Plongeur nucléaire est un métier risqué

Proposé par
Invité
le
dans

Commentaires préférés (3)

Au moins il pourront mieux nager s'ils ont une nageoire qui leur pousse dessus

Posté le

android

(164)

Répondre

La maintenance est rarement faite par des automatismes, ce sont des taches qui n'ont pas de "déroulé précis", c'est au cas par cas, alors que des robots suivent une procédure spécifique :)

a écrit : Je ne comprend pas comment et pourquoi, alors qu'il existe des robots chirurgicaux (Avec une précision .. chirurgical bravo), des tâches comme celle-ci ne sont pas faites par des robots ? Il existe aussi des robots démineurs qui sont bien pratiques pour éviter d'exposer un humain à une situation dangereuse. Il s'agit en fait d'automates téléguidés par un humain qui voit et entend à travers ses capteurs et agit à travers ses bras mécaniques tout en restant en sécurité au loin. Mais contrairement à ce que tu dis, les robots ne remplacent pas avantageusement un humain dans toutes les situations car ils sont moins polyvalents. Par exemple, les robots chirurgiens sont très précis mais ils ont un rayon d'action limité, il ne peuvent pas se déplacer et doivent être installés juste devant le patient et ils ne savent pas encore faire toute l'opération de A à Z comme un chirurgien. Les robots démineurs se meuvent sur des chenilles, ils ne peuvent pas enjamber certains obstacles comme le ferait un humain, et leurs bras articulés ne sont pas très adroits, etc. Les robots ou bras téléguidés remplacent avantageusement un humain lorsque le passage est trop petit pour qu'un humain puisse s'y glisser ou lorsqu'il faut faire un geste prévisible et très précis. Mais pour faire toutes sortes de travaux (démontage, remontage, soudure, etc.) dans une piscine, un humain reste bien plus adroit. Et comme l'eau arrête les radiations de manière très efficace, on peut envoyer un humain dans une piscine contenant du matériel radioactif, en respectant des procédures de sécurité, sans l'exposer à plus de radiations qu'il ne recevrait s'il vivait dans une maison bretonne en granit. Pour la même raison, ce sont des humains, protégés par des combinaisons adéquates, qui font les opérations de désamiantage alors que ça parait très dangereux, et dans beaucoup de situations où il y a assez de place pour passer, besoin de polyvalence et un danger maîtrisé.

Posté le

android

(132)

Répondre


Tous les commentaires (19)

Au moins il pourront mieux nager s'ils ont une nageoire qui leur pousse dessus

Posté le

android

(164)

Répondre

Je ne comprend pas comment et pourquoi, alors qu'il existe des robots chirurgicaux (Avec une précision .. chirurgical bravo), des tâches comme celle-ci ne sont pas faites par des robots ?

La maintenance est rarement faite par des automatismes, ce sont des taches qui n'ont pas de "déroulé précis", c'est au cas par cas, alors que des robots suivent une procédure spécifique :)

a écrit : Je ne comprend pas comment et pourquoi, alors qu'il existe des robots chirurgicaux (Avec une précision .. chirurgical bravo), des tâches comme celle-ci ne sont pas faites par des robots ? J'imagine que si il y a besoin d'y aller lors d'un incident, il vaut mieux que ce soit fait par un être humain qu'un robot. Je dis ça parce que lorsque Tchernobyl a eu lieu, les soviétiques ont d'abord essayé d'enlever les gravats avec des robots, mais ils sont tous tombés en panne à cause des radiations. Ils ont alors dû envoyer des humains pour faire le boulot. Mais même quelques minutes voir quelques secondes ont suffit pour que certains meurent irradiés ; sans parler de tous les cancers dans les années suivantes. Mais en attendant que la mort survienne plusieurs jours après exposition, tous ces hommes peuvent travailler tandis qu'un robot serait déjà HS.

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Je ne comprend pas comment et pourquoi, alors qu'il existe des robots chirurgicaux (Avec une précision .. chirurgical bravo), des tâches comme celle-ci ne sont pas faites par des robots ? Il ne faut pas occulter le volet financier. Ces opérations de maintenance ne sont pas préventive mais bien curative et donc ponctuelle. Le développement d'un robot capable de travailler en milieu nucléaire est plus chère que le coût d'un plongeur/soudeur. Dans le cas du milieu médical les robots sont réutilisables pour chaque opérations et sont donc rentable.

