Pourquoi parle-t-on du parquet ?

Proposé par
le

Dans les affaires judiciaires en France, on entend souvent le terme "parquet" pour désigner les magistrats représentant le ministère public. Ce terme est lié au XIIIe siècle, quand les avocats défendant les intérêts du roi de France siégeaient dans un lieu clos nommé "petit parc", devenu "parquet" en vieux français.


Commentaires préférés (3)

D'autres termes issu du passé sont restés dans les termes judiciaires.
Comme :

La grosse de jugement, qui est une copie de l'extrait de jugement. A l'époque les greffiers étaient payés à la page pour les copies et écrivaient donc plus gros pour faire plus de pages.
A l'opposé, l'extrait des minutes, vient de la "minute", écrit de facon menue (minuta) pour économiser de la place dans l'archivage.

Les magistrats du siège, plus communément appelé "le siège" et indépendant du "parquet" sont appelés comme cela car ils rendent leurs décisions en restant assis. Par opposition au Parquet qui va se lever pour faire son réquisitoire (ou à l'avocat qui fera sa plaidoirie)

J'avais proposé plusieurs anecdotes autour de ces différents termes (et d'autres) mais ils n'ont pas trouvé leurs publics ;)

Le terme barreau pour désigner l'ordre des avocats, vient de la barre en fer ou en bois qui séparait juge et avocats. Les avocats s'adossaient à cette barrière pour présenter les requetes

a écrit : Le terme barreau pour désigner l'ordre des avocats, vient de la barre en fer ou en bois qui séparait juge et avocats. Les avocats s'adossaient à cette barrière pour présenter les requetes Autres anecdotes sur les avocats :

Ils portent une robe noire qui historiquement provenait des cérémonies religieuses car les premiers avocats étaient des ecclésiastiques. Normalement une robe doit arborer 33 boutons comme l'âge du Christ à sa mort.
Pour la plupart des avocats, elle est dotée de ce qu'on appelle une épitoge herminée noire tandis que les magistrats (cour d'appel et cour de cassation) portent une robe rouge avec une épitoge rouge.
Les avocats parisiens qui ne font rien comme tout le monde portent une épitoge veuf i-e sans hermine. On raconte que c'est depuis la mise à mort de l'avocat de Louis XVI, Malesherbes, qui fut guillotiné comme son client. En vérité, ce serait plutôt une raison de coutume. Au Moyen-Age, les avocats parisiens (qui étaient des clercs) portaient l'épitoge herminée uniquement en présence du roi.

Les avocats docteur en droit ont eux la chance de porter l'épitoge avec trois rangs d'hermine.

Dernière anecdote : une superstition d'avocat voudrait que l'on porte sa première robe à sa prestation de serment, sa deuxième robe durant sa vie et sa troisième robe à son décès. C'est pourquoi, si jamais vous allez commander votre robe à la Maison Bosc par exemple et que c'est la troisième, on vous dira tout simplement d'en acheter deux d'un coup pour éviter la superstition.


Tous les commentaires (20)

D'autres termes issu du passé sont restés dans les termes judiciaires.
Comme :

La grosse de jugement, qui est une copie de l'extrait de jugement. A l'époque les greffiers étaient payés à la page pour les copies et écrivaient donc plus gros pour faire plus de pages.
A l'opposé, l'extrait des minutes, vient de la "minute", écrit de facon menue (minuta) pour économiser de la place dans l'archivage.

Les magistrats du siège, plus communément appelé "le siège" et indépendant du "parquet" sont appelés comme cela car ils rendent leurs décisions en restant assis. Par opposition au Parquet qui va se lever pour faire son réquisitoire (ou à l'avocat qui fera sa plaidoirie)

J'avais proposé plusieurs anecdotes autour de ces différents termes (et d'autres) mais ils n'ont pas trouvé leurs publics ;)

Le terme barreau pour désigner l'ordre des avocats, vient de la barre en fer ou en bois qui séparait juge et avocats. Les avocats s'adossaient à cette barrière pour présenter les requetes

a écrit : Le terme barreau pour désigner l'ordre des avocats, vient de la barre en fer ou en bois qui séparait juge et avocats. Les avocats s'adossaient à cette barrière pour présenter les requetes Autres anecdotes sur les avocats :

Ils portent une robe noire qui historiquement provenait des cérémonies religieuses car les premiers avocats étaient des ecclésiastiques. Normalement une robe doit arborer 33 boutons comme l'âge du Christ à sa mort.
Pour la plupart des avocats, elle est dotée de ce qu'on appelle une épitoge herminée noire tandis que les magistrats (cour d'appel et cour de cassation) portent une robe rouge avec une épitoge rouge.
Les avocats parisiens qui ne font rien comme tout le monde portent une épitoge veuf i-e sans hermine. On raconte que c'est depuis la mise à mort de l'avocat de Louis XVI, Malesherbes, qui fut guillotiné comme son client. En vérité, ce serait plutôt une raison de coutume. Au Moyen-Age, les avocats parisiens (qui étaient des clercs) portaient l'épitoge herminée uniquement en présence du roi.

