La pie qui empale ses victimes

Proposé par
le
dans

Parmi les techniques de chasse animale, celle de la pie-grièche écorcheur est particulièrement barbare. En effet, après avoir attrapé des insectes, lézards ou petits mammifères, elle a l’habitude de les empaler sur les épines de certains arbres ou sur des barbelés afin de se constituer une réserve de nourriture.


Commentaires préférés (3)

les pies ,corbeaux et autre oiseaux de la meme famille sont très intelligent. un reportage Arte disait qu'il se plaçait au dessus d'un feu tricolore avec une noix dans le bec . attendaient
le bonhomme vert pour la déposés sur les bandes cloutées et retournés chercher leur noix casser par les voiture une fois le bonhomme revenu au vert ils ont tout compris. J'appelle sa une osmose.

Posté le

android

(204)

Répondre

Certes , la Pie Grièche a une façon particulièrement barbare de traiter ses victimes , mais je crois que le verbe empaler revient plutôt à l'homme qu'à l'oiseau , les synonymes de ce verbe étant : enfiler , enfoncer , éventrer , forer , perforer , pénétrer , transpercer , tarauder ... N'oublions pas que la première explication d'empaler nous vient du supplice du pal ! N'oublions pas que dans l'ancienne Mésopotamie , si les hommes n'étaient pratiquement jamais punis pour avoir trompé leur femme , et étaient tout juste passibles d'une amende pour le viol d'une jeune esclave , il n'en était pas de même pour la femme coupable d'adultère .Celle-ci était d'abord tondue , puis promenée nue dans les rues de la ville , comme un animal , avec une corde dans le nez , et enfin lentement empalée sur un long pieu . La cruauté du supplice du pal qui consistait à enfoncer un pieu dans l'anus du condamné ,(supplice également employé plus tard pour les homosexuels ) , était modulée par le sadisme des tortionnaires . Ceux-ci en effet pouvaient changer l'acuité de la pointe du pal , la grosseur , la taille , généralement elle était arrondie afin de repousser les chairs sans les léser afin que le supplice dure le plus longtemps possible . Le pal était planté en terre et le supplice était dit parfait lorsque le corps transpercé de la victime touchait le sol .
Rien de tout cela chez l'oiseau qui n'empale pas ses victimes par l'anus mais les pique ou les embroche par commodité peut être , pour les avoir en vue peut être aussi , dans un espace réduit...

Sources : Books novembre 2013 - Wikipedia .

a écrit : pfffff un pavé sur les origines du pal... clairement en rapport avec l anecdote. y en a franchement... Perso, j'ai trouvé ce commentaire très intéressant! :) et puis c'est bien qu'une anecdote puisse amener à apprendre d'autres choses, non? Échangeons, apprenons! ;)


Tous les commentaires (60)

Wow ! Ça me fait penser aux léopards qui montent leurs proies sur les arbres pour les manger tranquillement (sinon les autres prédateurs vont la voler). Après on peut voir le reste de la peau et des cornes (si c'est une antilope, ce qui est souvent le cas) un peu partout sur les arbres.

jlsd grâce à un épisode de hunter x hunter :)

Posté le

android

(19)

Répondre

Dans le monde animal, il y a plus cruel encore, la mante-religieuse femelle qui mange le mâle (vivant !) après l'accouplement !

Posté le

android

(0)

Répondre

sado mazo même chez Les insectes '

Posté le

android

(0)

Répondre

Je fais la même chose quand je chasse

@vevinkezirian, Oui mais nous, ils sont morts ^^

Posté le

android

(0)

Répondre

@Kalaworg, Il paraitrait même que certaines femmes le font pendant l'accouplement ;-)

Posté le

android

(0)

Répondre

@nz0s, Et tu crois qu'ils sont déjà morts quand on les pêche ?

Posté le

android

(1)

Répondre

C sur barbare mais astucieux et très bien penser

@Kalaworg, Au moins ils le sont quand on les congèle... comme il dit sans son commentaire. Je sais pas toi mais moi j'espère bien qu'ils sont péchés vivants :)

Posté le

android

(0)

Répondre

Une petite brochette quoi. Eux aussi vont se mettre au barbecue !

a écrit : @Kalaworg, Au moins ils le sont quand on les congèle... comme il dit sans son commentaire. Je sais pas toi mais moi j'espère bien qu'ils sont péchés vivants :) Y aurait-il à cette heure tardive, une discussion pertinente sur les poissons Findus ?

Une réserve ! J'ai l'image de 2 ou 3 oiseaux empales qui tapent discuté.

Posté le

android

(0)

Répondre

les pies ,corbeaux et autre oiseaux de la meme famille sont très intelligent. un reportage Arte disait qu'il se plaçait au dessus d'un feu tricolore avec une noix dans le bec . attendaient
le bonhomme vert pour la déposés sur les bandes cloutées et retournés chercher leur noix casser par les voiture une fois le bonhomme revenu au vert ils ont tout compris. J'appelle sa une osmose.

Posté le

android

(204)

Répondre

Chacun appelle barbare ce qui n'est pas de son usage , dixit Montaigne.

Posté le

android

(24)

Répondre

Certes , la Pie Grièche a une façon particulièrement barbare de traiter ses victimes , mais je crois que le verbe empaler revient plutôt à l'homme qu'à l'oiseau , les synonymes de ce verbe étant : enfiler , enfoncer , éventrer , forer , perforer , pénétrer , transpercer , tarauder ... N'oublions pas que la première explication d'empaler nous vient du supplice du pal ! N'oublions pas que dans l'ancienne Mésopotamie , si les hommes n'étaient pratiquement jamais punis pour avoir trompé leur femme , et étaient tout juste passibles d'une amende pour le viol d'une jeune esclave , il n'en était pas de même pour la femme coupable d'adultère .Celle-ci était d'abord tondue , puis promenée nue dans les rues de la ville , comme un animal , avec une corde dans le nez , et enfin lentement empalée sur un long pieu . La cruauté du supplice du pal qui consistait à enfoncer un pieu dans l'anus du condamné ,(supplice également employé plus tard pour les homosexuels ) , était modulée par le sadisme des tortionnaires . Ceux-ci en effet pouvaient changer l'acuité de la pointe du pal , la grosseur , la taille , généralement elle était arrondie afin de repousser les chairs sans les léser afin que le supplice dure le plus longtemps possible . Le pal était planté en terre et le supplice était dit parfait lorsque le corps transpercé de la victime touchait le sol .
Rien de tout cela chez l'oiseau qui n'empale pas ses victimes par l'anus mais les pique ou les embroche par commodité peut être , pour les avoir en vue peut être aussi , dans un espace réduit...

Sources : Books novembre 2013 - Wikipedia .

@pablo-escobar, J'avoue que j'aurais bien aimé voir ce reportage sur Arte. Je trouve ca incroyable cette faculté d'adaptation et de reflexion pour des animaux!

Posté le

android

(8)

Répondre

Elle ne sait pas ce qu'elle rate en ne faisant pas de colliers-insectes, qui seraient l'équivalents de nos colliers-bonbons ! Ahah

Posté le

android

(8)

Répondre