N'utilise-t-on vraiment que 10% de notre cerveau ?

Proposé par
le

Vous avez peut-être déjà entendu dire que l'Homme n'utilisait que 10 à 30% de ses capacités cérébrales. C'est entièrement faux. Toutes les zones de notre cerveau sont utiles, mais jamais actives en même temps. La légende fut répandue par les médias et le style pseudo-scientifique d'auteurs modernes qui vendent des méthodes qui permettraient de pleinement exploiter notre cerveau.


Tous les commentaires (175)

Avant tout merci à goulagman de clarifier certains points et de corriger quelques erreurs notamment sur la quantité de neurones dans le cerveau humain. (Si je ne me trompe pas 1 milliard c’est ce que l’on trouve dans le cerveau d’un chat).
D’autre part, on sait pertinemment que la nature a horreur de ce qui est inutile en l’occurrence les 90% non utilisés auraient du disparaître au regard de l’évolution de l’espèce.

Définir le fonctionnement de l’intelligence reste problématique. Par exemple, au regard du concept d’émergence, on ne peut pas réduire le cerveau comme étant la somme de ses neurones et des connexions synaptiques. Une des raisons qui fait que la compréhension de la complexité du fonctionnement du cerveau reste difficile à prédire. Cette difficulté provient du fait que certaines propriétés globales, bien que résultant des interactions de leurs constituants (ie : neurones), semblent inattendues et impossible à prévoir à partir de la connaissance qu’on peut avoir du comportement de ses constituants (système non linéaire).
On peut faire exactement le même constat dans le domaine de l’intelligence artificielle et des systèmes « multi-agents » capables de comportement émergents.

Par ailleurs, certains aspects de l’intelligence sont stimulés par des interactions extérieures notamment pour le désir et l’empathie. Si je ne me trompe pas c’est le fonctionnement des neurones miroirs. En l’occurrence, nous n’avons peut-être pas encore compris toutes les spécificités que peuvent revêtir les neurones.

Pour terminer, les avancés en matière de physique quantique ont montrées expérimentalement l’existence des phénomènes de superposition des états de décohérence et d’intrication. Penrose a élaboré toute la théorie de l’informatique quantique basée sur ces propriétés qui font encore intervenir le phénomène d’émergence. Ne peut-on pas penser que le cerveau utilise également ces phénomènes dans ses procédés cognitifs ?

Donc au regard, des trois points exposés ci-dessus, peut-on conclure que l’on connaît «le cerveau » ?
Cela peut paraître présomptueux que de conclure rapidement que l’on utilise que 10% du cerveau car cela signifierait que l’on connaît parfaitement fonctionnement complet du cerveau humain.

a écrit : Bon, j'ai trouvé :
1/5 = 0,2
5 - 0,2 = 4,8
4,8 x 5 = 24
En fait, le bon état d'esprit est d'utiliser des chiffres décimaux
Bien joué...

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : C'est parce qu'il ne soucie pas trop de sa propre integrité physique (donc il force un peu plus sur ses capacités qu'on le ferait normalement) et l'adrenaline fait le reste. Un mec qui n'est pas autiste peut le faire aussi si il est super venere. Je confirme! En fonction de l'adrénaline, un homme est capable de soulever une voiture... Ça fait rêver hein?

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Logique implacable.

Ca me fait marrer tous ses bouquins de "self-improvement", le dernier que j'ai vu, c'est très à la mode où j'habite (Royaume-Uni), c'est :
"Maigrir grâce à un anneau gastrique suggéré par hypnose".
Placé tête des ventes quand même...

Je suis peut-être carthésien, mais même si l'hypnose est avérée (Pavlov, tout ça...), un bouquin comme ça, pour moi, c'est à la limite de l'escroquerie...

Je suis convaincu qu'à part quelques exceptions (asperger, Einstein, et cie.), on a exactement tous les mêmes capacités intellectuelles, la différence vient d'un facteur environnemental/social et surtout des efforts qu'on fournit.
Afficher tout
C'est faux, nous n'avons pas tous les même capacitées cérébral à la naissance. Celles-ci dépendent d'un nombre incroyable de paramètres que je ne pourrai même pas te citer. Mais par exemple, si ton cerveau à et été mieux oxygéné durant le développement embryonnaire, il sera possiblement "au dessu" d'un autre embryon qui aura eu une carence.

