C'est à Tours que l'on parlait le mieux le français

Proposé par
le

Commentaires préférés (3)

a écrit : C'est une anecdote qui va faire apparaître des polémique non ? Bref on m'a toujours dit que le vrai français était parlé par les Québécois. L accent dit "quebecois"n a rien a voir avec celui de nos ancetres Francais c est une legende...

Posté le

android

(121)

Répondre

a écrit : Légende, vraiment? Lire à haute voix Molière quand il fait parler des gens du peuple: c'est à s'y méprendre l'accent québécois. J'ai toujours entendu dire que l'accent québecois venait de celui des Poitevins qui ont émigré vers la Nouvelle-France à la fin du XVIIe siècle. Pour connaitre un peu le Poitou d'aujourd'hui, je dois dire que cet accent n'est plus le même que celui de nos cousins.
Il suffit de regarder (et d'écouter) les films français d'avant 1940 pour comprendre qu'un accent se modifie très rapidement, de même que la prononciation - le fameux "oi", qui se prononçait oué jusque dans les années 1870. Louis-Philippe prononçait "c'est moué le roué".

Cette histoire du français le plus pur étant celui de Tours a notamment été colportée par Rabelais, immense auteur du XVIe siècle (Pantagruel, Gargantua...), qui était lui même... tourangeau.

Pendant le XVe siècle, la ville, idéalement située au coeur de la vallée des châteaux de la Loire (dont un bon nombre existait déjà en partie, notamment Amboise), servit notamment de capitale officieuse du royaume de France. En effet, Charles VII, alors dauphin du Viennois, avait été obligé de fuir Paris lors de la prise de celle ci par les Bourguignons, alliés des Anglais, en 1420. Dès lors, et jusqu'au XVIe siècle, les différents rois se sont servi de la vallée de la Loire comme résidence principale (Charles VII notamment à Bourges et Tours, Louis XI à Tours et Amboise, Charles VIII à Amboise...).

Bien sur, la plupart des grandes institutions, notamment fiscales (la Chambre des Aides, par exemple) et juridiques, étaient restées à Paris, qui était par conséquent toujours la capitale. Mais le roi et sa cour n'y étaient pas, et leurs résidences à Tours ont permis un important développement de la ville : à la fin du XVe siècle, Tours était grâce à la politique de Louis XI l'un des principaux centres soyers de France, capable de rivaliser même avec Lyon.

Lors du retour des rois en île de France, la ville de Tours perdit très rapidement de son importance et devint une ville de taille moyenne, même si elle conservait quelques privilèges issus de cette époque (notamment le fait que l'abbé de la grande collégiale Saint Martin de Tours n'était autre que le roi de France en personne)


Tous les commentaires (68)

C'est une anecdote qui va faire apparaître des polémique non ? Bref on m'a toujours dit que le vrai français était parlé par les Québécois.

Posté le

android

(0)

Répondre

Dire qu'un accent est pur suppose qu'il y a une norme. Qui l'a fixée pour le français?
Les grandes pièces classiques étaient sans doute prononcées avec un accent proche du Québécois actuel.
Au contraire, en anglais, il y a une norme, l'accent dit Queen's/King's English (ou Oxford, ou BBC). Il n'est parlé naturellement que par très peu, même en Angleterre, mais est compris dans à peu près toute l'anglophonie; et c'est celui qu'enseignent les professeurs à l'étranger.

Ça ne peut pas être l'accent le plus pur de France ils disent "pain au chocolat"

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : C'est une anecdote qui va faire apparaître des polémique non ? Bref on m'a toujours dit que le vrai français était parlé par les Québécois. L accent dit "quebecois"n a rien a voir avec celui de nos ancetres Francais c est une legende...

Posté le

android

(121)

Répondre

a écrit : Dire qu'un accent est pur suppose qu'il y a une norme. Qui l'a fixée pour le français?
Les grandes pièces classiques étaient sans doute prononcées avec un accent proche du Québécois actuel.
Au contraire, en anglais, il y a une norme, l'accent dit Queen's/King's English (ou Oxfo
rd, ou BBC). Il n'est parlé naturellement que par très peu, même en Angleterre, mais est compris dans à peu près toute l'anglophonie; et c'est celui qu'enseignent les professeurs à l'étranger. Afficher tout
Je pense que ça doit être selon la prononciation des phonèmes. Par exemple dans le sud-ouest, nous ne prononçons pas le mot pâtes de la même façon qu'à Tours, alors qu'on nous apprend bien à l'école comment se prononce le «â».
D'après Wikipédia, il n'existe pas à proprement parler de Français standard même si il existe des organismes comme l'Académie française ou l'Office québécois de la langue française.

