Bambi fut brulée par les nazis

Proposé par
le

Le roman original de "Bambi, l'histoire d'une vie dans les bois" de l'écrivain Félix Salten publié en 1923 fut interdit par les nazis en 1936, car il était considéré comme étant l'allégorie de la manière dont étaient traitées les populations juives en Europe. Les premières éditions sont ainsi très rares à trouver, car elles furent brulées.


Commentaires préférés (3)

Décidément les régimes totalitaires ont vraiment peur de tout ce qui pourrait amener les gens à penser.
C'est comme dans un pays asiatique dont le nom m'échappe ou le port de lunette est interdit car ça veut dire qu'on lit des livres.

Pas moins de 12000 livres nés de la plume de 150 auteurs différents furent interdits par le régime totalitaire qui organisa les tristements célèbres autodafés. Parmi ces ouvrages, on pouvait trouver des livres sur une politique différant de celle d'Hitler, des récits d'auteurs émigrés, juifs, pacifistes ou encore refusant le régime nazi mais aussi des livres d'éducation sexuelle ainsi que des ouvrages d'art.

Posté le

android

(281)

Répondre

a écrit : Décidément les régimes totalitaires ont vraiment peur de tout ce qui pourrait amener les gens à penser.
C'est comme dans un pays asiatique dont le nom m'échappe ou le port de lunette est interdit car ça veut dire qu'on lit des livres.
Fuust : c'était au Cambodge de 1975 à 1979 sous le régime de Pol Pot avec les khmers rouges. Ce n'est heureusement plus le cas maintenant ! ;)

Posté le

android

(320)

Répondre


Tous les commentaires (60)

Décidément les régimes totalitaires ont vraiment peur de tout ce qui pourrait amener les gens à penser.
C'est comme dans un pays asiatique dont le nom m'échappe ou le port de lunette est interdit car ça veut dire qu'on lit des livres.

Les extrémistes ont un "léger" soucis avec le sentiment de persécution et son corolaire la théorie du complot... Vade rétro Bambi !

Pas moins de 12000 livres nés de la plume de 150 auteurs différents furent interdits par le régime totalitaire qui organisa les tristements célèbres autodafés. Parmi ces ouvrages, on pouvait trouver des livres sur une politique différant de celle d'Hitler, des récits d'auteurs émigrés, juifs, pacifistes ou encore refusant le régime nazi mais aussi des livres d'éducation sexuelle ainsi que des ouvrages d'art.

Posté le

android

(281)

Répondre

On ne peut pas dire qu'ils manquaient d'imagination. Qu'est ce que ça devait donner avec les peinture abstraite

Il serait intéressant de savoir si tous les Disney sortis à l'époque ont subit le même sort, ou si seul bambi a été considéré comme une menace pour le régime..

Posté le

android

(5)

Répondre

N'oublions pas que, comme nombre de contes de l'époque, Bambi est à prendre comme beaucoup de métaphores : ces contes étaient censés transmettre bien plus que simple histoire.

Posté le

android

(33)

Répondre

a écrit : Décidément les régimes totalitaires ont vraiment peur de tout ce qui pourrait amener les gens à penser.
C'est comme dans un pays asiatique dont le nom m'échappe ou le port de lunette est interdit car ça veut dire qu'on lit des livres.
Fuust : c'était au Cambodge de 1975 à 1979 sous le régime de Pol Pot avec les khmers rouges. Ce n'est heureusement plus le cas maintenant ! ;)

Posté le

android

(320)

Répondre

a écrit : Décidément les régimes totalitaires ont vraiment peur de tout ce qui pourrait amener les gens à penser.
C'est comme dans un pays asiatique dont le nom m'échappe ou le port de lunette est interdit car ça veut dire qu'on lit des livres.
Tu dois penser au Cambodge et a la revolution des Kmers rouge sous le regime de Pol Pot (Maoïste), milieu des années 70.

Il voulait fonder une nation sans castre social et donc eradiquer tout ceux qui montraient une forme de superiorité devant les classes populaires.

