L'expression en mettre sa main au feu a eu un sens non imagé

Proposé par
le

L’expression "en mettre sa main au feu" remonte au Moyen-âge et était alors prise au premier degré. C'était une ordalie (procédure de justice religieuse) qui consistait à tenir dans sa main une barre de fer rougie au feu. Si au bout de quelques jours les blessures guérissaient, l’accusé était déclaré innocent.


Commentaires préférés (3)

Il ne devait pas y avoir beaucoup d'innocents à l'époque

Posté le

android

(406)

Répondre

Le même principe était utilisé pour le concept des duels judiciaires, par exemple, où l'on considérait que le vainqueur avait été soutenu par Dieu et était donc innocent.

Cette pratique a cependant rapidement perdu en crédibilité, et l'ordalie finit par être définitivement interdite en France sous le règne de Louis IX, privilégiant dès lors pour de bon une justice basée sur le droit écrit.

La première ordalie connue remonte par ailleurs à la Mésopotamie antique, le code d'Hammurabi, datant d'il y a 3800 ans, précisant ainsi que pour juger de la culpabilité d'une personne, l'un des moyens possible était de la jeter dans le fleuve (l'Euphrate). Si la personne se noyait, elle était coupable, si elle parvenait à regagner les rives, elle était innocente.

C'est comme les femmes qui étaient accusés de sorcellerie qu'on jetaient a l'eau avec un poids , si elle remontait c'était une sorcière sinon elle etait acquitte ...


Tous les commentaires (72)

C'est quand même fou l'esprit de logique qu'ils avaient à l'époque au Moyen-Âge; l'Eglise et Dieu donnaient une explication et/ou une justification a tout.

Il ne devait pas y avoir beaucoup d'innocents à l'époque

Posté le

android

(406)

Répondre

Le même principe était utilisé pour le concept des duels judiciaires, par exemple, où l'on considérait que le vainqueur avait été soutenu par Dieu et était donc innocent.

Cette pratique a cependant rapidement perdu en crédibilité, et l'ordalie finit par être définitivement interdite en France sous le règne de Louis IX, privilégiant dès lors pour de bon une justice basée sur le droit écrit.

La première ordalie connue remonte par ailleurs à la Mésopotamie antique, le code d'Hammurabi, datant d'il y a 3800 ans, précisant ainsi que pour juger de la culpabilité d'une personne, l'un des moyens possible était de la jeter dans le fleuve (l'Euphrate). Si la personne se noyait, elle était coupable, si elle parvenait à regagner les rives, elle était innocente.

Ça me fait sourire de lire que cette expression brûlante était prise au premier degrés :)

C'est ce qu'on appelle une ordalie. Accomplir une épreuve pour laquelle seule Dieu peut nous venir en aide.

Posté le

android

(26)

Répondre

Je le savais déjà ! Mais ce que l'anecdote ne précise pas vraiment explicitement, c'est la "logique" qu'il y avait là : si la main guérissait rapidement, c'est parce que Dieu y avait pourvu, et donc qu'il avait jugé que le suspect était innocent ...

On peut la prendre au 1 er degrés mais si la brûlure restée à vie c'est plutôt qu'elle a était prise au 2 eme degrés (CQFD)

Ordalie utilisée dans la série "Vikings"
Quand on le voit on imagine mieux la douleur que ça doit infliger ^^

Et avec l'expression, j'y mettrais ma main à couper, si elle ne repoussait pas tu avais tord.

Cette épreuve du feu consistait, pour l'accusé, à saisir avec la main droite une barre de fer rougie au feu et à la porter pendant dix pas, ou alors de placer la main dans un gantelet de fer également rougi au feu ; dans les deux cas, la main innocente devait être guérie en trois jours .
Source : Histoire des expressions - Points-

Commentaire supprimé L'Eglise ne jugeait que les affaires religieuses. La justice civile était rendue par la noblesse, puis, rapidement, par les juges compétents aux différentes affaires.

Le choix entre :

-être coupable avec ses 2 mains
-être coupable avec la main brûlée

..Hum hum merci votre honneur

Ca ne les inquiétaient pas de n'avoir que des coupables? De toute façon si tes brulures guerissaient c'était peut etre de la sorcellerie.

