Le RAID tire bien son nom de l'insecticide

Proposé par
le

Le RAID, célèbre unité d'élite de la police nationale, porte le même nom qu'un insecticide tout aussi célèbre. Ce n'est pas un hasard, car c'est à cause d'une publicité pour l'insecticide diffusée en boucle en 1985 que François Rebsamen, qui travaillait alors avec le ministre de l'intérieur, eut l'idée de ce nom. La signification de l'acronyme (Recherche, Assistance, Intervention et Dissuasion) a donc été définie dans un second temps, pour coller au nom retenu.


Commentaires préférés (3)

Une prise d'otages qui s'embourbe et pue la merde ?! Envoyer donc l'EPARCYL !!! (Exécution Préparation Action Réactivité Consolidation YannickNoah Libération)

Posté le

android

(215)

Répondre

a écrit : Du coup quelle est la différence entre le RAID et le GIGN ? Le RAID est pour la Police Nationale l'équivalent du GIGN pour la Gendarmerie Nationale : l'unité la plus haut placée dans le shéma d'emploi des forces de chacune de ces entités.

En gros, dans le shéma d'intervention des forces actuel, tu as dans l'ordre :

- l'intervention élémentaire. Ce sont les policiers du commissariat au coin de ta rue ou les gendarmes de la brigade du coin. Ils sont là pour gérer Kévin qui agresse mémé, patrouiller, etc ;

- l'intervention intermédiaire. C'est notamment la BAC pour la Police et les PSIG pour la Gendarmerie. Formation plus poussée, entraînement et tests physiques réguliers. Ce sont des forces de l'ordre un peu plus "musclées" qui sont plus à même de gérer les agressions sérieuses du quotidien (tu ne demandes pas à un Major bedonnant à deux mois de la retraite et son adjointe de 19ans d'aller arrêter une bagarre au couteau au milieu d'un camp de roms). Ils gèrent aussi les arrestations domiciliaires, les patrouilles de nuit dans des zones "chaudes", etc. Depuis 2016, une bonne partie de ces unités (alors nommées "PSIG-Sabre" en GN, pour la Police je n'ai pas le nom en tête) ont en permanence dans le véhicule du matos lourd pour être à même d'être primo-intervenant sur des attaques terroristes. Fusils d'assaut, casques et gilets lourds, etc. L'idée est de leur permettre d'intervenir en tout point du territoire en moins de 20min pour figer la situation, histoire de ne pas avoir à attendre l'arrivée des équipes suivantes :

- l'intervention spécialisée. Comme je disais, GI pour la GN, RAID pour la PN, chacune implantée en région parisienne. Dans une moindre mesure il y a aussi leurs "antennes" ("AGIGN" et "Antenne Raid") présentes dans les grandes villes de France, amalgame d'anciennes unités (PI2G, GIPN, etc.) un peu entre le palier précédent et celui-ci, qui peuvent être utilisées en renfort de leur unité-mère sachant qu'elles seront dans la majorité des cas sur zone avant celle-ci ou alors à leur place si le jeu ne vaut pas la chandelle de faire venir de Paris les gros bras.
Là tu as les meilleurs éléments de la Gendarmerie et de la Police, dédiés aux interventions les plus difficiles. Go-fast, arrestations de grands criminels, libération d'otages, lutte anti-terroriste, évolution en milieu NRBC, explosifs, etc.

Petit commentaire : le GIGN, par son appartenance à l'Armée (la Gendarmerie étant une des quatre branches de l'Armée francaise, aux côtés de l'Armée de Terre, l'Armée de l'Air et la Marine Nationale), son histoire et donc son expérience, sa sélection, son entraînement et son équipement est beaucoup plus réputé que le RAID.
Il est connu partout dans le monde et fait référence dans beaucoup de spécialités, notamment le contre-terrorisme aérien suite à sa fameuse intervention de Marignane en 94 (à ce sujet, voir le film "L'Assaut" qui est assez bien fait).
Accessoirement, contrairement au RAID qui est une force civile, son appartenance à l'Armée lui permet d'intervenir partout dans le monde. Ses membres vont donc régulièrement sur les théatres de guerre acquérir de l'expérience (nombreuses rotations en Afghanistan), et ils y interviennent aussi dans leur coeur de métier (intervention - libération d'otages) : prise d'otage du Ponant dans l'océan Indien en 2008, prise d'otage de la Grande Mosquée de 79, Hôtel Radison de Bamako en 2015, etc.