Les avocats docteur en droit ont eux la chance de porter l'épitoge avec trois rangs d'hermine.

Dernière anecdote : une superstition d'avocat voudrait que l'on porte sa première robe à sa prestation de serment, sa deuxième robe durant sa vie et sa troisième robe à son décès. C'est pourquoi, si jamais vous allez commander votre robe à la Maison Bosc par exemple et que c'est la troisième, on vous dira tout simplement d'en acheter deux d'un coup pour éviter la superstition.

a écrit : Autres anecdotes sur les avocats :

Ils portent une robe noire qui historiquement provenait des cérémonies religieuses car les premiers avocats étaient des ecclésiastiques. Normalement une robe doit arborer 33 boutons comme l'âge du Christ à sa mort.
Pour la plupart des avocats, elle est dotée
de ce qu'on appelle une épitoge herminée noire tandis que les magistrats (cour d'appel et cour de cassation) portent une robe rouge avec une épitoge rouge.
Les avocats parisiens qui ne font rien comme tout le monde portent une épitoge veuf i-e sans hermine. On raconte que c'est depuis la mise à mort de l'avocat de Louis XVI, Malesherbes, qui fut guillotiné comme son client. En vérité, ce serait plutôt une raison de coutume. Au Moyen-Age, les avocats parisiens (qui étaient des clercs) portaient l'épitoge herminée uniquement en présence du roi.

Les avocats docteur en droit ont eux la chance de porter l'épitoge avec trois rangs d'hermine.

Dernière anecdote : une superstition d'avocat voudrait que l'on porte sa première robe à sa prestation de serment, sa deuxième robe durant sa vie et sa troisième robe à son décès. C'est pourquoi, si jamais vous allez commander votre robe à la Maison Bosc par exemple et que c'est la troisième, on vous dira tout simplement d'en acheter deux d'un coup pour éviter la superstition.
Afficher tout
Je n'ai pas compris pour ta distinction des robes rouges ?
Les magistrats il y en a aussi en Tribunal et tous (cour ou TJ) portent la robe noire.
Seules les robes de cérémonie peuvent être rouge en fonction du poste du magistrat.
Certains magistrats (cour d'assises entre autres) portent la robe de cérémonie à certaines audiences (audience d'affaires criminelles)

a écrit : D'autres termes issu du passé sont restés dans les termes judiciaires.
Comme :

La grosse de jugement, qui est une copie de l'extrait de jugement. A l'époque les greffiers étaient payés à la page pour les copies et écrivaient donc plus gros pour faire plus de pages.
A l'opp
osé, l'extrait des minutes, vient de la "minute", écrit de facon menue (minuta) pour économiser de la place dans l'archivage.

Les magistrats du siège, plus communément appelé "le siège" et indépendant du "parquet" sont appelés comme cela car ils rendent leurs décisions en restant assis. Par opposition au Parquet qui va se lever pour faire son réquisitoire (ou à l'avocat qui fera sa plaidoirie)

J'avais proposé plusieurs anecdotes autour de ces différents termes (et d'autres) mais ils n'ont pas trouvé leurs publics ;)
Afficher tout
Anecdote est un mot féminin, tes anecdotes, ELLES n’ont pas trouvé leur public (ou leurs publics)

a écrit : Je n'ai pas compris pour ta distinction des robes rouges ?
Les magistrats il y en a aussi en Tribunal et tous (cour ou TJ) portent la robe noire.
Seules les robes de cérémonie peuvent être rouge en fonction du poste du magistrat.
Certains magistrats (cour d'assises entre autres) portent la r
obe de cérémonie à certaines audiences (audience d'affaires criminelles) Afficher tout
J'aurais du préciser un peu plus entre parenthèse car c'est généralement ce que les gens connaissent mais en pratique c'est encore plus compliqué.

Tu as tout à fait raison, ce sont les habits de cérémonie qui sont en rouge pour les magistrats de cours (exception de la cour des comptes). Les habits de cérémonie des magistrats de tribunaux sont noirs (à l'exception du président du TGI de Paris, du procureur de Paris et du président du tribunal de commerce de Paris qui ont des habits rouges).

