Une ampoule grillée et c'est le crash aérien dramatique

Proposé par
le
dans

Le vol 401 d'Eastern Airlines s'écrasa pour une raison vraiment bête : une des ampoules du tableau de bord avait grillé. Alors que l'équipage s'affairait pour savoir si c'était l'ampoule témoin du train d'atterrissage qui était grillée ou s'il y avait un réel dysfonctionnement, l'appareil perdit de l'altitude sans que personne ne s'en rende compte, jusqu'à s'écraser, tuant 99 passagers sur 176.


Commentaires préférés (3)

a écrit : «Le vol 401 d'Eastern Airlines s'écrasa pour une raison vraiment bête...»
Il y a des raisons intelligentes de s'écraser?
Le fait de s'écraser à cause d'une panne moteur est injuste ou évitable mais pas bête en soi.

Là ce sont 3 personnes compétentes qui ont focalisé toute leurs attention à UNE seule tache sans se préoccuper du plus important (le vol de l'avion) donc on peut dire que c'est très bête :)
C'est un peu comme ces pilotes russes qui avaient fait le pari de pouvoir se poser avec la seule aide des instruments de bord...

a écrit : «Le vol 401 d'Eastern Airlines s'écrasa pour une raison vraiment bête...»
Il y a des raisons intelligentes de s'écraser?
Quand on manque de répartie, c'est parfois plus intelligent de s'écraser

Posté le

android

(132)

Répondre

Un accident d’avion n’est jamais dû à un seul fait... C’est toujours un concours de circonstance ; plusieurs éléments conjugués qui amènent au crash.
Et ici ça n’a pas raté : une ampoule qui grille, et derrière... un Commandant de bord énervé qui râle et envoie chier tout le monde (l’avion et son équipage technique) ; pas anodin car il était atteint d’une tumeur au cerceau et n’en avait que pour quelque mois (même si le rapport d’accident dit que cela n’a pas eu d’incidence)... Le pilotage automatique, qui maintenait l’avion à 2000 pieds, déconnecté par inadvertance en essayant de réparer l’ampoule (et du coup l’avion descend)... Oubli d’allumage du feu de train, et du coup le mécanicien navigant ne pouvait pas avoir de visu sur le train pour savoir s’il était sorti ou pas... Incompréhension entre l’avion et la piste sur le problème... Et pour finir mauvais fonctionnement du radar de piste qui devait balayer plusieurs fois avant de donner l’Altitude de l’avion (du coup on en tenait pas trop compte au sol)... Tout cela fait beaucoup et a amené crash.


Tous les commentaires (50)

Et du coup qu'est ce qui a été mis en place pour éviter ce problème ?

Apparemment c'est aussi la première fois qu'un avion avec bi couloir s'écrase... (On est en 1972)

«Le vol 401 d'Eastern Airlines s'écrasa pour une raison vraiment bête...»
Il y a des raisons intelligentes de s'écraser?

a écrit : «Le vol 401 d'Eastern Airlines s'écrasa pour une raison vraiment bête...»
Il y a des raisons intelligentes de s'écraser?
Le fait de s'écraser à cause d'une panne moteur est injuste ou évitable mais pas bête en soi.

Là ce sont 3 personnes compétentes qui ont focalisé toute leurs attention à UNE seule tache sans se préoccuper du plus important (le vol de l'avion) donc on peut dire que c'est très bête :)
C'est un peu comme ces pilotes russes qui avaient fait le pari de pouvoir se poser avec la seule aide des instruments de bord...

L’addition a du être salé pour eux

a écrit : «Le vol 401 d'Eastern Airlines s'écrasa pour une raison vraiment bête...»
Il y a des raisons intelligentes de s'écraser?
Quand on manque de répartie, c'est parfois plus intelligent de s'écraser

Posté le

android

(132)

Répondre

C'est le principal défaut de l'intelligence en cas de danger imminent...On à tendance à ne pas adopter un comportement basique, voir primaire, mais qui pourrait bien souvent nous tirer d'affaire !

