On ne savait pas quoi faire du GHB à sa découverte

Proposé par
le
dans

La drogue dite du violeur, le GHB ou gamma-hydroxybutyrate, a été isolée pour la première fois en 1874, mais aucune application ne lui ayant été trouvée, elle tomba dans l'oubli. Elle sera synthétisée en 1961 par Henri Laborit qui en fit un anesthésiant. Elle a depuis acquis une réputation sulfureuse, pouvant provoquer des pertes de mémoire.


Commentaires préférés (3)

le GHB provoque une désinhibition sexuelle causée par l’effet sédatif (calmant), particulièrement lorsque cette drogue est associée à l'alcool qui en multiplie les effets amnésiques et anesthésiques, d'où son surnom de «drogue du violeur»

Posté le

android

(134)

Répondre

À noter que le GHB possède un goût extrêmement salé, et qu'il est difficile de masquer dans un verre.
Si jamais votre Mojito à un petit goût de saumure, méfiez vous ! :P

Posté le

android

(155)

Répondre

Le gamma-hydroxybutyrate (ou hydro butyrique) est une substance que nous possédons tous en faible quantité dans notre corps (sang et urine).
En revanche, à forte dose, outre les effets que nous connaissons qui se manifestent seulement après une prise, il peut amener amnésie, sommeil, paralysie et coma avec détresse respiratoire.

Une fois glissé dans un liquide, la molécule se transforme en gaz carbonique, il est donc parfaitement inodore et incolore. Pour ce qui est du goût, comme dit dans un commentaire un peu plus haut, le contexte empêche très souvent de s'en rendre compte.

Il peut être utilisé pour d'autre abus, comme par exemple cette pauvre mamie il y a quelques années qui a signé papiers, chèques et donné des numéros importants après que des malfrats lui ait fait ingérer une pilule...

Et gardons le plus affligeant pour la fin : glisser une gélule de GHB dans un verre (très majoritairement chez les femmes) est de plus en plus à la mode !! Cette pratique n'est donc malheureusement pas en voie de disparition...

Posté le

android

(150)

Répondre


Tous les commentaires (25)

le GHB provoque une désinhibition sexuelle causée par l’effet sédatif (calmant), particulièrement lorsque cette drogue est associée à l'alcool qui en multiplie les effets amnésiques et anesthésiques, d'où son surnom de «drogue du violeur»

Posté le

android

(134)

Répondre

À noter que le GHB possède un goût extrêmement salé, et qu'il est difficile de masquer dans un verre.
Si jamais votre Mojito à un petit goût de saumure, méfiez vous ! :P

Posté le

android

(155)

Répondre

a écrit : le GHB provoque une désinhibition sexuelle causée par l’effet sédatif (calmant), particulièrement lorsque cette drogue est associée à l'alcool qui en multiplie les effets amnésiques et anesthésiques, d'où son surnom de «drogue du violeur» En fait ça provoque plutôt une perte de volonté qu'une déshinibition mais ce qui est surtout recherché par les violeurs c'est l'amnésie antérograde que le GHB provoque et sa rapide disparition (pas trop sûr pour ça) du sang

Posté le

android

(22)

Répondre

Il fait pas bon de savoir trop de choses à propos de cette drogue ;)

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : À noter que le GHB possède un goût extrêmement salé, et qu'il est difficile de masquer dans un verre.
Si jamais votre Mojito à un petit goût de saumure, méfiez vous ! :P
Aïe moi qui aime beaucoup les Bloody Mary j'ai donc plus de risque de passer à la trappe

Posté le

android

(12)

Répondre

Le gamma-hydroxybutyrate (ou hydro butyrique) est une substance que nous possédons tous en faible quantité dans notre corps (sang et urine).
En revanche, à forte dose, outre les effets que nous connaissons qui se manifestent seulement après une prise, il peut amener amnésie, sommeil, paralysie et coma avec détresse respiratoire.

