Plus de la moitié des mots usuels anglais viennent du français

Proposé par
le

Une bonne partie du vocabulaire anglais vient du français. Selon les sources, ce serait de 30 à 60% des mots usuels anglais qui auraient pour origine le français. Mais ces mots français ont souvent été oubliés, si bien qu'un anglophone utilise couramment cinq fois plus de mots qu'un francophone, forcé d'en réimporter certains sous forme de franglais.


Tous les commentaires (106)

Presque tous les mots en -ty en anglais par exemple viennent du français : - beauty, liberty, prosperity, royaulty, majesty...

Sur la même logique, tous les mots en -tion viennent du français (creation, corporation, occupation, reservation...).

Le "canif" français qui a également donné "knife" (le couteau).

Le mot "île" en français s'écrivait autrefois "isle" (l'accent circonflexe sur le i indique la disparition du s muet). Or, île en anglais se dit "island" (le s ne se prononçant pas non plus).
On retrouve la même logique avec :
- château / castle
- forêt / forest
- hôtel / hostel
- hôpital / hospital

Certains mots en français peuvent se traduire de 2 façons en anglais : un mot avec une origine germanique, et un mot avec une origine latine.

Le mot "germanique" correspond souvent au sens propre du terme, alors que le mot "latin" au sens figuré.

Exemple : plonger peut se traduire par :
- to dive (origine germanique : sens propre) : plonger dans un lac, dans une piscine...
- to plunge (origine latine : sens figuré) : un taux de croissance qui plonge...

Dans un registre plus soutenu, on préférera utiliser les mots d'origine latine. Le mot français permet également de distinguer le sens du mot ou d'éviter les confusions :

Ex : snail (= escargot, l'animal) / escargot (= escargot, celui que l'on mange).

Également, même si le mot "perfum" désigne le parfum de manière générale (le mot vient d'ailleurs du français), on utilisera volontier le mot "cologne" pour parler d'un parfum pour homme.

En français, on utilisait également autrefois le terme "fleureter" comme synonyme de "séduire" (fleureter en référence à la fleur). Ce mot s'est peu à peu introduit dans la langue anglais et a donné le verbe "flirt". Ce mot s'est ensuite réintroduit dans la langue française via le verbe "flirter". Les deux langues se sont ici doublement influencé, en quelques sortes.

Plein de mot plus "modernes" sont directement repris du français :
- a souvenir
- a fiancée
- a café
- a rendezvous

On retrouve également plusieurs mots d'origine français dans le champ lexical juridique. Exemple : a mortgage (un prêt hypothécaire) qui est composé de deux mots français.

Des mots sont parfois repris du français et complétement déformés ou erronés. Exemple : il n'est par rare d'entre un anglais utiliser le mot "a sous-entendre" pour parler d'un "sous-entendu".

De nombreuses expressions et tournures orales sont également empruntées directement au français :
- Bon appetit !
- Et voilà !

Enfin, n'importe quel anglais ou américain comprendre la fameuse question : "Voulez-vous coucher avec moi, ce soir ?"

Il n'est ainsi pas étonnant que la langue anglaise soit souvent considérée comme la plus latine des langues germaniques, et le français comme la plus germanique des langues latines.

Vous n'avez plus aucune raison de ne pas vous mettre à l'anglais !

Have a nice day :)

(Notez le mot "day" et son origine latine. On le retrouve en français, par exemple dans midi (mi et di : la moitié du jour).

Posté le

android

(502)

Répondre

a écrit : Ca avait déjà été abordé mais ils "utilisent" 5 fois plus de mots uniquement à cause de la construction de leur langue.
En effet, quand par exemple nous, nous avons " rayon" et " soleil", lorsque qur nous disons "un rayon de soleil" cela ne fait tjs que deux mots.
Alo
rs que eux, ils auront "beam" et "sun", et ils diront "a sunbeam", ce qui en fait un nouveau mot !
Et ca marche pour bcp de choses !
Elle vient de la cette différence.
Il ne faut pas penser que l'on a mpins de vocabulaire ;).
D'ailleurs l'anglais n'a pas notre grammaire.

