Une des plus grandes mines d'or européenne est près de Carcassonne

Proposé par
Invité
le

La mine d'or de Salsigne, au nord de Carcassonne, fut la plus grande mine d'or d'Europe au XXe siècle avec 120 tonnes d'or extraites. Aujourd'hui, suite aux inondations d'octobre 2018, les habitants craignent un désastre écologique car l'extraction a libéré 90 000 tonnes d'arsenic.


Commentaires préférés (3)

Y'a des noms, comme ça, qui n'incitent pas à la confiance. Si, dans un autre registre, on peut dire que la mise en service du barrage de Malpasset c'est mal passé, et bien là, on peut dire que l'exploitation scandaleuse de cette mine de Salsigne, avec ingérence manifeste des déchets d'années en années envoient de sales signes.

À vouloir se séparer de l'Arsenic dans l'environnement immédiat (à bas coût, sans trop de contraintes) : il en résulte aujourd'hui une pollution des sols durable condamnant l'agriculture et l'élevage dans toutes les communes environnantes, et une contamination de l'eau en surface, et bientôt en profondeur.

Une des sources nous apprend que des incidents inquiétants sont survenus ces derniers temps, dans cette mine pourtant fermée : ici, la rupture d’une digue d’un bassin de décantation ; là, la découverte d’enfouissements sauvages d’arsenic ; en 2011, la survenance d’explosions souterraines spontanées ; en 2013, la pollution d’un canal d’irrigation dont les eaux présentent un taux d’arsenic 450 fois supérieur au seuil de l'OMS...

Les poignées d'euros qu'ont voulut économiser les (in)gérants de cette exploitation minière hier vont se transformer en millions d'euros de difficile réhabilitation pour "limiter la casse".

Selon moi, lorsqu'il est question de choix entre écologie ou économie, la solution la plus économique consiste toujours à être écolo (sur le long terme). D'une manière générale, je ne comprends pas pourquoi les industriels jouent aux radins le lundi, pour que la communauté paye 100x plus cher le dimanche, afin de réparer les conséquences du choix effectué le lundi.

Posté le

android

(168)

Répondre

Ils sont bien mignons tous : élus, associations, habitants, pouvoirs publics... Pendant des années ils se sont "gavés" : des centaines d'emplois, richesse locale, tout le monde en a profité... Ils ont tous fermé les yeux sur ce qui se passait : utilisation de souffre, arsenic, des milliers de tonnes de déchets toxiques ; et aujourd'hui, "ah ben oui, mais là non, tout est pollué"... Fallait peut-être s'en occuper avant, non ? :)

C'est intéressant quand même de comparer avec mon anecdote sur les Romains a Las Medulas. J'avais mis la quantité d'or extraite, ça a été passé a la trappe.
Mais les Romains avaient réussi a extraire pas moins de 1500 tonnes d'or ! Et ce sans chimie rien de tout ça, juste des systèmes hydrauliques. (Et certainement avec bien plus de main d'oeuvre) mais bon ils ont quand même détruit des collines, je ne pense pas que ce soit concevable aujourd'hui mise a part dans certains pays.

Posté le

android

(48)

Répondre


Tous les commentaires (30)

90000 tonnes d'arsenic pour 120 tonnes d'or ? C'est pas jojo

Posté le

android

(17)

Répondre

Y'a des noms, comme ça, qui n'incitent pas à la confiance. Si, dans un autre registre, on peut dire que la mise en service du barrage de Malpasset c'est mal passé, et bien là, on peut dire que l'exploitation scandaleuse de cette mine de Salsigne, avec ingérence manifeste des déchets d'années en années envoient de sales signes.

À vouloir se séparer de l'Arsenic dans l'environnement immédiat (à bas coût, sans trop de contraintes) : il en résulte aujourd'hui une pollution des sols durable condamnant l'agriculture et l'élevage dans toutes les communes environnantes, et une contamination de l'eau en surface, et bientôt en profondeur.

