Pourquoi dit-on que l’âme pèse 21 grammes ?

Proposé par
le
dans

Selon le médecin Duncan Mc Dougal qui a établi sa théorie en 1907, le poids de l’âme serait de 21 grammes. Il est parti d’une étude sur 6 humains en fin de vie puis morts et sur des chiens. Cette théorie n’a pas été validée mais est devenue malgré tout populaire.

Le docteur Karl kruszelnicki a remis en doute cette étude en arguant le manque de sérieux scientifique en prétextant que tirer des conclusions sur un échantillon de 6 humains paraît trop peu pour en tirer une conclusion scientifique.


Commentaires préférés (3)

Je crois aussi qu'il avait "rejeté" plusieurs humains après l'expérience parce que le résultat ne lui allait pas. Par exemple (je dis au hasard), s'il trouvait qu'une personne avait une âme de 13 grammes, il la prend pas en compte parce que c'est pas ce qu'il voulait

21 grammes, un super film à (re)voire ;)

a écrit : Je crois aussi qu'il avait "rejeté" plusieurs humains après l'expérience parce que le résultat ne lui allait pas. Par exemple (je dis au hasard), s'il trouvait qu'une personne avait une âme de 13 grammes, il la prend pas en compte parce que c'est pas ce qu'il voulait C'est même pire que ça : les deux rejetés font parti des 6 humains testés ! Sur les 6,on en a donc deux tant des résultats inutilisable, car les machines n'étaient pas bien calibré, un qui a perdu du poids puis regagné, et deux qui ont perdu du poids et on continué à en perdre. Seul le dernier semble avoir perdu 21 grammes au moment de sa mort, cette "théorie" se base donc sur un seul cas...

C'est un bon cas à étudier pour voir comment une hypothèse (le mot théorie en science à une définition bien stricte, définissant un modèle solide et valide par la communauté, et ne doit pas être utilisé comme un synonime d'hypothèse) sans aucun fondement scientifique se repend.
Concernant l'expérimentation, elle est bien sur caduque et souffre d'un énorme biais de notification, le scientifique ne donnant que le résultat qui l'arrange. On ne peut même plus parler d'échantillon quand on parle d'un seul cas, et l'expérience n'a pas été répliqué, ni par lui ni par ses pairs.
On a donc un médecin farfelu qui a une hypothèse et veut le prouver à tout pris (bon example de biais de confirmation, alors qu'en science on essaye justement à tout prix de réfuter les hypothèses).
La presse grand public en parle, en faisant du sensationnalisme et présentant ces théories comme vrai. Petit indice : si seul la presse grand public en parle mais qu'aucun papier de journaux scientifiques n'en parle, c'est de la pseudoscience et pas de la science.


Tous les commentaires (43)

Je crois aussi qu'il avait "rejeté" plusieurs humains après l'expérience parce que le résultat ne lui allait pas. Par exemple (je dis au hasard), s'il trouvait qu'une personne avait une âme de 13 grammes, il la prend pas en compte parce que c'est pas ce qu'il voulait

21 grammes, un super film à (re)voire ;)

Une hypothèse qui a été reprise dans "Le symbole perdu" de Dan Brown. Très intéressant, à la frontière entre le réel et le fantastique. Si les gens ne connaissent pas Dan Brown et de son personnage phare Robert Langdon (auteur de Da Vinci Code, Inferno, Anges & Démons...) je vous le conseille fortement !

a écrit : Sauf pour les Japonais. Car c'est bien connu les Japonais n'ont pas d'âme. Dixit Éric Cartman (South Park). Et les roux?

Sauf pour les Japonais. Car c'est bien connu les Japonais n'ont pas d'âme. Dixit Éric Cartman (South Park).

As t-on le détail du protocole de mesure ? Non parce que quand quelqu'un meure, c'est pas la joie généralement. La plupart du temps, les sphincters se relâchent.

Il faudrait mettre les mecs encore vivants dans un caisson étanche (je crois que c'est interdit). On attend que le gars meure et on fait une mesure avant / après en pesant également l'air présent dans le caisson.

D’ailleurs il est mort sans que l’on pèse sa propre âme ! Dommage pour un gars qui s’intéressait à ça !

a écrit : Je crois aussi qu'il avait "rejeté" plusieurs humains après l'expérience parce que le résultat ne lui allait pas. Par exemple (je dis au hasard), s'il trouvait qu'une personne avait une âme de 13 grammes, il la prend pas en compte parce que c'est pas ce qu'il voulait C'est même pire que ça : les deux rejetés font parti des 6 humains testés ! Sur les 6,on en a donc deux tant des résultats inutilisable, car les machines n'étaient pas bien calibré, un qui a perdu du poids puis regagné, et deux qui ont perdu du poids et on continué à en perdre. Seul le dernier semble avoir perdu 21 grammes au moment de sa mort, cette "théorie" se base donc sur un seul cas...