Posté le

android

(18)

Répondre

a écrit : L accent dit "quebecois"n a rien a voir avec celui de nos ancetres Francais c est une legende... Légende, vraiment? Lire à haute voix Molière quand il fait parler des gens du peuple: c'est à s'y méprendre l'accent québécois.

a écrit : Légende, vraiment? Lire à haute voix Molière quand il fait parler des gens du peuple: c'est à s'y méprendre l'accent québécois. J'ai toujours entendu dire que l'accent québecois venait de celui des Poitevins qui ont émigré vers la Nouvelle-France à la fin du XVIIe siècle. Pour connaitre un peu le Poitou d'aujourd'hui, je dois dire que cet accent n'est plus le même que celui de nos cousins.
Il suffit de regarder (et d'écouter) les films français d'avant 1940 pour comprendre qu'un accent se modifie très rapidement, de même que la prononciation - le fameux "oi", qui se prononçait oué jusque dans les années 1870. Louis-Philippe prononçait "c'est moué le roué".

a écrit : Légende, vraiment? Lire à haute voix Molière quand il fait parler des gens du peuple: c'est à s'y méprendre l'accent québécois. Tu confonds pas accent et vocabulaire ?

Posté le

android

(30)

Répondre

J'avais déjà entendu dire ça lors de mon arrivée à Tours, étant un expatrié du Sud-Ouest. Les vrais tourangeaux ont, à mon goût, des accents marqués sur certains mots, qui tirent vers l'accent du ch'nord avec des a ressemblant à des o.

"Le français le plus pur" ne veut absolument rien dire... tout dépend à quoi on fait référence, à quelle époque, etc... Bien que certains le réfute ici, la meilleure trace (la seule sûrement) du français parlé "historique" que l'on trouve et que l'on connaît, se trouve au Québec et c'est ce qui se rapproche le plus du français parlé au XVII ème siècle (avant on n'en sait rien).
Les langues évoluent, et celle de "Paris" l'a fait bien plus que le français du Québec, qui a pourtant vécu aussi bien des changements et des anglicismes... mais l'accent, la manière "d'avaler"des mots, doit être ce qui s'en rapproche le plus.
Alors "pur", mais par rapport à quoi ?

Cette histoire du français le plus pur étant celui de Tours a notamment été colportée par Rabelais, immense auteur du XVIe siècle (Pantagruel, Gargantua...), qui était lui même... tourangeau.

Pendant le XVe siècle, la ville, idéalement située au coeur de la vallée des châteaux de la Loire (dont un bon nombre existait déjà en partie, notamment Amboise), servit notamment de capitale officieuse du royaume de France. En effet, Charles VII, alors dauphin du Viennois, avait été obligé de fuir Paris lors de la prise de celle ci par les Bourguignons, alliés des Anglais, en 1420. Dès lors, et jusqu'au XVIe siècle, les différents rois se sont servi de la vallée de la Loire comme résidence principale (Charles VII notamment à Bourges et Tours, Louis XI à Tours et Amboise, Charles VIII à Amboise...).

Bien sur, la plupart des grandes institutions, notamment fiscales (la Chambre des Aides, par exemple) et juridiques, étaient restées à Paris, qui était par conséquent toujours la capitale. Mais le roi et sa cour n'y étaient pas, et leurs résidences à Tours ont permis un important développement de la ville : à la fin du XVe siècle, Tours était grâce à la politique de Louis XI l'un des principaux centres soyers de France, capable de rivaliser même avec Lyon.

Lors du retour des rois en île de France, la ville de Tours perdit très rapidement de son importance et devint une ville de taille moyenne, même si elle conservait quelques privilèges issus de cette époque (notamment le fait que l'abbé de la grande collégiale Saint Martin de Tours n'était autre que le roi de France en personne)

a écrit : J'ai toujours entendu dire que l'accent québecois venait de celui des Poitevins qui ont émigré vers la Nouvelle-France à la fin du XVIIe siècle. Pour connaitre un peu le Poitou d'aujourd'hui, je dois dire que cet accent n'est plus le même que celui de nos cousins.
Il suffit de regarder (
et d'écouter) les films français d'avant 1940 pour comprendre qu'un accent se modifie très rapidement, de même que la prononciation - le fameux "oi", qui se prononçait oué jusque dans les années 1870. Louis-Philippe prononçait "c'est moué le roué". Afficher tout
Toujours ces "j'ai entendu dire", "on m'a toujours dit". Des références, de grâce!
J'ai l'habitude d'en donner, comme celle-ci excellente:
www.je-parle-quebecois.com/videos/au-quebec/histoire-et-origine-de-laccent-quebecois.html
Pour ma part, ayant l'habitude de l'accent canadien, je ne savoure vraiment les auteurs classiques qu'en me les prononçant intérieurement avec cet accent - que j'évite d'utiliser en France, sauf à la rigueur en Normandie, on croirait que je me moque du monde.
Cartier et Champlain venaient de la Bretagne, alors bien plus étendue, mais pas du Poitou.

