Mieux vaut ne pas se baigner dans le lac Karatchaï

Proposé par
le

L'endroit le plus pollué au monde est peut-être le lac Karatchaï, situé en Russie. À partir de 1951, l'Union soviétique l'utilisa pour stocker des déchets radioactifs provenant du complexe nucléaire de Maïak, ce qui lui fit accumuler presque autant de radioactivité que la catastrophe de Tchernobyl en a rejeté. À certains endroits, d'après des relevés effectués dans les années 90, la radioactivité était telle qu'un humain qui s'y baignait allait mourir en une heure.


Commentaires préférés (3)

Ça me rappelle tellement les Simpsons le film :')

Et si on boit la tasse? On dit 1min a vivre?

En 1968, après quelques années de sécheresse qui réduirent grandement la surface du lac, les vents portèrent des poussières radioactives du lac et irradièrent plus de 500 000 personnes.
Un joli retour à l'envoyeur de la nature..

Posté le

android

(462)

Répondre


Tous les commentaires (76)

Ça me rappelle tellement les Simpsons le film :')

Et si on boit la tasse? On dit 1min a vivre?

Belle maman fais ta valise et n'oublie pas ton maillot surtout !!

Ça prouve bien que l'on considère la planète comme une poubelle

Actuellement, nos déchets nucléaires sont stockés dans des caissons, dont on estime la durée de vie égale a 200 ans (environ).
Ce qui veut dire que les enfants de nos enfants auront de nombreux déchets radioactifs dans leurs sols, a moins qu'on se soit rappelé d'où on les a stockés, et qu'on sache quoi en faire.

Peut-on encore appeler ça un "Lac" ou plutôt l'étang de la Mort ? ^^'

Posté le

android

(23)

Répondre

Au moins les Arabes eux ont fait un grand pas contre la pollution en installant leurs puits de pétrole dans les déserts .

l'eco système est réduit à néant pendant des années j'imagine !!!

Posté le

android

(7)

Répondre

En 1968, après quelques années de sécheresse qui réduirent grandement la surface du lac, les vents portèrent des poussières radioactives du lac et irradièrent plus de 500 000 personnes.
Un joli retour à l'envoyeur de la nature..

Posté le

android

(462)

Répondre

Quand on est enfant on joue avec le danger, car on est en plein apprentissage....
je vais finir par croire qu'ils ont pas assez mit la main dans le feu ces grands enfants

Posté le

android

(14)

Répondre

Il y a a tchernobyl, puisqu'on en parle une forme de concentré radiactif dite du "pied d'éléphant " qui tuerait un humain rien qu'en la voyant,en effet le fait de pouvoir l'observer signifie que l'on a été atteint par une radioactivité telle qu'elle tuerait la personne peu de temps après, un peu comme ce lac radioactif.

Posté le

android

(40)

Répondre

Greenpeace a déjà montré que les fûts en métal de déchets radioactifs largés dans la manche par les Européens dans les années 80 ne sont pas repris sur des cartes et certains se sont ouverts ... Merci l'AIEA

a écrit : Il y a a tchernobyl, puisqu'on en parle une forme de concentré radiactif dite du "pied d'éléphant " qui tuerait un humain rien qu'en la voyant,en effet le fait de pouvoir l'observer signifie que l'on a été atteint par une radioactivité telle qu'elle tuerait la personne peu de temps après, un peu comme ce lac radioactif. Afficher tout Lors de l'explosion. Un ouvrier est allé secourir ses collègues. Il s'est retrouvé tout près du réacteur, à tel point qu'il pouvait voir les étoiles ( le toit c'était effondré). Il a survécu une vingtaine d'années. Il a quand même eu de nombreux problèmes de santé.

@norton les déserts sont eux aussi des écosystèmes à part entière et sont eux aussi sensibles à la pollution ...

