Dragon Ball est inspiré d'un vieux conte chinois

Proposé par
le

Dragon Ball, l'oeuvre d'Akira Toriyama, est inspirée d'un conte chinois, « le Voyage en Occident ». C'est l'histoire d'un moine rencontrant sur sa route un guerrier mi-singe (nommé Sun Wukong) ayant une dextérité sans égal pour les arts martiaux. C'est le cas du personnage principal de Dragon Ball, Sangoku (qui est la traduction japonaise de Sun Wukong) qui a une queue de singe et présente une aptitude inouïe aux arts martiaux.

De plus, dans les deux cas, ils possèdent un bâton pouvant se rallonger à l'infini et un nuage leur permettant de se déplacer dans les airs.


Commentaires préférés (3)

Lui aussi il pouvait balancer des kamehameha?

Mon enfance,ma bible...avec en plus au delà de la violence de cet animé une histoire et une morale magnifique (il faut suivre jusqu'à la fin des GT pour saisir toute la force de l'histoire.),les musiques aussi..
Seuls les dialogues étaient nuls.
"Mais d'où lui vient cette puissance?" On l'aura entendu quelques fois. Et l'air choqué des mecs chaque fois qu'un autre devenait plus fort,mythique..Merci Akira Toriyama.

Posté le

android

(358)

Répondre

C'est aussi le cas du jeux league of legends . Le champion wukong avec sa maitrises des arts martiaux et son baton télescopique .

Posté le

android

(270)

Répondre


Tous les commentaires (102)

C'est le meme principe pour les disney qui créent des histoires parfois grace a des psaumes de la bible

Posté le

android

(35)

Répondre

Lui aussi il pouvait balancer des kamehameha?

De nombreuses œuvres cinématographiques ou vidéoludiques font également référence à la légende de SonGoku. Dans tous les cas " l'homme singe " faut pas le faire chier ..

Posté le

android

(23)

Répondre

Mon enfance,ma bible...avec en plus au delà de la violence de cet animé une histoire et une morale magnifique (il faut suivre jusqu'à la fin des GT pour saisir toute la force de l'histoire.),les musiques aussi..
Seuls les dialogues étaient nuls.
"Mais d'où lui vient cette puissance?" On l'aura entendu quelques fois. Et l'air choqué des mecs chaque fois qu'un autre devenait plus fort,mythique..Merci Akira Toriyama.

Posté le

android

(358)

Répondre

Si je ne me trompe pas il y a un dessin animé qui s'inspire aussi de cette histoire de façon plus "fidèle" et qui s'appelle "La légende du singe roi" et qui est une très bonne série d'ailleurs, qui passais sur Teletoon.

Posté le

android

(17)

Répondre

C'est fou j'ai toujours penser que c'était une création japonaise !! En tout cas avec toute la saga dragon Ball z, Gt.. On aura passé de bons moments étant jeunes..maintenant c'est One piece Naruto Bleach..

Posté le

android

(21)

Répondre

C'est aussi le cas du jeux league of legends . Le champion wukong avec sa maitrises des arts martiaux et son baton télescopique .

Posté le

android

(270)

Répondre

a écrit : C'est fou j'ai toujours penser que c'était une création japonaise !! En tout cas avec toute la saga dragon Ball z, Gt.. On aura passé de bons moments étant jeunes..maintenant c'est One piece Naruto Bleach.. Maintenant tu dis ? Il faut savoir que One Piece a 17 ans cette année, c'est pour beaucoup l'une des meilleures séries animées... tu veux plutot dire 《Maintenant c'est Zap Collège》!

Posté le

android

(25)

Répondre

Il est à noter que dans la plupart des mangas, le nom des personnages, de leurs attaques, de leurs clans font référence à la mythologie asiatique.
Amaterazu par exemple dans naruto, attaque de flamme noir du clan utchiwa est en fait la déesse du soleil.

Posté le

android

(17)

Répondre

a écrit : Lui aussi il pouvait balancer des kamehameha? C'est le nom d'un roi haïtien si je me trompe pas, ça veut dire vague déferlante

Posté le

android

(42)

Répondre

Le moine du compte chinois a une queue de singe et un baton, le heros du manga japonais se transforme en gorille géant et détruit la terre en une attaque... Comment on en est arrivés la?

