Le test gustatif des girafes

Proposé par
le
dans

Les girafes mâles ont une manière étonnante de savoir si la femelle est en chaleur et donc s'ils peuvent s'accoupler: il la suit durant des heures, et va tout simplement gouter son urine : s'il détecte d'éventuelles traces de phéromones sexuelles, cela signifie que la femelle est éventuellement prête à s'accoupler. Il va le vérifier durant quelques heures par ce procédé avant de passer à l'action.


Tous les commentaires (56)

Il me semble que cette anecdote à déjà été posté non? En parallèle avec une anecdote sur la méthode d'accouplement des hippopotame ou rhinocéros avec les excréments. Enfin c'est assez flou dans mes souvenirs si quelqu'un peut m'eclaircir, je suis preneur,merci :)

Posté le

iphone

(0)

Répondre

a écrit : Patte gauche , patte droite .
Je la suivais comme un chien .
Patte avant , patte arrière .
Cela gouttait à intervalles réguliers .
Et la haut , ignorante du formidable pouvoir qu'elle détenait , madame la Girafe se promenait .
Patte avant , patte arrière , elle avançait .
Sa tra
nspiration un rien musquée me troublait .
Retroussis vertical de ses cils barbelés , babines jeunes et botoxées , elle déambulait .
Jambe gauche , jambe droite , ah ses jambes ! Héronnières ses jambes !
Elle continuait sa marche , déhanchée comme une bayadère .
Marche crouponduleuse de fille en amour .
Patte droite , patte gauche .
Le crin blond de ses cheveux transformait le soleil en rayons de miel .
Je la suivais pédestrement , assidûment .
Patte avant , patte arrière .
Ce fut alors que quelque chose se rompit . Tout d'abord filet , puis cascade , puis Orénoque .Elle écartait légèrement ses cuisses fauves et je respirais avec excès des délices de phéromones . Chaleur humide entre les cuisses , puis plus bas vers les genoux , et enfin les sabots devinrent poisseux.
Cette odeur m'enivrait , ce liquide , tout cet ambre , j'étais perdu , ah , ces phéromones , j'étais en voie d'immersion , vaisseau qui porte roses , le Titanic , lessives d'iode . C'est la mer à boire , je suis ivre , sot d'amour , j'ai soif , je suis soif !
Elle annonça tout de go , comme si c'était un jeu , pimbêche et savanesque : " Nous allons nous marier !"
Madame la Girafe , à votre tour je monte !
Je m'accroche à son cou comme un koala à sa branche .
Madame la Girafe vocalise plus haut qu'une contralto .
Madame la Girafe se pâme ...

Et pendant de temps là , monsieur Utérus construisait une maison aux parois épaisses et douces , pour que tout au fond , elle puisse accueillir bébé girafon ....
Afficher tout
toujours aussi agréables tes commentaires!

Posté le

android

(1)

Répondre

Mais si Madame Girafe a la chaude-pisse, cela risque de porter Monsieur Girafe à confusion

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Patte gauche , patte droite .
Je la suivais comme un chien .
Patte avant , patte arrière .
Cela gouttait à intervalles réguliers .
Et la haut , ignorante du formidable pouvoir qu'elle détenait , madame la Girafe se promenait .
Patte avant , patte arrière , elle avançait .
Sa tra
nspiration un rien musquée me troublait .
Retroussis vertical de ses cils barbelés , babines jeunes et botoxées , elle déambulait .
Jambe gauche , jambe droite , ah ses jambes ! Héronnières ses jambes !
Elle continuait sa marche , déhanchée comme une bayadère .
Marche crouponduleuse de fille en amour .
Patte droite , patte gauche .
Le crin blond de ses cheveux transformait le soleil en rayons de miel .
Je la suivais pédestrement , assidûment .
Patte avant , patte arrière .
Ce fut alors que quelque chose se rompit . Tout d'abord filet , puis cascade , puis Orénoque .Elle écartait légèrement ses cuisses fauves et je respirais avec excès des délices de phéromones . Chaleur humide entre les cuisses , puis plus bas vers les genoux , et enfin les sabots devinrent poisseux.
Cette odeur m'enivrait , ce liquide , tout cet ambre , j'étais perdu , ah , ces phéromones , j'étais en voie d'immersion , vaisseau qui porte roses , le Titanic , lessives d'iode . C'est la mer à boire , je suis ivre , sot d'amour , j'ai soif , je suis soif !
Elle annonça tout de go , comme si c'était un jeu , pimbêche et savanesque : " Nous allons nous marier !"
Madame la Girafe , à votre tour je monte !
Je m'accroche à son cou comme un koala à sa branche .
Madame la Girafe vocalise plus haut qu'une contralto .
Madame la Girafe se pâme ...

