La cellulite peut être une infection

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

a écrit : Rien de mieux qu'une femme avec des formes de toute façon Quel rapport? On parle de la cellulite pas de la charge pondérale ...

Posté le

android

(81)

Répondre

Surtout ne jamais dire à une femme : ton père est un voleur il a volé toutes les peaux d oranges pour les mettre dans tes cuisses ;)

Posté le

android

(66)

Répondre

a écrit : Un lien avec la facilite nécrosante (désolé pour l’orthographe) d’un des épisodes de Scrubs ? On n'utilise pas vraiment le mot cellulite en pratique parce que ce n'est pas précis, il regroupe 2 types d'infection cutanée bactérienne qui n'ont rien à voir en terme de gravité.

On parle plutôt de dermo-hypodermite non nécrosante (ou érysipèle), fréquente et sans gravité le plus souvent. La plupart du temps l'infection part d'une plaie cutanée (une petite mycose entre les orteils par exemple) pour s'étendre sur une jambe et donner la classique grosse jambe rouge, chaude, douloureuse, avec de la fièvre. Ça guérit avec un antibiotique, tout simplement.

L'infection gravissime est la dermo-hypodermite nécrosante (ou la fasciite nécrosante dans tu parles), plus rare mais qui peut être mortelle. Là aussi l'infection se situe souvent au niveau d'une jambe (ou ailleurs pour une infection après une chirurgie, comme la gangrène de Fournier qui entraîne une nécrose de tout le périnée, je te déconseille d'aller voir sur Google image..). La clinique est bien plus bruyante avec une infection très sévère, des douleurs insupportables, et une extension très rapide. Le piège est de passer à côté car la nécrose part de l'hypoderme vers la superficie... La nécrose va s'étendre aux tissus en profondeur, et il faut donc, en plus de sortir le bazooka des antibiotiques, opérer le plus vite possible pour enlever tous les tissus qui sont morts (j'en ai vu une au bloc qui a fini en amputation de toute la jambe quelques jours plus tard...)

Posté le

android

(58)

Répondre


Tous les commentaires (19)

Rien de mieux qu'une femme avec des formes de toute façon

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Rien de mieux qu'une femme avec des formes de toute façon Quel rapport? On parle de la cellulite pas de la charge pondérale ...

Posté le

android

(81)

Répondre

Surtout ne jamais dire à une femme : ton père est un voleur il a volé toutes les peaux d oranges pour les mettre dans tes cuisses ;)

Posté le

android

(66)

Répondre

Un lien avec la facilite nécrosante (désolé pour l’orthographe) d’un des épisodes de Scrubs ?

a écrit : Surtout ne jamais dire à une femme : ton père est un voleur il a volé toutes les peaux d oranges pour les mettre dans tes cuisses ;) Ton père est un voleur il a volé une bactérie il l'a mis dans tes tissus sous-cutanés

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Un lien avec la facilite nécrosante (désolé pour l’orthographe) d’un des épisodes de Scrubs ? On n'utilise pas vraiment le mot cellulite en pratique parce que ce n'est pas précis, il regroupe 2 types d'infection cutanée bactérienne qui n'ont rien à voir en terme de gravité.

On parle plutôt de dermo-hypodermite non nécrosante (ou érysipèle), fréquente et sans gravité le plus souvent. La plupart du temps l'infection part d'une plaie cutanée (une petite mycose entre les orteils par exemple) pour s'étendre sur une jambe et donner la classique grosse jambe rouge, chaude, douloureuse, avec de la fièvre. Ça guérit avec un antibiotique, tout simplement.

L'infection gravissime est la dermo-hypodermite nécrosante (ou la fasciite nécrosante dans tu parles), plus rare mais qui peut être mortelle. Là aussi l'infection se situe souvent au niveau d'une jambe (ou ailleurs pour une infection après une chirurgie, comme la gangrène de Fournier qui entraîne une nécrose de tout le périnée, je te déconseille d'aller voir sur Google image..). La clinique est bien plus bruyante avec une infection très sévère, des douleurs insupportables, et une extension très rapide. Le piège est de passer à côté car la nécrose part de l'hypoderme vers la superficie... La nécrose va s'étendre aux tissus en profondeur, et il faut donc, en plus de sortir le bazooka des antibiotiques, opérer le plus vite possible pour enlever tous les tissus qui sont morts (j'en ai vu une au bloc qui a fini en amputation de toute la jambe quelques jours plus tard...)

Posté le

android

(58)

Répondre

Une maladie grave si ça vire à l'anthrax ou si ça passe dans le sang. Sinon les inflammations sous cutané sont assez bénignes sauf pour les immunodéprimés

En réalité, l'appellation "cellulite" pour les problèmes de graisse est un abus de language vu que cela n'a rien à voir avec un processus inflammatoire.
Le vrai nom est lipodystrophie superficielle, ce qui signifie... "mauvaise répartition des graisses"

a écrit : On n'utilise pas vraiment le mot cellulite en pratique parce que ce n'est pas précis, il regroupe 2 types d'infection cutanée bactérienne qui n'ont rien à voir en terme de gravité.