C'est un bon cas à étudier pour voir comment une hypothèse (le mot théorie en science à une définition bien stricte, définissant un modèle solide et valide par la communauté, et ne doit pas être utilisé comme un synonime d'hypothèse) sans aucun fondement scientifique se repend.
Concernant l'expérimentation, elle est bien sur caduque et souffre d'un énorme biais de notification, le scientifique ne donnant que le résultat qui l'arrange. On ne peut même plus parler d'échantillon quand on parle d'un seul cas, et l'expérience n'a pas été répliqué, ni par lui ni par ses pairs.
On a donc un médecin farfelu qui a une hypothèse et veut le prouver à tout pris (bon example de biais de confirmation, alors qu'en science on essaye justement à tout prix de réfuter les hypothèses).
La presse grand public en parle, en faisant du sensationnalisme et présentant ces théories comme vrai. Petit indice : si seul la presse grand public en parle mais qu'aucun papier de journaux scientifiques n'en parle, c'est de la pseudoscience et pas de la science.

a écrit : 21 grammes, un super film à (re)voire ;) Voire à (re)voir ;)

a écrit : C'est même pire que ça : les deux rejetés font parti des 6 humains testés ! Sur les 6,on en a donc deux tant des résultats inutilisable, car les machines n'étaient pas bien calibré, un qui a perdu du poids puis regagné, et deux qui ont perdu du poids et on continué à en perdre. Seul le dernier semble avoir perdu 21 grammes au moment de sa mort, cette "théorie" se base donc sur un seul cas...

C'est un bon cas à étudier pour voir comment une hypothèse (le mot théorie en science à une définition bien stricte, définissant un modèle solide et valide par la communauté, et ne doit pas être utilisé comme un synonime d'hypothèse) sans aucun fondement scientifique se repend.
Concernant l'expérimentation, elle est bien sur caduque et souffre d'un énorme biais de notification, le scientifique ne donnant que le résultat qui l'arrange. On ne peut même plus parler d'échantillon quand on parle d'un seul cas, et l'expérience n'a pas été répliqué, ni par lui ni par ses pairs.
On a donc un médecin farfelu qui a une hypothèse et veut le prouver à tout pris (bon example de biais de confirmation, alors qu'en science on essaye justement à tout prix de réfuter les hypothèses).
La presse grand public en parle, en faisant du sensationnalisme et présentant ces théories comme vrai. Petit indice : si seul la presse grand public en parle mais qu'aucun papier de journaux scientifiques n'en parle, c'est de la pseudoscience et pas de la science.
Afficher tout
Du coup, à partir de combien d'expériences considère t-on un résultat comme fiable ?

Selon mon professeur de français/philo, il nous avait expliqué qu'en fait lorsque que l'on meurt, notre sphincter se relache et lâche donc un peu de caca. Du coup ce qu'ils croyaient être le poids de l'âme était en fait le poids de merde évacué !
J'ai pas de source, mais je vais essayer de trouver !

Ne serait-ce pas plutôt dû au poumon qui libère leur dernier souffle ? Ou d'autres gaz qui se libère (ou comme des pets) ? C'est fréquent chez les morts non ?

a écrit : Selon mon professeur de français/philo, il nous avait expliqué qu'en fait lorsque que l'on meurt, notre sphincter se relache et lâche donc un peu de caca. Du coup ce qu'ils croyaient être le poids de l'âme était en fait le poids de merde évacué !
J'ai pas de source, mais je vais essayer de trouver !
Quant tu meur ce n'est pas 21gramme que t'on sprinters évacue.