Pour en revenir à l'anecdote, sachez que quasi 100% des mots terminant en "-tion" viennent du francais, coloration, imagination etc.
Afficher tout
Absolument pas.
Pour "beam" - passons sur le sens de poutre, et celui psychologique - vous avez, rien que dans le sens concret:
ray, shaft, stream, streak, flash, gleam, glimmer, glint, flare, bar, radiation, emission,
tous avec des nuances différentes, et j'en oublie probablement.
Comme bilingue, en français je n'ai souvent qu'un mot de disponible, mais très précis, alors qu'en anglais je choisis parmi plusieurs, chacun évoquant un nuage de notions.
Le français est la langue du clacissisme, l'anglais celle du romantisme - allez traduire: "Autumn, season of mists and mellow fruitfulness", parfaitement évocateur pour un anglophone, charabias informe dans les essais de traduction, même d'éminents professeurs.
Déjà, Voltaire ne comprenait rien à Shakespeare, malgré ses prétentions.
Google a récemment annoncé que le vocabulaire anglais dépasse maintenant le million de mots; le décompte exact, bien que vérifié par des universitaires, est sujet à caution; il n'en reste pas moins que l'anglais, avec ses très nombreuses origines, est bien plus riche que le français - en particulier parce qu'il n'oublie pas tant ses mots anciens, et qu'il n'y a pas tant de puristes criant au barbarisme dès qu'ils découvrent un mot qu'ils ne savent pas.

Je vous conseille à tous le livre d'Henriette Walter retraçant l'histoire d'amour entre le français et l'anglais. Honi soit qui mal y pense. :)

Posté le

windowsphone

(4)

Répondre

a écrit : Presque tous les mots en -ty en anglais par exemple viennent du français : - beauty, liberty, prosperity, royaulty, majesty...

Sur la même logique, tous les mots en -tion viennent du français (creation, corporation, occupation, reservation...).

Le "canif" français qui a également don
né "knife" (le couteau).

Le mot "île" en français s'écrivait autrefois "isle" (l'accent circonflexe sur le i indique la disparition du s muet). Or, île en anglais se dit "island" (le s ne se prononçant pas non plus).
On retrouve la même logique avec :
- château / castle
- forêt / forest
- hôtel / hostel
- hôpital / hospital

Certains mots en français peuvent se traduire de 2 façons en anglais : un mot avec une origine germanique, et un mot avec une origine latine.

Le mot "germanique" correspond souvent au sens propre du terme, alors que le mot "latin" au sens figuré.

Exemple : plonger peut se traduire par :
- to dive (origine germanique : sens propre) : plonger dans un lac, dans une piscine...
- to plunge (origine latine : sens figuré) : un taux de croissance qui plonge...

Dans un registre plus soutenu, on préférera utiliser les mots d'origine latine. Le mot français permet également de distinguer le sens du mot ou d'éviter les confusions :

Ex : snail (= escargot, l'animal) / escargot (= escargot, celui que l'on mange).

Également, même si le mot "perfum" désigne le parfum de manière générale (le mot vient d'ailleurs du français), on utilisera volontier le mot "cologne" pour parler d'un parfum pour homme.

En français, on utilisait également autrefois le terme "fleureter" comme synonyme de "séduire" (fleureter en référence à la fleur). Ce mot s'est peu à peu introduit dans la langue anglais et a donné le verbe "flirt". Ce mot s'est ensuite réintroduit dans la langue française via le verbe "flirter". Les deux langues se sont ici doublement influencé, en quelques sortes.

Plein de mot plus "modernes" sont directement repris du français :
- a souvenir
- a fiancée
- a café
- a rendezvous

On retrouve également plusieurs mots d'origine français dans le champ lexical juridique. Exemple : a mortgage (un prêt hypothécaire) qui est composé de deux mots français.

