Le syndrome de Lima : quand le ravisseur sympathise avec sa victime

Proposé par
le
dans

Le syndrome de Lima est le processus psychologique dans lequel un ravisseur va éprouver de l'empathie, voire une relation sentimentale envers sa ou ses victimes. Il est l'inverse du syndrome de Stockholm et son nom vient d'une prise d'otage ayant eu lieu à la résidence de l'ambassadeur du Japon à Lima ou l'on a observé ce comportement, les ravisseurs libérant peu à peu leurs prisonniers qui leur étaient devenus sympathiques.


Tous les commentaires (37)

Si le braqueur a le syndrome de Lima et qu'en même temps l'otage a le syndrome de Stokholm, ça va transformer pas mal de prise d'otages en club de rencontres ...

a écrit : Oui tu te trompes. Dans le syndrome de Stockholm, c'est l'otage qui éprouve de l'empathie envers le ravisseur. Et dans le syndrome de Lima, c'est le ravisseur qui éprouve de l'empathie vis à vis de l'otage... Du coup, l'inverse ou l'opposé? ;-)

a écrit : Ce syndrome viens d'une prise d'otage survenu en 1996 a l'ambassade du Japon a Lima au Pérou ou le groupe terroriste Tupac Amaru prirent en otages des centaines de diplomates, officiers et haut fonctionnaire.

Bien que pas mal d'otages aient ete liberer par les terroristes , les derniers
le furent apres 127 jours de captivité par un assault des forces peruviennes et s'acheva par la mort de tout les terroristes , d'un otage et de deux soldat durant l'assault


Il faut savoir aussi que l'ambassade japonaise fut sans doute attaquer car le président a l'epoque du Pérou etait d'origine japonaise.( Alberto Fujimori)
Afficher tout
Quel est l'utilité de l'expliquer ici alors qu'il y a des sources ?
A autant pour les flemmard qui n'ont pas la force d'aller voir les sources

a écrit : Quel est l'utilité de l'expliquer ici alors qu'il y a des sources ?
A autant pour les flemmard qui n'ont pas la force d'aller voir les sources
les messages plus haut repondront a votre question ;)

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : C'est drôle de donner des noms comme ça à toute sorte de sentiment humain, comme si ces "Syndromes" étaient des maladies, ce qui est tout sauf le cas. Voilà, c'était exactement ce à quoi je pensais en lisant ce post. Il y a UNE marche à suivre pendant un enlèvement ? On ne peut pas éprouver de regret ? Avoir de l'empathie soudainement, se rendre compte qu'on a un autre être humain en face ? Ces sentiments sont forcément des symptômes ?

a écrit : Voilà, c'était exactement ce à quoi je pensais en lisant ce post. Il y a UNE marche à suivre pendant un enlèvement ? On ne peut pas éprouver de regret ? Avoir de l'empathie soudainement, se rendre compte qu'on a un autre être humain en face ? Ces sentiments sont forcément des symptômes ? Relis plus haut et tu comprendras que "syndrome" n'est pas péjoratif...

a écrit : Relis plus haut et tu comprendras que "syndrome" n'est pas péjoratif... Lis la définition de syndrome et on en reparle..

On appelle ça "syndrôme" pour faire savant.

Mais en réalité c'est uniquement due au fait que les situations de danger sont intime, et que les preneurs d'otages, comme les victimes sont des humains.
Donc capable d'apprendre à se connaitre et à s'apprécier.
Capable de culpabilité (pour le syndrome de l'anecdote), capable de se comprendre.

Contrairement à une violence classique, les preneurs d'otage n'ont rien contre les gens pris en otages. Ce ne sont pas eux qui sont visés.
C'est une des conditions nécessaires pour l'apparition de ces "syndromes". Que les otages n'aient en fait rien à voir avec la lutte en cours.


