Les caractéristiques du protée anguillard

Proposé par
le
dans

Le protée anguillard est un vertébré amphibien vivant dans des grottes d'Europe. Il est aveugle, car il vit dans l'obscurité et peut rester jusqu'à 8 ans sans se nourrir. Une autre particularité réside dans son mode respiratoire : il dispose d'une paire de branchies externes, mais également d'une paire de poumons qu'il utilise en alternance suivant le milieu dans lequel il évolue. 


Tous les commentaires (69)

a écrit : Au risque de paraitre intransigeant, "évolution" ne veut pas dire "amélioration" mais simplement "changements au cours du temps", c'est complètement différent. Je lis souvent "telle espèce est plus évoluée que celle ci", "celle ci n'est pas évoluée", etc ... ce sont des erreurs, pour être poli.
En réalité, en français, nous n'aurions pas du reprendre le terme de "évolution" car il est mal compris, "variation" aurait été plus pertinent.
Toutes les espèces sont évoluées de la même façon pour la simple raison qu'elles existent.
Faire des comparaisons de "degré d'évolution" est à la fois une bêtise, mais en plus une impossibilité. Dans ce (faux) cadre de pensée, comment considérer qu'une espèce est plus évoluée qu'une autre ? Certains vont dire "la complexité" : "regardez l'humain, il a un organe pour broyer son alimentation, un pour dissoudre les graisses, un autre pour l'absorption et un autre pour l'excrétion, donc, il est évolué". Moi, par contradiction, je pourrais dire : "prends une bactérie, elle fait tout ça dans une seule et même cellule, c'est un bel exemple d'optimisation".
Ces histoires de qui est "plus" ou "moins" évolué est une stupidité souvent rencontré en France à cause de quoi? D'une approximation dans la traduction d'un concept mal enseigné en France ...
Afficher tout
Je ne pense pas tant que le terme d'évolution soit mal adapté que son concept, dans son sens le plus général, soit souvent mal compris et confondu avec celui d'amélioration.
Dans le cas de l'évolution des espèces, on observe, sur une échelle paléontologique , que les organismes suivent bien une tendance générale au perfectionnement de leurs moyens d'assurer leur survie et leur reproduction. Cette même tendance favorise, sur une longue échelle de temps, les individus les plus adapté et les plus spécialisés. Une conséquence de cette spécialisation est une complexification des organes et de l'ADN des individus formant l'espèce.
Cependant, comme celà c'est produit de très nombreuses fois au cours de l'histoire de notre planète, de brusques changements climatologiques ou géologiques déciment parfois les individus les plus complexes, justement parceque trop spécialisés et trop tributaires des conditions précédentes, au bénéfice d'organismes plus simples et plus généralistes.
L'évolution tend donc parfois vers une "minoration" des espèces plutôt qu'à leur amélioration. Bien sûr cette échelle de valeurs n'a d'intéret que dans des domaines biens spécifiques : si un généticien considérera que le génome humain est supérieur à celui de e-cholie en regard de sa complexité, un bactériologiste le trouvera bien médiocre du point de vue de sa capacité à produire des individus. La notion même de supériorité n'a de sens qu'en cas de compétition (elle-même parfois stupide).
Là où je te rejoins, c'est sur la difficulté en français de décrire un évenement ou un processus sans laisser endendre qu'il est sous-tendu par une forme de volonté. La confusion est flagrante lorsque l'on entend dans la plupart des documentaires que les organismes "cherchent" à s'adapter (ils cherchent surtout de quoi bouffer) ou que la "nature a équipé" telle espèce de tel machin (vous pouvez toujours lui réclamer une paire d'ailes pour partir en vacances, vous aurez la même réponse qu'avec votre banquier).

Posté le

android

(6)

Répondre

Pourquoi dieu a t'il créé des espèces qui n'ont aucun intéret à vivre!

Posté le

website

(0)

Répondre

a écrit : Euh.... y a que moi qui pense a Gollum la ? Non ;)

Posté le

iphone

(0)

Répondre

a écrit : Certes mais il a su evoluer correctement pour survivre dans son milieu de vie Je pense pas que l'intelligence n'ai à voir avec son évolution :)

Posté le

website

(1)

