

Par exemple, si j'organise des combats à morts entre araignées ou entre mante religieuse dans mon salon ou que je ne m'embête pas à enlever les escargots quand je passe la tondeuse ou
que je mette des tapettes à souris dans ma cave, s'agit-il de cruauté animale aux yeux de la loi ? Afficher tout
J'ai souvent les mêmes pensées que toi (la tonte du jardin, c'est clair !) et je suis persuadé que si vraiment on voulait appliquer le code aux insectes et autres "nuisibles" (considérés par l'Homme) cela serait possible.

Ce qui m'a convaincu c'est de m'imaginer faire une montagne de ces escargots, araignées ou autres bestioles et passer la tondeuse dessus, clairement au yeux du voisinage je passerais pour un fou et un sadique. Pénalement poursuivi ? Pourquoi pas, avec toutes les assocs différentes.
Mais bon, quand ca reste dans le gazon ou le grenier, ca se voit pas alors ca choque personne :D

a écrit : Je me suis toujours demandé:
Quel est la définition d'un animal évoqué dans l'article 521-1 ?

Par exemple, si j'organise des combats à morts entre araignées ou entre mante religieuse dans mon salon ou que je ne m'embête pas à enlever les escargots quand je passe la tondeuse ou
que je mette des tapettes à souris dans ma cave, s'agit-il de cruauté animale aux yeux de la loi ? Afficher tout
Il me semble que les araignées et les mantes religieuses sont déjà seules et naturellement coupables de cruauté envers leurs semblables et notamment ceux de la gente masculine.. Pour le reste, cet article ne protège que les animaux domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité.

En lisant les sources me vient une question. Quelle différence entre course de taureau et corridas? Sur le site de légifrance il est parlé de course de taureau et dans l'anecdote de corridas.Par chez moi on pratique la course camarguaise ce que j'assimile à la course de taureau, sans autre maltraitance que le stress de l'animal. Alors la corrida est-elle réellement légale au sens de l'article 521-1 du code pénal? La mise à mort et la torture sont-elles vraiment autorisées par la loi?

a écrit : Je me suis toujours demandé:
Quel est la définition d'un animal évoqué dans l'article 521-1 ?

Par exemple, si j'organise des combats à morts entre araignées ou entre mante religieuse dans mon salon ou que je ne m'embête pas à enlever les escargots quand je passe la tondeuse ou
que je mette des tapettes à souris dans ma cave, s'agit-il de cruauté animale aux yeux de la loi ? Afficher tout
L'article 521-1 ne protège que les animaux domestiques, en captivité ou apprivoisés.

Il me semble qu'aucun texte ne protège les animaux sauvages.

a écrit : Je me suis toujours demandé:
Quel est la définition d'un animal évoqué dans l'article 521-1 ?

Par exemple, si j'organise des combats à morts entre araignées ou entre mante religieuse dans mon salon ou que je ne m'embête pas à enlever les escargots quand je passe la tondeuse ou
que je mette des tapettes à souris dans ma cave, s'agit-il de cruauté animale aux yeux de la loi ? Afficher tout
Dans ce que lis sur légifrance il n'est pas parlé de mise à mort.
La loi ne traite pas l'éthique ou la morale. Tout dépend. Si tu es toréro, aficionados, chasseur elle sera différente (la morale ou l'éthique) du végan, boudhiste, amérindien, ....

En soit je trouve que du point de vu du législateur qui arbitre entre fana de la tauromachie (qui sont pour la plupart non pas des barbares assoiffés de sang mais des personnes voulant faire vivre une tradition) et défenseur des animaux (qui sont pour la plupart non pas des hystériques se croyant meilleurs que tout le monde mais des personnes qui ne supportent pas de voir la souffrance quelle qu'elle soit) cette loi est très bien pensée et permet un bon compromis.
-D'un coté ça laisse les personnes qui veulent continuer à pratiquer leur tradition le faire dans leur coin
-De l'autre ça empêche que ces traditions se répandent et deviennent des phénomènes autre que locaux et traditionnel
-De plus ça indique clairement que si la tradition meurt demain, les futurs locaux ne pourront pas la faire revivre

Donc ça admet le bien fondé de la lutte contre la cruauté animale tout en admettant le caractère particulier de tradition ancestrale, tout en condamnant irrémédiablement à l'oubli ces pratiques à la seconde où plus personne ne s'y intéressera, ce qui arrivera tôt ou tard.

"Un bon compromis laisse toujours les deux partis mécontent"
fuust secouchermointbêteur, Octobre 2019

Fait intéressant qui montre que protéger les animaux c'est protéger la société toute entière:
J'ai écouté dernièrement un psychiatre, expert judiciaire, qui recommandait aux parents de consulter immédiatement un thérapeute s'ils constataient qu'un de leurs enfants faisait preuve de cruauté envers les animaux.
En effet, il avait remarqué en côtoyant et en interrogeant des meurtriers, et notamment des tueurs en série, que beaucoup de grands tueurs, souvent psychopathes, avaient développer dès l'enfance un goût pour faire souffrir les animaux et qu'ils en éprouvaient du plaisir.

a écrit : L'article 521-1 ne protège que les animaux domestiques, en captivité ou apprivoisés.

Il me semble qu'aucun texte ne protège les animaux sauvages.
Oui, mais @Tyb a raison quand même de poser la question... Un animal sauvage "en captivité" est concerné par la loi.
Cela concerne donc tous les animaux des zoos, et, s'il lui en vient l'idée :) les araignées qu'il aura en captivité et qu'il met à combattre.

a écrit : Oui, mais @Tyb a raison quand même de poser la question... Un animal sauvage "en captivité" est concerné par la loi.
Cela concerne donc tous les animaux des zoos, et, s'il lui en vient l'idée :) les araignées qu'il aura en captivité et qu'il met à combattre.
Oui, quand j'ai posé ma question, je m'imaginais avec un vivarium et des insectes en captivité.
Si je garde des escargots dans MON jardin, c'est une sorte de captivité non ?