a écrit : Du coup quelle est la différence entre le RAID et le GIGN ? Le RAID est une unité d'élite de la Police nationale tandis que le GIGN est une unité d'élite de la Gendarmerie nationale (ces derniers étant donc rattachés à l'armée).

Au niveau des compétences les 2 unités peuvent être comparées mais elles interviennent rarement dans les mêmes environnements. Ainsi (de souvenir) le RAID est particulièrement utile pour des interventions en milieu urbain alors que le GIGN sera davantage utilisé en milieu rural.

En tant qu'unité de l'armée, le GIGN peut également être amené à opéré à l'étranger et plus particulièrement dans les Collectivités territoriales (cf l'intervention de 1988 en Nouvelle-Calédonie).

Le RAID et le GIGN sont des unités spécialement entraînés pour lutter contre trois types d'individus (si mes souvenirs sont, encore une fois, exacts) : le forcené (grossomodo une personne qui a perdu la raison et qui se met à tuer des gens qui passent devant sa maison), le preneur d'otages (tout est dit, mais il faut vraiment prendre en compte que les preneurs d'otages n'ont pas comme intention première de tuer les otages) et le terroriste (qui compte quant à lui faire un maximum de victimes).

Pour finir, ces unités ont une réputation dans le monde entier pour... la négociation. Le GIGN est en effet l'unité ayant le meilleur ratio de vies sauvées par la négociation (et également en intervention). Celles-ci peuvent durer 20 heures voire plusieurs jours avec 2 négociateurs qui s'alternent et qui font systématiquement partie de l'équipe d'intervention (contrairement aux Etats-Unis qui séparent l'équipe d'intervention, le SWAT, des négociateurs, le FBI par exemple).

Source principale : conférence de Bernard Thellier, ancien négociateur du GIGN.
Sources secondaires : mon grand respect pour ces hommes ordinaires qui font des choses extraordinaires.

Posté le

android

(93)

Répondre


Tous les commentaires (44)

Une prise d'otages qui s'embourbe et pue la merde ?! Envoyer donc l'EPARCYL !!! (Exécution Préparation Action Réactivité Consolidation YannickNoah Libération)

Posté le

android

(215)

Répondre

a écrit : Une prise d'otages qui s'embourbe et pue la merde ?! Envoyer donc l'EPARCYL !!! (Exécution Préparation Action Réactivité Consolidation YannickNoah Libération) Yannick noah ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Une prise d'otages qui s'embourbe et pue la merde ?! Envoyer donc l'EPARCYL !!! (Exécution Préparation Action Réactivité Consolidation YannickNoah Libération) Merci pour ce fou rire !!!

Posté le

android

(11)

Répondre

Du coup quelle est la différence entre le RAID et le GIGN ?

Ça ne m'étonne pas qu'on ait pu trouver un acronyme à partir de n'importe quel mot choisi par le ministre, c'est courant dans la fonction publique, on peut en voir le résultat dans les noms donnés aux sites web et aux différentes prestations de la sécu, de la CAF, des impôts, de la SNCF... Apparemment il y a des agents qui sont doués pour trouver des acronymes et qui en raffolent (et probablement certains dont c'est le seul talent).

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Du coup quelle est la différence entre le RAID et le GIGN ? Gign : gendarmerie Raid : Police :)

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Du coup quelle est la différence entre le RAID et le GIGN ? Le RAID est pour la Police Nationale l'équivalent du GIGN pour la Gendarmerie Nationale : l'unité la plus haut placée dans le shéma d'emploi des forces de chacune de ces entités.