Répondre

Désolé pour le côté étouffe chrétien de mon précédent com (ça paraissant plus digeste en le rédigeant).
Je remarque juste les similutudes entre la bébête du sujet et l'axolotl : tous deux amphibiens, ils ne semblent abandonner leurs caractèristiques juvéniles que lorsque leur environnement l'exige. Cela semble être la clef de leurs extraordinaires capacités régénératrices.
C'est peut-être un cas de convergeance évolutive.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Je ne pense pas tant que le terme d'évolution soit mal adapté que son concept, dans son sens le plus général, soit souvent mal compris et confondu avec celui d'amélioration.
Dans le cas de l'évolution des espèces, on observe, sur une échelle paléontologique , que les organismes suivent bien une ten
dance générale au perfectionnement de leurs moyens d'assurer leur survie et leur reproduction. Cette même tendance favorise, sur une longue échelle de temps, les individus les plus adapté et les plus spécialisés. Une conséquence de cette spécialisation est une complexification des organes et de l'ADN des individus formant l'espèce.
Cependant, comme celà c'est produit de très nombreuses fois au cours de l'histoire de notre planète, de brusques changements climatologiques ou géologiques déciment parfois les individus les plus complexes, justement parceque trop spécialisés et trop tributaires des conditions précédentes, au bénéfice d'organismes plus simples et plus généralistes.
L'évolution tend donc parfois vers une "minoration" des espèces plutôt qu'à leur amélioration. Bien sûr cette échelle de valeurs n'a d'intéret que dans des domaines biens spécifiques : si un généticien considérera que le génome humain est supérieur à celui de e-cholie en regard de sa complexité, un bactériologiste le trouvera bien médiocre du point de vue de sa capacité à produire des individus. La notion même de supériorité n'a de sens qu'en cas de compétition (elle-même parfois stupide).
Là où je te rejoins, c'est sur la difficulté en français de décrire un évenement ou un processus sans laisser endendre qu'il est sous-tendu par une forme de volonté. La confusion est flagrante lorsque l'on entend dans la plupart des documentaires que les organismes "cherchent" à s'adapter (ils cherchent surtout de quoi bouffer) ou que la "nature a équipé" telle espèce de tel machin (vous pouvez toujours lui réclamer une paire d'ailes pour partir en vacances, vous aurez la même réponse qu'avec votre banquier).
Afficher tout
je ne suis pas tout à fait d'accords à vrai dire. L'évolution ne tend pas forcément vers une spécialisation des populations à un environnement donné. C'est souvent le cas pour les populations qui rencontrent une barrière à la dispersion (des individus ou de gamètes). Les exemples sont les espèces (animales, végétales) insulaires dérivant de populations continentales. Elles se spécialisent plus que leurs parentées continentales avec les conséquences que tu as évoqué. Mais les continentales, plus généralistes, n'ont pas pour autant arrété d'évoluer. L'évolution est perpétuelle, et ses effets ne sont pas forcément visibles. Pour l'évolution des génomes, le génome humain n'est pas plus grand que celui de E.Coli car plus complexe, il plus grand parcequ'il est ... plus grand ! La principale pression de sélection agissant sur une bactérie est sur son métabolisme, son cycle de division, sa vitesse de division (une génération par demie-heure!), la fidélité de la réplication de son ADN. Avoir un plus grand génome pour elle serait un boulet! C'est long à répliquer, ça accumule plus de mutation à chaque mitose, c'est couteux en énergie à faire fonctionner...pour qu'une mutation agrandissant son génome soit sélectionnée jusqu'à sa fixation dans une population de bactéries, il faudrait qu'elle soit plus avantageuse que toutes les contraintes que cet agrandissement entraine. Cette pression de sélection n'existant pas autant chez l'Homme, le génome accumule plus de mutations tendant à son l'expansion de son génome.
C'est un sujet sans fin, passionnant, et mon film au ciné va commencer....

Posté le

android

(3)

Répondre

Il existe un autre animal capable de respirer ainsi , l'axolotl. Il possède aussi des branchies externes et des poumons ! D'ailleurs , ces deux amphibiens se ressemblent énormément :)

Posté le

iphone

(0)