Dans l'exercice de leur fonction, tous les magistrats sont généralement en noir (à l'exception des magistrats dans les affaires criminelles et du président de la cour d'assise qui est lui tout le temps en rouge).

Et encore je n'ai pas évoqué le nombre de galons d'or ou d'argent, la couleur de la ceinture, la couleur de la soie des manches, la fourrure du revers... etc.

Le monde juridique est beaucoup plus fashionista qu'on ne le croit.

Encore dans les appellations en justice. Vous avez sans doute entendu les termes avocat au barreau de trucmuche ou avocat à la cour.

En fait c'est la même chose, l'appellation dépend du lieu du barreau dans lequel l'avocat est inscrit. Si le barreau d'inscription a une cour d'appel, on dira avocat à la cour, sinon avocat au barreau.
Par exemple à Marseille on dira avocat au barreau alors qu'à Nîmes ce sera avocat à la cour.

a écrit : J'aurais du préciser un peu plus entre parenthèse car c'est généralement ce que les gens connaissent mais en pratique c'est encore plus compliqué.

Tu as tout à fait raison, ce sont les habits de cérémonie qui sont en rouge pour les magistrats de cours (exception de la cour des comptes). Les
habits de cérémonie des magistrats de tribunaux sont noirs (à l'exception du président du TGI de Paris, du procureur de Paris et du président du tribunal de commerce de Paris qui ont des habits rouges).

Dans l'exercice de leur fonction, tous les magistrats sont généralement en noir (à l'exception des magistrats dans les affaires criminelles et du président de la cour d'assise qui est lui tout le temps en rouge).

Et encore je n'ai pas évoqué le nombre de galons d'or ou d'argent, la couleur de la ceinture, la couleur de la soie des manches, la fourrure du revers... etc.

Le monde juridique est beaucoup plus fashionista qu'on ne le croit.
Afficher tout
Dans la pratique (et d'autres me diront comment ca se passe chez eux) dans les tribunaux où j'ai travaillé les magistrats, pour aller aux audiences, se promènent en robe noire avec seulement le bavoir en tissu plissé blanc (enfin blanc... blanc sale :D)
D'ailleurs mon procureur, sa robe, on dirait qu'il s'en est servi pour essuyer par terre avant...

a écrit : Anecdote est un mot féminin, tes anecdotes, ELLES n’ont pas trouvé leur public (ou leurs publics) j'étais resté sur le "terme"
Mais j'avoue faire beaucoup de fautes !!
Désolé

a écrit : Encore dans les appellations en justice. Vous avez sans doute entendu les termes avocat au barreau de trucmuche ou avocat à la cour.

En fait c'est la même chose, l'appellation dépend du lieu du barreau dans lequel l'avocat est inscrit. Si le barreau d'inscription a une cour d'app
el, on dira avocat à la cour, sinon avocat au barreau.
Par exemple à Marseille on dira avocat au barreau alors qu'à Nîmes ce sera avocat à la cour.
Afficher tout
Je dirais que c'est plutôt une convention (ou un droit que s'autorise certains avocats) qu'une véritable appellation.
Tous les avocats sont des avocats au barreau (là où ils ont prêté serment au début puis là où ils payent leur cotisation ensuite - on distingue le barreau d'origine du barreau d'appartenance). Écrire "avocat à la Cour de Bordeaux" sur la plaque, c'est plus joli mais ça a tendance à énerver les confrères et consœur qui ne sont "que" avocat au Barreau. En plus, certains avocats ne plaident jamais à la Cours (avocat en droit des affaires, avocats fiscalistes, etc.).

Après, pour les avocats à la Cour de Cassation qui ont besoin d'un diplôme supplémentaire pour exercer, je trouve qu'écrire "Avocat à la Cour de Cassation" est tout à fait légitime.

a écrit : J'aurais du préciser un peu plus entre parenthèse car c'est généralement ce que les gens connaissent mais en pratique c'est encore plus compliqué.

Tu as tout à fait raison, ce sont les habits de cérémonie qui sont en rouge pour les magistrats de cours (exception de la cour des comptes). Les
habits de cérémonie des magistrats de tribunaux sont noirs (à l'exception du président du TGI de Paris, du procureur de Paris et du président du tribunal de commerce de Paris qui ont des habits rouges).

Dans l'exercice de leur fonction, tous les magistrats sont généralement en noir (à l'exception des magistrats dans les affaires criminelles et du président de la cour d'assise qui est lui tout le temps en rouge).