Une des sources nous apprend que des incidents inquiétants sont survenus ces derniers temps, dans cette mine pourtant fermée : ici, la rupture d’une digue d’un bassin de décantation ; là, la découverte d’enfouissements sauvages d’arsenic ; en 2011, la survenance d’explosions souterraines spontanées ; en 2013, la pollution d’un canal d’irrigation dont les eaux présentent un taux d’arsenic 450 fois supérieur au seuil de l'OMS...

Les poignées d'euros qu'ont voulut économiser les (in)gérants de cette exploitation minière hier vont se transformer en millions d'euros de difficile réhabilitation pour "limiter la casse".

Selon moi, lorsqu'il est question de choix entre écologie ou économie, la solution la plus économique consiste toujours à être écolo (sur le long terme). D'une manière générale, je ne comprends pas pourquoi les industriels jouent aux radins le lundi, pour que la communauté paye 100x plus cher le dimanche, afin de réparer les conséquences du choix effectué le lundi.

Posté le

android

(168)

Répondre

Ils sont bien mignons tous : élus, associations, habitants, pouvoirs publics... Pendant des années ils se sont "gavés" : des centaines d'emplois, richesse locale, tout le monde en a profité... Ils ont tous fermé les yeux sur ce qui se passait : utilisation de souffre, arsenic, des milliers de tonnes de déchets toxiques ; et aujourd'hui, "ah ben oui, mais là non, tout est pollué"... Fallait peut-être s'en occuper avant, non ? :)

C'est intéressant quand même de comparer avec mon anecdote sur les Romains a Las Medulas. J'avais mis la quantité d'or extraite, ça a été passé a la trappe.
Mais les Romains avaient réussi a extraire pas moins de 1500 tonnes d'or ! Et ce sans chimie rien de tout ça, juste des systèmes hydrauliques. (Et certainement avec bien plus de main d'oeuvre) mais bon ils ont quand même détruit des collines, je ne pense pas que ce soit concevable aujourd'hui mise a part dans certains pays.

Posté le

android

(48)

Répondre

Le pire serais de trouve une solution viable pour le moment et que dans 50 ou 100 ans on nous sorte que c'était en fait pire que d'avoir laisser comme c'était avec l'arsenic

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Chacun doit faire ses choix... c'est d'ailleurs peut-être une des origines des religions. La difficulté de faire des choix, que ce soit au plan individuel ou collectif, a poussé les hommes à chercher des réponses à leurs dilemmes dans les astres ou une divinité omnisciente

a écrit : c'est d'ailleurs peut-être une des origines des religions. La difficulté de faire des choix, que ce soit au plan individuel ou collectif, a poussé les hommes à chercher des réponses à leurs dilemmes dans les astres ou une divinité omnisciente Hummm... Une question a méditer

a écrit : Y'a des noms, comme ça, qui n'incitent pas à la confiance. Si, dans un autre registre, on peut dire que la mise en service du barrage de Malpasset c'est mal passé, et bien là, on peut dire que l'exploitation scandaleuse de cette mine de Salsigne, avec ingérence manifeste des déchets d'années en années envoient de sales signes.

À vouloir se séparer de l'Arsenic dans l'environnement immédiat (à bas coût, sans trop de contraintes) : il en résulte aujourd'hui une pollution des sols durable condamnant l'agriculture et l'élevage dans toutes les communes environnantes, et une contamination de l'eau en surface, et bientôt en profondeur.

Une des sources nous apprend que des incidents inquiétants sont survenus ces derniers temps, dans cette mine pourtant fermée : ici, la rupture d’une digue d’un bassin de décantation ; là, la découverte d’enfouissements sauvages d’arsenic ; en 2011, la survenance d’explosions souterraines spontanées ; en 2013, la pollution d’un canal d’irrigation dont les eaux présentent un taux d’arsenic 450 fois supérieur au seuil de l'OMS...

Les poignées d'euros qu'ont voulut économiser les (in)gérants de cette exploitation minière hier vont se transformer en millions d'euros de difficile réhabilitation pour "limiter la casse".

