A quoi servent les spirales dessinées sur les réacteurs ?

Proposé par
le

Peut-être avez-vous déjà remarqué la spirale peinte sur le cône au centre d'un réacteur d'avion de ligne. Il s'agit d'une mesure de sécurité : cette spirale, également appelée virgule, permet au personnel travaillant sur le tarmac à proximité des avions de voir si le moteur est allumé et de prévenir ainsi tout risque d'aspiration.


Commentaires préférés (3)

On sait maintenant pourquoi les oiseaux se font piéger et meurent dans le réacteur, ils sont hypnotisés :D

a écrit : Il me semble avoir lu des commentaires qui en parlent sur une autre anecdote, une autre explication était qu'en tournant ça forme un motif qui effraie les oiseaux pour éviter justement qu'ils soient happés par la turbine, risquant de l'endommager. La vitesse de rotation d'un soufflante de réacteur étant comprise entre 2500 et 5000 tr/min, je doute que la spirale soit encore visible, et quand bien même, imagine le réflexe et la vitesse de l'oiseau pour esquiver un avions. ;-)

En vol, ce sont les réacteur qui génèrent les puissances nécessaires au fonctionnement des systèmes.
Au sol c'est soit les réacteurs, soit l'APU (Auxiliary Power Unit) s'il y a, soit les groupes de parc qui fournissent électricités, conditionnement d'air et autres.
Tous sont bruyant, mais seul le réacteur peut aspirer un homme (homme qui dans un environnement bruyant porte des protections auditives).
De plus, les réacteurs sont allumés un par un, ce qui permet au pistard de confirmer au pilote la mise en route.
C'est un repère visuel, rien à voir avec le risque aviaire.


Tous les commentaires (19)

On sait maintenant pourquoi les oiseaux se font piéger et meurent dans le réacteur, ils sont hypnotisés :D

a écrit : On sait maintenant pourquoi les oiseaux se font piéger et meurent dans le réacteur, ils sont hypnotisés :D Je crois que le pilote "Sully" connu pour son amerrisage sur l'Hudson n'a pas validé cette thèse.

Posté le

android

(4)

Répondre

Il me semble avoir lu des commentaires qui en parlent sur une autre anecdote, une autre explication était qu'en tournant ça forme un motif qui effraie les oiseaux pour éviter justement qu'ils soient happés par la turbine, risquant de l'endommager.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Il me semble avoir lu des commentaires qui en parlent sur une autre anecdote, une autre explication était qu'en tournant ça forme un motif qui effraie les oiseaux pour éviter justement qu'ils soient happés par la turbine, risquant de l'endommager. La vitesse de rotation d'un soufflante de réacteur étant comprise entre 2500 et 5000 tr/min, je doute que la spirale soit encore visible, et quand bien même, imagine le réflexe et la vitesse de l'oiseau pour esquiver un avions. ;-)

a écrit : La vitesse de rotation d'un soufflante de réacteur étant comprise entre 2500 et 5000 tr/min, je doute que la spirale soit encore visible, et quand bien même, imagine le réflexe et la vitesse de l'oiseau pour esquiver un avions. ;-) Ouais vu comme ça vrai que ça paraît logique x) après j'y connais pas grand chose, j'avais seulement lu ça quelque part

Posté le

android

(1)

Répondre

En vol, ce sont les réacteur qui génèrent les puissances nécessaires au fonctionnement des systèmes.
Au sol c'est soit les réacteurs, soit l'APU (Auxiliary Power Unit) s'il y a, soit les groupes de parc qui fournissent électricités, conditionnement d'air et autres.
Tous sont bruyant, mais seul le réacteur peut aspirer un homme (homme qui dans un environnement bruyant porte des protections auditives).
De plus, les réacteurs sont allumés un par un, ce qui permet au pistard de confirmer au pilote la mise en route.
C'est un repère visuel, rien à voir avec le risque aviaire.

a écrit : La vitesse de rotation d'un soufflante de réacteur étant comprise entre 2500 et 5000 tr/min, je doute que la spirale soit encore visible, et quand bien même, imagine le réflexe et la vitesse de l'oiseau pour esquiver un avions. ;-) On pale d'une situation où l'avion est à l'arrêt et les moteurs sont allumé