Posté le

android

(9)

Répondre

"woaw tu est un mec brillant, surtout dans le noir"

- réplique d'une femme qui rencontre un plongeur nucléaire

a écrit : Je ne comprend pas comment et pourquoi, alors qu'il existe des robots chirurgicaux (Avec une précision .. chirurgical bravo), des tâches comme celle-ci ne sont pas faites par des robots ? Il existe aussi des robots démineurs qui sont bien pratiques pour éviter d'exposer un humain à une situation dangereuse. Il s'agit en fait d'automates téléguidés par un humain qui voit et entend à travers ses capteurs et agit à travers ses bras mécaniques tout en restant en sécurité au loin. Mais contrairement à ce que tu dis, les robots ne remplacent pas avantageusement un humain dans toutes les situations car ils sont moins polyvalents. Par exemple, les robots chirurgiens sont très précis mais ils ont un rayon d'action limité, il ne peuvent pas se déplacer et doivent être installés juste devant le patient et ils ne savent pas encore faire toute l'opération de A à Z comme un chirurgien. Les robots démineurs se meuvent sur des chenilles, ils ne peuvent pas enjamber certains obstacles comme le ferait un humain, et leurs bras articulés ne sont pas très adroits, etc. Les robots ou bras téléguidés remplacent avantageusement un humain lorsque le passage est trop petit pour qu'un humain puisse s'y glisser ou lorsqu'il faut faire un geste prévisible et très précis. Mais pour faire toutes sortes de travaux (démontage, remontage, soudure, etc.) dans une piscine, un humain reste bien plus adroit. Et comme l'eau arrête les radiations de manière très efficace, on peut envoyer un humain dans une piscine contenant du matériel radioactif, en respectant des procédures de sécurité, sans l'exposer à plus de radiations qu'il ne recevrait s'il vivait dans une maison bretonne en granit. Pour la même raison, ce sont des humains, protégés par des combinaisons adéquates, qui font les opérations de désamiantage alors que ça parait très dangereux, et dans beaucoup de situations où il y a assez de place pour passer, besoin de polyvalence et un danger maîtrisé.

Posté le

android

(132)

Répondre

a écrit : Je ne comprend pas comment et pourquoi, alors qu'il existe des robots chirurgicaux (Avec une précision .. chirurgical bravo), des tâches comme celle-ci ne sont pas faites par des robots ? Ces tâches ne sont pas des procédures fixes comme dans 90% des travaux de nos jours, puisque la dégradation du combustible est irrégulière.

De ce fait, impossible de diagnostiquer avec une simple machine.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Il existe aussi des robots démineurs qui sont bien pratiques pour éviter d'exposer un humain à une situation dangereuse. Il s'agit en fait d'automates téléguidés par un humain qui voit et entend à travers ses capteurs et agit à travers ses bras mécaniques tout en restant en sécurité au loin. Mais contrairement à ce que tu dis, les robots ne remplacent pas avantageusement un humain dans toutes les situations car ils sont moins polyvalents. Par exemple, les robots chirurgiens sont très précis mais ils ont un rayon d'action limité, il ne peuvent pas se déplacer et doivent être installés juste devant le patient et ils ne savent pas encore faire toute l'opération de A à Z comme un chirurgien. Les robots démineurs se meuvent sur des chenilles, ils ne peuvent pas enjamber certains obstacles comme le ferait un humain, et leurs bras articulés ne sont pas très adroits, etc. Les robots ou bras téléguidés remplacent avantageusement un humain lorsque le passage est trop petit pour qu'un humain puisse s'y glisser ou lorsqu'il faut faire un geste prévisible et très précis. Mais pour faire toutes sortes de travaux (démontage, remontage, soudure, etc.) dans une piscine, un humain reste bien plus adroit. Et comme l'eau arrête les radiations de manière très efficace, on peut envoyer un humain dans une piscine contenant du matériel radioactif, en respectant des procédures de sécurité, sans l'exposer à plus de radiations qu'il ne recevrait s'il vivait dans une maison bretonne en granit. Pour la même raison, ce sont des humains, protégés par des combinaisons adéquates, qui font les opérations de désamiantage alors que ça parait très dangereux, et dans beaucoup de situations où il y a assez de place pour passer, besoin de polyvalence et un danger maîtrisé. Afficher tout Attention. L'eau utilisée dans ces piscines ne vient pas du robinet de la cuisine. C'est de l'eau lourde me semble-t-il.
Quelqu'un peu confirmer/infirmer?