Et pendant de temps là , monsieur Utérus construisait une maison aux parois épaisses et douces , pour que tout au fond , elle puisse accueillir bébé girafon ....
Afficher tout
Dans la savane ensoleillée,
Au milieu de la terre brûlée,
Allait en trottinant,
Un rhinocéros géant.
Gonflé de sa puissance et de sa taille,
Méprisant pour toute la valetaille,
Quoique désespérant de trouver à manger !
Coins et recoins, il devait tout fouiller,
Pour remplir sa panse démesurée.
Sa quête obsédante et effrénée
Le fit douter de ses capacités.
Soudain, au détour d’un monticule,
Une vision géante le rendit ridicule.
Sa vanité en prit un coup,
Mais il avait bien vu, il n’était pas fou !
Perchée sur quatre longues tiges,
Surmontées d’un torse géant
Et d’un cou de vertige
Une girafe ruminante de plaisir,
Cueillait des feuilles tout à loisir.
Que n’ai-je un cou si grand
Se dit le rhinocéros ventripotent !
Ravalant son dédain de tout sauf de lui-même,
Il s’adressa à la girafe sereine.
Ce lieu, pour vous Madame, semble en tout point fertile,
Mais pour un rhinocéros, parfaitement stérile.
N’apercevez vous pas de votre hauteur
Des herbes d’une belle grandeur ?
Ici dit la girafe, l’herbe pousse très mal,
Il vous faudra chercher un autre val.
Mais je ne vois rien dans cette immensité,
De votre perchoir ne pourriez vous me guider ?
Grande fille, la girafe accepta avec plaisir,
Et conduisit notre affamé
Dans une contrée privilégiée

Quelle que soit sa stature,
Il y a toujours plus grand que soi.

Posté le

iphone

(94)

Répondre

Traces éventuelles + Éventuellement, pour la forme, attention à la répétition.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Mais si la femelle n'a pas envie d'uriner pendant longtemps le mâle continue à la suivre il sera pas désespéré ? il lui offre à boire.

Posté le

android

(7)

Répondre

Sa me fais rappeler beaucoup de mâles humain prêt à attendre plusieurs heures pour au final se faire rejeter ...

Posté le

iphone

(2)

Répondre

Ça serait beaucoup plus simple d'aller lui demander... ! :D

Posté le

iphone

(0)

Répondre

Vous ne faites pas ça vous aussi ? ... Ah!

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : bah c'est un moyen comme un autre après tout... et si ça fonctionne tant mieux! Oui, euh, on parle de girafes, Yéti, pas d'humains :-))

Posté le

iphone

(0)

Répondre

a écrit : Patte gauche , patte droite .
Je la suivais comme un chien .
Patte avant , patte arrière .
Cela gouttait à intervalles réguliers .
Et la haut , ignorante du formidable pouvoir qu'elle détenait , madame la Girafe se promenait .
Patte avant , patte arrière , elle avançait .
Sa tra
nspiration un rien musquée me troublait .
Retroussis vertical de ses cils barbelés , babines jeunes et botoxées , elle déambulait .
Jambe gauche , jambe droite , ah ses jambes ! Héronnières ses jambes !
Elle continuait sa marche , déhanchée comme une bayadère .
Marche crouponduleuse de fille en amour .
Patte droite , patte gauche .
Le crin blond de ses cheveux transformait le soleil en rayons de miel .
Je la suivais pédestrement , assidûment .
Patte avant , patte arrière .
Ce fut alors que quelque chose se rompit . Tout d'abord filet , puis cascade , puis Orénoque .Elle écartait légèrement ses cuisses fauves et je respirais avec excès des délices de phéromones . Chaleur humide entre les cuisses , puis plus bas vers les genoux , et enfin les sabots devinrent poisseux.
Cette odeur m'enivrait , ce liquide , tout cet ambre , j'étais perdu , ah , ces phéromones , j'étais en voie d'immersion , vaisseau qui porte roses , le Titanic , lessives d'iode . C'est la mer à boire , je suis ivre , sot d'amour , j'ai soif , je suis soif !
Elle annonça tout de go , comme si c'était un jeu , pimbêche et savanesque : " Nous allons nous marier !"
Madame la Girafe , à votre tour je monte !
Je m'accroche à son cou comme un koala à sa branche .
Madame la Girafe vocalise plus haut qu'une contralto .
Madame la Girafe se pâme ...

Et pendant de temps là , monsieur Utérus construisait une maison aux parois épaisses et douces , pour que tout au fond , elle puisse accueillir bébé girafon ....
Afficher tout
Oh, reste au piano, plutôt, finalement...

Posté le

iphone

(1)

Répondre