Posté le

android

(49)

Répondre

Maintenant en Russie on peut donc se suicider en allant se baigner...

a écrit : Actuellement, nos déchets nucléaires sont stockés dans des caissons, dont on estime la durée de vie égale a 200 ans (environ).
Ce qui veut dire que les enfants de nos enfants auront de nombreux déchets radioactifs dans leurs sols, a moins qu'on se soit rappelé d'où on les a stockés, et qu'on sache quoi en faire.
C'est faux ! Premièrement les déchets qui nécessitent des coques bétons (et non pas des caissons...) sont seulement les déchets THA (très hautes activités). Deuxièmement les coques ont une durée de vie bien plus grande, en dizaines de milliers d'années pour la simple et bonne raison que les déchets sont entourer d'abord de verre (vitrification), puis de plomb puis de béton. Je vous laisse faire le calcul de le durée cumulée de la désintégration naturelle de toutes ces matière... Et je pense qu'avec les technologies actuelles et un peu de bon sens, un site "d'enfouissement" ou plutôt de stockage de déchets ne devrait pas poser problème pour s'en rappeler 200 ans plus tard, 200 ans qui pour rappel sont du coup maintenant obsolète ! Pour rappel la puissance radioactive d'un élément dépend d'où en est sa décroissance radioactive naturelle ! Certains n'émettront plus de radioactivité au bout de quelques secondes et d'autres plusieurs millions d'années. La durée de décroissance radioactive dépendant du type de matière émettant la radioactivité. A bon entendeur... Et arrêtons la désinformation avec ce genre de commentaire !

a écrit : Lors de l'explosion. Un ouvrier est allé secourir ses collègues. Il s'est retrouvé tout près du réacteur, à tel point qu'il pouvait voir les étoiles ( le toit c'était effondré). Il a survécu une vingtaine d'années. Il a quand même eu de nombreux problèmes de santé. Liloulayzer123 parle du corium, qui se forme à partir du coeur d'un réacteur nucléaire qui a fondu. Cela crée une sorte de magma métallique extrêmement radioactif et brûlant qui engloutit métaux et minéraux durant sa progression, très longue car des réactions de fissions continuent à se produire au sein du corium.
Dans le cas de l'accident de Tchernobyl, le plafond du coffre en béton s'est bel et bien effondré, et une des premières interventions fut de larguer par hélicoptère des tonnes de sable, d'argile et de plomb dans le trou afin d'étouffer l'incendie. Cependant, le corium continuait a dévorer le plancher de la dalle de béton et menaçait d'atteindre la nappe d'eau déversée par les pompiers, ce qui, dû a la chaleur du corium, aurait provoqué une explosion de vapeur meurtrière. C'est pour cela que des ouvriers furent chargés d'évacuer cette eau mais tous finirent par périr. Peu après, des centaines de mineurs furent mobilisés pour creuser un tunnel sous le réacteur et on y disposa du béton afin de stopper la progression du corium qui continuait son expansion. Une dizaine d'années après, plus de mille tonnes de corium furent retrouvées dans l'ensemble du bâtiment, ce dernier ayant traversé murs et planchers sur 3 niveaux différent.

Posté le

android

(53)

Répondre

L'ancêtre de l'informatique et des ondes wifi ...

a écrit : Liloulayzer123 parle du corium, qui se forme à partir du coeur d'un réacteur nucléaire qui a fondu. Cela crée une sorte de magma métallique extrêmement radioactif et brûlant qui engloutit métaux et minéraux durant sa progression, très longue car des réactions de fissions continuent à se produire au sein du corium.
Dans le cas de l'accident de Tchernobyl, le plafond du coffre en béton s'est bel et bien effondré, et une des premières interventions fut de larguer par hélicoptère des tonnes de sable, d'argile et de plomb dans le trou afin d'étouffer l'incendie. Cependant, le corium continuait a dévorer le plancher de la dalle de béton et menaçait d'atteindre la nappe d'eau déversée par les pompiers, ce qui, dû a la chaleur du corium, aurait provoqué une explosion de vapeur meurtrière. C'est pour cela que des ouvriers furent chargés d'évacuer cette eau mais tous finirent par périr. Peu après, des centaines de mineurs furent mobilisés pour creuser un tunnel sous le réacteur et on y disposa du béton afin de stopper la progression du corium qui continuait son expansion. Une dizaine d'années après, plus de mille tonnes de corium furent retrouvées dans l'ensemble du bâtiment, ce dernier ayant traversé murs et planchers sur 3 niveaux différent.
Afficher tout
Le documentaire "la bataille de Tchernobyl" retrace exactement ce que tu expliques. Doc émouvant, affolant, et qui montre le calvaire des "liquidateurs" protegés à la va-vite.