Posté le

android

(3)

Répondre

Sur le porte-avions Charles De Gaulle, une des mesures De sécurité indispensable pour accrocher un Hawkeye (avion à hélices) à l'aide de cales et de sésines, nécessite toujours de devoir y aller à deux, contrairement aux avions à réactions.
La raison est que lorsque le Ponev ( personnel du pont d'envol - le marin chargé de mettre les cales lorsque les avions sont encore en moteurs tournants) passe sous l'engin, il arrive fréquemment qu'il soit totalement désorienté et ne sache plus par où il doit ressortir. Il y a donc un risque qu'il reparte en direction des hélices mais ne peut les voir en raison de leur vitesse.
Le second Ponev a pour unique mission de se rappeler du chemin à emprunter pendant que l'autre fait son travail.
Cela peut paraître bête mais ça permet d'éviter les accidents. Il est déjà arrivé que des techniciens se fassent aspirer par les turbines d'un avion supersonique.
Désolé pour le léger hors sujet. :)

a écrit : La vitesse de rotation d'un soufflante de réacteur étant comprise entre 2500 et 5000 tr/min, je doute que la spirale soit encore visible, et quand bien même, imagine le réflexe et la vitesse de l'oiseau pour esquiver un avions. ;-) Bizarre, j'ai toujours entendu dire que cette "virgule" avait pour but d'imiter des yeux de faucons afin d'effrayer les autres oiseaux.

Posté le

android

(1)

Répondre

C'est plutôt pour savoir si le fan tourne dans le mauvais sens, ce qui peut poser un problème au démarrage. (si fort vent arrière)

2 anecdotes sur les avions et hier reportage sur le crash de AF Rio-Paris ! Je commence à flipper moi, je prends l'avion dans 3 jours ...

a écrit : 2 anecdotes sur les avions et hier reportage sur le crash de AF Rio-Paris ! Je commence à flipper moi, je prends l'avion dans 3 jours ... Bah t'as qu'à prendre un poney, c'est toujours plus efficace, et surtout moins risqué ;)

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Bah t'as qu'à prendre un poney, c'est toujours plus efficace, et surtout moins risqué ;) Bonne idée mais le poney ne traversera pas l'Atlantique :D

a écrit : 2 anecdotes sur les avions et hier reportage sur le crash de AF Rio-Paris ! Je commence à flipper moi, je prends l'avion dans 3 jours ... Pis bonne chance surtout

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : La vitesse de rotation d'un soufflante de réacteur étant comprise entre 2500 et 5000 tr/min, je doute que la spirale soit encore visible, et quand bien même, imagine le réflexe et la vitesse de l'oiseau pour esquiver un avions. ;-) Au sol pour les techniciens et pilotes... les réacteurs tournent au ralenti...

a écrit : 2 anecdotes sur les avions et hier reportage sur le crash de AF Rio-Paris ! Je commence à flipper moi, je prends l'avion dans 3 jours ... Et une anecdote aujourd'hui sur les accidents de voitures mortels dus aux 11 septembre… ;-)

a écrit : C'est plutôt pour savoir si le fan tourne dans le mauvais sens, ce qui peut poser un problème au démarrage. (si fort vent arrière) Pas du tout. C est faux. Le vent seul est incapable de lancer le processus alors que l'APU lui en est capable.

a écrit : Pas du tout. C est faux. Le vent seul est incapable de lancer le processus alors que l'APU lui en est capable. Par contre en cas de coupure moteur en vol on se sert du vent relatif qui fait du coup tourner le rotor pour ventiler la chambre de combustion du résidu de kerozene et ensuite relancer le turboréacteur sans avoir besoin de 100% de la puissance du demarreur

a écrit : Par contre en cas de coupure moteur en vol on se sert du vent relatif qui fait du coup tourner le rotor pour ventiler la chambre de combustion du résidu de kerozene et ensuite relancer le turboréacteur sans avoir besoin de 100% de la puissance du demarreur Je parle du vent contraire quand j ecris que c est faux. Je ne parle pas du vent relatif.