Le mouflage peut sauver la vie en montagne

Proposé par
le

En alpinisme, il est possible de remonter d'une crevasse une personne inanimée grâce au mouflage, une technique permettant de démultiplier l'effort de traction grâce à l'utilisation de poulies. Il en existe différents types, qui démultiplient plus ou moins l'effort, mais ils nécessitent la mise en oeuvre d'un matériel plus ou moins riche et peuvent être longs à mettre en place.

L'alpiniste qui tire choisit donc son mouflage en fonction de la situation.


Commentaires préférés (3)

Je suis un peu surpris dans la mesure où je ne vois pas en quoi c'est spécifique à l'alpinisme. Dans absolument tous les milieux impliquant de soulever des charges, un tel système existe et dans tous ces systèmes, le principe est justement que les poulies démultiplient l'effort de traction.

a écrit : Je suppose que c'est quelque chose que l'on apprend et auquel on est formé avant de partir en haute montagne, mais ce savoir ne se limite certainement pas à ce seul domaine. Ce n'est en effet pas propre à l'alpinisme. Mais la particularité de l'alpinisme par rapport à d'autres activités qui utilisent les poulies, c'est qu'il ne faut pas trop s'encombrer avec de matériel, le sac à dos étant déjà bien assez lourd sans ça.
A titre d'exemple, le mouflage mariner double utilise quelques mousquetons, cordelettes, et 3 petites poulies, et cela suffit pour diviser l'effort de traction par 7!

a écrit : Je suis un peu surpris dans la mesure où je ne vois pas en quoi c'est spécifique à l'alpinisme. Dans absolument tous les milieux impliquant de soulever des charges, un tel système existe et dans tous ces systèmes, le principe est justement que les poulies démultiplient l'effort de traction. Ce qui est spécifique à l'alpinisme c'est le matériel, la mise en oeuvre et l'environnement. On ne soulève pas un alpiniste tombé dans une crevasse de la même façon qu'un moteur de voiture dans un garage, même si le principe est le même. En alpinisme on doit s'être entraîné pour le faire rapidement lorsque l'accident se produit, on doit avoir prévu d'emmener le matériel adéquat (poulies, etc.) et savoir comment faire avec le matériel dont on dispose (une partie du matériel n'est pas spécifique comme les cordes et les mousquetons), savoir comment créer un point d'ancrage car il n'y a pas souvent de poteaux sur un glacier, et faire tout ça avec des moufles....


Tous les commentaires (28)

Je suis un peu surpris dans la mesure où je ne vois pas en quoi c'est spécifique à l'alpinisme. Dans absolument tous les milieux impliquant de soulever des charges, un tel système existe et dans tous ces systèmes, le principe est justement que les poulies démultiplient l'effort de traction.

a écrit : Je suis un peu surpris dans la mesure où je ne vois pas en quoi c'est spécifique à l'alpinisme. Dans absolument tous les milieux impliquant de soulever des charges, un tel système existe et dans tous ces systèmes, le principe est justement que les poulies démultiplient l'effort de traction. Je suppose que c'est quelque chose que l'on apprend et auquel on est formé avant de partir en haute montagne, mais ce savoir ne se limite certainement pas à ce seul domaine.

Anecdote plus ou moins bien écrite, n'étant pas moi-même plus ou moins alpiniste, je me couche plus moins bête que plus.

a écrit : Je suppose que c'est quelque chose que l'on apprend et auquel on est formé avant de partir en haute montagne, mais ce savoir ne se limite certainement pas à ce seul domaine. Ce n'est en effet pas propre à l'alpinisme. Mais la particularité de l'alpinisme par rapport à d'autres activités qui utilisent les poulies, c'est qu'il ne faut pas trop s'encombrer avec de matériel, le sac à dos étant déjà bien assez lourd sans ça.
A titre d'exemple, le mouflage mariner double utilise quelques mousquetons, cordelettes, et 3 petites poulies, et cela suffit pour diviser l'effort de traction par 7!