Posté le

android

(18)

Répondre

Un accident d’avion n’est jamais dû à un seul fait... C’est toujours un concours de circonstance ; plusieurs éléments conjugués qui amènent au crash.
Et ici ça n’a pas raté : une ampoule qui grille, et derrière... un Commandant de bord énervé qui râle et envoie chier tout le monde (l’avion et son équipage technique) ; pas anodin car il était atteint d’une tumeur au cerceau et n’en avait que pour quelque mois (même si le rapport d’accident dit que cela n’a pas eu d’incidence)... Le pilotage automatique, qui maintenait l’avion à 2000 pieds, déconnecté par inadvertance en essayant de réparer l’ampoule (et du coup l’avion descend)... Oubli d’allumage du feu de train, et du coup le mécanicien navigant ne pouvait pas avoir de visu sur le train pour savoir s’il était sorti ou pas... Incompréhension entre l’avion et la piste sur le problème... Et pour finir mauvais fonctionnement du radar de piste qui devait balayer plusieurs fois avant de donner l’Altitude de l’avion (du coup on en tenait pas trop compte au sol)... Tout cela fait beaucoup et a amené crash.

A noter qu'il y a eu 101 morts et non 99, 2 victimes sont décédés des suites de leurs blessures...

80% des crash sont dus à l'intervention de l'humain. De nos jours les pilotes d'avions ont besoin de moins de compétences qu'un chauffeur de bus. Les avions modernes sont capables d'aller d'une ville à une autre avec pour seule intervention de l'homme de renseigner les 3 lettres de l'aéroport de départ et celles de l'arrivée. L'avion peut gérer une panne et un atterrissage en urgence hors de sa destination. Le crash entre Rio et Paris en est le parfait exemple.

a écrit : 80% des crash sont dus à l'intervention de l'humain. De nos jours les pilotes d'avions ont besoin de moins de compétences qu'un chauffeur de bus. Les avions modernes sont capables d'aller d'une ville à une autre avec pour seule intervention de l'homme de renseigner les 3 lettres de l'aéroport de départ et celles de l'arrivée. L'avion peut gérer une panne et un atterrissage en urgence hors de sa destination. Le crash entre Rio et Paris en est le parfait exemple. Afficher tout Je ne crois pas que l'ordinateur de l'avion aurait mieux géré la situation que ce qu'ont fait les pilotes, puisque dans ce cas les (3) sondes "Pitot" étaient (toutes) givrées et personne, ni humain ni ordinateur, ne pouvait savoir à bord quelle était le vitesse réelle de l'avion c'est pourquoi il a fini par décrocher faute de pouvoir régler correctement la poussée des réacteurs en fonction de la vitesse souhaitée.

a écrit : Un accident d’avion n’est jamais dû à un seul fait... C’est toujours un concours de circonstance ; plusieurs éléments conjugués qui amènent au crash.
Et ici ça n’a pas raté : une ampoule qui grille, et derrière... un Commandant de bord énervé qui râle et envoie chier tout le monde (l’avion et son équipage techniq
ue) ; pas anodin car il était atteint d’une tumeur au cerceau et n’en avait que pour quelque mois (même si le rapport d’accident dit que cela n’a pas eu d’incidence)... Le pilotage automatique, qui maintenait l’avion à 2000 pieds, déconnecté par inadvertance en essayant de réparer l’ampoule (et du coup l’avion descend)... Oubli d’allumage du feu de train, et du coup le mécanicien navigant ne pouvait pas avoir de visu sur le train pour savoir s’il était sorti ou pas... Incompréhension entre l’avion et la piste sur le problème... Et pour finir mauvais fonctionnement du radar de piste qui devait balayer plusieurs fois avant de donner l’Altitude de l’avion (du coup on en tenait pas trop compte au sol)... Tout cela fait beaucoup et a amené crash. Afficher tout
On peut même préciser que le pilote automatique s’est déconnecté lorsque le commandant s’est retourné pour donner un ordre sur le coup de l’énervement au mécanicien naviguant. En effet un simple mouvement du manche (ici totalement involontaire) était interprété par le calculateur comme une reprise du contrôle par le pilote, d’où la désactivation du Pilote automatique. Une cause non-négligeable de l’accident est donc également le manque de formation lié à l’utilisation de cet appareil (de conception très récente puisque sorti la même année); les pilotes n’étaient pas informés de cette spécificité nouvelle.