En gros, dans le shéma d'intervention des forces actuel, tu as dans l'ordre :

- l'intervention élémentaire. Ce sont les policiers du commissariat au coin de ta rue ou les gendarmes de la brigade du coin. Ils sont là pour gérer Kévin qui agresse mémé, patrouiller, etc ;

- l'intervention intermédiaire. C'est notamment la BAC pour la Police et les PSIG pour la Gendarmerie. Formation plus poussée, entraînement et tests physiques réguliers. Ce sont des forces de l'ordre un peu plus "musclées" qui sont plus à même de gérer les agressions sérieuses du quotidien (tu ne demandes pas à un Major bedonnant à deux mois de la retraite et son adjointe de 19ans d'aller arrêter une bagarre au couteau au milieu d'un camp de roms). Ils gèrent aussi les arrestations domiciliaires, les patrouilles de nuit dans des zones "chaudes", etc. Depuis 2016, une bonne partie de ces unités (alors nommées "PSIG-Sabre" en GN, pour la Police je n'ai pas le nom en tête) ont en permanence dans le véhicule du matos lourd pour être à même d'être primo-intervenant sur des attaques terroristes. Fusils d'assaut, casques et gilets lourds, etc. L'idée est de leur permettre d'intervenir en tout point du territoire en moins de 20min pour figer la situation, histoire de ne pas avoir à attendre l'arrivée des équipes suivantes :

- l'intervention spécialisée. Comme je disais, GI pour la GN, RAID pour la PN, chacune implantée en région parisienne. Dans une moindre mesure il y a aussi leurs "antennes" ("AGIGN" et "Antenne Raid") présentes dans les grandes villes de France, amalgame d'anciennes unités (PI2G, GIPN, etc.) un peu entre le palier précédent et celui-ci, qui peuvent être utilisées en renfort de leur unité-mère sachant qu'elles seront dans la majorité des cas sur zone avant celle-ci ou alors à leur place si le jeu ne vaut pas la chandelle de faire venir de Paris les gros bras.
Là tu as les meilleurs éléments de la Gendarmerie et de la Police, dédiés aux interventions les plus difficiles. Go-fast, arrestations de grands criminels, libération d'otages, lutte anti-terroriste, évolution en milieu NRBC, explosifs, etc.

Petit commentaire : le GIGN, par son appartenance à l'Armée (la Gendarmerie étant une des quatre branches de l'Armée francaise, aux côtés de l'Armée de Terre, l'Armée de l'Air et la Marine Nationale), son histoire et donc son expérience, sa sélection, son entraînement et son équipement est beaucoup plus réputé que le RAID.
Il est connu partout dans le monde et fait référence dans beaucoup de spécialités, notamment le contre-terrorisme aérien suite à sa fameuse intervention de Marignane en 94 (à ce sujet, voir le film "L'Assaut" qui est assez bien fait).
Accessoirement, contrairement au RAID qui est une force civile, son appartenance à l'Armée lui permet d'intervenir partout dans le monde. Ses membres vont donc régulièrement sur les théatres de guerre acquérir de l'expérience (nombreuses rotations en Afghanistan), et ils y interviennent aussi dans leur coeur de métier (intervention - libération d'otages) : prise d'otage du Ponant dans l'océan Indien en 2008, prise d'otage de la Grande Mosquée de 79, Hôtel Radison de Bamako en 2015, etc.

a écrit : Du coup quelle est la différence entre le RAID et le GIGN ? Le RAID est une unité d'élite de la Police nationale tandis que le GIGN est une unité d'élite de la Gendarmerie nationale (ces derniers étant donc rattachés à l'armée).

Au niveau des compétences les 2 unités peuvent être comparées mais elles interviennent rarement dans les mêmes environnements. Ainsi (de souvenir) le RAID est particulièrement utile pour des interventions en milieu urbain alors que le GIGN sera davantage utilisé en milieu rural.