a écrit : "Le français le plus pur" ne veut absolument rien dire... tout dépend à quoi on fait référence, à quelle époque, etc... Bien que certains le réfute ici, la meilleure trace (la seule sûrement) du français parlé "historique" que l'on trouve et que l'on connaît, se trouve au Québec et c'est ce qui se rapproche le plus du français parlé au XVII ème siècle (avant on n'en sait rien).
Les langues évoluent, et celle de "Paris" l'a fait bien plus que le français du Québec, qui a pourtant vécu aussi bien des changements et des anglicismes... mais l'accent, la manière "d'avaler"des mots, doit être ce qui s'en rapproche le plus.
Alors "pur", mais par rapport à quoi ?
Afficher tout
Défense et illustration de mon commentaire, peu prisé, et je suis donc d'accord sauf sur un point: "avant on n'en sait rien". Il y a des lois de transformation de la prononciation, et les poésies sont très précieuses par leurs rythmes et rimes pour donner des indices.
C'est ainsi que l'on a pu restituer la prononciation du latin, que beaucoup lisent encore à la façon liturgique, c'est-à-dire adoucie à l'italienne, alors que l'espagnol a mieux su la garder.
Il faut lire le commentaire de Louis XI, lui au moins sait de quoi il parle.

a écrit : L accent dit "quebecois"n a rien a voir avec celui de nos ancetres Francais c est une legende... C'est une légende urbaine, car au fil des années, l'accent français du Québec est mélangé avec l'accent des Natifs Américains, des Anglosaxons... qui ont appris à parler le Français. Donc l'accent français québecois n'est plus authentique, plus pure français.
C'est comme les Australiens qui étaient des Anglais, leur accent australien n'est plus tellement compréhensible par les Anglais, les Américains, car l'Anglais parlé par les Australiens est mélangé au fil des années avec d'autres personnes qui ont appris l'Anglais. Par conséquent, l'Anglais parlé par les Australien n'est plus authentique tout comme le Français parlé par les Québecois.

a écrit : Légende, vraiment? Lire à haute voix Molière quand il fait parler des gens du peuple: c'est à s'y méprendre l'accent québécois. La France a eu une histoire, ses accents. La France n'est pas née de la première pluie, sans histoire, sans origines, sans accent...

a écrit : J'ai toujours entendu dire que l'accent québecois venait de celui des Poitevins qui ont émigré vers la Nouvelle-France à la fin du XVIIe siècle. Pour connaitre un peu le Poitou d'aujourd'hui, je dois dire que cet accent n'est plus le même que celui de nos cousins.
Il suffit de regarder (
et d'écouter) les films français d'avant 1940 pour comprendre qu'un accent se modifie très rapidement, de même que la prononciation - le fameux "oi", qui se prononçait oué jusque dans les années 1870. Louis-Philippe prononçait "c'est moué le roué". Afficher tout
C'est une légende urbaine, car au fil des années, l'accent français du Québec est mélangé avec l'accent des Natifs Américains, des Anglosaxons... qui ont appris à parler le Français. Donc l'accent français québecois n'est plus authentique, plus pure français.
C'est comme les Australiens qui étaient des Anglais, leur accent australien n'est plus tellement compréhensible par les Anglais, les Américains, car l'Anglais parlé par les Australiens est mélangé au fil des années avec d'autres personnes qui ont appris l'Anglais. Par conséquent, l'Anglais parlé par les Australien n'est plus authentique tout comme le Français parlé par les Québecois.

a écrit : Dire qu'un accent est pur suppose qu'il y a une norme. Qui l'a fixée pour le français?
Les grandes pièces classiques étaient sans doute prononcées avec un accent proche du Québécois actuel.
Au contraire, en anglais, il y a une norme, l'accent dit Queen's/King's English (ou Oxfo
rd, ou BBC). Il n'est parlé naturellement que par très peu, même en Angleterre, mais est compris dans à peu près toute l'anglophonie; et c'est celui qu'enseignent les professeurs à l'étranger. Afficher tout
Pur n'est pas normal

a écrit : Tu confonds pas accent et vocabulaire ? Non. Le vocabulaire a évidemment évolué, largement en se réappropriant des mots empruntés par l'anglais (langue dont on sait qu'au moins les deux tiers des mots sont d'origine française).
Évidemment "poutine" n'existait pas à l'origine, mais c'est un plat très connu dans la Belle Province, ainsi que l'expression "ça va faire une maudite poutine!" ("It will make a damn mess!").
Le Québec défend vigoureusement le français: les panneaux routiers "STOP", incompréhensibles, sont remplacés par "ARRÊT". Ailleurs, ils sont parfois bilingues. Une plaisanterie est que les deux robinets de lavabo doivent être marqués, faute de place, l'un "C" pour "Cold", l'autre "C" pour "Chaud".

Le problème c est que l'anecdote est au passé ce qui sous entend que ce n est plus Tours la ville avec l accent le plus pur mais une autre ville! Laquelle?

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : L accent dit "quebecois"n a rien a voir avec celui de nos ancetres Francais c est une legende... Par contre la langue québécoise est plus proche du vieux français que notre français