Posté le

android

(6)

Répondre

Les bandes-dessinés japonaises sont pleines de références historiques, mythologiques, littéraires ou religieuses (du moins, je devrais plutôt dire "certaines"). Pour n'en citer que quelques unes : Dragon Ball, Saint Saiya, Shaman King ou Naruto.
Après, l'auteur ajoute juste le principe du "shonen" ("manga" pour garçons) avec le surpassement de soi, l'endurance, la lutte entre le bien et le mal, etc..
Et à ce propos, c'est toujours ce qui m'a déplût dans ce genre de bande-dessiné. Sans toutes les références en question, le "manga" est un livre dégradant la pensée humaine (loi du Talion, textes et dessins très pauvres, séparation des sexes - si tu es un garçon, tu es un être peu raffiné et brutal ; Si tu es une fille, tu es une pauvre petit chose puérile aux rêves de princesse - comme celles des contes évidemment). Le fond culturel est intéressant mais il y a d'autres manières de s'ouvrir à la culture. Et Dragon Ball est à la bande-dessiné, ce que Dora est au dessin-animé : Un contenu abrutissant avec en toile de fond un (très) léger apport culturel qui permet de justifier sa publication.
Je ne peux pas jeter la pierre, j'ai aussi fait parti de la génération "invasion japonaise" qui commença dans les années 1980. Toutefois, il est certain que je n'achèterai jamais de "manga" à un enfant de ma famille, je préfèrerai lui offrir des choses qui stimuleront son esprit sans tout le contenu néfaste de la bande-dessinée (comme un livre sur la mythologie japonaise).

Bah il ne faut pas généraliser hein, les mangas pour adultes, je veux dire par là non pas sexuellement explicites mais présentant une intrigue, une recherche qui visent un public plus mûr sont parfois très bons, tout comme les bd d'auteur chez nous, et intègrent souvent avec plus de finesse la culture orientale qui transparaît fortement dans les mangas pour jeunes qui te gêne. Pas pour tes enfants peut-être mais pour tes frères et soeurs je pense que ça vaut carrément le coup. Dernier en date pour moi: Le sommet des Dieux, sur l'alpinisme. Très intéressant de voir commment la culture japonaise interagissait avec les cultures himalayennes et européennes quand il s'agit de former des expéditions, etc

Posté le

android

(21)

Répondre

Dragon ball GT à été crée par shueisha dans un but commercial, en soif d'argent ils ont voulu prolonger la série ! Ce n'est donc pas Toryama sensei le véritable auteur de cette "série" parue dans le Weekly Shonen jump
D'ailleurs quelques rumeurs circulent comme quoi Akira Toryama devrai faire une suite après dragon ball suite au succès du film "Battle of god" qui reprendrait l'histoire la ou il l'a laissé, c'est à dire à la fin du tome 42

a écrit : Mon enfance,ma bible...avec en plus au delà de la violence de cet animé une histoire et une morale magnifique (il faut suivre jusqu'à la fin des GT pour saisir toute la force de l'histoire.),les musiques aussi..
Seuls les dialogues étaient nuls.
"Mais d'où lui vient cette puissance?"
; On l'aura entendu quelques fois. Et l'air choqué des mecs chaque fois qu'un autre devenait plus fort,mythique..Merci Akira Toriyama. Afficher tout
Dragon ball GT n'a jamais était une oeuvre de Akira toriyama. Il participa beaucoup à DBGT mais il ne l'a jamais reconnu comme une suite à son histoire

Un des manga qui m'a fait le plus rêver, je m'en rappelle ma mère enregistrer les épisodes sur cassette VHS, mais je devais d'abord faire mes devoirs avant de les regarder, dragon ball un manga qui nous a appris la loyauté et l'amour envers ses amis et sa famille, que de belle leçon.

Je tiens à rajouter que littéralement kamehameha signifie Vague destructrice de la tortue qui est bien moins joli à dire...
Heureusement que nos chers traducteurs français ne se sont pas amusés à traduire les techniques comme dans certains mangas/animés.

Posté le

android

(17)

Répondre

Je connais cette histoire sous le titre "Le roi des singes", dans cette version, il ne s'agit pas d'un guerrier mi-homme mi-singe, mais d'un singe tout court. Il possède aussi ce bâton qui peut changer de taille et se déplace sur un nuage. Dans l'histoire, il rencontre un maître dont il deviendra le disciple, mais aussi la déesse Amaterasu, se fâche avec les dieux car il a mangé les pèches du verger sacré, et vers la fin, il part avec un cochon récupérer des manuscrits écrits par Bouddha, sur l'ordre des dieux (en pénitence).

a écrit : Je connais cette histoire sous le titre "Le roi des singes", dans cette version, il ne s'agit pas d'un guerrier mi-homme mi-singe, mais d'un singe tout court. Il possède aussi ce bâton qui peut changer de taille et se déplace sur un nuage. Dans l'histoire, il rencontre un maître dont il deviendra le disciple, mais aussi la déesse Amaterasu, se fâche avec les dieux car il a mangé les pèches du verger sacré, et vers la fin, il part avec un cochon récupérer des manuscrits écrits par Bouddha, sur l'ordre des dieux (en pénitence). Afficher tout Je connais aussi cette histoire mais sous le nom de "la légende de Son Goku"(Boku no Songoku) qui correspond au véritable nom de "sangoku" et car ça va peut être en choquer plus d'un mais le nom de famille de Goku est Son (d'où aussi Son gohan, Son goten ).

Posté le

android

(8)

Répondre