La réforme de l'orthographe inappliquée en France

Proposé par
le

En 1990, l'Académie Française adopta une réforme de l'orthographe censée gommer les incohérences de la langue. Ainsi, depuis cette date, on peut écrire par exemple "ognon" ou "nénufar" (au lieu d'oignon et de nénuphar). Cependant, cette réforme est très peu connue et donc quasiment inappliquée.


Tous les commentaires (247)

Tout comme les allemands ont essayé de supprimer les majuscules en début de noms

Clin d'œil à l'anecdote et à son auteur en cette période de réforme !

Je pense que 90% au moins des personnes qui ont critiqué la réforme n'ont même pas pris la peine de se renseigner pour savoir en quoi elle consiste.
Elle ne vise pas autoriser les "sa" à la place du "ça" ou les "mes" à la place des "mais" etc.
Ni d'autoriser le langage sms!
Elle vise à corriger des incohérences qui rendaient la pratique de l'orthographe très ardue (par exemple, pourquoi au pluriel, devrait-on écrire "cure-dent" sans "s" et cure-ongles" avec "s"? On a pourtant bien DES dents et DES ongles!)
Elle vise à supprimer les incohérences sans justifications étymologiques (suppression du circonflexe, qui ne se justifie pas, dans "coût", "entraîner" ou "paraître").
Quel est le pluriel de "miss" ou "match"?
Actuellement, c'est "misses" et "matches"! Même mon correcteur orthographique ne les reconnaît pas!
Des anomalies sont supprimées :
"bonhommie" au lieu de "bonhomie" pour se rapprocher de l'orthographe de "bonhomme";
"charriot" au lieu de "chariot" pour coller à l'orthographe de "charrette";
"persiffler" au lieu "persifler" pour être cohérent avec "siffler" etc.
Lisez ce qui est proposé et critiquez si vous le souhaitez, mais lisez-là d'abord s'il vous plaît!
www.orthographe-recommandee.info/enseignement/regles.pdf

a écrit : Je ne trouve pas ça normal. Cela entre dans une histoire, ces mots s'écrivent depuis longtemps de cette manière, et cela ne change pas grand chose... C'est comme le changement de genre du mot espèce : on est passé d'un nom féminin à un nom qui pouvait être soit féminin soit masculin, car beaucoup de gens faisaient la faute... (un espèce de plateau...) bientôt, on aura le droit de dire "si j'aurais"... Afficher tout Oula... là jai mal aux yeux... un espece de plateau??? Accepté?????? "1 vré cochmar"

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : J'ai aussi vu de plus en plus de gens au niveau collège ET SOUVENT BIEN PLUS ! (13 à 35 ans) écrire d'une manière totalement absurde, à savoir melanger "ça", "sa", "mais", "mes", " on", "en" et carrement "est", "et" ! Je trouve ça vraiment honteux, on a l'impression de s'adresser à des CP. C'est pas seulement manquer de respect à la langue mais surtout à soi-même, il ne se rendent pas compte a quel point c'est ridicule et que ça en montre gros sur leur manque de serieux / immaturité. J'espere que l'on autorisera jamais ce genre de faute que l'on puisse continuer à distinguer les gens comme il le méritent, à savoir qu'une bonne orthographe fait toujours meilleure impression. Afficher tout Ils se rendent .... ils le méritent.... espère.... pas de bol tu fais également des fautes en donnant des leçons

a écrit : Faisant des études supérieures de langues, je peux certifier que cette réforme est haït par l'ensemble des profs, érudits et cie et de toute façon suivre ces recommandations est considéré comme une faute. Elle bafoue complètement l'étymologie des mots, leur syntaxe, etc.
Par exemple, depuis cela, les mo
ts composés au pluriel sont censés prendre la marque du pluriel sur le dernier mot et ceux même quand c'est grammaticalement impossible:
"Maréchal ferrant" est devenu "maréchal-ferrant" (pourquoi pas) mais le vrai pluriel est "des maréchaux ferrant" (participe présent donc pas de marque du pluriel) devenu en 90 "des maréchal-ferrants" (que le correcteur du site ne reconnait pas d'ailleurs...).
Pare-soleil est invariable (le Soleil étant unique par définition) tout comme abat-jour par exemple.
C'est un exemple parmi d'autre. Il y a la suppression/modification des accents aussi...

En fait une langue vivante échappe fatalement à toute construction normative (d'où le terme "recommandations orthographiques" ). On ne peut pas imposer arbitrairement un concept, il doit être une évolution naturelle et évidente ou répondre à un besoin, d'où les néologismes. Mais là, ce n'était pas du tout le cas et personne ne tient compte de ces aberrations.
Autant le baladeur (pour walkman) est entré naturellement dans la langue, autant "bouteur-biais" (pour bulldozer, non). On n'invente pas une règle dans une langue, elle s'impose d'elle-même. Les changements sont spontanés et acceptés. Par exemple: la poule d'Inde est devenue la poule dinde, puis la dinde simplement. Le même phénomène d'agglutination est arrivé à la variété de cerise "aigriotte". L'aigriotte est devenue la griotte.

Un gros "fail" en somme, j'aimerais dire...

Sans compter que pour beaucoup, ce n'est pas parce que tout le monde ne maîtrise pas le français comme le fit Baudelaire, qu'on doit niveler par le bas!
Même à l'université (et la personne à qui je pense est en ce moment jury à l'agrégation en langues) on considère qu'il est impossible de tout savoir.
Une faute d'orthographe n'est pas si grave, ce qui l'est ce sont les barbarismes en grammaire/conjugaison. Mais ne pas savoir écrire rhododendron, ecchymose ou ornithorynque sans hésiter n'est pas grave ! C'est pas pour autant qu'il est normal de pouvoir les écrire *rododindron, *ekimoze ou *ornitorink (ça fait pokemon non ?)

Voilà, bon, mea culpa pour ce laïus, mais je n'aime pas cette réforme stupide et inapplicable (Qu'écrire à un examen ou à un concours sans avoir faux?)
De toutes façons, ceux qui ne savent pas écrire correctement ne voient pas pas tellement la différence, alors...
Afficher tout
Haïe.