Selon moi, lorsqu'il est question de choix entre écologie ou économie, la solution la plus économique consiste toujours à être écolo (sur le long terme). D'une manière générale, je ne comprends pas pourquoi les industriels jouent aux radins le lundi, pour que la communauté paye 100x plus cher le dimanche, afin de réparer les conséquences du choix effectué le lundi.
Afficher tout
Dans ton dernier paragraphe je pense que la réponse est dans ta question: pourquoi les industriels jouent aux radins, tout simplement parce que ce ne sont pas eux mais la communauté qui paye les pots cassés...

Posté le

android

(23)

Répondre

a écrit : Y'a des noms, comme ça, qui n'incitent pas à la confiance. Si, dans un autre registre, on peut dire que la mise en service du barrage de Malpasset c'est mal passé, et bien là, on peut dire que l'exploitation scandaleuse de cette mine de Salsigne, avec ingérence manifeste des déchets d'années en années envoient de sales signes.

À vouloir se séparer de l'Arsenic dans l'environnement immédiat (à bas coût, sans trop de contraintes) : il en résulte aujourd'hui une pollution des sols durable condamnant l'agriculture et l'élevage dans toutes les communes environnantes, et une contamination de l'eau en surface, et bientôt en profondeur.

Une des sources nous apprend que des incidents inquiétants sont survenus ces derniers temps, dans cette mine pourtant fermée : ici, la rupture d’une digue d’un bassin de décantation ; là, la découverte d’enfouissements sauvages d’arsenic ; en 2011, la survenance d’explosions souterraines spontanées ; en 2013, la pollution d’un canal d’irrigation dont les eaux présentent un taux d’arsenic 450 fois supérieur au seuil de l'OMS...

Les poignées d'euros qu'ont voulut économiser les (in)gérants de cette exploitation minière hier vont se transformer en millions d'euros de difficile réhabilitation pour "limiter la casse".

Selon moi, lorsqu'il est question de choix entre écologie ou économie, la solution la plus économique consiste toujours à être écolo (sur le long terme). D'une manière générale, je ne comprends pas pourquoi les industriels jouent aux radins le lundi, pour que la communauté paye 100x plus cher le dimanche, afin de réparer les conséquences du choix effectué le lundi.
Afficher tout
C'est pourtant pas difficile à comprendre pourquoi les industriels font les radins et laissent des ardoises énormes qui devront être payées par la communauté... Quel intérêt auraient-ils à faire de l'écologie de manière préventive ? Avoir bonne conscience peut-être ? Mais s'ils avaient une bonne conscience ils ne se seraient même pas lancés dans les affaires ! Ceux qui sont à la tête d'industries puissantes ont forcément un intérêt pour le pouvoir et l'argent qui n'est pas compatible avec l'intérêt collectif à long terme et qui est difficilement concevable par le commun des mortels. Le seul moyen de faire valoir l'intérêt public c'est la loi. Mais les industriels ont les moyens de payer des lobbies et toutes sortes de moyens détournés et plus ou moins légaux de parvenir à leurs fins. Dans quelques années on sera horrifié de ce qu'on mange actuellement. Qui n'a jamais fait passer son propre intérêt avec celui des autres et ne s'est pas permis des petits arrangements à son profit au détriment des autres ? La différence entre le commun des mortels et un groupe industriel c'est que dans le cas du groupe industriel c'est à l'échelle industrielle !

Posté le

android

(17)

Répondre

a écrit : Dans ton dernier paragraphe je pense que la réponse est dans ta question: pourquoi les industriels jouent aux radins, tout simplement parce que ce ne sont pas eux mais la communauté qui paye les pots cassés... Et surtout parce que la communauté paie mais bien plus tard. Personne n'a envie de payer tout de suite pour ce qui peut être payé plus tard et par d'autres. Ça s'appelle repousser le problème. Par exemple, ce n'est pas un secret que les coûts de démantèlement des centrales nucléaires qui devraient être provisionnés par EDF sont sous évalués. Mais qui a envie de se dévouer pour payer l'électricité plus cher ? Et si la majorité de la population se souciait réellement de l'écologie il y aurait des manifestations pour que le prix de l'électricité et du carburant corresponde au coût réel à long terme. Mais c'est plutôt le contraire qui s'est passé quand il a été question d'une taxe sur les émissions de gaz à effet de serre ! La logique du chacun pour soi faisait moins de dégâts avant l'ère industrielle et la mondialisation. Maintenant c'est toujours pareil mais ça se voit davantage. Et bientôt ça ne sera même plus tenable alors l'espèce humaine devra évoluer ou disparaître...