Des mots sont parfois repris du français et complétement déformés ou erronés. Exemple : il n'est par rare d'entre un anglais utiliser le mot "a sous-entendre" pour parler d'un "sous-entendu".

De nombreuses expressions et tournures orales sont également empruntées directement au français :
- Bon appetit !
- Et voilà !

Enfin, n'importe quel anglais ou américain comprendre la fameuse question : "Voulez-vous coucher avec moi, ce soir ?"

Il n'est ainsi pas étonnant que la langue anglaise soit souvent considérée comme la plus latine des langues germaniques, et le français comme la plus germanique des langues latines.

Vous n'avez plus aucune raison de ne pas vous mettre à l'anglais !

Have a nice day :)

(Notez le mot "day" et son origine latine. On le retrouve en français, par exemple dans midi (mi et di : la moitié du jour).
Afficher tout
Deux nuances quant à ce bon commentaire:
- pour une fois, c'est "canif" qui vient de l'anglais, et l'origine germanique "kniv" se retrouve en suédois;
- "plonger" peut se traduire par plunge ou dive, mais aussi plummet, jump, leap, bound, spring, nosedive, submerge, drop, swoop, dip, pitch, dash, duck, dodge, bellyflop, dart ... que sais-je encore?
(c'est "royalty" en anglais, faute de frappe)

JLSD, faute d'avoir ete curieux en classe d'anglais concernant les mots transparents et "qui les avaient en premier ?"
A savoir aussi il y a beaucoup de mots d'origine allemande également, comme Arm (bras) Chest etc...

Posté le

android

(0)

Répondre

Il me semble avoir appris avec étonnement il y a quelque temps que l'anglais était la langue avec le plus de mots (on pense plus volontiers au mandarin ou au japonais), arrêtez-moi si je me trompe...

Autre exemple de glissement sémantique dans les deux sens : bougette (petite poche pour l'argent qu'on attachait sur la taille) > budget (à l'anglaise, "beudgette") > budget (à la française).

a écrit : JLSD, faute d'avoir ete curieux en classe d'anglais concernant les mots transparents et "qui les avaient en premier ?"
A savoir aussi il y a beaucoup de mots d'origine allemande également, comme Arm (bras) Chest etc...
La France et l'Angleterre ont été mariées trois siècles, et les peuples se moquaient pas mal de savoir qui était le roi légitime pour parler une langue relativement commune, malgré de nombreuses variantes; le normand et le picard étaient plus proches du langage de Londres que du provençal, le français de Paris peu répandu, et même Jeanne d'Arc parlait une autre langue, née qu'elle était dans la Bourgogne de l'époque, qui s'étendait jusqu'aux Pays-Bas actuels. Les Anglais n'ont jamais été boutés hors du royaume de France (qui était quoi?), des troupes de mercenaires si.
Alors, savoir qui a commencé ...

Fashion vient de "à façon" pour la coupe des vêtements lorsqu'au moyen age les vêtements ont commencé à être ajustés "à façon" (à la taille de ceux qui allaient les porter). Avec le temps et l'accent les anglais ont transformé "façon"en fashion.

Posté le

android

(10)

Répondre

Ce qu’ils forgettent de say, c’est que c’est l’anglais des french qui is comme ça.

Ah et aussi que sur 100 mots anglais, je suis sûr qu’on pourrait faire quelque chose comme ça :
– 60 sont aussi là en français, étymologiquement parlant ;
– 30 aussi en allemand ;
– 20 en espagnol ;
– 15 en grec ;
– …

Oui, ça fait plus de 100. Mais c’est voulu : les langues se recroisent.
Faut pas oublier non plus que le français n’est pas le centre du monde : le latin et le grec sont très présents dans nos langues.

