Le schistosoma est un ver qui fait des ravages chez l'Homme

Proposé par
le
dans

Le schistosoma est un ver parasite, peu connu, qui pourrait pourtant bien être le deuxième "animal" le plus dangereux pour l'Homme après le moustique. Environ 250 millions de personnes étaient infectées en 2015 et le parasite causerait près de 200 000 décès chaque année à cause de ses œufs. Principalement présent en Afrique, il fait partie des maladies tropicales négligées.

Une fois dans l'organisme, la femelle et le mâle ont la particularité de vivre accouplés quasiment en permanence. La femelle pond jusqu'à 300 œufs par jour, qui se retrouvent parfois piégés dans l'organisme et qui vont alors entraîner des complications entraînant la mort. Les estimations varient, mais la World Health Organisation estime depuis plusieurs années que le parasite causerait environ 200 000 décès chaque année, contre 435 000 décès pour le paludisme.


Commentaires préférés (3)

Je trouve cela un peu étonnant de comparer la dangerosité, si je puis dire, d'un parasite avec le moustique en sachant que les problèmes liés aux moustiques sont simplement la transmission de parasites.
On compare en fait un parasite responsable d'une pathologie avec un animal vecteur de plusieurs parasites responsables de plusieurs pathologies différentes.
Sinon c'est assez triste de constater le nombre de décès liés au paludisme quand on sait que des traitements curateur, si je ne me trompe pas, existe.

Je connaissais ça sous le nom de "bilharziose" ; en Afrique subsaharienne, Amérique du sud, dans certains pays d'Asie et aux Caraîbes... On attrappe ça par l'eau douce, bue ou ingérée dans des crudités lavées dans de l'eau contaminée (le plus souvent par les urines ou les excréments d'animaux d'élevages). Le ver circule par les voies sanguines, touche à priori l'intestin mais peut infecter aussi des organes tels le foie, la rate, etc...
C'est fou de penser au monde que ça touche et que ça tue car cela se soigne très bien une fois diagnostiqué ; par des "antiparasitaires", en quelques jours seulement. Sympthômes : douleurs abdominales, toux, diarrhées (souvent sanglantes), fatigue générale anormale, fièvres, sudations...
L'anecdote nous dit que c'est une maladie méconnue : mais on connait et on soigne ça (au moins en Europe) depuis plus de quarante ans. Mon père avait choppé cette saloperie et avait été soigné à son retour en France en quelques jours.
Comment l'Humanité ne peut-elle pas mettre un terme à ces maladies infectieuses qui tuent tant de gens, alors que de simples cachets suffisent ?...

a écrit : Avec des frontières barbelées, un assainissement des eaux africaines et beaucoup d'hygiène corporel à enseigner aux autochtones.

Cela vous fera 25 € pour la consultation.
Explicitez les frontières barbelées, je suis curieux de voir comment les barbelés arrêtent les moustiques.


Tous les commentaires (31)

Je trouve cela un peu étonnant de comparer la dangerosité, si je puis dire, d'un parasite avec le moustique en sachant que les problèmes liés aux moustiques sont simplement la transmission de parasites.
On compare en fait un parasite responsable d'une pathologie avec un animal vecteur de plusieurs parasites responsables de plusieurs pathologies différentes.
Sinon c'est assez triste de constater le nombre de décès liés au paludisme quand on sait que des traitements curateur, si je ne me trompe pas, existe.

Troisième animal le plus dangereux. Le premier étant l'homme lui-même.

a écrit : Troisième animal le plus dangereux. Le premier étant l'homme lui-même. Un danger pour lui même et pour les autres animaux.

a écrit : Troisième animal le plus dangereux. Le premier étant l'homme lui-même. C'est une bien jolie phrase, mais le moustique tue en réalité (via les maladies qu'il transmet) bien plus d'hommes que l'homme lui-même.

Franchement y a pas de quoi se plaindre, ça doit être beau d'être élu théâtre d'une histoire d'amour...

