En étant convaincu que vous avez bien dormi, vous serez mieux

Proposé par
Invité
le
dans

Commentaires préférés (3)

Ce sont des chercheurs du Colorado College qui ont publié un article scientifique dessus dans le Journal of Experimental Psychology.

a écrit : Je ne suis pas sur de comprendre car par exemple si je reviens d'une soirée à 6h du matin je vais mal dormir mais le lendemain super bien, quelqu'un peut m'éclaircir ? Si tu te couches à 6h, mais que le lendemain en te réveillant tu te dis "Ahhh, j'ai bien dormi" ça va aller super, alors que si tu te couches à 20h mais que le lendemain matin tu te dis que tu as passé une mauvaise nuit, ça va pas aller. Alors que dans les deux cas ce que tu penses est faux

Le protocole est le suivant : on explique a un groupe qu'une nouvelle méthode permet de mesurer le pourcentage de sommeil paradoxal fait dans la nuit, et que la moyenne se situait entre 20 et 25%. Puis, on les faisait dormir avec une machine. a leur réveil, on dit a un groupe qu'ils ont dormi 16.2% de leur temps en sommeil paradoxal, et 28.7% a l'autre groupe. Enfin, on effectue un certain nombre de test (mémoire, réactivité) permettant d'évaluer la qualité du sommeil.
Apparemment, le deuxième groupe aurait de meilleur résultat. Je dis bien apparemment, car les articles de presse ne présentent pas les résultats finaux. De plus, l'échantillon est assez faible, 164 participants, divisés en trois groupes (ceux ayant moins dormi, plus dormi, et un groupe de test).


Tous les commentaires (35)

Je ne suis pas sur de comprendre car par exemple si je reviens d'une soirée à 6h du matin je vais mal dormir mais le lendemain super bien, quelqu'un peut m'éclaircir ?

Posté le

android

(0)

Répondre

Ce sont des chercheurs du Colorado College qui ont publié un article scientifique dessus dans le Journal of Experimental Psychology.

Merci pour l'info ! Ce soir je finis le taff à 2h et je me leves à 5h pour un autre.
Je me demandais si j'allais manquer de repos...
Ben en fait nooo Problem !^^
JMCMB

a écrit : Je ne suis pas sur de comprendre car par exemple si je reviens d'une soirée à 6h du matin je vais mal dormir mais le lendemain super bien, quelqu'un peut m'éclaircir ? Si tu te couches à 6h, mais que le lendemain en te réveillant tu te dis "Ahhh, j'ai bien dormi" ça va aller super, alors que si tu te couches à 20h mais que le lendemain matin tu te dis que tu as passé une mauvaise nuit, ça va pas aller. Alors que dans les deux cas ce que tu penses est faux

Le protocole est le suivant : on explique a un groupe qu'une nouvelle méthode permet de mesurer le pourcentage de sommeil paradoxal fait dans la nuit, et que la moyenne se situait entre 20 et 25%. Puis, on les faisait dormir avec une machine. a leur réveil, on dit a un groupe qu'ils ont dormi 16.2% de leur temps en sommeil paradoxal, et 28.7% a l'autre groupe. Enfin, on effectue un certain nombre de test (mémoire, réactivité) permettant d'évaluer la qualité du sommeil.
Apparemment, le deuxième groupe aurait de meilleur résultat. Je dis bien apparemment, car les articles de presse ne présentent pas les résultats finaux. De plus, l'échantillon est assez faible, 164 participants, divisés en trois groupes (ceux ayant moins dormi, plus dormi, et un groupe de test).

Pour avoir testé cet effet il y a quelques temps, je confirme : au cours d'une bonne nuit de sommeil d'environ 10h j'ai rêvé que je me trouvais dans le lit où j'étais réellement, mais sans pouvoir trouver le sommeil de la nuit (dans le rêve).
Au réveil, l'état de fatigue était identique à si j'avais passé une nuit blanche.

J’ai pu le constater depuis la naissance de ma fille : avant sa naissance si je dormais moins de 7h, je considérais ma nuit merdique et je me trainais toute la journée, alors que depuis qu’elle est née, si je dors 6 ou 7h d’affilée, je suis contente de ma nuit et suis dans une forme olympique !! Et les hormones n’y sont pour rien étant donné que j’ai accouché il y a plus d’un an !

J'ai le droit de dire que je le savais déjà sans en avoir la preuve scientifique, mais selon mon expérience personnelle et intime du fait que je sois fatigué après 12h de sommeil ?

a écrit : Merci pour l'info ! Ce soir je finis le taff à 2h et je me leves à 5h pour un autre.
Je me demandais si j'allais manquer de repos...
Ben en fait nooo Problem !^^
JMCMB
Respect. Courage.

Ce n'est pas le lendemain du lever qu'on est plus performant, lol ! C'est le jour-même.