De même que l’arabe : algèbre, alcool, alchimie, algorithme… : jamais demandé d’où vient le "al" si particulier ? Et ce sont loin d’être les seuls mots…

Allons allons soyons fair-play et une bonne fois pour toutes admettons le: les anglais sont plus forts que nous et pis c'est tout. Mais c est nous qu on a le plus beau pays.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : En tout cas j'admire nos chères english'e car ils ont montrés leurs superbes solidarité envers nous les frenchy, bref ils peuvent prendre tout notre dico maintenant! Merci ! ??????

a écrit : Ci non il y a "dentdelion" pour le pissenlit Dent-de-lion étant la plante et pissenlit la fleur...

Posté le

android

(0)

Répondre

Hello! Ich bein rodolf, commo esta dans la casa

a écrit : Ce qu’ils forgettent de say, c’est que c’est l’anglais des french qui is comme ça.

Ah et aussi que sur 100 mots anglais, je suis sûr qu’on pourrait faire quelque chose comme ça :
– 60 sont aussi là en français, étymologiquement parlant ;
– 30 aussi en allemand ;
– 20 en espagnol ; /> – 15 en grec ;
– …

Oui, ça fait plus de 100. Mais c’est voulu : les langues se recroisent.
Faut pas oublier non plus que le français n’est pas le centre du monde : le latin et le grec sont très présents dans nos langues.

De même que l’arabe : algèbre, alcool, alchimie, algorithme… : jamais demandé d’où vient le "al" si particulier ? Et ce sont loin d’être les seuls mots…
Afficher tout
Algorithme dérive d'un nom propre perse (al-Khwārizmī), pas de l'arabe.

En tant qu'agrégatif d'anglais et pour apporter ma petite pierre à l'édifice (car j'ai lu quelques approximations)... Je rejoins l'avis de Freespeech.

La communauté scientifique admet communément que 30-40% du vocabulaire anglais est d'origine française (à distinguer de l'origine latine) et que les anglais (nous parlons bien de l'anglais britanique) ont 3 fois plus de mots. Environ.

Contrairement à ce qui a été dit plus haut, l'anglais n'est pas une langue agglutinante (type allemand), on ne créé pas des mots comme ça. Même s'il existe une plus grande souplesse qu'en français, certes.
Il y a ceci dit globalement un mouvement général qui consiste à verbaliser des tournures nominales. (et l'animisme est à proscrire)
Par exemple : Il la regarda à de nombreuses reprises -> He kept on looking at her.

La raison de la grande richesse de la langue anglaise vient de la précision de son vocabulaire. Le français est la langue de la raison et l'anglais des sentiments Und Deutsch is für Angst... Dixit Rammstein.

Comme mentionné plus haut. Prenons le verbe regarder (quelqu'un).
En anglais il n'y a pas d'équivalent absolu. Voici une petite liste non exhaustive des incontournables :
To glare -> regarder (avec ressentiment)
To stare -> regarder (fixement)
To glance -> regarder (jeter un coup d'oeil)
To peer -> regarder (avec attention, notion de difficulté.)
To gaze -> regarder (avec insistance)
To watch -> regarder (quelque chose d'animé - TV, match)
To see -> regarder (proche de voir)
To look at -> regarder (sans connotation particulière)

De même, luire :
Gleam (briller faiblement - Difficilement ?)
Glitter (surface métallique)
Glimmer (luit faiblement)
Shine (irradie)
Glisten (surface mouillée)
Gleam (reflets chaleureux)
Etc.

On ajoute du sentiment, du connoté, dans les mots.
De plus, il existe de nombreux concepts qui n'existent pas en français. Même les plus courant !

Expensive -> Onéreux. Oui mais...
Cheap - > ??? Pas onéreux ?

Deep -> Profond. Oui mais...
Shallow -> ??? Peu profond ?

Il existe de nombreux mots dont la traduction nécessite un recours à la périphrase faute d'équivalent.


