Les contes de Perrault ne furent pas assumés par leur auteur

Proposé par
le

Charles Perrault est aujourd'hui célèbre pour ses contes. Lorsqu'il les écrivit pour la Cour de Louis XIV, il fit croire que c'était l'oeuvre d'un de ses fils qui les destinait à une princesse de la Cour, la nièce de Louis XIV. Il avait imaginé cela dans le but d'éviter les critiques et la censure de ce nouveau mode d'écriture.

Certains pensent d'ailleurs toujours que ces contes sont l'oeuvre de son fils.


Commentaires préférés (3)

Contes issus de traditions orales que Perrault a retranscrit. Ils étaient recités pour la morale que l'on donnait aux enfants. Il me semble qu'il y a une anecdote sur le petit chaperon rouge sur le site

Posté le

android

(136)

Répondre

Certes , ce sont ses " Histoires ou contes du temps passé " encore appelés "Contes de Ma Mère l'Oye" écrits, dit-on, pour ses enfants , qui ont fait le plus pour sa notoriété . Mais il ne faut pas oublier qu'il était l'homme de confiance de Colbert dont il servait la politique à l'égard des gens de lettres. Membre de l'Académie Française depuis 1671, n'oublions surtout pas que c'est à lui que revient l'honneur de célébrer la guérison du roi , en 1687 , dans un poème intitulé le " Siècle de Louis XIV " , vibrant plaidoyer en faveur de la civilisation et de la littérature modernes que les partisans des auteurs grecs et latins tiennent pour une véritable déclaration de guerre !

a écrit : Certes , ce sont ses " Histoires ou contes du temps passé " encore appelés "Contes de Ma Mère l'Oye" écrits, dit-on, pour ses enfants , qui ont fait le plus pour sa notoriété . Mais il ne faut pas oublier qu'il était l'homme de confiance de Colbert dont il servait la politique à l�39;égard des gens de lettres. Membre de l'Académie Française depuis 1671, n'oublions surtout pas que c'est à lui que revient l'honneur de célébrer la guérison du roi , en 1687 , dans un poème intitulé le " Siècle de Louis XIV " , vibrant plaidoyer en faveur de la civilisation et de la littérature modernes que les partisans des auteurs grecs et latins tiennent pour une véritable déclaration de guerre ! Afficher tout Le poème s'intitulait en fait : le siècle de Louis le Grand.

J'en profite pour te dire qu'il n'y a pas d'espace avant une virgule ou un point :)


Tous les commentaires (15)

Contes issus de traditions orales que Perrault a retranscrit. Ils étaient recités pour la morale que l'on donnait aux enfants. Il me semble qu'il y a une anecdote sur le petit chaperon rouge sur le site

Posté le

android

(136)

Répondre

Certes , ce sont ses " Histoires ou contes du temps passé " encore appelés "Contes de Ma Mère l'Oye" écrits, dit-on, pour ses enfants , qui ont fait le plus pour sa notoriété . Mais il ne faut pas oublier qu'il était l'homme de confiance de Colbert dont il servait la politique à l'égard des gens de lettres. Membre de l'Académie Française depuis 1671, n'oublions surtout pas que c'est à lui que revient l'honneur de célébrer la guérison du roi , en 1687 , dans un poème intitulé le " Siècle de Louis XIV " , vibrant plaidoyer en faveur de la civilisation et de la littérature modernes que les partisans des auteurs grecs et latins tiennent pour une véritable déclaration de guerre !

a écrit : Certes , ce sont ses " Histoires ou contes du temps passé " encore appelés "Contes de Ma Mère l'Oye" écrits, dit-on, pour ses enfants , qui ont fait le plus pour sa notoriété . Mais il ne faut pas oublier qu'il était l'homme de confiance de Colbert dont il servait la politique à l�39;égard des gens de lettres. Membre de l'Académie Française depuis 1671, n'oublions surtout pas que c'est à lui que revient l'honneur de célébrer la guérison du roi , en 1687 , dans un poème intitulé le " Siècle de Louis XIV " , vibrant plaidoyer en faveur de la civilisation et de la littérature modernes que les partisans des auteurs grecs et latins tiennent pour une véritable déclaration de guerre ! Afficher tout Le poème s'intitulait en fait : le siècle de Louis le Grand.

J'en profite pour te dire qu'il n'y a pas d'espace avant une virgule ou un point :)

On peut voir que les pseudonymes et les fausses attributions ne datent d'aujourd'hui ! Pour échapper à la critique, pour l'unité de leur oeuvre, pour ne pas se voir reprocher une histoire immorale ou une écriture facile et commerciale, certains auteurs n'ont pas hésité à cela. Mais lorsque cela est découvert, les reproches sont toujours plus nombreux que les éloges.

a écrit : Le poème s'intitulait en fait : le siècle de Louis le Grand.