En tant qu'unité de l'armée, le GIGN peut également être amené à opéré à l'étranger et plus particulièrement dans les Collectivités territoriales (cf l'intervention de 1988 en Nouvelle-Calédonie).

Le RAID et le GIGN sont des unités spécialement entraînés pour lutter contre trois types d'individus (si mes souvenirs sont, encore une fois, exacts) : le forcené (grossomodo une personne qui a perdu la raison et qui se met à tuer des gens qui passent devant sa maison), le preneur d'otages (tout est dit, mais il faut vraiment prendre en compte que les preneurs d'otages n'ont pas comme intention première de tuer les otages) et le terroriste (qui compte quant à lui faire un maximum de victimes).

Pour finir, ces unités ont une réputation dans le monde entier pour... la négociation. Le GIGN est en effet l'unité ayant le meilleur ratio de vies sauvées par la négociation (et également en intervention). Celles-ci peuvent durer 20 heures voire plusieurs jours avec 2 négociateurs qui s'alternent et qui font systématiquement partie de l'équipe d'intervention (contrairement aux Etats-Unis qui séparent l'équipe d'intervention, le SWAT, des négociateurs, le FBI par exemple).

Source principale : conférence de Bernard Thellier, ancien négociateur du GIGN.
Sources secondaires : mon grand respect pour ces hommes ordinaires qui font des choses extraordinaires.

Posté le

android

(93)

Répondre

Ils écrasent les méchants comme des mouches alors ?

Pas mal d'acronyme on été fais a l'envers (d'abord les lettre et après la signification) par exemple l'accelerateur a particule linéaire
AGLAE se nom ainsi en référence a l'oie et au cochon ... Source le chercheur qui nous faisais la visite de l'accélérateur linéaire a Orsay durant mes études
Qui a dis que les scientifiques était pas drôle

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Du coup quelle est la différence entre le RAID et le GIGN ? GIGN: forces militaires. (Les gendarmes sont des militaires)
RAID: forces civiles (police nationale, ne sont pas militaires)

En gros, le RAID n'est pas habilité à agir hors du territoire Français quelle qu'en soit la raison, seule l'armée le peut (sous mandat officiel bien entendu et cela explique leur plus grande efficacité - meilleur entrainement et équipement car le monde n'est pas la France. ^^)

C'est pas plus simple comme ça? ;)

Moi je préfère le SHIELD : « Stratégie Habileté Intervention Exécution et Logistique Défensive »

a écrit : Le RAID est une unité d'élite de la Police nationale tandis que le GIGN est une unité d'élite de la Gendarmerie nationale (ces derniers étant donc rattachés à l'armée).

Au niveau des compétences les 2 unités peuvent être comparées mais elles interviennent rarement dans les mêmes environnemen
ts. Ainsi (de souvenir) le RAID est particulièrement utile pour des interventions en milieu urbain alors que le GIGN sera davantage utilisé en milieu rural.

En tant qu'unité de l'armée, le GIGN peut également être amené à opéré à l'étranger et plus particulièrement dans les Collectivités territoriales (cf l'intervention de 1988 en Nouvelle-Calédonie).

Le RAID et le GIGN sont des unités spécialement entraînés pour lutter contre trois types d'individus (si mes souvenirs sont, encore une fois, exacts) : le forcené (grossomodo une personne qui a perdu la raison et qui se met à tuer des gens qui passent devant sa maison), le preneur d'otages (tout est dit, mais il faut vraiment prendre en compte que les preneurs d'otages n'ont pas comme intention première de tuer les otages) et le terroriste (qui compte quant à lui faire un maximum de victimes).

Pour finir, ces unités ont une réputation dans le monde entier pour... la négociation. Le GIGN est en effet l'unité ayant le meilleur ratio de vies sauvées par la négociation (et également en intervention). Celles-ci peuvent durer 20 heures voire plusieurs jours avec 2 négociateurs qui s'alternent et qui font systématiquement partie de l'équipe d'intervention (contrairement aux Etats-Unis qui séparent l'équipe d'intervention, le SWAT, des négociateurs, le FBI par exemple).