Je suis tout à fait sûr que l'autosuggestion, la méthode Coué, le psycho-somatisme, apporte d'exellents résultats. Aussi, si on se persuade au réveil qu'on a bien dormi, même si ce n'est pas le cas, ça doit marcher... Mais dans le cadre de l'anecdote il n'est pas question de ça : on se lève et on ressent ou pas qu'on a bien dormi ; ne serait-ce pas parce que, tout simplement et effectivement, on a bien ou mal dormi ;)

Quelle est la source et la preuve scientifique de cela?

JMLMF (je me lèverais moins fatigué)

Et pourquoi pense t-on qu’on a mal dormi ? C’est peut-être bien qu’on a effectivement mal dormi.
Ce qui compte c’est le sommeil réparateur et non pas le nombre d’heure à dormir.

a écrit : Quelle est la source et la preuve scientifique de cela? Une étude scientifique ...
Mais va falloir payer l'article si tu veux voir plus qu'un simple Abstract ...
Regarde la source anglaise elle redirige vers le site où l'article est disponible.

a écrit : Le protocole est le suivant : on explique a un groupe qu'une nouvelle méthode permet de mesurer le pourcentage de sommeil paradoxal fait dans la nuit, et que la moyenne se situait entre 20 et 25%. Puis, on les faisait dormir avec une machine. a leur réveil, on dit a un groupe qu'ils ont dormi 16.2% de leur temps en sommeil paradoxal, et 28.7% a l'autre groupe. Enfin, on effectue un certain nombre de test (mémoire, réactivité) permettant d'évaluer la qualité du sommeil.
Apparemment, le deuxième groupe aurait de meilleur résultat. Je dis bien apparemment, car les articles de presse ne présentent pas les résultats finaux. De plus, l'échantillon est assez faible, 164 participants, divisés en trois groupes (ceux ayant moins dormi, plus dormi, et un groupe de test).
Afficher tout
Je chipote un peu : le «Journal of Experimental Psychology» a un bon impact factor (IF) ce qui constitue une sorte de « gage » de bonne qualité d’article. L’université du Colorado où a été réalisé l’étude se situe à Denver (population : 682’000 et des poussières), en terme d’échantillonnage, on pourrait dire avec un intervalle de confiance à 95% et une marge d’erreur de 5% que ce taux devrait se monter à N=384 pour que celui-ci soit représentatif de la population. Après ce serait intéressant de lire l’article en entier ! Je vais essayer de le télécharger pour en lire plus là-dessus :)

Si tu lis cette anecdote le soir, tu penses que tu vas te coucher moins bête, alors que pas du tout, effet placebo.

Et donc quand je me suis réveillé ce matin à la bourre pour mes partiels parce que mon réveil m'a laissé dormir autant que je voulais, j'étais censé me sentir comment ? ^^'

a écrit : Si tu te couches à 6h, mais que le lendemain en te réveillant tu te dis "Ahhh, j'ai bien dormi" ça va aller super, alors que si tu te couches à 20h mais que le lendemain matin tu te dis que tu as passé une mauvaise nuit, ça va pas aller. Alors que dans les deux cas ce que tu penses est faux Oui enfin bon, l’effet placebo n’est pas surpuissant non plus.. Il y a beau avoir 50 milles machines ultra performantes ou docteur « spécialistes du sommeil » pour te retourner le cerveau genre « ta nuit était formidable » : si tu te couches vraiment à 6h du mat bien cuit, tu te réveilles la tête dans le cul (surtout après 30 ans...)

a écrit : Une étude scientifique ...
Mais va falloir payer l'article si tu veux voir plus qu'un simple Abstract ...
Regarde la source anglaise elle redirige vers le site où l'article est disponible.
Il y a un moyen simple pour contourner ça : le site Sci-Hub, une sorte de Pirate Bay scientifique. Comme son alter ego, c'est techniquement pas forcément un procédé extrêmement légal mais c'est surtout que c'est contraire à la volonté des gros journaux, qui essaient de faire fermer son nom de domaine. Les scientifiques eux sont majoritairement en faveur de ce site et plus généralement d'une science open source (ce qu'elle devrait être à la base), je connais plusieurs scientifiques extrêmement renommés qui l'utilisent.
En tout cas, vous ne risquez rien en l'utilisant ^^

Bref, donc pour accéder à l'article il faut d'abord chercher son DOI (un code composé de chiffres que l'on trouve dans les infos générales relatives à la publication), en l'occurrence dans la source anglaise de l'anecdote on le trouve au-dessus et au-dessous de l'abstract : 10.1037/a0035546
Parfois on peut le trouver sous forme d'url, il faut juste enlever le "http://" pour ne garder que les chiffres.
On va ensuite sur le site Sci-Hub (site russe mais pas besoin de comprendre cette langue ^^) et on copie-colle le DOI dans la barre de recherche avant de cliquer sur "open" - ça donne directement le pdf téléchargeable ! (Et ça fonctionne avec tous les articles, en 8 ans de recherches biblios j'ai toujours pu récupérer le pdf même d'articles vieux de 60 ans ou plus)

D'ailleurs, voilà le lien de l'article en question : sci-hub.tw/10.1037/a0035546