J'en profite pour te dire qu'il n'y a pas d'espace avant une virgule ou un point :)
Je l'avoue . Mais il s'agissait d'un clin d'œil à Racine et Boileau qui l'intitulaient ainsi dans leur critique dédaigneuse .
En ce qui concerne ma ponctuation votre remarque vient s'ajouter à celles de plusieurs lecteurs y compris modérateurs .
Je reconnais avoir tort vis à vis de notre grammaire , cette vieille dame qui a toujours ses règles . Mais considérant que la ponctuation est le sel des phrases , permettez-moi de les assaisonner à ma façon . Avec mon plus beau sourire d'amnistie .

Pour ma part, je fais partie de ceux qui pensent "toujours" (quitte à passer pour un obscurantiste qui refuse la vérité éclairante de Wikipedia) que les contes ont véritablement de son fils.
En effet, il me semble que la vérité n'est pas historiquement établie, voir pour cela un épisode de l'émission au coeur de l'histoire, de Franck Ferrand.

a écrit : Je l'avoue . Mais il s'agissait d'un clin d'œil à Racine et Boileau qui l'intitulaient ainsi dans leur critique dédaigneuse .
En ce qui concerne ma ponctuation votre remarque vient s'ajouter à celles de plusieurs lecteurs y compris modérateurs .
Je reconnais avoir tort vis à
vis de notre grammaire , cette vieille dame qui a toujours ses règles . Mais considérant que la ponctuation est le sel des phrases , permettez-moi de les assaisonner à ma façon . Avec mon plus beau sourire d'amnistie . Afficher tout
Que mon hors sujet soit pardonné!

Mais ta mauvaise ponctuation n'est pas un grain de sel supplémentaire, mais une réelle faute de français - et même une faute universelle qui personnellement me gêne dans la lecture.

Un grain de sel, c'est pour moi les trois points de Louis Ferdinand Céline, ou ici aucune loi n'est réellement transgressée.


Cependant tu ne fais pas de fautes d'orthographe et seulement pour ça je ne te jetterai pas la pierre.

a écrit : Pour ma part, je fais partie de ceux qui pensent "toujours" (quitte à passer pour un obscurantiste qui refuse la vérité éclairante de Wikipedia) que les contes ont véritablement de son fils.
En effet, il me semble que la vérité n'est pas historiquement établie, voir pour cela un épisode de l'
émission au coeur de l'histoire, de Franck Ferrand. Afficher tout
C'est exactement ce que j'allais dire.

Il est fort possible que le père et le fils est construit ensemble ces histoire, le fils donnant les bases et le père s'en servant pour ses contes!

3/20?!?
Ah ! Mais non en fait ce n'est pas moi qui est fait ce contrôle de maths :)
Bien jouer Charlie !

Commentaire supprimé "Mais si l'un d'eux est faible ou ne dit mot,
On le méprise, on le raille, on le pille ;
Quelquefois cependant c'est ce petit marmot
Qui fera le bonheur de toute la famille. "
Charles Perrault.Le petit Poucet,1697.

a écrit : On peut voir que les pseudonymes et les fausses attributions ne datent d'aujourd'hui ! Pour échapper à la critique, pour l'unité de leur oeuvre, pour ne pas se voir reprocher une histoire immorale ou une écriture facile et commerciale, certains auteurs n'ont pas hésité à cela. Mais lorsque cela est découvert, les reproches sont toujours plus nombreux que les éloges. Afficher tout Sauf dans ce cas là je pense, car le père et le fils en question, s'appelle tout les deux Charles Perrault .

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Contes issus de traditions orales que Perrault a retranscrit. Ils étaient recités pour la morale que l'on donnait aux enfants. Il me semble qu'il y a une anecdote sur le petit chaperon rouge sur le site Effectivement, le petit chaperon rouge serait tiré d'une légende celte, le groupe de folk metal "Eluveitie" a d'ailleurs fait une chanson en acoustique, intitulée Omnos, qui parle de cette légende

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Je l'avoue . Mais il s'agissait d'un clin d'œil à Racine et Boileau qui l'intitulaient ainsi dans leur critique dédaigneuse .
En ce qui concerne ma ponctuation votre remarque vient s'ajouter à celles de plusieurs lecteurs y compris modérateurs .
Je reconnais avoir tort vis à
vis de notre grammaire , cette vieille dame qui a toujours ses règles . Mais considérant que la ponctuation est le sel des phrases , permettez-moi de les assaisonner à ma façon . Avec mon plus beau sourire d'amnistie . Afficher tout
Bah dis comme ça , bien présente est l envie , de ne point en tenir compte :-)

Posté le

android

(3)

Répondre

Ça me rappelle l'anecdote avec Stephen King et le pseudo qu'il utilisait pour publier ses livres, Richard Bachman ...

D'après mes souvenirs il avait aussi inventer sa par peur qu'on ce moque de ces histoires