Je pense que @pmaxime63 n'a pas tort non plus. Certes le problème initial est le givrage des sondes pitot, rendant le pilotage par l'ordinateur de bord impossible, par manque d'indications de vitesse. Mais ces dernières sont redevenues valides bien avant le crash, ce qui aurait permis à l'ordinateur de sortir de la situation de décrochage s'il avait eu la main. Les pilotes pensant probablement jusqu'au bout qu'elles étaient fausses n'ont pas saisi l'état de la situation de l'avion, le PF de droite exerçant continuellement une action à cabrer destructrice. Pour montrer la supériorité de la machine vis à vis de l'humain j'aurais plutôt pris comme exemple le crash de l'A320 d'Habsheim où l'ordinateur a contredit le pilote pour exercer une action évitant le décrochage qu'aurait entrainé celle demandée, malheureusement la trop faible altitude a produit le même effet, mettant en cause au début des investigations l'appareil.

a écrit : Je ne crois pas que l'ordinateur de l'avion aurait mieux géré la situation que ce qu'ont fait les pilotes, puisque dans ce cas les (3) sondes "Pitot" étaient (toutes) givrées et personne, ni humain ni ordinateur, ne pouvait savoir à bord quelle était le vitesse réelle de l'avion c'est pourquoi il a fini par décrocher faute de pouvoir régler correctement la poussée des réacteurs en fonction de la vitesse souhaitée. Afficher tout Mon commentaire précédent devait être une réponse à celui-ci...

Accident relaté dans l excellente série télé " danger dans le ciel " ou air crash investigation ( version américaine ) saison 5 épisode 9 d ailleurs depuis cet accident les procédures de gestion de panne ont beaucoup évoluer.

a écrit : Je ne crois pas que l'ordinateur de l'avion aurait mieux géré la situation que ce qu'ont fait les pilotes, puisque dans ce cas les (3) sondes "Pitot" étaient (toutes) givrées et personne, ni humain ni ordinateur, ne pouvait savoir à bord quelle était le vitesse réelle de l'avion c'est pourquoi il a fini par décrocher faute de pouvoir régler correctement la poussée des réacteurs en fonction de la vitesse souhaitée. Afficher tout Les sondes givrent régulièrement et ce n'est pas forcement un problème à ce stade du vol. Simplement les deux co-pilotes ont paniqué en l'absence du commandant et ont eu des réactions inappropriés (le moins expérimenté des pilotes a tiré sur le manche au lieu de pousser) et a accentué le décrochage. Quand le commandant est revenu dans la cabine c'était trop tard pour réagir. Ils manquaient aussi de carburant donc n'ont pas pu prendre la décision de contourner cette zone dangereuse

a écrit : Et du coup qu'est ce qui a été mis en place pour éviter ce problème ? Ils ont changé l'ampoule.

a écrit : Ils ont changé l'ampoule. .... ha ha
Je parle pour tout les avions pour éviter que ça se reproduise

a écrit : «Le vol 401 d'Eastern Airlines s'écrasa pour une raison vraiment bête...»
Il y a des raisons intelligentes de s'écraser?
Non, mais ce type d'accident est suffisamment répandu pour porter un nom : on appelle ça le CFIT (Controlled Flight Into Terrain) - Collision avec le sol en vol piloté, en d'autres termes, l'avion est presque rattrapable jusqu'au bout si les pilotes s'étaient rendus compte de leur erreur.
Il y n'y a pas tant des raisons intelligentes de s'écraser, mais disons que certains défauts de conception sont assez tordus pour en déceler l'origine du premier coup d'oeil.
Le réacteur de l'A380 du vol Qantas 32 par exemple, qui a explosé en plein vol, a nécessité un travail de longue haleine pour comprendre l'origine de son explosion, la pièce en question était supposée indestructible.