Etre ami avec Warren Buffett, ça peut rapporter gros

Proposé par
Invité
le
dans

Les époux Othmer étaient deux citoyens américains apparemment banals, tous les deux professeurs. A leur mort, ils léguèrent la somme colossale de 800 millions de dollars à différentes institutions. Ils firent fortune en investissant leurs économies dans les années 70 avec l'aide d'un de leurs amis, un certain Warren Buffet.


Tous les commentaires (48)

a écrit : Navrant de voir des gens aussi etroits d'esprit avoir autant d'argent et ne pas savoir qu'en faire.
Quand on voit les beneficiaires de leur héritage c'est ridicule , université, hopital et j'en passe autant d'institution qui se gavent deja et qui n'ont absolument pas besoin de
tant de dons alors qu'il y a tellement d'associations pour les misereux ou meme aider le tiers monde, les enfants qui meurent de faim, la sauvegarde des animaux..... Pauvres gens bêtes et etroits d'esprits Afficher tout
Le coût de la recherche pour les universités et hôpitaux sont énormes et il est de plus en plus difficile d'obtenir des subventions. Il sera toujours possible de critiquer et donner d'autres voies de dépenses possibles et par ailleurs intéressantes, mais à un moment il faut bien le donner l'argent. Quand on voit que des recherches pour trouver une façon de soigner une maladie s'élève rapidement à plusieurs millions d'euros ça lance une réflexion.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Disney ne s'en serait-il pas inspiré pour un des ses personnages au faciès de canard portant des guêtres? ;-) Il n'a rien d'un pingre, n'est pas colérique, n'est pas énervant. Aucune ressemblance

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Si tu parles de l'Oncles Picsou il a été inspiré par le héros du livre "A Christmas Carol" (Un Chant de Noël en version française), écrit par Charles Dickens. Le héros s'appelle Ebenezer Scrooge, un homme très riche qui ne prête pas un centime aux plus pauvres. Il me semble d'ailleurs que le prénom de Picsou est "Scrooge". D'ailleurs, le livre a eu tellement d'impact que le mot Scrooge désigne maintenant une personne radine dans les pays anglophones. Afficher tout Scrooge n'est pas son prénom mais son nom en version originale, Uncle Scrooge, son prénom est Baltazar .

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Alors, très fortuitement, je lisais justement hier quelqu'un qui proposait une brève histoire du capitalisme et du "crédit".

Et en fait, si, très exactement, on peut avoir autant d'argent sans le voler aux autres : en créant de la valeur. C'est ce que font une grande partie des e
ntreprises du monde. On peut bien sûr critiquer le fait d'acheter (mais alors pourquoi parle-t-on même d'argent ???), ou la gestion du personnel et le fait qu'en "exploitant" à un degré plus ou moins poussé la main d'oeuvre, c'est une forme de "vol"...

Mais au-delà de tout ça, en créant de la valeur, on peut avoir autant d'argent, sans le voler aux autres.
Afficher tout
Sans le "voler" est subjectif.
Toujours est-t'il qu'on ne peut avoir autant d'argent sans l'avoir pris aux autres.

La création de valeur est limitée au travail humain personnellement fournis. La valeur totale d'une entreprise et ses milliers d'employé est relocalisé sur le (ou les quelques) propriétaire.
Ça n'est pas du "vol" dans le sens ou les salariés acceptent d'être payé moins que la valeur de leur travail. (C'est le principe du salariat. Tu ne touche qu'une partie de la valeur de ton travail)

Mais ça n'est pas le propriétaire ou le chef qui a créé la valeur. Il ne fait que la concentrer dans ses poches.

Il y a quelque chose de profondément malsain à oublier hypocritement que la valeur est créé par les employés d'une entreprise, et personne d'autre.
Pas par celui qui se retrouve avec l'argent dans les poches.
Le principe du salariat, ça doit s'accepter des DEUX côté, si vous déniez la valeur du travail de vos salarié, il ne faut pas vous étonner qu'il fassent grêve.

Le principe, c'est les salariés qui enrichissent les propriétaires, pas le contraire.
L'argent ne crée de l'argent QUE parce qu'il permet de payer le travail des salariés qui produisent plus que leur salaire.

a écrit : Alors, très fortuitement, je lisais justement hier quelqu'un qui proposait une brève histoire du capitalisme et du "crédit".