Bref, en lisant l'anecdote, cela m'a fait penser à une chaine youtube qui filme des combats d'insectes genre mygale VS scorpions, frelons VS guêpes, scarabés vs cafard , etc. Je me demandais simplement si c'était de la cruauté animale.

Je crois qu'on en revient toujours à cette espèce de frontière que l'on trace entre les animaux qu'il faut protéger et ceux dont on se fout. Le vegan mettra la frontière très tôt mais pourra s'en foutre des insectes, le mangeur de viande mettra la frontière après les animaux qui se mangent, le soigneur du zoo mettra la frontière surtout autour des animaux sauvages sans forcément se soucier de ceux d'élevage, etc...

Je ne sais pas si c'est hypocrite de manière générale mais en tout cas c'est bien peu objectif.

a écrit : Fait intéressant qui montre que protéger les animaux c'est protéger la société toute entière:
J'ai écouté dernièrement un psychiatre, expert judiciaire, qui recommandait aux parents de consulter immédiatement un thérapeute s'ils constataient qu'un de leurs enfants faisait preuve de cruauté env
ers les animaux.
En effet, il avait remarqué en côtoyant et en interrogeant des meurtriers, et notamment des tueurs en série, que beaucoup de grands tueurs, souvent psychopathes, avaient développer dès l'enfance un goût pour faire souffrir les animaux et qu'ils en éprouvaient du plaisir.
Afficher tout
Mince, enfant, j'éprouvais un plaisir sadique à attraper et à noyer les guêpes. Je prend tout de suite rendez-vous :)

Non sans rire, les signes de manque d'empathie, jeune voire très jeune ne sont pas à prendre à la légère car c'est un sentiment presque inné qui n'est pas sensé disparaître dans des conditions normales de vie.

a écrit : En soit je trouve que du point de vu du législateur qui arbitre entre fana de la tauromachie (qui sont pour la plupart non pas des barbares assoiffés de sang mais des personnes voulant faire vivre une tradition) et défenseur des animaux (qui sont pour la plupart non pas des hystériques se croyant meilleurs que tout le monde mais des personnes qui ne supportent pas de voir la souffrance quelle qu'elle soit) cette loi est très bien pensée et permet un bon compromis.
-D'un coté ça laisse les personnes qui veulent continuer à pratiquer leur tradition le faire dans leur coin
-De l'autre ça empêche que ces traditions se répandent et deviennent des phénomènes autre que locaux et traditionnel
-De plus ça indique clairement que si la tradition meurt demain, les futurs locaux ne pourront pas la faire revivre

Donc ça admet le bien fondé de la lutte contre la cruauté animale tout en admettant le caractère particulier de tradition ancestrale, tout en condamnant irrémédiablement à l'oubli ces pratiques à la seconde où plus personne ne s'y intéressera, ce qui arrivera tôt ou tard.

"Un bon compromis laisse toujours les deux partis mécontent"
fuust secouchermointbêteur, Octobre 2019
Afficher tout
Petite correction:

"Un bon compromis laisse toujours tout le monde en colère"
Bill Watterson, Calvin et Hobbes, 2000...

a écrit : Ah la loi et toutes ses failles... Sans parler des lois qui n'ont jamais étaient mise à jour !
Je serais curieuse de savoir combien de "faille" de ce genre on peut trouver rien que dans la loi française ?
Jamais été*. Je sais que c'est moche de corriger ainsi les fautes mais je ne supporte pas celle ci. Désolé. :(

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Puisque nos ancêtres étaient des cons, continuons et nous aussi soyons cons. Vive les traditions. On t’a dit de rester poli, vile malandrin !

a écrit : Puisque nos ancêtres étaient des cons, continuons et nous aussi soyons cons. Vive les traditions. On est toujours le con de quelqu'un oublie pas.

Posté le

android

(12)

Répondre

a écrit : J'ai souvent les mêmes pensées que toi (la tonte du jardin, c'est clair !) et je suis persuadé que si vraiment on voulait appliquer le code aux insectes et autres "nuisibles" (considérés par l'Homme) cela serait possible.

Ce qui m'a convaincu c'est de m'imaginer fa
ire une montagne de ces escargots, araignées ou autres bestioles et passer la tondeuse dessus, clairement au yeux du voisinage je passerais pour un fou et un sadique. Pénalement poursuivi ? Pourquoi pas, avec toutes les assocs différentes.
Mais bon, quand ca reste dans le gazon ou le grenier, ca se voit pas alors ca choque personne :D
Afficher tout
Ce n’est peut-être pas le terme d’« animaux » qui doit susciter l’attention, mais celui de « cruauté ». Organiser des combats d’araignées dans ton garage, c’est de la cruauté. Tondre les escargots qui sont dans la pelouse non. A moins que ce ne soit fait délibérément dans le but de les tuer.
Et puis il y a la question des « nuisibles ». La nature est en quête d’équilibre et l’Homme fait partie de ce processus. Se débarrasser des nuisibles quand c’est nécessaire tout en gardant les bonnes proportions garantit (à mon sens) cet équilibre.

80% de la filière hallal en France est en fait du casher. Voilà pourquoi ça perdure. Le premier politique qui part de travers se fait remettre les bretelles à l'endroit. En France il y'a pas si longtemps on pratiquait la saignée de l'animal. Certains abattoirs censés mettre a mort sans souffrance font n'importe quoi. Les élevages intensifs, ou les poules ne voient plus le jour
..