Une fois glissé dans un liquide, la molécule se transforme en gaz carbonique, il est donc parfaitement inodore et incolore. Pour ce qui est du goût, comme dit dans un commentaire un peu plus haut, le contexte empêche très souvent de s'en rendre compte.

Il peut être utilisé pour d'autre abus, comme par exemple cette pauvre mamie il y a quelques années qui a signé papiers, chèques et donné des numéros importants après que des malfrats lui ait fait ingérer une pilule...

Et gardons le plus affligeant pour la fin : glisser une gélule de GHB dans un verre (très majoritairement chez les femmes) est de plus en plus à la mode !! Cette pratique n'est donc malheureusement pas en voie de disparition...

Posté le

android

(150)

Répondre

Cette drogue est de plus en plus à la mode en soirée, et certaines personnes le prennent désormais volontairement, mais en plus petite quantité.

Un vernis anti-GHB est entrain d'être mis au point, voir déjà en vente d'ailleurs. Il suffit de tremper légèrement son ongle et si il y a présence de GHB ( entre autre ) la couleur change.

Le GHB est "tombé dans l'oubli" haha bien joué :)

Posté le

android

(17)

Répondre

a écrit : Un vernis anti-GHB est entrain d'être mis au point, voir déjà en vente d'ailleurs. Il suffit de tremper légèrement son ongle et si il y a présence de GHB ( entre autre ) la couleur change. Très bonne idée. Une autre bonne solution c'est de toujours garder son verre avec soi. Non seulement ça évite le GHB mais en plus quand on vous dit : t'es alcoolique tu vois trop vous répondez : non je suis prudent j'évite le GHB

Posté le

android

(16)

Répondre

a écrit : Le gamma-hydroxybutyrate (ou hydro butyrique) est une substance que nous possédons tous en faible quantité dans notre corps (sang et urine).
En revanche, à forte dose, outre les effets que nous connaissons qui se manifestent seulement après une prise, il peut amener amnésie, sommeil, paralysie et coma avec détres
se respiratoire.

Une fois glissé dans un liquide, la molécule se transforme en gaz carbonique, il est donc parfaitement inodore et incolore. Pour ce qui est du goût, comme dit dans un commentaire un peu plus haut, le contexte empêche très souvent de s'en rendre compte.

Il peut être utilisé pour d'autre abus, comme par exemple cette pauvre mamie il y a quelques années qui a signé papiers, chèques et donné des numéros importants après que des malfrats lui ait fait ingérer une pilule...

Et gardons le plus affligeant pour la fin : glisser une gélule de GHB dans un verre (très majoritairement chez les femmes) est de plus en plus à la mode !! Cette pratique n'est donc malheureusement pas en voie de disparition...
Afficher tout
Le mec fais des énormes copiés collés

Je le savais d-EUHHHH Je me coucherai moins bête!! :s

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Le gamma-hydroxybutyrate (ou hydro butyrique) est une substance que nous possédons tous en faible quantité dans notre corps (sang et urine).
En revanche, à forte dose, outre les effets que nous connaissons qui se manifestent seulement après une prise, il peut amener amnésie, sommeil, paralysie et coma avec détres
se respiratoire.

Une fois glissé dans un liquide, la molécule se transforme en gaz carbonique, il est donc parfaitement inodore et incolore. Pour ce qui est du goût, comme dit dans un commentaire un peu plus haut, le contexte empêche très souvent de s'en rendre compte.

Il peut être utilisé pour d'autre abus, comme par exemple cette pauvre mamie il y a quelques années qui a signé papiers, chèques et donné des numéros importants après que des malfrats lui ait fait ingérer une pilule...