Ou alors si la mère fumait pendant la grossesse alors cela influerai sur la santé générale du bébé et donc cela aurait des répercussions plus ou moins importante sur celui-ci.

Il faut savoir que le nombre de neurones et de leurs connexions et différente à chacun, que la taille des différentes parties du cerveau l'es aussi.

Donc non nous n'avons pas tous la même capacité cérébral à l'origine.

Il est néanmoins idiot de penser que l'on est destiné à être idiot ou intelligent puisque nous sommes responsable (et notre éducation aussi) du développement post-embryonnaire de notre cerveau.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Avant tout merci à goulagman de clarifier certains points et de corriger quelques erreurs notamment sur la quantité de neurones dans le cerveau humain. (Si je ne me trompe pas 1 milliard c’est ce que l’on trouve dans le cerveau d’un chat).
D’autre part, on sait pertinemment que la nature a horreur de ce qui est i
nutile en l’occurrence les 90% non utilisés auraient du disparaître au regard de l’évolution de l’espèce.

Définir le fonctionnement de l’intelligence reste problématique. Par exemple, au regard du concept d’émergence, on ne peut pas réduire le cerveau comme étant la somme de ses neurones et des connexions synaptiques. Une des raisons qui fait que la compréhension de la complexité du fonctionnement du cerveau reste difficile à prédire. Cette difficulté provient du fait que certaines propriétés globales, bien que résultant des interactions de leurs constituants (ie : neurones), semblent inattendues et impossible à prévoir à partir de la connaissance qu’on peut avoir du comportement de ses constituants (système non linéaire).
On peut faire exactement le même constat dans le domaine de l’intelligence artificielle et des systèmes « multi-agents » capables de comportement émergents.

Par ailleurs, certains aspects de l’intelligence sont stimulés par des interactions extérieures notamment pour le désir et l’empathie. Si je ne me trompe pas c’est le fonctionnement des neurones miroirs. En l’occurrence, nous n’avons peut-être pas encore compris toutes les spécificités que peuvent revêtir les neurones.

Pour terminer, les avancés en matière de physique quantique ont montrées expérimentalement l’existence des phénomènes de superposition des états de décohérence et d’intrication. Penrose a élaboré toute la théorie de l’informatique quantique basée sur ces propriétés qui font encore intervenir le phénomène d’émergence. Ne peut-on pas penser que le cerveau utilise également ces phénomènes dans ses procédés cognitifs ?

Donc au regard, des trois points exposés ci-dessus, peut-on conclure que l’on connaît «le cerveau » ?
Cela peut paraître présomptueux que de conclure rapidement que l’on utilise que 10% du cerveau car cela signifierait que l’on connaît parfaitement fonctionnement complet du cerveau humain.
Afficher tout
Tu peux nous traduire sa en language courant s'il te plait?! ^^'

Posté le

android

(0)

Répondre

@Splash: désolé pour la mise en page, je n'ai toujours pas compris comment citer proprement sur ce site xD

> D’autre part, on sait pertinemment que la nature a horreur de ce qui est inutile en l’occurrence les 90% non utilisés auraient du disparaître au regard de l’évolution de l’espèce.

C'est la théorie de l'évolution : ce qui n'est pas utile disparait. Quand l'homme est passé à la station verticale, le pouce opposable des pieds a disparu. De même, nos orteils ont tendance à disparaitre et nos dents, sont vouées à disparaître aussi. Selon cette théorie, si vraiment une partie du cerveau n'était pas utilisée, elle aurait disparu depuis longtemps et même, plus probablement, remplacée par quelque chose de plus utile.

> ... émergence ...

fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89mergence#Exemples
C'est un concept assez simple. Pour simplifier, en prenant plein de petits agents ayant un comportement simpliste, on peut voit émerger un comportement complexe. Mon exemple préféré est celui des fourmis. On peut par exemple voir comment avec un comportement simple, on peut créer un algorithme capable de trouver le plus court chemin entre 2 points (fr.wikipedia.org/wiki/Algorithme_de_colonies_de_fourmis). En l'occurrence, ce mécanisme s'appliquerait également au cerveau étant donné que les neurones sont des cellules au comportement relativement simple.