C'est comme les femmes qui étaient accusés de sorcellerie qu'on jetaient a l'eau avec un poids , si elle remontait c'était une sorcière sinon elle etait acquitte ...

a écrit : C'est comme les femmes qui étaient accusés de sorcellerie qu'on jetaient a l'eau avec un poids , si elle remontait c'était une sorcière sinon elle etait acquitte ... La grande période de la chasse aux sorcières va du XVIe au XVIIIe, à partir de la publication du Liber Maleficorum en 1485. On s'éloigne du Moyen-Âge...

Il faisait bon d'être manchot au Moyen-Age.

a écrit : C'est quand même fou l'esprit de logique qu'ils avaient à l'époque au Moyen-Âge; l'Eglise et Dieu donnaient une explication et/ou une justification a tout. Les générations future nous jugerons aussi con, nous, et nos croyances actuelles.

C'est facile de juger des erreurs dans les croyances une fois qu'on les connais.

Reste que les gens de l'époque n'étaient pas aussi con qu'on se prête facilement à y penser aujourd'hui.

D'une part, la justice n'était pas mécanique et systématique comme aujourd'hui. Tel acte = telle peine.

La justice était rendu par un être humain intelligent, le roi souvent, qui choisissait des sanctions "symboliques" mais certainement pas sans vraies raison derrière, sans vrais jugement des circonstances.
Il ne faisait pas n'importe quoi n'importe comment comme un imbécile.

Le but de ces pratiques n'étaient PAS de rechercher la vérité.
Mais bien souvent de permettre de rendre le vrai jugement effectué par le roi, bien en amont.

Ces outils étaient beaucoup plus subtils aussi qu'on ne le pense.
Quelqu'un qui ment /sait/ qu'il ment.
S'il croit réellement que sa main ne guérira pas, parce qu'il ment, il ne va pas du tout se comporter de la même façon que quelqu'un qui /sais/ qu'il dit la vérité, et qui crois dur comme fer qu'il sera guerri.

Après cette sentence, le roi peut très facilement savoir si la personne devant lui ment ou non, sans même avoir à l'appliquer réellement.
C'est aussi une façon de faire surgir la vérité (la vraie). Bien moins con qu'on se prête à le croire aujourd'hui.

Et enfin, la plupart du temps, le soucis n'était pas seulement de rendre la justice, mais de la faire accepter au reste de la population.
Le roi pouvais savoir que qqn avait raison, même si ce qu'il disait était peu crédible.
"Monter" des miracles de ce genre. avec des guérisons incontestables permettais facilement de rétablir la justices de façon incontestable /parmi/ la population, et d'éliminer les doutes.

Aujourd'hui, même si la justice a rendu son verdict, la vie de l'innocent peut être ruiné par les soupçons qui persistent dans son entourage, car nous sommes plus con aujourd'hui qu'hier et nous ne pensons tout simplement pas à ces choses là dans notre "justice"

Nous nous imaginons connement qu'il suffit qu'un juge parle pour que tout soit arrangé.

Il existait à l'époque d'autres ordalies :

- ordalie par l'eau bouillante : l'accusé plongeait son bras dans de l'eau bouillante, s'il ne cicatrisait pas il était coupable
- ordalie par le feu : l'accusé traversait deux bûchers, s'il brulait il était coupable
- ordalie par l'eau froide (celle des sorcières) : l'accusé était jeté à l'eau, s'il flottait il était coupable
- ordalie par le pain et le fromage : l'accusé était gavé de pain et fromage, s'il s'étouffait il était coupable
- ordalie par le duel : l'accusé et la victime se battaient en duel, celui qui mourrait était coupable
- ordalie par la croix : l'accusé et la victime étaient attachés à un poteau dans la postion d'un crucifié, celui qui bassait les bras était coupable

En résumé, au Moyen Age pour être innocent il fallait être bien constitué...

Posté le

android

(41)

Répondre

a écrit : C'est comme les femmes qui étaient accusés de sorcellerie qu'on jetaient a l'eau avec un poids , si elle remontait c'était une sorcière sinon elle etait acquitte ... Elles étaient peut être acquittées, mais elles étaient mortes noyées, donc ça leur faisait de belles jambes !

a écrit : C'est comme les femmes qui étaient accusés de sorcellerie qu'on jetaient a l'eau avec un poids , si elle remontait c'était une sorcière sinon elle etait acquitte ... Effectivement mais dans tous les cas elles mourraient. Si elles flottaient elles allait au bûcher et si elles coulaient elles se noyaient. Sympa la justice au moyen âge non!?