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : Y'a des noms, comme ça, qui n'incitent pas à la confiance. Si, dans un autre registre, on peut dire que la mise en service du barrage de Malpasset c'est mal passé, et bien là, on peut dire que l'exploitation scandaleuse de cette mine de Salsigne, avec ingérence manifeste des déchets d'années en années envoient de sales signes.

À vouloir se séparer de l'Arsenic dans l'environnement immédiat (à bas coût, sans trop de contraintes) : il en résulte aujourd'hui une pollution des sols durable condamnant l'agriculture et l'élevage dans toutes les communes environnantes, et une contamination de l'eau en surface, et bientôt en profondeur.

Une des sources nous apprend que des incidents inquiétants sont survenus ces derniers temps, dans cette mine pourtant fermée : ici, la rupture d’une digue d’un bassin de décantation ; là, la découverte d’enfouissements sauvages d’arsenic ; en 2011, la survenance d’explosions souterraines spontanées ; en 2013, la pollution d’un canal d’irrigation dont les eaux présentent un taux d’arsenic 450 fois supérieur au seuil de l'OMS...

Les poignées d'euros qu'ont voulut économiser les (in)gérants de cette exploitation minière hier vont se transformer en millions d'euros de difficile réhabilitation pour "limiter la casse".

Selon moi, lorsqu'il est question de choix entre écologie ou économie, la solution la plus économique consiste toujours à être écolo (sur le long terme). D'une manière générale, je ne comprends pas pourquoi les industriels jouent aux radins le lundi, pour que la communauté paye 100x plus cher le dimanche, afin de réparer les conséquences du choix effectué le lundi.
Afficher tout
Pourquoi ils jouent les radins ? A mon humble avis cela est très simple : plaisir immédiat. Ils veulent de l'argent, donc économisent et exploitent de manière la plus rentable, peu importe le coût humain ou écologique. Ensuite ils vont dépenser leur argent. Quel genre de dépenses ? On n'est pas dans les dépenses vitales, l'objectif est d'apparaître en tête de meute si je puis dire : grosse voiture, belle maison, dans l'objectif de séduire et écraser la concurrence des prétendants à la reproduction. C'est un peu cliché, mais tout est histoire de sexe si on y réfléchit bien.
Donc savoir si de l'arsenic va se déverser dans quelques dizaines d'années est bien faible par rapport à des possibilités de plaisir immediat. Le respect de l'environnement demande une certaine éducation que tout le monde n'a pas. Ce n'est pas inné contrairement à la recherche de partenaires.

Posté le

android

(5)

