Quelle différence entre funeste, funèbre et funéraire ?

Proposé par
le

Les adjectifs "funéraire", "funeste" et "funèbre" ont la même racine latine "funus" mais ne sont pas synonymes. Funèbre s'emploie pour un événement et funéraire s'emploie pour un objet « qui a rapport à la mort, à la dépouille », alors que funeste signifie « qui annonce ou cause la mort, le malheur ».


Commentaires préférés (3)

L'urne funéraire ouverte et l'écho de l'oraison funèbre disparu, le funeste destin de Gustave quitta l'histoire pour rentrer dans la légende.

a écrit : Je suis pas contre un peu de vocabulaire mais est-ce qu'on est encore sur l'anecdote là ? Quelle est la plus value par rapport à un dictionnaire ? Beaucoup de gens se trompent sur la signification de ces mots tout comme les journalistes confondent "macabre" et "morbide" par exemple. La plus-value à mes yeux, c'est d'en connaitre le sens pour ne pas se tromper ou reprendre quelqu'un qui se trompe.

Il s'agit d'une anecdote rangée dans la catégorie "expression". Si tu regardes cette catégorie, beaucoup d'autres anecdotes traitent de vocabulaire comme la différence entre météore et météorite, la définition de cataracte, l'origine du mot tunnel, la définition d'une cathèdre, etc.

Mais il est vrai que nous pourrions arrêter de lire SCMB et plutôt lire le dictionnaire.

a écrit : Je suis pas contre un peu de vocabulaire mais est-ce qu'on est encore sur l'anecdote là ? Quelle est la plus value par rapport à un dictionnaire ? Moi j'aime ce genre de publication, très succinctement on apprend à mieux utiliser certains mots dont je n'aurais pas eu le réflexe de chercher dans un dictionnaire. C'est vrai qu'il n'y a rien de sensationnel, on se couche seulement un moins peu bête.

Posté le

android

(44)

Répondre


Tous les commentaires (19)

Je suis pas contre un peu de vocabulaire mais est-ce qu'on est encore sur l'anecdote là ? Quelle est la plus value par rapport à un dictionnaire ?

Posté le

android

(0)

Répondre

L'urne funéraire ouverte et l'écho de l'oraison funèbre disparu, le funeste destin de Gustave quitta l'histoire pour rentrer dans la légende.

a écrit : Je suis pas contre un peu de vocabulaire mais est-ce qu'on est encore sur l'anecdote là ? Quelle est la plus value par rapport à un dictionnaire ? En effet. S'il s'agit de dire que des mots ayant la même racine n'ont pas nécessairement le même sens, c'est un peu enfoncer une porte ouverte.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je suis pas contre un peu de vocabulaire mais est-ce qu'on est encore sur l'anecdote là ? Quelle est la plus value par rapport à un dictionnaire ? Beaucoup de gens se trompent sur la signification de ces mots tout comme les journalistes confondent "macabre" et "morbide" par exemple. La plus-value à mes yeux, c'est d'en connaitre le sens pour ne pas se tromper ou reprendre quelqu'un qui se trompe.

Il s'agit d'une anecdote rangée dans la catégorie "expression". Si tu regardes cette catégorie, beaucoup d'autres anecdotes traitent de vocabulaire comme la différence entre météore et météorite, la définition de cataracte, l'origine du mot tunnel, la définition d'une cathèdre, etc.

Mais il est vrai que nous pourrions arrêter de lire SCMB et plutôt lire le dictionnaire.

a écrit : Beaucoup de gens se trompent sur la signification de ces mots tout comme les journalistes confondent "macabre" et "morbide" par exemple. La plus-value à mes yeux, c'est d'en connaitre le sens pour ne pas se tromper ou reprendre quelqu'un qui se trompe.

Il s'agit d
'une anecdote rangée dans la catégorie "expression". Si tu regardes cette catégorie, beaucoup d'autres anecdotes traitent de vocabulaire comme la différence entre météore et météorite, la définition de cataracte, l'origine du mot tunnel, la définition d'une cathèdre, etc.

Mais il est vrai que nous pourrions arrêter de lire SCMB et plutôt lire le dictionnaire.
Afficher tout
Après réflexion je me dis que le dico est un objet pour lequel j'imagine un avenir funeste. Donc pourquoi pas oui, en tout cas ça fait pas de mal !