> Neurone mirroirs

Les neurones miroirs sont, supposément, des neurones qui s'activent de la même facçon lorsqu'un humain réalise une action et lorsqu'il regarde un autre humain effectuer la même action. Ces neurones seraient à l'origine de l'apprentissage par imitation. S'ils sont défectueux (comme c'est supposé chez les autistes), alors la personne aura beaucoup de mal à apprendre de nouvelles choses / s'intégrer dans la socitété. Je pense qu'HenriLebesgue voulait montrer par là que, même en ayant un cerveau très performant, si les neurones miroirs sont touchés alors on aura beaucoup de mal à apprendre... D'où la difficulté à quantifier l'utilisation du cerveau. J'ajouterai que l'existence de ces neurones est toujours hypothétique. Quand on examine l'activité cérébrale, on a une résolution entre 2mm et 3mm (environ 100 000 neurones) donc il est assez difficile d'en tirer des conclusions certaines.

Je ne me prononcerai pas sur la physique quantique parce que ce n'est pas du tout mon truc xD.

Pensée au film nommé limitless ;)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : @Splash: désolé pour la mise en page, je n'ai toujours pas compris comment citer proprement sur ce site xD

> D’autre part, on sait pertinemment que la nature a horreur de ce qui est inutile en l’occurrence les 90% non utilisés auraient du disparaître au regard de l’évolution de l’espèce.

C'est la théorie de l'évolution : ce qui n'est pas utile disparait. Quand l'homme est passé à la station verticale, le pouce opposable des pieds a disparu. De même, nos orteils ont tendance à disparaitre et nos dents, sont vouées à disparaître aussi. Selon cette théorie, si vraiment une partie du cerveau n'était pas utilisée, elle aurait disparu depuis longtemps et même, plus probablement, remplacée par quelque chose de plus utile.

> ... émergence ...

fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89mergence#Exemples
C'est un concept assez simple. Pour simplifier, en prenant plein de petits agents ayant un comportement simpliste, on peut voit émerger un comportement complexe. Mon exemple préféré est celui des fourmis. On peut par exemple voir comment avec un comportement simple, on peut créer un algorithme capable de trouver le plus court chemin entre 2 points (fr.wikipedia.org/wiki/Algorithme_de_colonies_de_fourmis). En l'occurrence, ce mécanisme s'appliquerait également au cerveau étant donné que les neurones sont des cellules au comportement relativement simple.

> Neurone mirroirs

Les neurones miroirs sont, supposément, des neurones qui s'activent de la même facçon lorsqu'un humain réalise une action et lorsqu'il regarde un autre humain effectuer la même action. Ces neurones seraient à l'origine de l'apprentissage par imitation. S'ils sont défectueux (comme c'est supposé chez les autistes), alors la personne aura beaucoup de mal à apprendre de nouvelles choses / s'intégrer dans la socitété. Je pense qu'HenriLebesgue voulait montrer par là que, même en ayant un cerveau très performant, si les neurones miroirs sont touchés alors on aura beaucoup de mal à apprendre... D'où la difficulté à quantifier l'utilisation du cerveau. J'ajouterai que l'existence de ces neurones est toujours hypothétique. Quand on examine l'activité cérébrale, on a une résolution entre 2mm et 3mm (environ 100 000 neurones) donc il est assez difficile d'en tirer des conclusions certaines.

Je ne me prononcerai pas sur la physique quantique parce que ce n'est pas du tout mon truc xD.
Afficher tout
Merci beaucoup !

Posté le

android

(0)

Répondre

Je n'ai jamais entendu qu'on utilisait seulement 10% de notre cerveau mais je pense que cette légende est née uniquement d'une mauvaise interprétation de gens qui ont entendu qu'on ne CONNAISSAIT que 10% de notre cerveau (ce qui est une estimation qui doit être j'imagine assez proche de la réalité) et qui l'ont traduit par le fait qu'on en UTILISAIT que 10% ce qui est évidemment totalement ridicule.

Il me semble que l'origine de cette confusion est la différence entre notre matière grise et blanche.

Posté le

android

(0)

Répondre

Pourtant c'est bien le cas. L'homme est loin d'utiliser son cerveau a fond. Cette anecdote me parait bien plus fausse .