Donc a la trappe tout les intellectuels, clergé, tetes pensantes etc, et oui, le simple fait de porter des lunettes était vu comme une forme de superiorité intellectuelle, 1,7 millions de morts tout de meme.

Posté le

android

(45)

Répondre

a écrit : Décidément les régimes totalitaires ont vraiment peur de tout ce qui pourrait amener les gens à penser.
C'est comme dans un pays asiatique dont le nom m'échappe ou le port de lunette est interdit car ça veut dire qu'on lit des livres.
Jamais entendu parler de cette interdiction, sources?

Pauvre bambi, brûlé par le totalitarisme... :'(

Posté le

android

(3)

Répondre

Les nazis n avait aucun respect quand même c'est honteux

a écrit : Pas moins de 12000 livres nés de la plume de 150 auteurs différents furent interdits par le régime totalitaire qui organisa les tristements célèbres autodafés. Parmi ces ouvrages, on pouvait trouver des livres sur une politique différant de celle d'Hitler, des récits d'auteurs émigrés, juifs, pacifistes ou encore refusant le régime nazi mais aussi des livres d'éducation sexuelle ainsi que des ouvrages d'art. Afficher tout Tu es sur de tes chiffres ? Ça fait quand même 80livres par auteurs, ce qui me semble énorme !

a écrit : Décidément les régimes totalitaires ont vraiment peur de tout ce qui pourrait amener les gens à penser.
C'est comme dans un pays asiatique dont le nom m'échappe ou le port de lunette est interdit car ça veut dire qu'on lit des livres.
Oui effectivement. Durant la période des khmers rouges au Cambodge, les gens portant des lunettes pouvaient être executés car cela leur donnait un air intellectuel et donc possiblement contre le régime. Cela a fait l'objet d'une anecdote sur scmb

a écrit : Tu es sur de tes chiffres ? Ça fait quand même 80livres par auteurs, ce qui me semble énorme ! Mea culpa, il s'agit plus vraisemblablement de plus de 12000 titres dont les oeuvres complètes de 150 auteurs.
À noter que même après le début de la guerre, ils créaient de nouvelles listes dans les pays qu'ils occupaient.

Posté le

android

(13)

Répondre

a écrit : Pas moins de 12000 livres nés de la plume de 150 auteurs différents furent interdits par le régime totalitaire qui organisa les tristements célèbres autodafés. Parmi ces ouvrages, on pouvait trouver des livres sur une politique différant de celle d'Hitler, des récits d'auteurs émigrés, juifs, pacifistes ou encore refusant le régime nazi mais aussi des livres d'éducation sexuelle ainsi que des ouvrages d'art. Afficher tout Ce qu'on sait moins, c'est que Mein Kampf d'Hitler était aussi interdit car il parlait de ses idéaux et proposait des moyens de "révolution". Ce que le régime totalitaire ne voulait surtout pas.

C'est sûrement parce qu'ils était tristes quand la maman de Bambi est morte. Ils ont alors déchargés leur rage sur de malheureux bouquins

Posté le

android

(20)

Répondre

a écrit : Tu es sur de tes chiffres ? Ça fait quand même 80livres par auteurs, ce qui me semble énorme ! Les livres ne sont pas tirés à un seul exemplaire

Posté le

windowsphone

(11)

Répondre

a écrit : Décidément les régimes totalitaires ont vraiment peur de tout ce qui pourrait amener les gens à penser.
C'est comme dans un pays asiatique dont le nom m'échappe ou le port de lunette est interdit car ça veut dire qu'on lit des livres.
C'était pas sous les Khmers rouges ça?

a écrit : Pas moins de 12000 livres nés de la plume de 150 auteurs différents furent interdits par le régime totalitaire qui organisa les tristements célèbres autodafés. Parmi ces ouvrages, on pouvait trouver des livres sur une politique différant de celle d'Hitler, des récits d'auteurs émigrés, juifs, pacifistes ou encore refusant le régime nazi mais aussi des livres d'éducation sexuelle ainsi que des ouvrages d'art. Afficher tout Et Picasso fut interdit aussi ..

Les gouvernement totalitaire sont un poil parano quand il s'agit d'empêcher le peuple de réfléchir