Source principale : conférence de Bernard Thellier, ancien négociateur du GIGN.
Sources secondaires : mon grand respect pour ces hommes ordinaires qui font des choses extraordinaires.
Afficher tout
Le GIGN en milieu rural et le RAID en zone urbaine? T'as vu ça où???

Tout dépend de la menace dirais-je. Quand t'as quatre tarés armés de kalash et de ceintures d'explosifs qui tirent dans tous les sens, c'est l'armée qu'on envoie, le GIGN. Qu'es ce que tu veux que fasse le RAID contre des barbares décérébrés équipés d'armes de guerre sans déconner?! Contre des forcenés, des suicidaires, des braqueurs, en gros des gens que l'on peut potentiellement raisonner, le RAID est là et il est très efficace, mais contre des fous furieux, y'a que la force brute qui marche, et le GIGN est la... et il est très efficace aussi! (en tout cas j'ai jamais entendu parler d'unités du GIGN formées à la négociation moi^^).

a écrit : Le GIGN en milieu rural et le RAID en zone urbaine? T'as vu ça où???

Tout dépend de la menace dirais-je. Quand t'as quatre tarés armés de kalash et de ceintures d'explosifs qui tirent dans tous les sens, c'est l'armée qu'on envoie, le GIGN. Qu'es ce que tu veux que fasse
le RAID contre des barbares décérébrés équipés d'armes de guerre sans déconner?! Contre des forcenés, des suicidaires, des braqueurs, en gros des gens que l'on peut potentiellement raisonner, le RAID est là et il est très efficace, mais contre des fous furieux, y'a que la force brute qui marche, et le GIGN est la... et il est très efficace aussi! (en tout cas j'ai jamais entendu parler d'unités du GIGN formées à la négociation moi^^). Afficher tout
Tu sors caricature sur caricature là...
Le GIGN et le RAID sont tous les deux aptes et destinés à intervenir contre des terroristes suicidaires, aucune différence de doctrine entre elles.
On peut parler de compétences un peu plus poussées côté GIGN par contre, comme je l'expliquais dans un précédent commentaire.

Quant au GIGN, c'est l'essence même de sa création que de privilégier la négociation. Christian Prouteau, son créateur, avait pour crédo le respect à la vie et formait ses hommes sur cette base. C'était son idéal et il l'a transcrit dans les gènes du GIGN que d'être simplement le bras armé de la justice. Le GIGN n'est pas là pour exécuter ses adversaires mais simplement pour les amener à la justice. L'usage des armes est l'étape ultime d'une intervention, et repoussé au maxium au profit des moyens non létaux, au premier rang desquels la négociation ; les négociateurs du GIGN sont au coeur de tout dispositif.

Par contre, il y a en effet un type d'interventions très récent qui change la donne : les terroristes suicidaires à la Bataclan et compagnie.
C'est totalement inédit que d'avoir des gens qui ne cherchent rien à part tuer du civil. Les terroristes précédents (Action Directe, Basques, même les islamiques du Air France de 1994) avaient tous un objectif, ce qui faisait une prise pour les négociateurs sur laquelle parler. Que ce soit obtenir de l'argent, faire libérer des camarades emprisonnés, etc., ces terroristes ne souhaitaient pas "que" tuer du civil, cela n'était qu'un moyen d'action et non un but.
La donne a changé avec les attaques des dernières années, avec des acteurs qui ne cherchent qu'à tuer du civil (but de leur croisade : choquer le public) et ne craignent pas la mort.
Ce qui fait qu'effectivement, en ces cas seulement, les unités d'intervention ne sont là que dans un but de destruction de la menace. Mais ça reste réellement l'exception, et ne compose même pas 1% de leurs interventions.

a écrit : Le RAID est une unité d'élite de la Police nationale tandis que le GIGN est une unité d'élite de la Gendarmerie nationale (ces derniers étant donc rattachés à l'armée).