Et encore je n'ai pas évoqué le nombre de galons d'or ou d'argent, la couleur de la ceinture, la couleur de la soie des manches, la fourrure du revers... etc.

Le monde juridique est beaucoup plus fashionista qu'on ne le croit.
Afficher tout
On a du bol, la perruque n'est pas obligatoire comme outre-manche... ^^

Sinon, ca vient d'où le terme "avocat", pas du fruit j'imagine mais c'est quand même troublant, non?

a écrit : Dans la pratique (et d'autres me diront comment ca se passe chez eux) dans les tribunaux où j'ai travaillé les magistrats, pour aller aux audiences, se promènent en robe noire avec seulement le bavoir en tissu plissé blanc (enfin blanc... blanc sale :D)
D'ailleurs mon procureur, sa robe, on dirait
qu'il s'en est servi pour essuyer par terre avant... Afficher tout
Aujourd'hui les robes sont pliées et ne trainent plus par terre mais à l'origine, elle étaient longues et trainaient au sol. Comme ça lors des processions religieuses, les personnes situées derrière les avocats étaient obligées de maintenir une certaine distance pour éviter de marcher sur la robe et cela témoignaient une forme de respect et de déférence pour la profession.

Dans la pratique, je connais pas mal d'avocats qui ne portent jamais la robe mais ils ne sont pas pénaliste. ^^

a écrit : On a du bol, la perruque n'est pas obligatoire comme outre-manche... ^^

Sinon, ca vient d'où le terme "avocat", pas du fruit j'imagine mais c'est quand même troublant, non?
non non simplement du latin et de l'antiquité. Le terme n'a pas beaucoup évolué.

Au Moyen-Age, on parlait des "avoués" signifiant protecteur.
Dans l'antiquité on parlait des "advocatus" qui assistaient quelqu'un en justice par ses conseils et sa présence.
Advocatus signifie littéralement "appeler ou exhorter" (voco) "à soi ou vers soi" (ad).

D'ailleurs, avouer, aveux, avocat sont de la même famille.

Pour le fruit, c'est beaucoup plus rigolo. Le terme « avocat » provient de l'espagnol aguacate dérivé du mot de langue nahuatl "ahuacatl" qui signifie « testicule » (j'imagine que tu comprends pourquoi).

a écrit : j'étais resté sur le "terme"
Mais j'avoue faire beaucoup de fautes !!
Désolé
Syllepse !

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : D'autres termes issu du passé sont restés dans les termes judiciaires.
Comme :

La grosse de jugement, qui est une copie de l'extrait de jugement. A l'époque les greffiers étaient payés à la page pour les copies et écrivaient donc plus gros pour faire plus de pages.
A l'opp
osé, l'extrait des minutes, vient de la "minute", écrit de facon menue (minuta) pour économiser de la place dans l'archivage.

Les magistrats du siège, plus communément appelé "le siège" et indépendant du "parquet" sont appelés comme cela car ils rendent leurs décisions en restant assis. Par opposition au Parquet qui va se lever pour faire son réquisitoire (ou à l'avocat qui fera sa plaidoirie)

J'avais proposé plusieurs anecdotes autour de ces différents termes (et d'autres) mais ils n'ont pas trouvé leurs publics ;)
Afficher tout
Cas spécifique en France, ( peut être aussi dans d'autres pays?) Mais contrairement aux pays anglo Saxon. Les magistrats du siège et du parquet passent par la même école nationale de la magistrature à Bordeaux. Où le ratio homme femme actuellement doit se situer environ à 20% homme 80% femme . Et dans leur carrière ils peuvent "surfer" du parquet au siège et du siège au parquet, bien-sûr en toute indépendance.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Cas spécifique en France, ( peut être aussi dans d'autres pays?) Mais contrairement aux pays anglo Saxon. Les magistrats du siège et du parquet passent par la même école nationale de la magistrature à Bordeaux. Où le ratio homme femme actuellement doit se situer environ à 20% homme 80% femme . Et dans leur carrière ils peuvent "surfer" du parquet au siège et du siège au parquet, bien-sûr en toute indépendance. Afficher tout Oui et je trouve que cela est une qualité, et les incite à ouvrir leur esprit.
Un parquetier qui devient Juge d'Applications des Peines fait souvent du très bon travail car il connait l'autre facette (on résume en disant que le Parquetier est le coté repressif et le JAP le coté accompagnant/réinsertion de la justice.)
De meme un président qui rend une décision correctionnelle après avoir fait quelques années en tant que parquetier rendra des décisions moins contestées.