Et gardons le plus affligeant pour la fin : glisser une gélule de GHB dans un verre (très majoritairement chez les femmes) est de plus en plus à la mode !! Cette pratique n'est donc malheureusement pas en voie de disparition...
Afficher tout
Non seulement le GHB ne se transforme pas en gaz carbonique dans un liquide. (Même si il peut y avoir un dégagement gazeux lors de la dissolution).
Mais par ailleurs le GHB/GBL n'est pas aussi populaire qu'elle l'a été par le passé. Dorénavant ce sont d'autres produits plus accessibles (comme la MDMA par exemple) qui sont davantage utilisés danq ce dessein.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Le mec fais des énormes copiés collés Alors premièrement, je précise qu'aucun de mes commentaires ne sont des copiés-collés (quand bien même ce serait le cas je ne vois pas le problème à partir du moment où ça nourrit l'anecdote), je ne suis ni un mouton ni une idiotE (oui, car je ne suis pas un mec).
Deuxièmement, je parlais justement du GHB il y a une petite semaine avec mon cousin chercheur en bio moléculaire (ce qui ne me donne pas forcément raison sur tout bien sûr). Donc non, je ne suis pas Wikipedia et fait peut-être des erreurs, je ne retiens pas tout non plus malheureusement. Mais si quelques personnes peuvent apprendre quelques détails en plus alors c'est déjà très bien.
Troisièmement quand on critique, on apporte une réponse constructive et enrichissante.
A bon entendeur camarade, salut ! :-)

Posté le

android

(59)

Répondre

a écrit : Non seulement le GHB ne se transforme pas en gaz carbonique dans un liquide. (Même si il peut y avoir un dégagement gazeux lors de la dissolution).
Mais par ailleurs le GHB/GBL n'est pas aussi populaire qu'elle l'a été par le passé. Dorénavant ce sont d'autres produits plus accessibles (comme
la MDMA par exemple) qui sont davantage utilisés danq ce dessein. Afficher tout
Houla, MDMA drogue du violeur? Il va falloir revoir vos sources je pense.

Posté le

android

(8)

Répondre

Je m’en suis beaucoup servi quand j’étais plus jeune.
J’ai drogué pas mal de filles avec.
Des mecs aussi d’ailleurs.
Après je leur introduisais mon tuyau dans la bouche...

Non, non je ne vous raconte pas un viol :
C’était l’anesthésique que l’on utilisait en SAMU dans les années ´90 là où je bossais pour endormir les malades qui le nécessitaient.
Il avait l’avantage de ne pas induire d’apnée (ou alors très brève) dans le cas où le médecin urgentiste (qui souvent n’était pas anesthésiste) n’aurait pas réussi à intuber le patient, et c’était donc une sécurité.
Par la suite de nouveaux produits sont arrivés et tout naturellement il est tombé dans l’oubli, c’est exact.
Je n’en ai plus vu depuis bien 20 ans dans l’arsenal d’un SMUR, un SAMU ni même aucun service d’urgence où j’ai bossé mais je ne sais pas si c’est parce que les autres se sont montrés très supérieurs ou si c’est à cause de ses autres utilisations potentielles inquiétantes.
Je sais même pas s’il est interdit ou pas.
Tout ce que je sais, c’est qu’on était super content de ne plus avoir à s’en servir parce qu’il était long, très long à induire l’anesthésie dont on avait besoin.
C’est comme la Kétamine, un extraordinaire produit qui en a rendu, des services (notamment chez les grands brûlés chez qui il est royal parce qu’il induit une anesthésie cutanée sans entraîner de dépression respiratoire) mais n’était pas considéré comme un stupéfiant jusqu’à ces derniers mois et qui est pourtant un (pas si) lointain cousin du... LSD.
Les ampoules étaient contrôlées, bien sûr mais pas dans un coffre comme le sont les morphiniques.
Maintenant si !

a écrit : Je m’en suis beaucoup servi quand j’étais plus jeune.
J’ai drogué pas mal de filles avec.
Des mecs aussi d’ailleurs.
Après je leur introduisais mon tuyau dans la bouche...

