La France a une clouterie du XIXe siècle en fonctionnement

Proposé par
le

Commentaires préférés (3)

a écrit : Juste pour etre sur, le fait de bouger ou démonter ce smachines les deregleraient ?
Donc comment ont il fait pour assembler tout ca ? ils ne peuvent plus le refaire ?
Si il y a un seisme c'est la faillite ?
Assembler les machines, c’est une chose, les régler, c’en est une autre. Surtout sur les machines avant l’aire numérique où tous les réglages sont mécaniques, cela demande pas mal de petits ajustements empiriques qui ne sont pas forcément reproductibles.

J’ai déjà entendu parler de cette entreprise je ne sais plus ou.
Mon anecdote préféré de cette entreprise est le référencement des 325 machines. Plutôt que de les numéroter, ils leurs donne des noms féminins: Antoinette, Bécassine, Francine, Huguette...
ce qui pour moi égaye un peu plus la vie de tout les jours, mais permet également de mieux ce souvenir des problèmes ou réglages quotidiens de chaque machines.
Désolé pour les fautes.

a écrit : Ces vieilles machines, qui ne valent sûrement pas un clou, sont clouées au sol ! Allez tout le monde, une Ola pour Philippe qui d'habitude est toujours sérieux et ne sort jamais des clous.

Posté le

android

(98)

Répondre


Tous les commentaires (28)

Juste pour etre sur, le fait de bouger ou démonter ce smachines les deregleraient ?
Donc comment ont il fait pour assembler tout ca ? ils ne peuvent plus le refaire ?
Si il y a un seisme c'est la faillite ?

La qualité de l'équipement est phénoménale.. ça me clou le bec.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Juste pour etre sur, le fait de bouger ou démonter ce smachines les deregleraient ?
Donc comment ont il fait pour assembler tout ca ? ils ne peuvent plus le refaire ?
Si il y a un seisme c'est la faillite ?
Assembler les machines, c’est une chose, les régler, c’en est une autre. Surtout sur les machines avant l’aire numérique où tous les réglages sont mécaniques, cela demande pas mal de petits ajustements empiriques qui ne sont pas forcément reproductibles.

a écrit : Assembler les machines, c’est une chose, les régler, c’en est une autre. Surtout sur les machines avant l’aire numérique où tous les réglages sont mécaniques, cela demande pas mal de petits ajustements empiriques qui ne sont pas forcément reproductibles. ok compris, surtout grace au terme ajustement empiriques qui explique tout en fait, merci

J’ai déjà entendu parler de cette entreprise je ne sais plus ou.
Mon anecdote préféré de cette entreprise est le référencement des 325 machines. Plutôt que de les numéroter, ils leurs donne des noms féminins: Antoinette, Bécassine, Francine, Huguette...
ce qui pour moi égaye un peu plus la vie de tout les jours, mais permet également de mieux ce souvenir des problèmes ou réglages quotidiens de chaque machines.
Désolé pour les fautes.

a écrit : J’ai déjà entendu parler de cette entreprise je ne sais plus ou.
Mon anecdote préféré de cette entreprise est le référencement des 325 machines. Plutôt que de les numéroter, ils leurs donne des noms féminins: Antoinette, Bécassine, Francine, Huguette...
ce qui pour moi égaye un peu plus la vie de tout les j
ours, mais permet également de mieux ce souvenir des problèmes ou réglages quotidiens de chaque machines.
Désolé pour les fautes.
Afficher tout
Retenir le prénom de ces 325 machines ne doit pas être évident. Mais il se pourrait que les prénoms soient rangés dans l'ordre des jours de l'année.

Juste une idée comme ça... ;-)

Posté le

android

(4)

Répondre

j'habites pas très loin de l'usine et étant la dernière clouterie de France, il y a des visites au public avec explications de temps en temps.

Posté le

android

(8)

Répondre

Ces vieilles machines, qui ne valent sûrement pas un clou, sont clouées au sol !

a écrit : Ces vieilles machines, qui ne valent sûrement pas un clou, sont clouées au sol ! Allez tout le monde, une Ola pour Philippe qui d'habitude est toujours sérieux et ne sort jamais des clous.

Posté le

android

(98)

Répondre

a écrit : j'habites pas très loin de l'usine et étant la dernière clouterie de France, il y a des visites au public avec explications de temps en temps. Moi aussi j’y habite pas très loin

a écrit : J’ai déjà entendu parler de cette entreprise je ne sais plus ou.
Mon anecdote préféré de cette entreprise est le référencement des 325 machines. Plutôt que de les numéroter, ils leurs donne des noms féminins: Antoinette, Bécassine, Francine, Huguette...
ce qui pour moi égaye un peu plus la vie de tout les j
ours, mais permet également de mieux ce souvenir des problèmes ou réglages quotidiens de chaque machines.
Désolé pour les fautes.
Afficher tout
Sûrement au JT de Tf1, je me souviens d'un reportage sur une clouterie ( y a 1 ou 2 ans). Merci Jean-pierre Pernault !

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Assembler les machines, c’est une chose, les régler, c’en est une autre. Surtout sur les machines avant l’aire numérique où tous les réglages sont mécaniques, cela demande pas mal de petits ajustements empiriques qui ne sont pas forcément reproductibles. C'est tout à fait vrai. Et même actuellement, avec les machines à commande numérique, une mise en géométrie (dans le jargon) est systématique lors d'un déplacement de machine.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : J’ai déjà entendu parler de cette entreprise je ne sais plus ou.
Mon anecdote préféré de cette entreprise est le référencement des 325 machines. Plutôt que de les numéroter, ils leurs donne des noms féminins: Antoinette, Bécassine, Francine, Huguette...
ce qui pour moi égaye un peu plus la vie de tout les j
ours, mais permet également de mieux ce souvenir des problèmes ou réglages quotidiens de chaque machines.
Désolé pour les fautes.
Afficher tout
Hey pierrot! T'as fini de remonter huguette? Je trouve ça rigolo quand même !

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Juste pour etre sur, le fait de bouger ou démonter ce smachines les deregleraient ?
Donc comment ont il fait pour assembler tout ca ? ils ne peuvent plus le refaire ?
Si il y a un seisme c'est la faillite ?
Je me permet de te donner quelques réponses étant ingénieur industriel. En effet, les déplacements de machines même au sein d’une même usine sont des sources d’angoisse pour les services méthodes/maintenances, et comme le précise Marcouyu c’est d’autant plus vrai pour les machines ancienne, qui plus est si elles fabriquent des petites pièces.

Pour corroborer cela, on établi lors de la première mise en marche d’une machine ce qu’on appelle un kilomètre 0. C’est en fait un relevé de tous les paramètres et toutes les cotes qui entrent en jeu dans le fonctionnement de la machine.
Mais cela ne prend pas tout en compte, comme parfois la planéité des sols, l’hygrométrie ou l’ensoleillement qui peuvent être très variable surtout si l’on transfère des machines d’un pays à l’autre, et qui peuvent affecter le bon fonctionnement des moyens.
Voilà tout, pardon pour le roman

a écrit : Hey pierrot! T'as fini de remonter huguette? Je trouve ça rigolo quand même ! Surtout qu'il l'a démonté juste avant

a écrit : Moi aussi j’y habite pas très loin Moi j'habite à Creil et je ne La connais meme pas....

Pas déplaçable mais pas irremplaçable.

Posté le

android

(0)

Répondre