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Je ne comprend pas comment et pourquoi, alors qu'il existe des robots chirurgicaux (Avec une précision .. chirurgical bravo), des tâches comme celle-ci ne sont pas faites par des robots ? les humains coûtent moins cher, sont plus faciles à fabriquer, et obéissent mieux que les robots

a écrit : Attention. L'eau utilisée dans ces piscines ne vient pas du robinet de la cuisine. C'est de l'eau lourde me semble-t-il.
Quelqu'un peu confirmer/infirmer?
Non. 1) Dans les réacteurs qui utilisent l'eau lourde, c'est dans le coeur du réacteur, pas dans la piscine où on entrepose le combustible. Le chargement du combustible est automatisé, c'est jamais dans le coeur du réacteur qu'on demande à des humains d'intervenir. 2) L'eau lourde est utilisée dans certains types de réacteurs parce que justement elle absorbe moins les neutrons, donc l'eau ordinaire est l'idéal pour absorber ces radiations.

Posté le

android

(7)

Répondre

Les radiations prisent par ces plongeurs sont faibles car l'eau diminue énormément celle ci. Par contre les extrémités des mains sont plus exposées car elle sont en contact direct avec les pièces à réparées, c'est pour cette raison qu'il existe des bagues appelées dosimètre passif qui permettent de voir la dose absorbée. De plus des mesures sont faites en amont sous eau pour savoir le temps d'intervention du plongeur.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Non. 1) Dans les réacteurs qui utilisent l'eau lourde, c'est dans le coeur du réacteur, pas dans la piscine où on entrepose le combustible. Le chargement du combustible est automatisé, c'est jamais dans le coeur du réacteur qu'on demande à des humains d'intervenir. 2) L'eau lourde est utilisée dans certains types de réacteurs parce que justement elle absorbe moins les neutrons, donc l'eau ordinaire est l'idéal pour absorber ces radiations. Afficher tout L'eau du réacteur et de la piscine de desactivation est la même mais c'est une eau mélangée de bore car celui ci est neutrophage il ralenti les neutrons.

Posté le

android

(7)

Répondre

Il y a une erreur d interprétation dans l énoncés.
Le risque majeur n'est pas l'irradiation , mais la contamination

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Non. 1) Dans les réacteurs qui utilisent l'eau lourde, c'est dans le coeur du réacteur, pas dans la piscine où on entrepose le combustible. Le chargement du combustible est automatisé, c'est jamais dans le coeur du réacteur qu'on demande à des humains d'intervenir. 2) L'eau lourde est utilisée dans certains types de réacteurs parce que justement elle absorbe moins les neutrons, donc l'eau ordinaire est l'idéal pour absorber ces radiations. Afficher tout Au temps pour moi... ;-)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Il y a une erreur d interprétation dans l énoncés.
Le risque majeur n'est pas l'irradiation , mais la contamination
Il s'agit bien d'irradiation. Les sources radioactives immergées sont scellées (étanches), seuls les rayons peuvent traverser. Une contamination signifierai que l'eau de la piscine contient des particules radioactives.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Il s'agit bien d'irradiation. Les sources radioactives immergées sont scellées (étanches), seuls les rayons peuvent traverser. Une contamination signifierai que l'eau de la piscine contient des particules radioactives. Je travaille très régulièrement en bord de piscine du B.K (bâtiment combustible) est peut te garantir que l eau y est fortement contaminé (Bien-sûr celle de la cuve c est pareil ,mais personne a proximité en dehors des arrêts ,et combustible passé dans le bk)
(Bien que le risque dosimetrique soit loin d être négligeable nous sommes d'accord ,mais comme de nombreux autres corps de métier de ce secteur d'activité)
Tu semble prendre en compte uniquement les «produits de fission» ,et non les «produits d activation» qui eux ne sont pas confiné ,et eux se retrouve un peu partout dans le bk et br.
D'ou un risque d irradiation ,et contamination ,meme réacteurs déchargé ( c est a dire sans combustible)

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Au moins il pourront mieux nager s'ils ont une nageoire qui leur pousse dessus T'est hyper trop marrant toi!

En réalité, l’eau protège relativement bien des radiations. On peut nager sans problèmes et sans danger dans une piscine de refroidissement d’un réacteur nucléaire.

Les radiations sont arrêtés par les premiers centimètres/mètres d’eau autour du réacteur.
Le danger se situe dans cette zone seulement.


En fait, il est même possible que juste sous la surface de l’eau, il y a moins de radiations que dans l’air de la pièce où vous vous trouvez actuellement : l’air contient quelques gaz légèrement radioactifs (CO2, à cause du carbone 14 qui est naturellement présent dans le carbone ; radon ; etc.) que ne contient pas l’eau.


what-if.xkcd.com/29/