Non, non je ne vous raconte pas un viol :
C’était l’anesthésique que l’on utilisait en SAMU dans les années ´90
là où je bossais pour endormir les malades qui le nécessitaient.
Il avait l’avantage de ne pas induire d’apnée (ou alors très brève) dans le cas où le médecin urgentiste (qui souvent n’était pas anesthésiste) n’aurait pas réussi à intuber le patient, et c’était donc une sécurité.
Par la suite de nouveaux produits sont arrivés et tout naturellement il est tombé dans l’oubli, c’est exact.
Je n’en ai plus vu depuis bien 20 ans dans l’arsenal d’un SMUR, un SAMU ni même aucun service d’urgence où j’ai bossé mais je ne sais pas si c’est parce que les autres se sont montrés très supérieurs ou si c’est à cause de ses autres utilisations potentielles inquiétantes.
Je sais même pas s’il est interdit ou pas.
Tout ce que je sais, c’est qu’on était super content de ne plus avoir à s’en servir parce qu’il était long, très long à induire l’anesthésie dont on avait besoin.
C’est comme la Kétamine, un extraordinaire produit qui en a rendu, des services (notamment chez les grands brûlés chez qui il est royal parce qu’il induit une anesthésie cutanée sans entraîner de dépression respiratoire) mais n’était pas considéré comme un stupéfiant jusqu’à ces derniers mois et qui est pourtant un (pas si) lointain cousin du... LSD.
Les ampoules étaient contrôlées, bien sûr mais pas dans un coffre comme le sont les morphiniques.
Maintenant si !
Afficher tout
Pour l'induction à séquence rapide c'est le propofol qui est privilégié maintenant. Son action est à la fois très rapide mais aussi rapidement réversible, en cas d'incubation difficile. Également utilisé pour les AG de courtes durées (fibriscopie gastrique, sismothérapie, etc). Absolument impossible de le faire passer pour autre chose, c'est un liquide blanc laiteux. Et, à ma connaissance, ca ne marche pas per-os.

Beaucoup d'imprécisions !
Pour ne pas écrire un commentaire de 3km, je dirais simplement que l'alcool est la drogue la plus utilisée pour le viol, Le ghb ne représentant que 10% des soumissions chimiques.
Le ghb peut avoir un goût salé si son sel est le Na mais n'aura aucun goût si Le sel associé est du K (potassium).
Le ghb ne rend pas la personne nymphomane: si la dose est trop faible l'effet est quasi nul, même avec l'alcool.
En revanche si la does est trop élevée le risque est la détresse respiratoire, coma, mort ... à utiliser sur soi même mais Pas sur les autres

a écrit : Pour l'induction à séquence rapide c'est le propofol qui est privilégié maintenant. Son action est à la fois très rapide mais aussi rapidement réversible, en cas d'incubation difficile. Également utilisé pour les AG de courtes durées (fibriscopie gastrique, sismothérapie, etc). Absolument impossible de le faire passer pour autre chose, c'est un liquide blanc laiteux. Et, à ma connaissance, ca ne marche pas per-os. Afficher tout Je sais bien que c’est le propofol qui l’a détrôné (d’ailleurs lui-même détrôné par l’étomidate puisque tu es précis) mais ce sur quoi je voulais mettre l’accent c’est que sa disparition s’est faite sans à-coup.
On n’a jamais dit : Le Gamma OH c’est la drogue des violeurs, on le supprime !
Le fait que le Gamma OH et cette saloperie étaient le même produit ça se racontait plutôt pendant la pause, un peu comme une légende urbaine sulfureuse, du genre "Tu sais que le Gamma OH, il paraît que ce serait la drogue des violeurs, tu y crois, toi ?"

Tu comprends, on a eu un produit plus performant donc on a arrêté d’utiliser l’autre.
Et c’est très bien parce que si on en avait fait des tonnes médiatiquement, peut-être que certains auraient fait des stocks tandis que là, la transition vers le Diprivan s’est faite sans heurts, sans même qu’on le remarque.