On parle plutôt de dermo-hypodermite non nécrosante (ou érysipèle), fréquente et sans gravité le plus souv
ent. La plupart du temps l'infection part d'une plaie cutanée (une petite mycose entre les orteils par exemple) pour s'étendre sur une jambe et donner la classique grosse jambe rouge, chaude, douloureuse, avec de la fièvre. Ça guérit avec un antibiotique, tout simplement.

L'infection gravissime est la dermo-hypodermite nécrosante (ou la fasciite nécrosante dans tu parles), plus rare mais qui peut être mortelle. Là aussi l'infection se situe souvent au niveau d'une jambe (ou ailleurs pour une infection après une chirurgie, comme la gangrène de Fournier qui entraîne une nécrose de tout le périnée, je te déconseille d'aller voir sur Google image..). La clinique est bien plus bruyante avec une infection très sévère, des douleurs insupportables, et une extension très rapide. Le piège est de passer à côté car la nécrose part de l'hypoderme vers la superficie... La nécrose va s'étendre aux tissus en profondeur, et il faut donc, en plus de sortir le bazooka des antibiotiques, opérer le plus vite possible pour enlever tous les tissus qui sont morts (j'en ai vu une au bloc qui a fini en amputation de toute la jambe quelques jours plus tard...)
Afficher tout
J’ai googlé.
J’aurais pas dû.

Pourquoi "les femmes connaissent bien", les hommes n'ont pas de cellulite ? Si oui, pourquoi ?

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : On n'utilise pas vraiment le mot cellulite en pratique parce que ce n'est pas précis, il regroupe 2 types d'infection cutanée bactérienne qui n'ont rien à voir en terme de gravité.

On parle plutôt de dermo-hypodermite non nécrosante (ou érysipèle), fréquente et sans gravité le plus souv
ent. La plupart du temps l'infection part d'une plaie cutanée (une petite mycose entre les orteils par exemple) pour s'étendre sur une jambe et donner la classique grosse jambe rouge, chaude, douloureuse, avec de la fièvre. Ça guérit avec un antibiotique, tout simplement.

L'infection gravissime est la dermo-hypodermite nécrosante (ou la fasciite nécrosante dans tu parles), plus rare mais qui peut être mortelle. Là aussi l'infection se situe souvent au niveau d'une jambe (ou ailleurs pour une infection après une chirurgie, comme la gangrène de Fournier qui entraîne une nécrose de tout le périnée, je te déconseille d'aller voir sur Google image..). La clinique est bien plus bruyante avec une infection très sévère, des douleurs insupportables, et une extension très rapide. Le piège est de passer à côté car la nécrose part de l'hypoderme vers la superficie... La nécrose va s'étendre aux tissus en profondeur, et il faut donc, en plus de sortir le bazooka des antibiotiques, opérer le plus vite possible pour enlever tous les tissus qui sont morts (j'en ai vu une au bloc qui a fini en amputation de toute la jambe quelques jours plus tard...)
Afficher tout
Je ne suis absolument pas d'accord. La cellulite (infection bactérienne des tissus mous sous cutanés, de la face par exemple) est une entité clinique a part entière bien distincte de la dermo-hypodermite bactérienne, qu'elle soit necrosante ou non.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Pourquoi "les femmes connaissent bien", les hommes n'ont pas de cellulite ? Si oui, pourquoi ? Et bien les femmes n'ont pas le même corps que les hommes. Dans leur constitution est ancré le rôle d'enfanter un jour, donc de base les femmes ont dans leur corps plus de graisse que les hommes. Cette graisse est, disons, bien placée pour que cela donne un atout repoductif : des seins généreux, un fessier rebondi. (Et attention, je m'attends déjà à des réactions du genre : "beurk, les femmes avec des formes, mon Dieu c'est moche", mais je suis désolée, la nature fait qu'une femme doit avoir des rondeurs. Les femmes n'ayant pas de forme du tout (les planches à repasser) ne sont pas "normales", d'un point de vue reproductif. D'ailleurs elles ont souvent plus de mal à enfanter et allaiter...)


Parfois cette graisse est mal stockée, et cela donne de la cellulite. Même les femmes n'ayant pas ces formes généreuses peuvent en avoir, et certaines femmes rondes n'en ont pas du tout.

La cellulite, comme la cullote de cheval, c'est génétique. On ne peut pas y faire grand chose, à part se ruiner en crèmes anti peau d'orange, anti cellulite, mettre des gaines ... ce qui n'est efficace que pendant qu'on l'utilise, et partiellement (cela atténue l'aspect moche), ou alors une liposuccion (méthode radicale, cela ne revient pas si on a une alimentation saine, puisqu'on enlève le tissus adipeux qui pose problème). On peut aussi faire énormément de sport, mais pas n'importe lesquels.

Bref. Des hommes sont atteints, mais cela les fait moins souffrir car souvent on attend moins des hommes qu'ils aient des cuisses ou un ventre parfaitement lisses, et de toute façon leurs poils cachent pas mal ce "désagrément".