Au niveau des compétences les 2 unités peuvent être comparées mais elles interviennent rarement dans les mêmes environnemen
ts. Ainsi (de souvenir) le RAID est particulièrement utile pour des interventions en milieu urbain alors que le GIGN sera davantage utilisé en milieu rural.

En tant qu'unité de l'armée, le GIGN peut également être amené à opéré à l'étranger et plus particulièrement dans les Collectivités territoriales (cf l'intervention de 1988 en Nouvelle-Calédonie).

Le RAID et le GIGN sont des unités spécialement entraînés pour lutter contre trois types d'individus (si mes souvenirs sont, encore une fois, exacts) : le forcené (grossomodo une personne qui a perdu la raison et qui se met à tuer des gens qui passent devant sa maison), le preneur d'otages (tout est dit, mais il faut vraiment prendre en compte que les preneurs d'otages n'ont pas comme intention première de tuer les otages) et le terroriste (qui compte quant à lui faire un maximum de victimes).

Pour finir, ces unités ont une réputation dans le monde entier pour... la négociation. Le GIGN est en effet l'unité ayant le meilleur ratio de vies sauvées par la négociation (et également en intervention). Celles-ci peuvent durer 20 heures voire plusieurs jours avec 2 négociateurs qui s'alternent et qui font systématiquement partie de l'équipe d'intervention (contrairement aux Etats-Unis qui séparent l'équipe d'intervention, le SWAT, des négociateurs, le FBI par exemple).

Source principale : conférence de Bernard Thellier, ancien négociateur du GIGN.
Sources secondaires : mon grand respect pour ces hommes ordinaires qui font des choses extraordinaires.
Afficher tout
Grosse erreur au début de ton commentaire par ailleurs très bien rédigé.
Les secteurs d interventions ne sont plus aussi simple depuis les attentats du bataclan 2015. L organisation a été revue :
Paris : zone exclusive BRI de la préfecture de police.
En région le découpage est plus compliqué et se fait par zone. Les antennes GI et du RAID ont des zones de compétences pour avoir un meilleur maillage territorial. Le gi intervient en ville et le raid en campagne du coup.
A cela, il faut ajouter que par convention, le GI intervient dans les centrales nucléaires en complément des PSPG et le raid dans les CEA.

De plus pour compléter le schéma nation d intervention : les PSPG s inscrivent dans un échelon intermédiaire au même niveau que les antennes.

Sources : c est mon métier.

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : Tu sors caricature sur caricature là...
Le GIGN et le RAID sont tous les deux aptes et destinés à intervenir contre des terroristes suicidaires, aucune différence de doctrine entre elles.
On peut parler de compétences un peu plus poussées côté GIGN par contre, comme je l'expliquais dans un précédent
commentaire.

Quant au GIGN, c'est l'essence même de sa création que de privilégier la négociation. Christian Prouteau, son créateur, avait pour crédo le respect à la vie et formait ses hommes sur cette base. C'était son idéal et il l'a transcrit dans les gènes du GIGN que d'être simplement le bras armé de la justice. Le GIGN n'est pas là pour exécuter ses adversaires mais simplement pour les amener à la justice. L'usage des armes est l'étape ultime d'une intervention, et repoussé au maxium au profit des moyens non létaux, au premier rang desquels la négociation ; les négociateurs du GIGN sont au coeur de tout dispositif.