a écrit : Du coup, à partir de combien d'expériences considère t-on un résultat comme fiable ? Vu les biais de cette expérience, je ne la considérerais même pas comme une vrai expérience. Sinon, il faut distinguer deux choses : la qualité d'une expérience et le nombre d'expérience. Le plus bas niveau de preuve est la série de cas, ou on constate un fait sur un échantillon non négligeable. Vient ensuite l'étude de cas témoin, ou on prend un cas précis pour l'analyser, essayer d'en comprendre les cas etc. Si on fait ça sur un grand nombre de cas, on appelle ça une cohorte.
Le niveau de preuve commence à devenir intéressent quand on fait des essais rendomise en double aveugle, pour éviter un maximum d'interférences.
Une fois que tu a fait on expérience, tu publie tes résultats dans une revue scientifique. La revue par les pairs s'appliqu alors, en gros tu es relu par d'autre scientifique pour vérifier qu'il n'y a pas d'erreur. Cette étude peut ensuite être répliqué, c'est à dire qu'une autre équipe de scientifique va lui aussi faire une expérience similaire. Si plusieurs équipes indépendantes arrivent à la même conclusion, c'est du solide. Mais le saint graal reste les méta analyses : en gros, une analyse sur l'ensemble des analyses. C'est une synthèse de centaines voir de milliers de différentes études, donc ça donne un aperçu de l'ensemble des scientifiques. De base, je dirais qu'une bonne méthode est de ne considérer comme vrai que ce qui a été publié dans des journaux scientifiques sérieux, même si on sait que certains cas se sont révélés faux par la suite

Qu'est-ce que l’âme? Il faut être croyant dans une superstition moderne pour croire que ça existe.
Mouais, est-ce qu'il a pensé à peser le poids de la bêtise humaine? Je pense que ça doit tendre vers l'infini, quand je vois des théories aussi oiseuses

a écrit : As t-on le détail du protocole de mesure ? Non parce que quand quelqu'un meure, c'est pas la joie généralement. La plupart du temps, les sphincters se relâchent.

Il faudrait mettre les mecs encore vivants dans un caisson étanche (je crois que c'est interdit). On attend que le gars meure e
t on fait une mesure avant / après en pesant également l'air présent dans le caisson. Afficher tout
Oui enfin peut etre que si le caisson est etanche, l'ame reste coincé. En fait, vu qu'on sais rien sur l'ame, des gens pourront toujours donner une explication ad hoc aux resultats

a écrit : Vu les biais de cette expérience, je ne la considérerais même pas comme une vrai expérience. Sinon, il faut distinguer deux choses : la qualité d'une expérience et le nombre d'expérience. Le plus bas niveau de preuve est la série de cas, ou on constate un fait sur un échantillon non négligeable. Vient ensuite l'étude de cas témoin, ou on prend un cas précis pour l'analyser, essayer d'en comprendre les cas etc. Si on fait ça sur un grand nombre de cas, on appelle ça une cohorte.
Le niveau de preuve commence à devenir intéressent quand on fait des essais rendomise en double aveugle, pour éviter un maximum d'interférences.
Une fois que tu a fait on expérience, tu publie tes résultats dans une revue scientifique. La revue par les pairs s'appliqu alors, en gros tu es relu par d'autre scientifique pour vérifier qu'il n'y a pas d'erreur. Cette étude peut ensuite être répliqué, c'est à dire qu'une autre équipe de scientifique va lui aussi faire une expérience similaire. Si plusieurs équipes indépendantes arrivent à la même conclusion, c'est du solide. Mais le saint graal reste les méta analyses : en gros, une analyse sur l'ensemble des analyses. C'est une synthèse de centaines voir de milliers de différentes études, donc ça donne un aperçu de l'ensemble des scientifiques. De base, je dirais qu'une bonne méthode est de ne considérer comme vrai que ce qui a été publié dans des journaux scientifiques sérieux, même si on sait que certains cas se sont révélés faux par la suite
Afficher tout
Oui j'ai bien conscience de ce processus. Ma question était plutôt rhétorique dans le sens où il est impossible de quantifier à partir de quand considère t-on un résultat comme fiable même reproduit des millions et des millions de fois. En science, on réalise très souvent des conjectures et non des démonstrations même si cela reste solide comme tu dis.

Je suis moins d'accord avec ta dernière phrase car les cas avérés d'articles bidons publiés par des revues très sérieuses sont plus nombreux qu'on ne croit. Cela reste un business. Le plus souvent, il est plus judicieux de contacter l'organisme de recherche directement qui pourra même fournir gratuitement certains résultats de thèses.

Merci de ne pas mettre en doute la parole de Duncan Mc Dougal du clan Mc Dougal. Il a absorbé le quickening d'un paquet de gugus, il doit bien savoir combien ça pèse !

Et non, ce processus lamentable qu'est la Vie n'engendre pas d'âme immortelle

L'âme d'un salopard pèse-t-elle plus lourd que celle d'un philanthrope, pour peu qu'il en ait une?