Répondre

a écrit : je ne suis pas tout à fait d'accords à vrai dire. L'évolution ne tend pas forcément vers une spécialisation des populations à un environnement donné. C'est souvent le cas pour les populations qui rencontrent une barrière à la dispersion (des individus ou de gamètes). Les exemples sont les espèces (animales, végétales) insulaires dérivant de populations continentales. Elles se spécialisent plus que leurs parentées continentales avec les conséquences que tu as évoqué. Mais les continentales, plus généralistes, n'ont pas pour autant arrété d'évoluer. L'évolution est perpétuelle, et ses effets ne sont pas forcément visibles. Pour l'évolution des génomes, le génome humain n'est pas plus grand que celui de E.Coli car plus complexe, il plus grand parcequ'il est ... plus grand ! La principale pression de sélection agissant sur une bactérie est sur son métabolisme, son cycle de division, sa vitesse de division (une génération par demie-heure!), la fidélité de la réplication de son ADN. Avoir un plus grand génome pour elle serait un boulet! C'est long à répliquer, ça accumule plus de mutation à chaque mitose, c'est couteux en énergie à faire fonctionner...pour qu'une mutation agrandissant son génome soit sélectionnée jusqu'à sa fixation dans une population de bactéries, il faudrait qu'elle soit plus avantageuse que toutes les contraintes que cet agrandissement entraine. Cette pression de sélection n'existant pas autant chez l'Homme, le génome accumule plus de mutations tendant à son l'expansion de son génome.
C'est un sujet sans fin, passionnant, et mon film au ciné va commencer....
Afficher tout
J'y vois plus une précision de mon propos qu'un désaccord.
Certes, la spécialisation des espèces est accélérée par la limitation des ressources (espace restreint, sol infertile, climat rigoureux, volcanisme actif...) mais, même en cas de conditions de survie clémentes, cette spécialisation se poursuit. On observe alors un ralentissement de l'amélioration des mécanisme de survie (camouflage, réflexes, résistance, perception...) au profit du développement des stratégies...reproductrices !
Je suis donc d'accord pour dire que l'évolution ne suis pas une route droite et ascendante mais la compétition inter-especes produit bien une tendance, plus ou moins rapide et observable, à la spécialisation, même chez nos amies les bactéries.
Sinon, concernant le génome, je parlais bien sûr de sa partie codante (cf le Paradoxe de la valeur C) et non de sa taille absolue (le record semblant détenu par une "simple" amibe).
Sur ce, bon film !

Posté le

android

(2)

Répondre

L'escargot aquatique Ampullaire possède lui aussi branchie et poumon.

Posté le

iphone

(0)

Répondre

Manque pas d'air cet amphibien !!!

Posté le

iphone

(0)

Répondre

a écrit : c'est absolument pas une question d'intelligence , juste l'adaptation et l'évolution l'ont dotés de ces particularités étonnantes Tu pense que l'homme peut evoluer dans ce sens: on ne mange pas pendant 1mois et en regarde si on s'adapte. Ce n'est pas tres intelligent tous ca..

Posté le

iphone

(0)

Répondre

a écrit : Tu pense que l'homme peut evoluer dans ce sens: on ne mange pas pendant 1mois et en regarde si on s'adapte. Ce n'est pas tres intelligent tous ca.. là tu viens d'énoncer la vision de l'évolution qu'avaient les gens au 18e siècle. 300ans plus tard on sait que ce n'est pas vrai. 1) l'humain a évolué pendant des millions d'années sans manger tous les jours . D'ailleurs, c'est plutot aujourd'hui que nous mangeons trop. 2) si tu veux rendre plus résistant à la faim l'espèce humaine, regarde dans la population actuelle ceux qui sont le plus résistants, croise les, regarde dans leur descendance, croise les, etc ... sur plusieur générations

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Pourquoi dieu a t'il créé des espèces qui n'ont aucun intéret à vivre! Et c'est quoi l'intérêt que tu vives ?

Posté le

website

(8)

Répondre

Ca me fait un peu penser à l'Axolotl...

Posté le

website

(0)

Répondre

moi quand je mange pas pendant 8heure je suis pas bien....

Posté le

android

(0)

Répondre

On ne dit pas : il est aveugle car il vit dans une grotte sans lumiere... c est un non sens evolutif !!

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Woooaw ! 8ans sans se nourrir, peut respirer a la fois dans l eau et dans l air...intelligent ce petit animal J'ai du mal à sauter un repas...

Posté le

website

(0)

Répondre

a écrit : Pourquoi dieu a t'il créé des espèces qui n'ont aucun intéret à vivre! les espèces qui n'ont aucun intérêt a vivre comme tu dit contribue a se qu'on appel le bon deroulement de la vie sur terre si elle serait pas la si sa se trouve tu et ont serait pas la aujourd'hui, par exemple les guêpes il me semble qui si il ne serait pas la l'espèce humaine ne se serait pas la alors un peut de respect pour les choses qui nous entoures fin chez pas c'est crétin se que tu dit surtout qu'elle ta rien fait cette espèces ^^

Posté le

android

(0)

Répondre

Très bel exemple d'adaptation

Posté le

android

(0)

Répondre

C'est moi ou elles ont des têtes de b... :-P

Posté le

android

(0)

Répondre