a écrit : Oui et je trouve que cela est une qualité, et les incite à ouvrir leur esprit.
Un parquetier qui devient Juge d'Applications des Peines fait souvent du très bon travail car il connait l'autre facette (on résume en disant que le Parquetier est le coté repressif et le JAP le coté accompagnant/réinsertion
de la justice.)
De meme un président qui rend une décision correctionnelle après avoir fait quelques années en tant que parquetier rendra des décisions moins contestées.
Afficher tout
Alors je ne connais pas ton expérience, hormis une juge d'instruction qui n'avait pas 30 ans, je n'ai jamais rencontré un magistrat du siège qui n'avait pas une bonne trentaine d'années (voir quarantaine mais avec 80% de femme, je ne voudrai pas finir suicidé de plusieurs coups de couteau dans le dos).
Cette différence d'âge permet également de prendre de l'expérience.

Ensuite en ce qui concerne les décisions, joker, ca reste des êtres humains mais l'accompagnement des auteurs se fait encore trop souvent au détriment des victimes.

a écrit : Autres anecdotes sur les avocats :

Ils portent une robe noire qui historiquement provenait des cérémonies religieuses car les premiers avocats étaient des ecclésiastiques. Normalement une robe doit arborer 33 boutons comme l'âge du Christ à sa mort.
Pour la plupart des avocats, elle est dotée
de ce qu'on appelle une épitoge herminée noire tandis que les magistrats (cour d'appel et cour de cassation) portent une robe rouge avec une épitoge rouge.
Les avocats parisiens qui ne font rien comme tout le monde portent une épitoge veuf i-e sans hermine. On raconte que c'est depuis la mise à mort de l'avocat de Louis XVI, Malesherbes, qui fut guillotiné comme son client. En vérité, ce serait plutôt une raison de coutume. Au Moyen-Age, les avocats parisiens (qui étaient des clercs) portaient l'épitoge herminée uniquement en présence du roi.

Les avocats docteur en droit ont eux la chance de porter l'épitoge avec trois rangs d'hermine.

Dernière anecdote : une superstition d'avocat voudrait que l'on porte sa première robe à sa prestation de serment, sa deuxième robe durant sa vie et sa troisième robe à son décès. C'est pourquoi, si jamais vous allez commander votre robe à la Maison Bosc par exemple et que c'est la troisième, on vous dira tout simplement d'en acheter deux d'un coup pour éviter la superstition.
Afficher tout
Dans les films pornos français en costume, seule la profession d'avocat n'est jamais réellement représentée en robe noire. Je ne sais plus la raison exacte, mais si la profession est évoquée,l'habit est ressemblant mais pas réel.

a écrit : Alors je ne connais pas ton expérience, hormis une juge d'instruction qui n'avait pas 30 ans, je n'ai jamais rencontré un magistrat du siège qui n'avait pas une bonne trentaine d'années (voir quarantaine mais avec 80% de femme, je ne voudrai pas finir suicidé de plusieurs coups de couteau dans le dos).
Cette différence d'âge permet également de prendre de l'expérience.

Ensuite en ce qui concerne les décisions, joker, ca reste des êtres humains mais l'accompagnement des auteurs se fait encore trop souvent au détriment des victimes.
Afficher tout
Tout a fait d'accord, les victimes sont de véritables paillassons, mais ce n'est pas le corps des magistrats qui doit etre réformé mais bien la loi qui donne plus d'importance aux auteurs d'infractions, qu'à leurs victimes, qui, rappellons le, n'ont rien demandé pour la plupart.
J'hallucine en voyant le pouvoir de certains associations pro-voyous comme l'OIP alors que les associations de victime restent au deuxieme ou troisieme plan et n'ont quasi aucun poids.
Je met au défi quiconque d'expliquer sans rougir de honte à une victime les conditions de détention de l'auteur de ses infractions
Je crois meme que si la vérité était diffusée, les gens se souleveraient pour réformer ca tellement c'est abusé. La dispropotion est trop grande
Je fais partie depuis de nombreuses années du conseil de juridiction de mon Tribunal, et on essaie d'orienter systématiquement ce conseil vers l'accueil, le suivi et l'accompagnement des victimes, et beh c'est pas facile du tout !!

Pour ma part, et c'est subjectif, je trouve que les magistrats que j'ai cotoyé étaient en majorité des gens avec une tres bonne empathie et sachant rester dans les obligations de leurs fonctions (impartialité en tete) et ca me dérange de voir les discours actuels qui dénigre cette profession, alors que, sincerement, pour 5000-8000 euros par mois, soyons honnete, personne ne voudrait faire ce genre de boulot...