Je connaissais ça sous le nom de "bilharziose" ; en Afrique subsaharienne, Amérique du sud, dans certains pays d'Asie et aux Caraîbes... On attrappe ça par l'eau douce, bue ou ingérée dans des crudités lavées dans de l'eau contaminée (le plus souvent par les urines ou les excréments d'animaux d'élevages). Le ver circule par les voies sanguines, touche à priori l'intestin mais peut infecter aussi des organes tels le foie, la rate, etc...
C'est fou de penser au monde que ça touche et que ça tue car cela se soigne très bien une fois diagnostiqué ; par des "antiparasitaires", en quelques jours seulement. Sympthômes : douleurs abdominales, toux, diarrhées (souvent sanglantes), fatigue générale anormale, fièvres, sudations...
L'anecdote nous dit que c'est une maladie méconnue : mais on connait et on soigne ça (au moins en Europe) depuis plus de quarante ans. Mon père avait choppé cette saloperie et avait été soigné à son retour en France en quelques jours.
Comment l'Humanité ne peut-elle pas mettre un terme à ces maladies infectieuses qui tuent tant de gens, alors que de simples cachets suffisent ?...

a écrit : Ça se soigne comment ? Avec des frontières barbelées, un assainissement des eaux africaines et beaucoup d'hygiène corporel à enseigner aux autochtones.

Cela vous fera 25 € pour la consultation.

a écrit : Avec des frontières barbelées, un assainissement des eaux africaines et beaucoup d'hygiène corporel à enseigner aux autochtones.

Cela vous fera 25 € pour la consultation.
Ça se finance comment ?

a écrit : Avec des frontières barbelées, un assainissement des eaux africaines et beaucoup d'hygiène corporel à enseigner aux autochtones.

Cela vous fera 25 € pour la consultation.
Explicitez les frontières barbelées, je suis curieux de voir comment les barbelés arrêtent les moustiques.

a écrit : C'est une bien jolie phrase, mais le moustique tue en réalité (via les maladies qu'il transmet) bien plus d'hommes que l'homme lui-même. Ah ? Parce qu'il ne faut compter que les homicides volontaires de l'homme ? On ne compte pas les décès ayant pour cause l'alcool, la drogue, les empoisonnements, les accidents industriels, les accidents domestiques, etc. Parce que, sincèrement, je n'ai pas de source, mais je n'ai aucun doute que l'homme est le plus grand tueur d'hommes de la planète ! Si on ajoute son rôle dans les catastrophes climatiques (réchauffement, assèchement des sols, gaspillage de l'eau), je ne vois pas qui peut douter !
PS : quitte à ne compter que les homicides volontaires, les moustiques passent à 0 victime car ils ne tuent jamais intentionnellement.

a écrit : Ah ? Parce qu'il ne faut compter que les homicides volontaires de l'homme ? On ne compte pas les décès ayant pour cause l'alcool, la drogue, les empoisonnements, les accidents industriels, les accidents domestiques, etc. Parce que, sincèrement, je n'ai pas de source, mais je n'ai aucun doute que l'homme est le plus grand tueur d'hommes de la planète ! Si on ajoute son rôle dans les catastrophes climatiques (réchauffement, assèchement des sols, gaspillage de l'eau), je ne vois pas qui peut douter !
PS : quitte à ne compter que les homicides volontaires, les moustiques passent à 0 victime car ils ne tuent jamais intentionnellement.
Afficher tout
Je rajouterai les accidents de la route aussi.

a écrit : Je trouve cela un peu étonnant de comparer la dangerosité, si je puis dire, d'un parasite avec le moustique en sachant que les problèmes liés aux moustiques sont simplement la transmission de parasites.
On compare en fait un parasite responsable d'une pathologie avec un animal vecteur de plusieurs paras
ites responsables de plusieurs pathologies différentes.
Sinon c'est assez triste de constater le nombre de décès liés au paludisme quand on sait que des traitements curateur, si je ne me trompe pas, existe.
Afficher tout
Il me semble que non, rien ne permet de guérir à 100% du paludisme. À priori les antibios, si utilisés précocement, fonctionne plutôt bien ... Mais vu le traitement j'ai pas envie d'essayer !
Il existe aussi des traitements préventifs, qui ne sont pas fiables à 100 % et qui ne sont pas toujours bien tolérés.
Pour avoir fait un tour au Senegal et avoir fréquenté des locaux et des expats français, j'ai l'impression que ceux qui prennent le traitement ne sont pas si nombreux ...