Maintenant... Pour la petite histoire.
Pour faire simple (en racourcissant), le français est resté pendant des siècles la langue de la cour anglaise. Mais avec la guerre de 100 ans, la langue de Molière (pas né...) n'était plus en odeur de sainteté, alors, les anglais ont essayé d'uniformiser les "créoles" variés qui avaient cours dans le pays.
Les paysans parlaient essentiellement une langue issue des Saxons et des Angles. Mais aussi un peu de Norois.
A l'heure actuelle, l'anglais britanique est composé en gros de 30 à 40% de Français, pareil de langues germaniques, du Norois, du latin et du divers.
C'est sous l'impulsion d'Elizabeth (après Henri VIII) que cette uniformisation de la langue a eu lieu. Les auteurs étaient très encouragés (£££) à créer cette unité linguistique. Nous devons par exemple à Marlowe l'expression Love at first sight (coup de foudre).
Tout en gardant à l'esprit que les pauvres parlait du germanique et les riches du françois, nous pouvons relever des occurrences de la vie quotidienne. Les paysans qui élevait les animaux les désignaient en germanique. Les riches qui les mangeaient en français.
Ainsi, de nos jours la langue fait la distinction entre l'animal vivant et la viande qu'on mange :
Pig -> pork
Ox(en) -> beef
Sheep -> mutton
Calf -> veal
Deer -> venison
Etc.

Et ces frontières étanches, cette dichotomie, entre millieux sociaux et communatés linguistiques explique quasiment à elles seules la raison pour laquelle il existe autant de synonymes en Anglais moderne (l'anglais moderne, c'est à dire, de la fin du 16ème siècle à nos jours. Le vieil anglais, c'est Beowulf, bon courage !). Et toujours à l'heure actuelle, les racines françaises, ou carrément latines des mots les classent généralement dans un registre plus élevé (ou spécialisé) de la langue :
Collarbone (germ.) = Claviculae (lat.)
Les puriels (très) irréguliers au passage viennent souvent du latin, ceux allemands prennent "simplement" le -EN :
Antenna -> antennae (pour un insecte)
Fungus -> fungi
Medium -> media


De plus, comme chaque langue véhiculaire (c'est à dire "internationale", avec des locuteurs pour qui ce n'est pass la langue maternelle. A opposer à la langue vernaculaire, celle qui est peut-être répandue de part son nombre de locuteur, mais n'a aucune résonance internationale : mandarin, hindi...) elle s'est enrichie des échanges répétés avec ces voisins. Mais dans les 2 sens ! Et parfois plusieurs fois !
Reprenons l'exemple plus haut de knife. En fait (il y a une erreur). C'est un mot germanique. Anglicisé en knife, puis en canif.
L'humour bien franchouillard vient de humour in English qui vient lui-même des humeurs françaises (au sens aristoténicien - en médecine).
De même, les anglais utilisaient jadis le terme pusa, du Norois posi (pour sac), cela a été latinisé en bursa (ou byrsa pour la racine grecque, là c'est un peu flou...) par les français pour devenir bourse avant retourner en Angleterre comme purse. A la base une somme d'argent, maintenant un petit sac à main faisant office de porte-monnaie pour la gent féminine.

Tout cela pour dire, en utilisant à vue de nez un quart des mots de notre langue, qu'il est amusant de se dire que X% d'une langue vient en fait d'une autre. Mais comme la langue est par nature vivante et évolutive, ce n'est que logique et c'est le cas de toutes les langues. Ce ne sont après tout que des créoles normés et régis par des règles qui accèdent au status de langue uniquement parce qu'ils ont un nombre de locuteurs suffisamment conséquent et liés ensemble par un patrimoine culturel commun. :)

a écrit : C"est pas honi soit qui mal y pense? Les deux phrases sont présente sur l'emblème de la royauté anglaise

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Les deux phrases sont présente sur l'emblème de la royauté anglaise En fait, c'est la devise de l'ordre des chevaliers de la jarretière et donc du souverain(e). [honni avec un seul "n" dans ce cas]

La devise du Royaume-Uni est française : Dieu et mon droit.