On apprend aussi à créer des points d'encrage en creusant la neige, puis en plaçant sont sac à dos (ou un ski)dans le trou. Cela permet d'y attacher une corde. Ce systèmes est suffisamment solide pour remonter une personne sans soucis

a écrit : Ce n'est en effet pas propre à l'alpinisme. Mais la particularité de l'alpinisme par rapport à d'autres activités qui utilisent les poulies, c'est qu'il ne faut pas trop s'encombrer avec de matériel, le sac à dos étant déjà bien assez lourd sans ça.
A titre d'exemple, le m
ouflage mariner double utilise quelques mousquetons, cordelettes, et 3 petites poulies, et cela suffit pour diviser l'effort de traction par 7! Afficher tout
Mais il multiplie d'autant la longueur à tirer, non?

a écrit : Anecdote plus ou moins bien écrite, n'étant pas moi-même plus ou moins alpiniste, je me couche plus moins bête que plus. Commentaire qui est à son tour plus ou moins bien écrit!

Posté le

android

(3)

Répondre

J'ai comme l'impression que l'anecdote n'apporte rien de concret.. même pas il donnerait des exemples de mouflage qui ont réellement sauvé la vie ?$

a écrit : Mais il multiplie d'autant la longueur à tirer, non? Exact. C'est le prix à payer pour diviser l'effort. Pour le diviser par N, il tirer N fois plus de corde que ce que la victime remonte.

a écrit : Je suis un peu surpris dans la mesure où je ne vois pas en quoi c'est spécifique à l'alpinisme. Dans absolument tous les milieux impliquant de soulever des charges, un tel système existe et dans tous ces systèmes, le principe est justement que les poulies démultiplient l'effort de traction. Ce qui est spécifique à l'alpinisme c'est le matériel, la mise en oeuvre et l'environnement. On ne soulève pas un alpiniste tombé dans une crevasse de la même façon qu'un moteur de voiture dans un garage, même si le principe est le même. En alpinisme on doit s'être entraîné pour le faire rapidement lorsque l'accident se produit, on doit avoir prévu d'emmener le matériel adéquat (poulies, etc.) et savoir comment faire avec le matériel dont on dispose (une partie du matériel n'est pas spécifique comme les cordes et les mousquetons), savoir comment créer un point d'ancrage car il n'y a pas souvent de poteaux sur un glacier, et faire tout ça avec des moufles....

a écrit : Exact. C'est le prix à payer pour diviser l'effort. Pour le diviser par N, il tirer N fois plus de corde que ce que la victime remonte. Bon, après, pour sauver une vie...

Si la personne est décédé elle peut attendre si ça prend plus de temp...

a écrit : Si la personne est décédé elle peut attendre si ça prend plus de temp... Sauf que tu ne sais pas si la personne est décédée...

Est ce que du coup avec le moufflage on peut se tracter soit même ?

a écrit : Commentaire qui est à son tour plus ou moins bien écrit! incep-pas-bien-écrit !!! o_O

Posté le

windowsphone

(2)

Répondre

Pour une fois JLSD car vu dans l'émission c'est pas sorcier ^^

a écrit : Est ce que du coup avec le moufflage on peut se tracter soit même ? Théoriquement c'est possible, accroche toi à un palan d'un garage et tire la chaîne, tu verra que oui.
Sauf qu'en alpinisme comme c'est le cas là, avant de te tirer toi même, faut créer tes points d ancrage etc.... Du fond de la crevasse ça me semble compliqué, ou alors t'a super bien anticipé ta chute hahaha

a écrit : Est ce que du coup avec le moufflage on peut se tracter soit même ? Pour se tracter soi même on préfère pousser sur les jambes car elles sont plus costaudes que les bras. En spéléologie par exemple on remonte le long d'une corde en appuyant alternativement sur deux boucles de cordelette dans lesquelles sont passés les pieds et en remontant à chaque fois la boucle detendue le long de la corde pendant qu'on pousse sur l'autre.