a écrit : Je connaissais ça sous le nom de "bilharziose" ; en Afrique subsaharienne, Amérique du sud, dans certains pays d'Asie et aux Caraîbes... On attrappe ça par l'eau douce, bue ou ingérée dans des crudités lavées dans de l'eau contaminée (le plus souvent par les urines ou les excréments d'animaux d'élevages). Le ver circule par les voies sanguines, touche à priori l'intestin mais peut infecter aussi des organes tels le foie, la rate, etc...
C'est fou de penser au monde que ça touche et que ça tue car cela se soigne très bien une fois diagnostiqué ; par des "antiparasitaires", en quelques jours seulement. Sympthômes : douleurs abdominales, toux, diarrhées (souvent sanglantes), fatigue générale anormale, fièvres, sudations...
L'anecdote nous dit que c'est une maladie méconnue : mais on connait et on soigne ça (au moins en Europe) depuis plus de quarante ans. Mon père avait choppé cette saloperie et avait été soigné à son retour en France en quelques jours.
Comment l'Humanité ne peut-elle pas mettre un terme à ces maladies infectieuses qui tuent tant de gens, alors que de simples cachets suffisent ?...
Afficher tout
Ton pere a eu de la chance. Mon cousin habitait depuis peu en Afrique avec son pere et il est mort du paludisme en debut d’annee. Je suis d’accord avec la fin de ton commentaire : tous les pays devraient avoir acces aux medicaments et ceux pour toutes les maladies soignables.

a écrit : Ton pere a eu de la chance. Mon cousin habitait depuis peu en Afrique avec son pere et il est mort du paludisme en debut d’annee. Je suis d’accord avec la fin de ton commentaire : tous les pays devraient avoir acces aux medicaments et ceux pour toutes les maladies soignables. Oui, le paludisme c'est autre chose. Désolé pour ton cousin. J'imagine qu'il a choppé le "falsiparum" ; c'est un des 4 palud qui ne pardonne pas si c'est pas pris à temps, ou par anticipation. Pour ma part j'ai le "vivax"... pas mortel lui, mais il peut revenir à tout moment : fatigue générale "boum", il se re-développe...
Et là aussi, quand on pense que de la simple nivaquine ou flavoquine (en cachets) suffit ; ton cousin n'en avait pas pris avant de partir j'imagine.

Pourquoi mettre « animal » entre guillemets ?
Un ver comme un moustique sont bien des animaux...

a écrit : Il me semble que non, rien ne permet de guérir à 100% du paludisme. À priori les antibios, si utilisés précocement, fonctionne plutôt bien ... Mais vu le traitement j'ai pas envie d'essayer !
Il existe aussi des traitements préventifs, qui ne sont pas fiables à 100 % et qui ne sont pas toujours bien to
lérés.
Pour avoir fait un tour au Senegal et avoir fréquenté des locaux et des expats français, j'ai l'impression que ceux qui prennent le traitement ne sont pas si nombreux ...
Afficher tout
Le palu est assez particulier. En zone d'endémie, les personnes en contact régulier développent une immunité contre le parasite qui empêche progressivement la survenue d'accès graves du palu, bien qu'il reste présent dans l'organisme. C'est pourquoi c'est surtout les jeunes enfants qui meurent du paludisme, c'est exceptionnel qu'un adulte "en bonne santé" en meure. Par contre cette immunité n'est pas definitive, lorsque des africains qui habitent en France rentrent au pays, ils ont perdu cette immunité et doivent prendre une prophylaxie. Quand un européen part habiter dans une zone d'endémie pour une longue période, on lui conseille généralement de prendre cette prophylaxie 6 mois, le temps de développer un peu d'immunité (et de connaître les hôpitaux proches au cas où).

a écrit : Ah ? Parce qu'il ne faut compter que les homicides volontaires de l'homme ? On ne compte pas les décès ayant pour cause l'alcool, la drogue, les empoisonnements, les accidents industriels, les accidents domestiques, etc. Parce que, sincèrement, je n'ai pas de source, mais je n'ai aucun doute que l'homme est le plus grand tueur d'hommes de la planète ! Si on ajoute son rôle dans les catastrophes climatiques (réchauffement, assèchement des sols, gaspillage de l'eau), je ne vois pas qui peut douter !
PS : quitte à ne compter que les homicides volontaires, les moustiques passent à 0 victime car ils ne tuent jamais intentionnellement.
Afficher tout
MA vache d'un simple pet détruit la couche d'ozone. Vite fait bien fait sans effort.

La maladie du sommeil, transmise par la mouche tsetse, fait aussi partie des maladies négligées d'Afrique.
Maintenant le questionnement dérangeant c'est de se demander si c'est négligé ou "négligé en connaissance de cause"...

a écrit : MA vache d'un simple pet détruit la couche d'ozone. Vite fait bien fait sans effort. On accuse les vaches et donc la vôtre pour oublier ou taire que les plus grands péteurs donc destructeurs de la couche d’ozone sont les hommes...