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Je suis pas contre un peu de vocabulaire mais est-ce qu'on est encore sur l'anecdote là ? Quelle est la plus value par rapport à un dictionnaire ? Moi j'aime ce genre de publication, très succinctement on apprend à mieux utiliser certains mots dont je n'aurais pas eu le réflexe de chercher dans un dictionnaire. C'est vrai qu'il n'y a rien de sensationnel, on se couche seulement un moins peu bête.

Posté le

android

(44)

Répondre

a écrit : Je suis pas contre un peu de vocabulaire mais est-ce qu'on est encore sur l'anecdote là ? Quelle est la plus value par rapport à un dictionnaire ? L'intérêt c'est de dire au gens qu'ils n'ont pas lu le dictionnaire avant d'utiliser les mots qu'ils ont appris par transmission orale, et mine de rien faudrait en faire plus souvent des comme ça aux présentateurs du journal télé.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Je suis pas contre un peu de vocabulaire mais est-ce qu'on est encore sur l'anecdote là ? Quelle est la plus value par rapport à un dictionnaire ? C'est pas grave, il peut y avoir de tout. Moi je ne savais pas ça et je l'ai appris anecdotiqument. Et ce soir JMCMB.

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : L'urne funéraire ouverte et l'écho de l'oraison funèbre disparu, le funeste destin de Gustave quitta l'histoire pour rentrer dans la légende. C'est plus rapide a écrire et plus amusant a lire en n'utilisant que l'abreviation "fun" à chaques fois.

Posté le

android

(1)

Répondre

Oui c'est rare que des mots ayant la même étymologie soient synonymes. S'ils l'avaient été, ils auraient probablement disparu de la langue.

a écrit : Oui c'est rare que des mots ayant la même étymologie soient synonymes. S'ils l'avaient été, ils auraient probablement disparu de la langue. Ou n'aurait tout simplement pas été "inventé" !

a écrit : Ou n'aurait tout simplement pas été "inventé" ! La plupart des synonymes que l’on connait ne sont pas de vrais synonymes.
Un synonyme absolu signifie qu’un terme peut se substituer à un autre dans tous les contextes possibles. C’est très rarement le cas sauf dans un contexte scientifique (les noms d'espèces par exemple ou les termes de chimie) ou dans le cas où un objet est appelé de deux manières différentes selon la région. Par exemple, on pourrait considérer que « Pain au chocolat » et « chocolatine » sont deux synonymes absolus. Peu importe le contexte, l’un peut se substituer à l’autre sans modifier le sens. Autre exemple, le méthane peut également se dire protocarbure d’hydrogène ou hydrure de méthyle. Il s'agit de synonymes absolus.

En français, on utilise surtout des synonymes partiels dits « parasynonymes ». Les termes peuvent se substituer en fonction du contexte (intensité, stylistique, historique, géographique, culturel ou syntaxique). Par exemple, « immense » et « infini » sont synonymes. Ils ont tous les deux le sens de : qui est sans bornes, sans limites. Et pourtant, ces deux mots selon le contexte n’ont pas du tout la même intensité. Donc deux synonymes partiels ont toujours leur utilité, car ce sont les nuances qui font la richesse de notre langue.

J'en apprends beaucoup avec vous merci beaucoup

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : La plupart des synonymes que l’on connait ne sont pas de vrais synonymes.
Un synonyme absolu signifie qu’un terme peut se substituer à un autre dans tous les contextes possibles. C’est très rarement le cas sauf dans un contexte scientifique (les noms d'espèces par exemple ou les termes de chimie) ou dans le
cas où un objet est appelé de deux manières différentes selon la région. Par exemple, on pourrait considérer que « Pain au chocolat » et « chocolatine » sont deux synonymes absolus. Peu importe le contexte, l’un peut se substituer à l’autre sans modifier le sens. Autre exemple, le méthane peut également se dire protocarbure d’hydrogène ou hydrure de méthyle. Il s'agit de synonymes absolus.

En français, on utilise surtout des synonymes partiels dits « parasynonymes ». Les termes peuvent se substituer en fonction du contexte (intensité, stylistique, historique, géographique, culturel ou syntaxique). Par exemple, « immense » et « infini » sont synonymes. Ils ont tous les deux le sens de : qui est sans bornes, sans limites. Et pourtant, ces deux mots selon le contexte n’ont pas du tout la même intensité. Donc deux synonymes partiels ont toujours leur utilité, car ce sont les nuances qui font la richesse de notre langue.
Afficher tout
Ça doit être mon côté matheuse mais pour moi "immense" et "infini" sont totalement différents...pas du tout synonymes. Je viens de vérifier vos propos et pour le coup, JMCMB