Une des preuve de cette "duperie" dans le terme est qu'une "condition" pour que le syndrome de stocholm apparaisse est que les preneurs d'otages doivent défendre un idéal commun avec les victimes. Et partager leurs valeurs fondementales.


Dans ces "conditions" n'importe quel être humain un peu mis en avant dans une situation de danger à "toutes ses chances".

Cette notion est surtout utile pour "justifier" des sentiments humains qui se développent lorsqu'on est confronté à des humains réels... Alors qu'il "faudrait" que ces preneur d'otages soient "diabolisé" pour raison médiatiques et d'état.
Qu'ils apparaissent comme des monstres.

L'excuse du "syndrome" permet de maintenir ce "mensonge" et cette hypocrisie nécessaire.
Il permet de "décrédibiliser" les "témoins" qui défendraient les preneur d'otages en révélant leur humanité réelle.
Alors qu'il "faudrait" les condamner durement pour l'exemple (donc plus durement que ce qu'ils mériteraient)


.

PS : avant de subir les foudres.
Je précise que je parle de /certains/ preneurs d'otages. Pas de TOUS les preneurs d'otages.

Ceux qui ne sont justement pas des monstres, mais des gens réellement humains voir non violent (mais désespéré ou se retrouvant dans une situation qui les a totalement dépassé)

Et les seuls qui sont "étrangement" capable de faire apparaître ou subir ces "syndromes".

.

a écrit : C'est drôle de donner des noms comme ça à toute sorte de sentiment humain, comme si ces "Syndromes" étaient des maladies, ce qui est tout sauf le cas. Y'a des gens qui sont payé pour mettre toute sorte de chose dans des cases... ça va des espèce d'insecte au situation humaine. C'est un moyen de ne pas se laisser débordé par l'inconnu en fait, pour pas avoir la sensation que quelque chose nous échappe ^^

Posté le

windowsphone

(3)

Répondre

a écrit : Si les otages développent le syndrome de Stockholm en même temps que les ravisseurs développent celui de Lima, ça se termine comment? En coloc? Problablement ! Ou en orgie ! Là c'est le fameux syndrôme de Stodomisation.

Posté le

windowsphone

(0)

Répondre

Y a pas un film qui est sorti ou ce syndrome est exprimé ?

a écrit : Natacha Kampusch aime ça Ça m'étonnerait qu'elle aime. Déjà c'était un enlèvement d'enfant. Et en plus son ravisseur n'était pas sympa avec elle, il l'a sequestrée pendant des années. Il ne l'a pas laissée partir, elle s'est enfuit. Lui s'est suicidé dès qu'il l'a vue partir.

a écrit : PS : avant de subir les foudres.
Je précise que je parle de /certains/ preneurs d'otages. Pas de TOUS les preneurs d'otages.

Ceux qui ne sont justement pas des monstres, mais des gens réellement humains voir non violent (mais désespéré ou se retrouvant dans une situation qui les a totalemen
t dépassé)

Et les seuls qui sont "étrangement" capable de faire apparaître ou subir ces "syndromes".

.
Afficher tout
Un non violent qui commet une prise d'otages ? Ben voyons ! Pourquoi pas un vegan qui se tape un steak bien saignant, tant qu'on y est...

a écrit : C'est drôle de donner des noms comme ça à toute sorte de sentiment humain, comme si ces "Syndromes" étaient des maladies, ce qui est tout sauf le cas. Un syndrome n'est pas une maladie, ce sont les vendeurs de médocs qui le disent, mais un syndrome est un état de fait.
On peut attribuer le mot 'syndrome" à n'importe quoi, par exemple, le syndrome de l'envie d'avoir un scooter à 14 ans où le syndrome d'aimer les petits zoziaux ;)

Aujourdhui la residence de l'ambassadeur du japon a lima est une vrai forteresse avec mirador vitre parre balle, cloture electrifié et mur escamotable au niveau des entrées.

C'est foue si au moins tout les teroriste était ateint de se simdrome