Par contre, il y a en effet un type d'interventions très récent qui change la donne : les terroristes suicidaires à la Bataclan et compagnie.
C'est totalement inédit que d'avoir des gens qui ne cherchent rien à part tuer du civil. Les terroristes précédents (Action Directe, Basques, même les islamiques du Air France de 1994) avaient tous un objectif, ce qui faisait une prise pour les négociateurs sur laquelle parler. Que ce soit obtenir de l'argent, faire libérer des camarades emprisonnés, etc., ces terroristes ne souhaitaient pas "que" tuer du civil, cela n'était qu'un moyen d'action et non un but.
La donne a changé avec les attaques des dernières années, avec des acteurs qui ne cherchent qu'à tuer du civil (but de leur croisade : choquer le public) et ne craignent pas la mort.
Ce qui fait qu'effectivement, en ces cas seulement, les unités d'intervention ne sont là que dans un but de destruction de la menace. Mais ça reste réellement l'exception, et ne compose même pas 1% de leurs interventions.
Afficher tout
Pour le côté "protéger la vie autant que possible", je vous conseille le film l'intervention. Cela parle d'une des première intervention du GIGN lors d'une prise d'otage d'un bus d'enfant à Djibouti.
Bien que les hommes du GI ai malheureusement dû tuer des hommes au final, on voit les efforts du chef d'équipe pour éviter de déclencher un échange de coup de feu généralisé et leur déception d'avoir du tuer. Il se prend également le bec avec le général du coin sur ce sujet à un moment.
Je n'en dis pas plus pour pas gâcher à ce qui veulent le voir.

Pour compléter ce qui a été dit sur le champs d'action entre RAID et GIGN, il faut préciser que pour certaines situations spécifiques, il existe des plans de gestion de crise qui définissent à quelle unité revient l'intervention.

-le GIGN gère les détournement aérien et crise en milieu aéroportuaire (plan Piratair). le RAID en milieu ferroviaire.
-Les détournement de navire et prise d'otage en mer (plan piratmer) sont pour le GIGN.
- les menaces NRBC (Nucléaire-Radiologique-Biologique-Chimique) reviennent en priorité au GIGN: plans Piratox et Piratom
- Toutes prises d'otage de ressortissants français à l'étranger revient au GIGN (plan Piratex).

Pour ce dernier, cela semble logique vis à vis du RAID qui ne peut agir à l'étranger. Les implications ici sont plutôt vis à vis des forces spéciales du COS: si les GI et des FS sont présente en même temps, le GI commande et les FS apportent leur soutien. Idem pour les prises d'otage dans les eaux française, selon le plan Piratmer le GIGN gère mais pourrait demander l'appui des commando marines. Cela s'étant déjà produit notamment lors du médiatique détournement du Pascal Paoli.
Cette officialisation de quel groupe assure le commandement été nécessaire à cause des fréquentes collaborations avec les commando marine dans les prise d'otage au large de la Somalie.

a écrit : Pour compléter ce qui a été dit sur le champs d'action entre RAID et GIGN, il faut préciser que pour certaines situations spécifiques, il existe des plans de gestion de crise qui définissent à quelle unité revient l'intervention.

-le GIGN gère les détournement aérien et crise en milieu aéroport
uaire (plan Piratair). le RAID en milieu ferroviaire.
-Les détournement de navire et prise d'otage en mer (plan piratmer) sont pour le GIGN.
- les menaces NRBC (Nucléaire-Radiologique-Biologique-Chimique) reviennent en priorité au GIGN: plans Piratox et Piratom
- Toutes prises d'otage de ressortissants français à l'étranger revient au GIGN (plan Piratex).

Pour ce dernier, cela semble logique vis à vis du RAID qui ne peut agir à l'étranger. Les implications ici sont plutôt vis à vis des forces spéciales du COS: si les GI et des FS sont présente en même temps, le GI commande et les FS apportent leur soutien. Idem pour les prises d'otage dans les eaux française, selon le plan Piratmer le GIGN gère mais pourrait demander l'appui des commando marines. Cela s'étant déjà produit notamment lors du médiatique détournement du Pascal Paoli.
Cette officialisation de quel groupe assure le commandement été nécessaire à cause des fréquentes collaborations avec les commando marine dans les prise d'otage au large de la Somalie.
Afficher tout
Plans vigipirate, piratmer, piratox, piratom, piratair, piratex... et ce que raconte l’anecdote... je suis partagé entre les compétences extraordinaires de toutes ces unités et le courage indéniable de tous ces membres et le ridicule de toutes ces dénominations.

a écrit : Du coup quelle est la différence entre le RAID et le GIGN ? Y’en a un qui a la guigne et pas l’autre



Oui je sort