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Surtout ne jamais dire à une femme : ton père est un voleur il a volé toutes les peaux d oranges pour les mettre dans tes cuisses ;) T'as de drôles de pick-up lines toi

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Et bien les femmes n'ont pas le même corps que les hommes. Dans leur constitution est ancré le rôle d'enfanter un jour, donc de base les femmes ont dans leur corps plus de graisse que les hommes. Cette graisse est, disons, bien placée pour que cela donne un atout repoductif : des seins généreux, un fessier rebondi. (Et attention, je m'attends déjà à des réactions du genre : "beurk, les femmes avec des formes, mon Dieu c'est moche", mais je suis désolée, la nature fait qu'une femme doit avoir des rondeurs. Les femmes n'ayant pas de forme du tout (les planches à repasser) ne sont pas "normales", d'un point de vue reproductif. D'ailleurs elles ont souvent plus de mal à enfanter et allaiter...)


Parfois cette graisse est mal stockée, et cela donne de la cellulite. Même les femmes n'ayant pas ces formes généreuses peuvent en avoir, et certaines femmes rondes n'en ont pas du tout.

La cellulite, comme la cullote de cheval, c'est génétique. On ne peut pas y faire grand chose, à part se ruiner en crèmes anti peau d'orange, anti cellulite, mettre des gaines ... ce qui n'est efficace que pendant qu'on l'utilise, et partiellement (cela atténue l'aspect moche), ou alors une liposuccion (méthode radicale, cela ne revient pas si on a une alimentation saine, puisqu'on enlève le tissus adipeux qui pose problème). On peut aussi faire énormément de sport, mais pas n'importe lesquels.

Bref. Des hommes sont atteints, mais cela les fait moins souffrir car souvent on attend moins des hommes qu'ils aient des cuisses ou un ventre parfaitement lisses, et de toute façon leurs poils cachent pas mal ce "désagrément".
Afficher tout
En voilà un commentaire bien détaillé, perso j'étais parti pour répondre : "Connais-tu beaucoup de mecs qui se plaignent d'avoir de la cellulite ?" :D

a écrit : En réalité, l'appellation "cellulite" pour les problèmes de graisse est un abus de language vu que cela n'a rien à voir avec un processus inflammatoire.
Le vrai nom est lipodystrophie superficielle, ce qui signifie... "mauvaise répartition des graisses"
Le mot cellulite est en effet très mal utilisé, on parle plutôt de stéatomérie en réalité.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : On n'utilise pas vraiment le mot cellulite en pratique parce que ce n'est pas précis, il regroupe 2 types d'infection cutanée bactérienne qui n'ont rien à voir en terme de gravité.

On parle plutôt de dermo-hypodermite non nécrosante (ou érysipèle), fréquente et sans gravité le plus souv
ent. La plupart du temps l'infection part d'une plaie cutanée (une petite mycose entre les orteils par exemple) pour s'étendre sur une jambe et donner la classique grosse jambe rouge, chaude, douloureuse, avec de la fièvre. Ça guérit avec un antibiotique, tout simplement.

L'infection gravissime est la dermo-hypodermite nécrosante (ou la fasciite nécrosante dans tu parles), plus rare mais qui peut être mortelle. Là aussi l'infection se situe souvent au niveau d'une jambe (ou ailleurs pour une infection après une chirurgie, comme la gangrène de Fournier qui entraîne une nécrose de tout le périnée, je te déconseille d'aller voir sur Google image..). La clinique est bien plus bruyante avec une infection très sévère, des douleurs insupportables, et une extension très rapide. Le piège est de passer à côté car la nécrose part de l'hypoderme vers la superficie... La nécrose va s'étendre aux tissus en profondeur, et il faut donc, en plus de sortir le bazooka des antibiotiques, opérer le plus vite possible pour enlever tous les tissus qui sont morts (j'en ai vu une au bloc qui a fini en amputation de toute la jambe quelques jours plus tard...)
Afficher tout
Toujours écouter quelqu un qui te déconseille d aller voir sur google image....

Posté le

android

(2)

Répondre

Je pensais que la cellulite était cette maladie chronique dangereuse qui consiste à regarder ses jambes plutôt que devant soi pour utiliser un cellulaire en conduisant. Cette maladie contagieuse aboutit parfois à se faire la peau ou celle des autres. Bien plus dangereux que la ou les maladie(s) décrite(s) dans l'anecdote. :)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je pensais que la cellulite était cette maladie chronique dangereuse qui consiste à regarder ses jambes plutôt que devant soi pour utiliser un cellulaire en conduisant. Cette maladie contagieuse aboutit parfois à se faire la peau ou celle des autres. Bien plus dangereux que la ou les maladie(s) décrite(s) dans l'anecdote. :) Afficher tout Il n'y a qu'au Québec qu'on dit "cellulaire" ;-)

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Il n'y a qu'au Québec qu'on dit "cellulaire" ;-) Parce qu'ils ont traduit : "cell phone" littéralement. En Belgique, on dit GSM mais le terme "mobilophone" existe...
Bref, on s'éloigne de la cellulite.