Posté le

android

(0)

Répondre

@Splach

Je suis désolé de ne pas être aussi bon pédagogue que Goulgman, mais je vais tout de même tenter d’expliquer ce qui amène certains à penser que le cerveau utiliserait les phénomènes quantiques.

Les réseaux de neurones artificiels :
C’est une technique utilisée en informatique classique qui s’inspire de la biologie (et notamment de la recherche sur le cerveau) pour concevoir des algorithmes qui possèdent la faculté d’apprendre et ainsi d’être plus performant au cours de leur utilisation. Les logiciels de reconnaissance vocale ou de traduction utilisent en général ces techniques.
[gsite.univ-provence.fr/gsite/Local/umr_6149/umr/page_perso/Touzet/Les_reseaux_de_neurones_artificiels.pdf]
[tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/60/52/16/PDF/these_benedic_2007.pdf]

L’informatique quantique :
Les informaticiens et les physiciens travaillent sur la conception d’un ordinateur qui repose sur les propriétés étranges de la matière.
Avec notamment, la superposition des états (c’est l’histoire du chat de Schrödinger qui peut être à la fois vivant et mort si l’on transposait les propriétés de la matière à l’échelle macroscopique).
Ainsi que la décohérence qui est en fait l’effondrement d’un état superposé (comme un château de carte s’effondrant sous l’effet d’un courant d’air) forçant la matière à choisir un état spécifique parmi tous les états qui se superposaient.
Et finalement l’intrication (phénomène décrit par le paradoxe EPR (Einstein-Pauli-Rosen) qui a été démontré expérimentalement en 1982 par Alain Aspect). Ce phénomène est souvent décrit dans des articles traitant de la téléportation quantique.
[tel.archives-ouvertes.fr/tel-00007592/en/]
[cstein.kings.cam.ac.uk/~chris/quantum.pdf]


Les réseaux de neurones quantiques :
C’est utiliser l’informatique quantique pour concevoir des réseaux de neurones bien plus performants que dans leur version classique.
[download.gna.org/quantumlibrary/rapport.pdf]

De nombreux travaux de recherche portent sur ces sujets. Beaucoup de scientifiques pensent que ces nouvelles techniques pourraient expliquer le fonctionnement cognitif du cerveau. Rien n’a été prouvé pour l’instant.

[fr.wikipedia.org/wiki/Esprit_quantique]
[arxiv.org/pdf/1210.6626.pdf]
[arxiv.org/pdf/cond-mat/0207023.pdf]

Donc dans le film Limitless ils se sont moqué de nous. Le nzt ne nous servira pas à grand chose finalement, il vaut mieux que j'abandonne les recherches pour en fabriquer moi même ;(

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Rien. Tu as déjà essayé de dormir en même temps que d'apprendre quelque chose en même temps que d'écouter attentivement un concert en même temps que de danser en même temps que d'essayer de te rappeler d'un numéro de téléphone en même temps que de faire du calcul mental en même temps qu'en parlant avec quelqu'un en même temps qu'en reniflant une odeur ? Afficher tout Bourré, j'ai l'impression d'en être capable! ;-)

a écrit : Ton commentaire est tout simplement génial Norton. Un puits de sciences. L'info n'est pas se Norton, elle a été copié-collé au mot près. C un pompage direct.
Les sources qu'elle cite ont été ajoutées après coup, lorsque la tromperie grossière a été découverte.

Regarder le film Limitless avec Bradley Cooper pour mieux comprendre ;)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Oui, sa m'arrive aussi, mais a ce moment ou je me rend compte que j'ai lu plusieurs ligne, je suis incapable de me rappeler ce que je vien justement de lire, pendant que je réfléchissait. Ca s appelle la drogue ^^

a écrit : Ca s appelle la drogue ^^ Dsl. Je dois être trop cultiver, Pour toi.
Vu ta réponse, ta pas du lire un livre depuis Mickey ou Donald.

Posté le

android

(2)

Répondre

On dit que les autistes asperger utilisent bien plus leurs capacitées cérébrales, c'est une légende urbaine ou bien ?

En fait il me semble que c est une confusion entre la matière grise et la matière blanche de notre cerveau. Mais nous utilisons tout notre cerveau. Bien sur la performance est autre chose ;-)

Posté le

android

(1)

Répondre