Répondre

Minas et AAPLR, vous avez bien raison. Moi, j'ai la naïveté de croire que c'est en agissant sur le long terme, et en misant sur l'intérêt "collectif" que l'on maximise le profit individuel moyen. Le problème, c'est qu'il suffit qu'une poignée de gens la jouent perso, et plus rien ne marche.
Si ce que dit evox54 est vrai : il aurait mieux valu miser sur une extraction lente et peu polluante nécessitant d'avantage d'individus... Voir même gérer et centraliser les déchets de manière responsable.
Ce qui m'inquiète le plus, c'est que la mine de Salsigne n'est qu'un petit scandale environnemental parmi d'autres. Personne ne peut cautionner ce type d'agissements, en constatant les conséquences sur le long terme. Et force est de constater que peu s'inquiètent suffisamment de l'importance de l'écologie. C'est peut-être la nature humaine, après-tout : faut passer par la case "erreur" pour évoluer. La mine de Salsigne est une erreur. Ne la reproduisons pas. Ça devrait aller.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : C'est pourtant pas difficile à comprendre pourquoi les industriels font les radins et laissent des ardoises énormes qui devront être payées par la communauté... Quel intérêt auraient-ils à faire de l'écologie de manière préventive ? Avoir bonne conscience peut-être ? Mais s'ils avaient une bonne conscience ils ne se seraient même pas lancés dans les affaires ! Ceux qui sont à la tête d'industries puissantes ont forcément un intérêt pour le pouvoir et l'argent qui n'est pas compatible avec l'intérêt collectif à long terme et qui est difficilement concevable par le commun des mortels. Le seul moyen de faire valoir l'intérêt public c'est la loi. Mais les industriels ont les moyens de payer des lobbies et toutes sortes de moyens détournés et plus ou moins légaux de parvenir à leurs fins. Dans quelques années on sera horrifié de ce qu'on mange actuellement. Qui n'a jamais fait passer son propre intérêt avec celui des autres et ne s'est pas permis des petits arrangements à son profit au détriment des autres ? La différence entre le commun des mortels et un groupe industriel c'est que dans le cas du groupe industriel c'est à l'échelle industrielle ! Afficher tout Moyennement d'accord : une industrie dont dépend une population bien portante se portera bien.
Une industrie dont l'environnement se porte bien se portera bien.
Je pense que leur avidité et leur égoïsme les rend myopes & unwise...
(Après tout, y aura plus moyen de faire du chiffre si y a plus de planète!...)

Posté le

android

(0)

Répondre

Et alors que la banque de France se met en bisbille avec la jp Morgan, menaçant ainsi potentiellement l or en réserve, soit une des conditions de la sécurité économique des français..

a écrit : Ils sont bien mignons tous : élus, associations, habitants, pouvoirs publics... Pendant des années ils se sont "gavés" : des centaines d'emplois, richesse locale, tout le monde en a profité... Ils ont tous fermé les yeux sur ce qui se passait : utilisation de souffre, arsenic, des milliers de tonnes de déchets toxiques ; et aujourd'hui, "ah ben oui, mais là non, tout est pollué"... Fallait peut-être s'en occuper avant, non ? :) Afficher tout J'ai eu l'occasion de côtoyer ce milieu (celui de "l'extraction" des matières premières, pas celui de l'or en particulier). Ce n'est pas le gavage qui fonctionne, mais la corruption, la menace et le mensonge permanents. On présente des rapports géologiques, sanitaires et financiers falsifiés, on parle de "l'amélioration de cadre de vie". Et il est bien plus évident de faire dépenser des million d'euros par les collectivités que d'en dépenser des centaines en sécurité et prévention, on économise tout ce qu'on peut, surtout si ce sont les autres qui paieront

a écrit : Y'a des noms, comme ça, qui n'incitent pas à la confiance. Si, dans un autre registre, on peut dire que la mise en service du barrage de Malpasset c'est mal passé, et bien là, on peut dire que l'exploitation scandaleuse de cette mine de Salsigne, avec ingérence manifeste des déchets d'années en années envoient de sales signes.

À vouloir se séparer de l'Arsenic dans l'environnement immédiat (à bas coût, sans trop de contraintes) : il en résulte aujourd'hui une pollution des sols durable condamnant l'agriculture et l'élevage dans toutes les communes environnantes, et une contamination de l'eau en surface, et bientôt en profondeur.

Une des sources nous apprend que des incidents inquiétants sont survenus ces derniers temps, dans cette mine pourtant fermée : ici, la rupture d’une digue d’un bassin de décantation ; là, la découverte d’enfouissements sauvages d’arsenic ; en 2011, la survenance d’explosions souterraines spontanées ; en 2013, la pollution d’un canal d’irrigation dont les eaux présentent un taux d’arsenic 450 fois supérieur au seuil de l'OMS...

Les poignées d'euros qu'ont voulut économiser les (in)gérants de cette exploitation minière hier vont se transformer en millions d'euros de difficile réhabilitation pour "limiter la casse".