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Ça doit être mon côté matheuse mais pour moi "immense" et "infini" sont totalement différents...pas du tout synonymes. Je viens de vérifier vos propos et pour le coup, JMCMB J'ai fait exprès de choisir ces deux là car pour moi également, "immense" est très loin du terme "infini" comme on pourrait le concevoir en mathématiques et pourtant ils apparaissent comme synonyme.
Je crois que le terme "immense" qui finalement se traduit étymologiquement par "qui n'a pas de mesures ou qui ne se mesure pas" désignait à l'origine quelquechose d'infini, de non mesurable. Son emploi dans le langage courant pour des objets de grandes dimensions a réduit la portée de sa définition première.

Cela arrive pour beaucoup de mots, employé souvent à tord par les journalistes, de perdre en intensité.

a écrit : Ça doit être mon côté matheuse mais pour moi "immense" et "infini" sont totalement différents...pas du tout synonymes. Je viens de vérifier vos propos et pour le coup, JMCMB Pourtant on a bien le préfixe im- qui signifie l'absence, puis le radical "mense" qui renvoie à la notion de mesure ! On se laisse souvent berner par les utilisations "dérivées" de certains mots.

Dans un autre registre, avec ma femmes récemment on s'amusait à trouver des "origines cachées" derrière certains mots de tous les jours : le gratin, c'est quand le gras est teint; un co-pain, c'est celui avec qui tu partages ton pain; déjeuner c'est dé-jeûner... La langue française est belle

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : Pourtant on a bien le préfixe im- qui signifie l'absence, puis le radical "mense" qui renvoie à la notion de mesure ! On se laisse souvent berner par les utilisations "dérivées" de certains mots.

Dans un autre registre, avec ma femmes récemment on s'amusait à trouver des "
;origines cachées" derrière certains mots de tous les jours : le gratin, c'est quand le gras est teint; un co-pain, c'est celui avec qui tu partages ton pain; déjeuner c'est dé-jeûner... La langue française est belle Afficher tout
Cela fonctionne encore mieux avec les adverbes ou les interjections dont on oublie très vite l'origine :
aussitôt - aussi tôt / Bientôt - bien tôt / Bonjour - bon jour , etc.

Personnellement, ce que je préfère, ce sont les origines des expressions qui réservent souvent des surprises. Dernière en date que j'ai appris il y a peu même si l'origine fait encore débat : "Tirer les vers du nez" n'a a priori strictement rien à voir avec les asticots. Cela viendrait de "ver, verum" en latin qui signifie le vrai. Quelques siècles plus tard et une faute d'orthographe et on se retrouve avec des asticots dans le nez. Les anglais ont d'ailleurs traduit littéralement cette expression et disent également : "to worm a secret out of somebody" qui signifie bien "vers de terre".

a écrit : Pourtant on a bien le préfixe im- qui signifie l'absence, puis le radical "mense" qui renvoie à la notion de mesure ! On se laisse souvent berner par les utilisations "dérivées" de certains mots.

Dans un autre registre, avec ma femmes récemment on s'amusait à trouver des "
;origines cachées" derrière certains mots de tous les jours : le gratin, c'est quand le gras est teint; un co-pain, c'est celui avec qui tu partages ton pain; déjeuner c'est dé-jeûner... La langue française est belle Afficher tout
Pour le copain, j'aime bien ajouter qu'il faut faire attention avec les copines ;)

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Cela fonctionne encore mieux avec les adverbes ou les interjections dont on oublie très vite l'origine :
aussitôt - aussi tôt / Bientôt - bien tôt / Bonjour - bon jour , etc.

Personnellement, ce que je préfère, ce sont les origines des expressions qui réservent souvent des surprises. Derniè
re en date que j'ai appris il y a peu même si l'origine fait encore débat : "Tirer les vers du nez" n'a a priori strictement rien à voir avec les asticots. Cela viendrait de "ver, verum" en latin qui signifie le vrai. Quelques siècles plus tard et une faute d'orthographe et on se retrouve avec des asticots dans le nez. Les anglais ont d'ailleurs traduit littéralement cette expression et disent également : "to worm a secret out of somebody" qui signifie bien "vers de terre". Afficher tout
C'est d'ailleurs vous, je crois, qui aviez posté quelque chose au sujet du pot aux roses, non ? J'espère alors que vous voterez positivement à l'anecdote que j'ai soumise aujourd'hui !

Posté le

android

(2)

Répondre