Et en fait, si, très exactement, on peut avoir autant d'argent sans le voler aux autres : en créant de la valeur. C'est ce que font une grande partie des e
ntreprises du monde. On peut bien sûr critiquer le fait d'acheter (mais alors pourquoi parle-t-on même d'argent ???), ou la gestion du personnel et le fait qu'en "exploitant" à un degré plus ou moins poussé la main d'oeuvre, c'est une forme de "vol"...

Mais au-delà de tout ça, en créant de la valeur, on peut avoir autant d'argent, sans le voler aux autres.
Afficher tout
Sans le "voler" est subjectif.
Toujours est-t'il qu'on ne peut avoir autant d'argent sans l'avoir pris aux autres.

La création de valeur est limitée au travail humain personnellement fournis. La valeur totale d'une entreprise et ses milliers d'employés est relocalisée sur le (ou les quelques) propriétaire.

Ça n'est pas du "vol" dans le sens ou les salariés acceptent d'être payé moins que la valeur de leur travail. (C'est le principe du salariat. Tu ne touche qu'une partie de la valeur de ton travail)

Mais ça n'est pas le propriétaire ou le chef d'entreprise qui a créé cette valeur. Il ne fait que la concentrer dans ses poches.

Il y a quelque chose de profondément malsain à oublier hypocritement que la valeur est créé par les employés d'une entreprise, et personne d'autre.

Pas par celui qui se retrouve avec l'argent dans les poches.
Le principe du salariat, c'est un contrat, ça doit s'accepter des DEUX côtés.
Si vous déniez la valeur du travail de vos salarié, il ne faut pas vous étonner qu'il fassent grêve.

Le principe, c'est les salariés qui enrichissent les propriétaires, pas le contraire.
L'argent ne crée de l'argent QUE parce qu'il permet de payer le travail des salariés qui produisent plus que leur salaire.

Ça reste une belle réussite du capitalisme. Moi ça me fait vomir.

a écrit : Il y a riche et riche aussi. Forcément le patron de PME qui se fait 100 000€ annuels, il est au-dessus de la moyenne, mais il n'y a pas de quoi s'indigner.

Je pense qu'il voulait parler des très, très riches. Ceux dont la provenance des ressources ne sont pas forcément très claires et nettes
aux yeux des citoyens lambda. Afficher tout
Si ce n est pas clair aux yeux du citoyen lambda, il ferait mieux de s informer sur comment marche l économie; plutôt que d agir comme dans une chasse au sorcières du moyen-age : "ç est pas très clair.... on va le brûler!!!!!"

a écrit : Sans le "voler" est subjectif.
Toujours est-t'il qu'on ne peut avoir autant d'argent sans l'avoir pris aux autres.

La création de valeur est limitée au travail humain personnellement fournis. La valeur totale d'une entreprise et ses milliers d'employés est relo
calisée sur le (ou les quelques) propriétaire.

Ça n'est pas du "vol" dans le sens ou les salariés acceptent d'être payé moins que la valeur de leur travail. (C'est le principe du salariat. Tu ne touche qu'une partie de la valeur de ton travail)

Mais ça n'est pas le propriétaire ou le chef d'entreprise qui a créé cette valeur. Il ne fait que la concentrer dans ses poches.

Il y a quelque chose de profondément malsain à oublier hypocritement que la valeur est créé par les employés d'une entreprise, et personne d'autre.

Pas par celui qui se retrouve avec l'argent dans les poches.
Le principe du salariat, c'est un contrat, ça doit s'accepter des DEUX côtés.
Si vous déniez la valeur du travail de vos salarié, il ne faut pas vous étonner qu'il fassent grêve.

Le principe, c'est les salariés qui enrichissent les propriétaires, pas le contraire.
L'argent ne crée de l'argent QUE parce qu'il permet de payer le travail des salariés qui produisent plus que leur salaire.
Afficher tout
Et pourtant, une entreprise peut tripler sa valeur en 5 sec...
imagine, une entreprise pharmaceutique trouve un nouveau vaccin... elle fait un communiqué, en 5 sec ses actions qui se vendaient 100, se vendent 300... résultat, La valeur de la boite, La richesse des actionnaires à triple sans que personne ne soit "volé"...

Les usines restent au même endroit, ils vont même peut être en créer de nouvelles pour produire le nouveau médicament... les employés sont les mêmes, tout pareil... mais $ * 3