Selon moi, lorsqu'il est question de choix entre écologie ou économie, la solution la plus économique consiste toujours à être écolo (sur le long terme). D'une manière générale, je ne comprends pas pourquoi les industriels jouent aux radins le lundi, pour que la communauté paye 100x plus cher le dimanche, afin de réparer les conséquences du choix effectué le lundi.
Afficher tout
Peut-être parce que ce ne sont pas ceux qui paient le dimanche

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : C'est intéressant quand même de comparer avec mon anecdote sur les Romains a Las Medulas. J'avais mis la quantité d'or extraite, ça a été passé a la trappe.
Mais les Romains avaient réussi a extraire pas moins de 1500 tonnes d'or ! Et ce sans chimie rien de tout ça, juste des systèmes hydraul
iques. (Et certainement avec bien plus de main d'oeuvre) mais bon ils ont quand même détruit des collines, je ne pense pas que ce soit concevable aujourd'hui mise a part dans certains pays. Afficher tout
Plus que concevable, c'est d'actualité. Il suffit de jeter un œil au projet "Montagne d'or" en Guyane. Mais là, ils cumulent les mauvais côtés : on rase une colline ET on utilise des produits toxiques en quantité industrielle. Tout ça pour une poignée d'emplois sur une dizaine d'années. (Mais beaucoup de bénéfices pour des entreprises étrangères !)

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Moyennement d'accord : une industrie dont dépend une population bien portante se portera bien.
Une industrie dont l'environnement se porte bien se portera bien.
Je pense que leur avidité et leur égoïsme les rend myopes & unwise...
(Après tout, y aura plus moyen de faire du chiffre si y a plus de planète!...)
Tu n'es pas un capitaine d'industrie et ça se voit ! Tu te serais fait laminer par la concurrence et ton entreprise n'aurait pas survécu avec toutes ses belles idées. C'est pourquoi il ne reste que ceux qui sont sans scrupules. Et rassure toi je pense autant de bien de ceux qui font de la politique : il y a tellement de bousculade au portillon qu'on se retrouve à avoir le choix, pour les élections, seulement entre les candidats qui ont réussi à passer le portillon et ont dû pour cela piétiner les autres, et qui sont donc des gens sournois, manipulateurs et sans scrupules. C'est pas très optimiste, je sais, alors ceux qui ont besoin d'optimisme devraient aller vivre chez les bisounours.

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Y'a des noms, comme ça, qui n'incitent pas à la confiance. Si, dans un autre registre, on peut dire que la mise en service du barrage de Malpasset c'est mal passé, et bien là, on peut dire que l'exploitation scandaleuse de cette mine de Salsigne, avec ingérence manifeste des déchets d'années en années envoient de sales signes.

À vouloir se séparer de l'Arsenic dans l'environnement immédiat (à bas coût, sans trop de contraintes) : il en résulte aujourd'hui une pollution des sols durable condamnant l'agriculture et l'élevage dans toutes les communes environnantes, et une contamination de l'eau en surface, et bientôt en profondeur.

Une des sources nous apprend que des incidents inquiétants sont survenus ces derniers temps, dans cette mine pourtant fermée : ici, la rupture d’une digue d’un bassin de décantation ; là, la découverte d’enfouissements sauvages d’arsenic ; en 2011, la survenance d’explosions souterraines spontanées ; en 2013, la pollution d’un canal d’irrigation dont les eaux présentent un taux d’arsenic 450 fois supérieur au seuil de l'OMS...

Les poignées d'euros qu'ont voulut économiser les (in)gérants de cette exploitation minière hier vont se transformer en millions d'euros de difficile réhabilitation pour "limiter la casse".

Selon moi, lorsqu'il est question de choix entre écologie ou économie, la solution la plus économique consiste toujours à être écolo (sur le long terme). D'une manière générale, je ne comprends pas pourquoi les industriels jouent aux radins le lundi, pour que la communauté paye 100x plus cher le dimanche, afin de réparer les conséquences du choix effectué le lundi.
Afficher tout
facile
parce que ca rapporte.
y a même moyen qu'à l'époque les gens applaudissaient des deux mains parce qu'ils ne se rendaient pas compte que ca allait entrainer des catrastrophes (ou tout simplement parce qu'ils étaient contents d'avoir de quoi manger)
j'imagine qu'il y avait même des intérêts politiques à l'époque.
(après du point de vue longévité tu as totalement raison c'est très triste)